Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 24 fév 2017 - 17:56

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Histoire le mouvement Préface

Préface

L'Union Valdôtaine, une présence longue de 60 ans

Notre Mouvement vit le jour le 13 septembre 1945, au lendemain de la promulgation des "Décrets du Lieutenant du Royaume". Ces documents, approuvés par le gouvernement présidé par Ferruccio Parri le 8 août de la même année et présentés à l'Hôtel de ville d'Aoste dix-huit jours après, introduisaient les premiers éléments d'une organisation autonome pour notre Vallée. Pour l'Union Valdôtaine le pouvoir d'autogouvernement attribué à la Région par ces deux actes était trop faible et sa ligne était claire: seulement une garantie internationale aurait pu sauvegarder efficacement les droits des valdôtains.

Et c'est bien la défense du caractère ethnique et linguistique tout à fait particulier de notre communauté qui a toujours caractérisé notre Mouvement. L'Union Valdôtaine rassembla au début de son activité des autonomistes de toutes tendances politiques, qui se rattachaient à l'idéal du martyr de la résistance valdôtaine Emile Chanoux. Les membres de son Comité provisoire étaient en effet: Albert Deffeyes, Lino Binel, Paul-Alphonse Farinet, Ernest Page, Victor Rosset, Mgr Joconde Stévenin, Robert Berton, Amédée Berthod, Félix Ollietti, Séverin Caveri, Maria Ida Viglino, Flavien Arbaney et Aimé Berthet.
Une année après, le 18 juillet 1946 pour la précision, l'Union se donna ses premiers organes de direction régulièrement élus.

Le premier président du Mouvement fut Séverin Caveri, Albert Deffeyes fut son adjoint. Dans celle période des imposantes manifestations populaires furent organisées par l'Union Valdôtaine à Pont-Saint-Martin, à Morgex et à Aoste, afin de soutenir les revendications valdôtaines.

Au cours des décennies qui ont scandé l’histoire de l’autonomie de la Vallée d’Aoste, l’Union Valdôtaine a joué un rôle déterminant dans l’évolution politique, sociale, économique et culturelle de la région.

Grâce à l'action de ses parlementaires et des gouvernements régionaux à dominante autonomiste, la Vallée d'Aoste obtient enfin que l'Etat approuve, pendant ce dernier quart de siècle, les normes d'application du Statut spécial et notamment les lois de répartition fiscale, qui assurent la possibilité de développer une action efficace dans les différents domaines de la vie économique et sociale de la Vallée.

La Valle d'Aoste a changé de visage. L'agriculture et l’industrie ne sont plus les activités dominantes; à la crise de la sidérurgie on a répondu par l'installation de petites entreprises très diversifiées, spécialisées dans les secteurs d'avant-garde. L'agriculture aussi, pour dépasser la crise des années 1960 et remédier au phénomène du dépeuplement de la montagne, s’est spécialisée, visant la qualité de la production. Le développement extraordinaire du secteur tertiaire, lié au tourisme et aux services, a créé un grand nombre de nouveaux emplois.

Région historiquement ouverte aux échanges internationaux, la Vallée d'Aoste a aujourd'hui une population qui se rattache à trois cultures différentes: la française, l'allemande et l'italienne, qui coexistent dans un rare climat de respect réciproque. C'est une situation privilégiée, dont les Valdôtains et notamment les jeunes doivent savoir profiter avec intelligence et ouverture d'esprit.

Le rôle de l’Union Valdôtaine est de garder le meilleur de ce que nos ancêtres nous ont légué, tout en relevant les nouveaux défis de la modernité : c’est ce qu’elle a fait jusqu’à présent et ce qu’elle s’engage à faire à l’avenir, pour continuer à mériter la confiance des Valdôtains.

le coin du président24 Février 2017 - 09:09

Pluralisme et participation Pluralisme et participation Samedi 18 février, à Pont-Saint-Martin l’Union Valdôtaine a célébré son Congrès. Les observateurs moins attentifs on peut être considéré ce moment comme la répétition d’une espèce de rite, avec les habituelles interventions de routine. Le rendez-vous de samedi, au de la de la grande participation, a aussi été caractérisé par des rapports et des propositions variées et nombreuses de la part de Congressistes et de groupes de Sections. Les différentes interventions ont témoigné la richesse et l’ampleur d’un débat interne à l’Union Valdôtaine que le Comité Fédéral a lancé et soutenu en préparation de ce Congrès. Ca fait désormais quelques années que l’Union Valdôtaine est en train de conduire un nombre important d’activités, de rencontres et de produire des documents pour introduire des moments de réflexions dans les Sections et sur le territoire. Pour ce faire nous avons lancé un grand nombre de rencontres, à tout niveau, avec les différents organes du Mouvement, dans le signe du pluralisme en essayant de prendre en charge toutes les opinions et toutes les options. L’Union Valdôtaine a une architecture démocratique qui s’exprime et travaille avec : un Congrès (annuel), un Conseil Fédéral, un Comité Fédéral, une Conférence des Présidents des Sections, une Conférence des Administrateurs, 70 Sections avec des Présidents et des Comités de Direction. Tous ces organes sont régulièrement élus sur la base de règles statutaires en vigueur, fixées par acte notarié et déposée à la « Commisssione di garanzia degli statuti e per la trasparenza dei partiti politici». Dans nos Statuts dont inscrites les règles et les principes de la transparence, du pluralisme, de l’éthique des comportements. Les réunions de nos organes sont ouvertes et, en effet, sont rares les moments de vie de l’Union Valdôtaine qui échappent à l’attention des medias et de l’opinion publique. L’Union Valdôtaine est consciente du fait que la politique vit une période difficile. Voilà pourquoi le Mouvement a voulu mettre en marche un procès dialectique qui a ouvert une saison de partage, d’écoute en demandant une assomption de responsabilité des Unionistes dans la conduite de ce parcours. Des dizaines et des dizaines de rencontres avec les Sections et avec le territoire ont lancé un processus de discussion, d’information et, enfin, de volonté de collaboration pour le futur. Les résultats concrets de tout ça on les a aperçus au Congrès de Pont-Saint-Martin. Le document final contient des points qui ont été, en large mesure, des synthèses des débats et des rencontres qui ont précédé l’Assemblée du 18 février. Aussi le rapport que j’ai présenté en ma qualité de Président est le résultat de l’ensemble des réflexions qui sont ressorties dans nos réunions sur le territoire où nous avons conduit une large activité d’écoute. Nous avons vu, tout au long de cette période qu’il y plein de monde, sur le territoire qui souhaiterait entendre parler de ses problèmes et d’entendre des messages positifs visant à construire et à donner des perspectives pour le futur. Voilà pourquoi, dans toutes ces soirées, comme d’ailleurs dans notre Congrès, nous avons essayé de ne pas gaspiller notre temps à dire mal des autres. Nous avons essayé de jeter un regard sur les grands changements mondiaux qui nous touchent de près. Nous avons parlé de nous, de nos activités, de nos espoirs, de nos criticités, des problèmes que les gens ressentent, de notre territoire, puisque nous sommes conscients qu’après le temps des bavardages viendra aussi le moment de se présenter aux femmes et aux hommes de la Vallée d’Aoste pour leur demander de nous renouveler leur confiance. Ce n’est qu’avec des messages et des contenus partagés, concrets et positifs que nous pourrons le faire.

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071