Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 23 mar 2017 - 16:53

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Histoire Les élections Européennes 1999

Elections Européennes 1999

Le Programme en bref

Perché Luciano Caveri
I movimento federalisti e regionalisti dell’Union Valdôtaine, degli Autonomiste e della Fédération hanno scelto di presentare alle elezioni europee del 13 giugno il deputato Luciano Caveri. E’ un segnale preciso di un impegno determinato in questa tornata elettorale. Infatti, Luciano Caveri offre molte garanzie per l’esperienza accumulata, per le capacità dimostrate e per il lavoro svolto.
La sua candidatura rappresenta inoltre la sintesi di alcuni valori comuni che risultano alla base dell’accordo politico: impegno concreto nell’azione parlamentare, solidità degli ideali federalisti, conoscenza dei problemi della montagna, rapporti consolidati con tutte le minoranze linguistiche in Italia e in Europa.

L’EUROPA E IL NUOVO PUNTO DI RIFERIMENTO

Lo Stato-nazione, in Europa è una struttura ormai sorpassata dalla storia. E’ sorpassata a livello superiore dalla globalizzazione dei mercati e delle comunicazioni. È inoltre sorpassata a livello inferiore dalle esigenze sempre più diffuse di una decentralizzazione che permetta ai cittadini d’intervenire in maniera sempre più incisiva sulle scelte che li riguardano direttamente. Per l’organizzazione politica dei Paesi dell’Unione europea, il prossimo appuntamento elettorale rappresenta un test molto importante, poiché il voto per il Parlamento europeo condizionerà fortemente la politica comunitaria nei prossimi anni. Sappiamo ormai per esperienza che alcuni settori economici, che ci coinvolgono direttamente, sono gestiti oggi più da Bruxelles che da Roma: è il caso per esempio dell’agricoltura. Il riferimento politico diventa dunque sempre più l’Unione europea: ecco perché bisogna assolutamente essere presenti negli organismi europei, se vogliamo realmente partecipare alle decisioni che ci riguardano.

Adesso
E venuto il momento di mobilitarci per: 

  • L’inserimento dell’ordinamento autonomistico della Valle d’Aosta e del suo Statuto Speciale nella nuova politica dell’Unione europea
  • Una reale applicazione del principio di sussidiarietà che dia maggior ruolo e più forza al sistema di autogoverno della nostra Valle
  • L’elaborazione di una Costituzione europea che definisca il funzionamento, ai diversi livelli, delle istituzioni democratiche, dando un pieno riconoscimento anche ai popoli più piccoli
  • Garantire che il diritto europeo consenta lo sviluppo di ogni minoranza linguistica e culturale pur promuovendo la coscienza della comune cittadinanza europea
  • Ottenere una garanzia europea dei diritti di tutte le minoranze nazionali in Europa
  • La valorizzazione della "dimensione montagna” e della vocazione transfrontaliera e transnazionale che caratterizza naturalmente l’arco alpino nel suo ruolo di "cerniera” d’Europa che deve essere sostenuto e valorizzato con le opportune politiche comunitarie
  • Evitare che le grandi strategie europee dibattute nel parlamento – dai fondi comunitari alle reti di trasporto, della politica agricola ai sostegni all’occupazione, dall’innovazione tecnologica alle scelte ambientali e culturali – di escludano dalle decisioni che riguardano direttamente. 
**********

Pourquoi Luciano Caveri
Les mouvements fédéralistes régionalistes de l’Union Valdôtaine, des Autonomistes et de la Fédération Autonomiste ont fait le choix de présenter aux élections européennes du 13 juin le député Luciano Caveri. C’est un signal précis de l’engagement déterminé dans cette tournée électorale.
En effet, Luciano Caveri offre plusieurs garanties grâce à son expérience et aux capacités démontrées. Sa candidature représente aussi la synthèse de certaines valeurs communes qui sont à la base de l’accord politique : engagement concret dans l’action parlementaire, solidité des idéaux fédéralistes, connaissances des problèmes de la montagne, rapports consolidés avec toutes les minorités linguistiques en Italie et en Europe.

L’EUROPE EST LE NOUVEAU POINT DE REPERE

L’Etat-nation, en Europe, est une structure désormais dépassée par l’histoire. Il est dépassé, au niveau supérieur, par la globalisation des marchés et des communications ; il est dépassé par le bas en raison des exigences de plus en plus répandues d’une décentralisation, qui permette aux citoyens d’intervenir d’une manière progressivement plus incisive sur les choix qui les concernent de près.
Au niveau de l’organisation politique des Pays de l’Union européenne, le prochain rendez-vous électoral représente un test très significatif, car le vote pour le Parlement européen conditionnera fortement la politique communautaire dans les prochaines années.
Nous savons par expérience, désormais, que certains secteurs économiques, qui nous concernent directement, sont aujourd’hui gérés plutôt par Bruxelles que par Rome : c’est pourquoi il faut absolument être présent dans les organismes européens, si on veut réellement participer aux décisions qui nous concernent tous.

Maintenant
Le moment est venu de se mobiliser pour :
  • l’intégration du système d’autonomie de la Vallée d’Aoste et de son Statut Spécial dans la nouvelle politique de l’Union européenne
  • une réelle application du principe de subsidiarité qui puisse donner plus de force au système d’autogouvernement de notre Vallée
  • ’élaboration d’une Constitution européenne qui définit le fonctionnement, sur différent niveaux, des institutions démocratiques, en donnant pleine reconnaissance aussi aux peuples les plus petits
  • garantir que le droit européen permette le développement de toute minorité linguistique et culturelle tout en promouvant la conscience de la commune nationalité européenne
  • obtenir une garantie européenne des droits de toute minorité nationale en Europe
  • la valorisation de la « dimension montagne » et de la vocation transfrontalière et transnationale qui caractérise naturellement les Alpes dans leur rôle de « charnière » d’Europe qui doit être soutenu et valorisé avec les opportunes politiques communautaires
  • éviter que les grandes stratégies européennes débattues au Parlement, telles que le fonds communautaires, les réseaux de transports, la politique agricole, le soutien à l’occupation, l’innovation technologique, les choix pour l’environnement et la culture, nous excluent des décisions qui nous concernent directement

 

Le candidat Luciano Caveri

2 X mille

le coin du président22 Mars 2017 - 17:17

Les raisons et les prétextes Les raisons et les prétextes Mardi 21 mars le Conseil de la Vallée s’est réuni pour mettre en place les dernières formalités après le changement de majorité qui a eu lieu dans les jours précédents. L’opinion publique a été considérablement frappée par ces faits et aujourd’hui, beaucoup de personnes essayent de connaître et de comprendre le pourquoi de ce séisme politique. Les vraies raisons qui sont à la base de ce choix nous les connaîtrons avec le temps, même si ce n’est pas impossible de les préconiser. Une large partie de l’opinion publique a déjà bien compris que la cause principale de ce changement a été la crainte d’une d’asphyxie de consensus qui intéressait désormais un certain nombre de personnages et quelque force politique. Lorsqu’on est particulièrement affaiblis par l’obsession et par la peur de ne plus être réélus on se rend plus facilement aux voix charmantes et charmeuse des sirènes. Elles rassurent et font entrevoir des aventures et des futurs pleins de promesses à dispenser et de consensus à vendanger. Nous verrons dans les mois à venir les aptitudes et les comportements qui seront tenus par les seigneurs des votes, qui ont promus cette aventure politique de fin de législature. Mais, entre temps, on ne peut pas passer sous silence le fait que quelqu’un essaie de légitimer sa trahison en utilisant des arguments franchement spécieux. Je me limiterai à en citer deux. Le premier est souvent utilisé et répété à chaque moment par Marquis, le nouveau président du Gouvernement. Il se borne à raconter que le budget de prévision 2017 aurait été largement modifié et par conséquent amélioré, par l’action conjointe d’un certain nombre de Conseillers. Celui – ci aurait été le signal que le Gouvernement sortant n’interprétait plus les justes attentes des forces politiques. Certes, le budget, préparé et approuvé par le Gouvernement Rollandin, au Conseil de la Vallée, a été modifié. Cela a été fait avec des embuscades continuelles, qui visaient, comme on l’avait déjà préconisé, à soulager des appétits pas trop nobles, plutôt que de satisfaire des nécessités objectives. L’autre argument s’appuie sur le fait qu’il fallait, à tout prix, trouver un bouc émissaire, pour justifier une opération qui a mis ensemble la somme des désespoirs de personnages en quête d’auteur à la recherche d’un dernier espoir de survie politique. La responsabilité de faire cela l’a assumé Martin avec une interview où il affirme que toute cette affaire aurait eu origine de la nécessité de censurer Rollandin. Martin a affirmé ça en essayant de charger sur lui la responsabilité en détournant ainsi l’attention de la trahison de Stella Alpina. D’ailleurs il est plutôt habitué à tisser la toile du complot et à masquer la vérité derrière les prétextes. En réalité Martin savait bien que l’Union Valdôtaine n’aurait jamais accepté la requête de censurer le Président du Gouvernement qu’elle avait indiqué en tant que force de majorité relative. Elle ne l’acceptait pas pour Rollandin et elle ne l’aurait pas accepté pour aucun autre de ses représentants parce qu’elle est une organisation sérieuse qui ne soumet pas ses élus aux chantages. Mais, certes, on comprend bien que Martin devait justifier politiquement ce passage, qui portait sa force politique à trahir les accords et les électeurs qui avaient voté la coalition dans la quelle nous étions alliés. Et on comprend aussi très bien qu’il ne pouvait certainement pas rendre publics les vrais motifs de son opposition à Rollandin. Ni les siens ni ceux de quelqu’un de ses collègues de parti.

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071