Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 21 avr 2017 - 10:44

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Histoire le mouvement Préface

Préface

L'Union Valdôtaine, une présence longue de 60 ans

Notre Mouvement vit le jour le 13 septembre 1945, au lendemain de la promulgation des "Décrets du Lieutenant du Royaume". Ces documents, approuvés par le gouvernement présidé par Ferruccio Parri le 8 août de la même année et présentés à l'Hôtel de ville d'Aoste dix-huit jours après, introduisaient les premiers éléments d'une organisation autonome pour notre Vallée. Pour l'Union Valdôtaine le pouvoir d'autogouvernement attribué à la Région par ces deux actes était trop faible et sa ligne était claire: seulement une garantie internationale aurait pu sauvegarder efficacement les droits des valdôtains.

Et c'est bien la défense du caractère ethnique et linguistique tout à fait particulier de notre communauté qui a toujours caractérisé notre Mouvement. L'Union Valdôtaine rassembla au début de son activité des autonomistes de toutes tendances politiques, qui se rattachaient à l'idéal du martyr de la résistance valdôtaine Emile Chanoux. Les membres de son Comité provisoire étaient en effet: Albert Deffeyes, Lino Binel, Paul-Alphonse Farinet, Ernest Page, Victor Rosset, Mgr Joconde Stévenin, Robert Berton, Amédée Berthod, Félix Ollietti, Séverin Caveri, Maria Ida Viglino, Flavien Arbaney et Aimé Berthet.
Une année après, le 18 juillet 1946 pour la précision, l'Union se donna ses premiers organes de direction régulièrement élus.

Le premier président du Mouvement fut Séverin Caveri, Albert Deffeyes fut son adjoint. Dans celle période des imposantes manifestations populaires furent organisées par l'Union Valdôtaine à Pont-Saint-Martin, à Morgex et à Aoste, afin de soutenir les revendications valdôtaines.

Au cours des décennies qui ont scandé l’histoire de l’autonomie de la Vallée d’Aoste, l’Union Valdôtaine a joué un rôle déterminant dans l’évolution politique, sociale, économique et culturelle de la région.

Grâce à l'action de ses parlementaires et des gouvernements régionaux à dominante autonomiste, la Vallée d'Aoste obtient enfin que l'Etat approuve, pendant ce dernier quart de siècle, les normes d'application du Statut spécial et notamment les lois de répartition fiscale, qui assurent la possibilité de développer une action efficace dans les différents domaines de la vie économique et sociale de la Vallée.

La Valle d'Aoste a changé de visage. L'agriculture et l’industrie ne sont plus les activités dominantes; à la crise de la sidérurgie on a répondu par l'installation de petites entreprises très diversifiées, spécialisées dans les secteurs d'avant-garde. L'agriculture aussi, pour dépasser la crise des années 1960 et remédier au phénomène du dépeuplement de la montagne, s’est spécialisée, visant la qualité de la production. Le développement extraordinaire du secteur tertiaire, lié au tourisme et aux services, a créé un grand nombre de nouveaux emplois.

Région historiquement ouverte aux échanges internationaux, la Vallée d'Aoste a aujourd'hui une population qui se rattache à trois cultures différentes: la française, l'allemande et l'italienne, qui coexistent dans un rare climat de respect réciproque. C'est une situation privilégiée, dont les Valdôtains et notamment les jeunes doivent savoir profiter avec intelligence et ouverture d'esprit.

Le rôle de l’Union Valdôtaine est de garder le meilleur de ce que nos ancêtres nous ont légué, tout en relevant les nouveaux défis de la modernité : c’est ce qu’elle a fait jusqu’à présent et ce qu’elle s’engage à faire à l’avenir, pour continuer à mériter la confiance des Valdôtains.

2 X mille

le coin du président29 Mars 2017 - 12:18

L’acte final d’un projet conduit de manière maline L’acte final d’un projet conduit de manière maline Quelqu’un pourrait se demander, à juste titre, qu’en est de la politique et de son devoir de service. En regardant ce qui s’est passé au Conseil de la Vallée il est difficile de donner des réponses pouvant permettre aux gens de comprendre. Dans les derniers jours on a vécu une profonde crise, comme cela peut arriver en politique. Mais les crises demandent des réponses et lorsque celles–ci sont évitées et ignorées tout devient irrationnel et incompréhensible. Normalement les majorités voient le jour sur base d’accords de programmes et les volontés qui les soutiennent travaillent à la réalisation de points programmatiques. Par contre, dans ces jours, le seul objectif était celui de la « substitution », un désir qui, pour s’affirmer, a conduit à violer toutes les règles qui sont à la base de la démocratie participative de l’institution du Conseil de la Vallée. Le Président du Conseil s’est conduit en partisan en défense des choix et des volontés des groupes politiques de la constituante nouvelle majorité. Il l’a fait avec un comportement censurable dont on n’a pas mémoire et qui ne le placera certainement pas parmi les figures institutionnelles du Pays d’Aoste dignes de mémoire. Mais celui-ci n’a été que l’acte final d’un projet qui bouillonnait depuis pas mal de temps pour nous abattre et qui a été conduit de manière maline, en prenant comme prétexte le Président de la Région lorsque les vrais objectifs, soigneusement cachés, ont été et restent d’autres. Parmi ceux-ci nous devons inscrire en tout premier, le désir et l’obsession de vouloir combattre et affaiblir l’Union Valdôtaine. Nous avons eu parfois tendance à l’oublier, mais il suffit de revenir avec la mémoire au passé pour constater que celle-ci n’est que la réplique d’une copieuse série de tentatives du passé. L’autre volonté a été celle de la « substitution ». Elle a été conduite par ceux qui avaient déjà essayé, sans succès, de s’assoir sur les fauteuils du pouvoir. Cette fois le désir d’y parvenir était si fort qu’il les a portés à former une majorité éphémère, constituée par un groupement de personnes et d’idées qui ont pu trouver une synthèse, non pas sur des projets mais, uniquement, en se coalisant contre quelque chose. Mais, à présent, le moment est arrivé de faire quelque chose « pour » et non « contre », ce qui est assez plus difficile. On verra bien qu’est-ce-que en sera des proclames lancés dans ces derniers temps. Il y de quoi ne pas être rassurés lorsqu’on constate, dans cette majorité hybride, la présence inquiétante de certains personnages drôles, qui conseilleraient aux Valdôtains d’accrocher les ceintures de sécurité.

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071