Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 22 mar 2019 - 10:09

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Histoire Les Congrès 2009

2009 - Congrès thématique

La motion finale

Le Congrès de l’Union Valdôtaine, réuni à Saint-Vincent le 28 novembre 2009,

Tenant compte que depuis l’après-guerre notre Région a su se doter de lois qui en ont assuré l’essor économique, social et culturel et a créé un apparat administratif fonctionnel, qui a été l’une des bases sur lesquelles a été fondée une efficace action administrative, devenue dans le temps un point de repère constant pour les citoyens ;

Constatant en outre qu’au fur et à mesure que les compétences de notre Région augmentaient, suite à l’action des forces autonomistes et des Parlementaires valdôtains, qui ont oeuvré pour accroître nos espaces d’autonomie et obtenir toujours de nouvelles prérogatives d’autogouvernement, il est été nécessaire de façonner l’apparat administratif de la Vallée d’Aoste d’après les modèles qui, à ce moment, en plus de permettre de répondre avec efficacité aux attentes de la communauté, ont donné le jour à une architecture institutionnelle unique dans son genre en Italie ;

En considérant que l’actuelle structure de la machine bureaucratique des administrations, tout en ayant garanti les buts qui en avaient inspiré la création dans son organisation actuelle, présente la nécessité d’une révision, conséquente tant à l’exigence d’une rationalisation des ressources économiques, qu’à la volonté d’augmenter toujours plus les niveaux d’efficacité de la performance offerte à la communauté ;

Compte tenu du fait que souvent l’apparat bureaucratique résulte être un empêchement, plutôt qu’une aide, pour le citoyen et pour les entreprises, et que souvent pour celles-ci les coûts et les temps excessifs demandés par les mécanismes administratifs réduisent l’activité productive et la compétitivité sur le marché ;

Suite également à une réalité qui connaît, de nos jours, la disponibilité d’instruments d’innovation technologique remarquables, tel à permettre d’abattre les distances physiques et éviter les déplacements, d’automatiser des opérations qui étaient source d’attente et de dépasser la fracture numérique, instruments qui, par ailleurs, ont fait l’objet d’expérimentations ayant donné des résultats intéressants dans différentes administrations du Val d’Aoste, notamment à l’échelon des Collectivités locales ;

Estimant qu’il est du devoir des élus de faire de manière à faciliter les rapports entre les citoyens et l’administration publique, et qu’il est partant nécessaire d’assurer par la voie normative la certitude des temps et la reconnaissance des droits, en rendant simples, transparentes et constructives les procédures bureaucratiques imposées aux citoyens et aux entreprises, dans le but également de réduire le coût de la bureaucratie, exigence ressentie et soulignée aussi pour ce qui est des rapports avec les organismes de l’Europe

DONNE MANDAT A SES ELUS

– au niveau du Parlement Italien, de soutenir toutes les initiatives, y compris au niveau institutionnel, qui vont dans le sens de simplifier les procédures de la part de l’Etat, qui trop souvent s’avère comme un créateur de bureaucratie et de mieux harmoniser le rapport entre citoyens et administration publique ; 

– à l’échelon régional et communal, de :

  • légiférer d’une façon claire et compréhensible, en tenant compte des effets que de nouvelles normes peuvent produire au niveau de la charge bureaucratique qui pèse sur les citoyens ;
  • éliminer, par un processus de révision critique de la législation régionale, les contradictions et les répétitions qui s’y trouvent, en tenant compte des compétences de la Région et de la coordination avec les lois de l’Etat et les normes européennes ;
  • adopter, autant que possible, des textes uniques dans les principales matières, en abrogeant les lois obsolètes, les règlements et actes administratifs ayant perdu la possibilité d’une application concrète ou efficace, en réduisant ainsi la prolifération législative ;
  • proscrire les règlements et les actes administratifs qui ne sont pas nécessaires, ainsi que les organismes qui ne font qu’aggraver et retarder les procédures ;
  • uniformiser les temps techniques pour les instructions, unifiant les modalités et les temps de contrôle ;
  • diffuser davantage les procédures informatiques et les nouvelles technologies dans les rapports entre les citoyens et les administrations, ainsi qu’au sein des administrations elles-mêmes, en créant, toujours plus, des occasions de formation sur le territoire sur ces matières ;
  • donner pleine application au principe d’identifier le responsable, de ne plus demander des documents que les bureaux possèdent déjà, en prolongeant la validité de ceux qui ont été présentés et de fixer des temps maximums dans lesquels donner des réponses;
  • agir en vue de l’élimination de toute situation qui puisse constituer des entraves à la pleine jouissance des droits civiques, afin de concrétiser une véritable égalité d’accès, pour toute la communauté, aux opportunités et aux services offerts par l’Administration publique.
2 X mille

Environnement15 Mars 2019 - 11:54

Comunicato Stampa Comunicato Stampa #FFF#Fridayforfuture Oggi è il giorno dei ragazzi di Greta! Quando si parla di politica ambientale, in Valle d’Aosta, è essenziale prima di affrontare qualsiasi aspetto di redazione e studio di nuove politiche, riconoscere il ruolo, che l’agricoltura ed i suoi protagonisti, grazie alle politiche elaborate dal Consiglio Regionale negli ultimi decenni, hanno svolto nella conservazione e gestione del nostro territorio, raggiungendo un obbiettivo, non affatto scontato negli anni del dopoguerra, quello di avere una Montagna Viva. E’ necessario, compiere dei passi avanti e continuare su questo solco, affrontando la sfida dei cambiamenti climatici e di uno sviluppo durevole. Dobbiamo interrogarci su come sviluppare un modello sociale ed economico che sia sostenibile, vale a dire un sistema di sviluppo, che lascerà il nostro territorio in una condizione simile, o anche migliore, alle generazioni future. La lotta contro il cambiamento climatico deve essere anche per il nostro movimento, un tema su cui confrontarci e diventare uno dei principali impegni della nostra politica ambientale. La lotta contro il cambiamento climatico deve essere la responsabilità di tutta la politica e deve essere, una riflessione che coinvolga tutti i settori dell’amministrazione. E’ ovvio che settori come turismo, ambiente, agricoltura, energia, costruzioni, lavori pubblici, pianificazione urbanistica, sono solo alcuni dei settori più coinvolti. Ma è necessario agire anche, culturalmente perché dobbiamo migliorare alcune nostre abitudini di consumo e di vita. L’Union Valdôtaine, ha il dovere, per l’amore e la fatica che i nostri vecchi hanno riversato verso il nostro territorio, di riflettere su questo tema e di farsi parte attiva per la promozione di tutti questi principi tra i Valdostani, con atteggiamenti razionali e non fideistici. Il ventunesimo secolo è il secolo della sfida ecologica. I governi di tutti i paesi dovranno mettere in atto politiche di sviluppo sostenibile e misure di protezione dell’ecosistema per garantire un futuro alle generazioni future. L’Union deve impegnare e coinvolgere i Valdostani su questa sfida, attraverso l’uso degli strumenti che la nostra Autonomia ci mette a disposizione. Ricordiamoci inoltre che sul tavolo dei rapporti con lo Stato, le nostre competenze in materia ambientale, dovranno essere difese, ampliate e rinegoziate. La Valle d’Aosta dovrà avere la libertà di agire efficacemente nella gestione delle risorse naturali, nella protezione dell’ambiente e nella lotta ai cambiamenti climatici. Lo sfruttamento delle nostre risorse naturali appartenenti al popolo Valdostano dovrà però:* essere parte di un approccio di sviluppo sostenibile; * rimanere coerente con il perseguimento dell’interesse generale e non semplicemente soddisfare gli interessi privati. La Valle d’Aosta, deve battersi per garantire l’integrità del suo territorio. Per quanto riguarda la lotta contro il cambiamento climatico, la Valle d’Aosta deve essere parte attiva per giungere, attraverso il coinvolgimento della macro regione alpina, alla partecipazione ai tavoli internazionali dove molto spesso la montagna non può far sentire la sua voce. In materia ambientale, come in altri settori, la Valle d’Aosta deve attivarsi per quanto possibile e coerentemente con le sue politiche di sviluppo durevole per elaborare, attraverso la collaborazione dei popoli delle Alpi, una strategia ambientale integrata e coerente perché la Montagna continui ad essere viva. La Valle d’Aosta ed i popoli delle Alpi non hanno più il tempo di aspettare che Roma e Bruxelles agiscano. I popoli delle Alpi devono diventare attori e protagonisti dell’elaborazione delle loro politiche ambientali. Consentendoci di sviluppare politiche in linea con i nostri valori, l’Autonomia è anche una difesa del nostro territorio! Aosta, lì 15 marzo

agenda

twitter

vidéos

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071