Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 27 mar 2017 - 17:56

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Histoire Les Congrès 2003

VIème Congrés National

Mme ZUBLENA Manuela, Président

Pour la première fois dans l'histoire du mouvement une femme a été élue à la tête de l'Union Valdôtaine: Manuela Zublena, 42 ans, ingénieur nucléaire et responsable du département de la qualité de l'air de l'Arpa Vallée d'Aoste, a remporté la victoire, avec 301 votes en sa faveur, sur son antagoniste Franco Vallet, ancien assesseur régional (270 votes). Unioniste depuis toujours et membre de la Jeunesse Valdôtaine à la fin des années '70, elle est conseillère communale à Saint-Marcel, depuis 1995. Voici son premier discours en tant que présidente de l'Union Valdôtaine.

«Chers Unionistes,
Me voilà, après une longue semaine de réflexion et d'attente au centre de la vie active du mouvement. Le résultat de samedi dernier qui n'avait pas permis l'élection du Président avait induit à la présomption de pouvoir, nous les candidats, rechercher une solution de compromis. Par contre, aujourd'hui, dans le plein respect de la démocratie, la souveraineté des délégués, qui, par statut ont le droit et le devoir de choisir leur Président, a été sauvegardée.
Je remercie ainsi tous les délégués qui ont participé, y compris ceux qui ne m'ont pas voté, parce que je considère très important la participation de chacun pour une pleine vitalité du mouvement.
A Franco Vallet, qui a offert sa disponibilité pour cette charge, je voudrais dire tout simplement un mot: merci.
Ces derniers jours, nous avons tous compris le moment délicat que, nous deux, nous avons vécu en nous proposant pour la présidence de l'UV. Je te remercie encore pour ton exemple d'alternative loyale, pour la compétence et l'expérience que tu as mise au service du mouvement. C'est pour ça que j'espère en ton amitié et en une active collaboration.
L'UV a besoin de toi comme il a besoin de toutes les personnes qui ont participé à ce congrès.
Merci pour la confiance que la majorité d'entre vous a exprimée et que j'espère mériter par le travail que je viens de commencer.
A travers le débat de samedi dernier, on a mis en évidence l'importance des sections comme piliers du mouvement, mouvement qui trouve sa force et sa raison d'être dans le terroir et le peuple valdôtain à travers les sections elles mêmes.
Je veux tout particulièrement remercier la section de Saint-Marcel, petite section d'une commune où l'Union Valdôtaine est à l'opposition mais qui maintenant exprime le Président du Mouvement. Merci.
Je ressens fortement la responsabilité de ce rôle, mais je me prépare au travail avec humilité, engagement, sérieux et passion. Un parcours difficile m'attend, mais je ne le ferais pas en solitaire, dans les jours prochains nous devrons, tous ensemble compléter l'équipe, le groupe de travail, le comité fédéral; je demande à vous tous de nous accompagner, en montagne une cordée n'arrive nulle part sans la contribution, les ressources et l'engagement de tous les participants.
Ma présence représente sans doute un élément de nouveauté : j'espère apporter une contribution différente à la vision des choses, la vision d'un représentant de la société civile, mais encore d'un technicien qui s'est occupé depuis plusieurs années de l'environnement, l'un des secteurs les plus stratégiques pour la gestion et le développement et défense de notre Vallée ; sans oublier qu'environnement signifie le berceau de notre peuple de montagne et de notre identité culturelle ainsi que le point de repère pour toutes nos activités.
Cette identité que nous devons maintenir et sauvegarder, tout en vivant l'évolution que les temps d'aujourd'hui nous demandent et - nous devons savoir interpréter les changements d'un contexte politique et social plus global – nous avons l'Europe, il y a les thèmes des réformes institutionnelles comme perspective; une société où de nouvelles présences ont changé le tissu social et les styles de vie et de culture nous devons savoir faire face à des problèmes qui ont une dimension bien plus large et qui nous demandent une confrontation stricte et continue avec un horizon international. Ma présence porte encore la nouveauté de femme.
L'art. 7 du statut du Mouvement souhaite un engagement pour favoriser et solliciter notre participation au sein des différents organes. Vous avez interprété cet esprit.
Je veux terminer par deux réflexions.
La première, je l'ai déjà exposée: je ne vais pas parcourir ce chemin toute seule. Je vous demande votre engagement : une participation vraiment active en donnant au mouvement toutes vos suggestions, vos idées, vos observations.
Elles seront des éléments précieux.
Je vous demande encore de ne pas baisser votre esprit critique, n'ayez aucune hésitation à reprocher des choix, des décisions. Mais quand-même d'une façon civile, dans le respect des idées de chacun et surtout avec un esprit constructif, pour le bien du mouvement mais surtout pour le bien de notre vallée.
Dans cet esprit, je veux encore rappeler à tous, les mots de Joseph Bréan : «il faut regarder aux grandes choses qui nous unissent plutôt qu'aux petites choses qui nous divisent». Et en dernier: Je suis aujourd'hui sans doute heureuse de ce résultat, mais je ne me sens pas une gagnante. Je ne pense pas avoir participé à un match. Ce n'est pas l'esprit qui m'a conduit jusqu'ici. Notre but est celui de faire primer l'Union Valdôtaine. Nous seront gagnants que si l'Union Valdotaine est gagnante.
Vive l'Union Valdôtaine, vive la Vallée d'Aoste

2 X mille

le coin du président22 Mars 2017 - 17:17

Les raisons et les prétextes Les raisons et les prétextes Mardi 21 mars le Conseil de la Vallée s’est réuni pour mettre en place les dernières formalités après le changement de majorité qui a eu lieu dans les jours précédents. L’opinion publique a été considérablement frappée par ces faits et aujourd’hui, beaucoup de personnes essayent de connaître et de comprendre le pourquoi de ce séisme politique. Les vraies raisons qui sont à la base de ce choix nous les connaîtrons avec le temps, même si ce n’est pas impossible de les préconiser. Une large partie de l’opinion publique a déjà bien compris que la cause principale de ce changement a été la crainte d’une d’asphyxie de consensus qui intéressait désormais un certain nombre de personnages et quelque force politique. Lorsqu’on est particulièrement affaiblis par l’obsession et par la peur de ne plus être réélus on se rend plus facilement aux voix charmantes et charmeuse des sirènes. Elles rassurent et font entrevoir des aventures et des futurs pleins de promesses à dispenser et de consensus à vendanger. Nous verrons dans les mois à venir les aptitudes et les comportements qui seront tenus par les seigneurs des votes, qui ont promus cette aventure politique de fin de législature. Mais, entre temps, on ne peut pas passer sous silence le fait que quelqu’un essaie de légitimer sa trahison en utilisant des arguments franchement spécieux. Je me limiterai à en citer deux. Le premier est souvent utilisé et répété à chaque moment par Marquis, le nouveau président du Gouvernement. Il se borne à raconter que le budget de prévision 2017 aurait été largement modifié et par conséquent amélioré, par l’action conjointe d’un certain nombre de Conseillers. Celui – ci aurait été le signal que le Gouvernement sortant n’interprétait plus les justes attentes des forces politiques. Certes, le budget, préparé et approuvé par le Gouvernement Rollandin, au Conseil de la Vallée, a été modifié. Cela a été fait avec des embuscades continuelles, qui visaient, comme on l’avait déjà préconisé, à soulager des appétits pas trop nobles, plutôt que de satisfaire des nécessités objectives. L’autre argument s’appuie sur le fait qu’il fallait, à tout prix, trouver un bouc émissaire, pour justifier une opération qui a mis ensemble la somme des désespoirs de personnages en quête d’auteur à la recherche d’un dernier espoir de survie politique. La responsabilité de faire cela l’a assumé Martin avec une interview où il affirme que toute cette affaire aurait eu origine de la nécessité de censurer Rollandin. Martin a affirmé ça en essayant de charger sur lui la responsabilité en détournant ainsi l’attention de la trahison de Stella Alpina. D’ailleurs il est plutôt habitué à tisser la toile du complot et à masquer la vérité derrière les prétextes. En réalité Martin savait bien que l’Union Valdôtaine n’aurait jamais accepté la requête de censurer le Président du Gouvernement qu’elle avait indiqué en tant que force de majorité relative. Elle ne l’acceptait pas pour Rollandin et elle ne l’aurait pas accepté pour aucun autre de ses représentants parce qu’elle est une organisation sérieuse qui ne soumet pas ses élus aux chantages. Mais, certes, on comprend bien que Martin devait justifier politiquement ce passage, qui portait sa force politique à trahir les accords et les électeurs qui avaient voté la coalition dans la quelle nous étions alliés. Et on comprend aussi très bien qu’il ne pouvait certainement pas rendre publics les vrais motifs de son opposition à Rollandin. Ni les siens ni ceux de quelqu’un de ses collègues de parti.

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071