Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 26 mai 2017 - 10:05

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Histoire le mouvement Les racines

Les racines

L’Esprit de victoire par Emile Chanoux

«Il faut être très bas, pour regarder très haut.
C’est un paradoxe, qui cache cependant une vérité.
Nous sommes très bas.
Nous avons atteint le fond de notre bassesse.
Pour un peuple, comme pour un individu, ne plus garder son individualité c’est mourir.
Et pour celui qui regarde et voit uniquement l’apparence, notre peuple n’existe plus.
Il n’a plus son langage.
Il doit renier ses ancêtres et son histoire.
Jusque dans ses noms, qui sont, dit-on, l’image de la personnalité humaine, il n’est plus.
Au milieu de nous un autre peuple s’est campé et agit en maître, un autre peuple qui n’a pas notre visage et dont les plus faibles parmi nous ont accepté le langage et quelquefois l’esprit, un autre peuple qui ne nous aime pas, qui nous hait même.
Il espère pouvoir nous détruire, parce qu’il est plus nombreux que nous.
Il veut nous détruire parce qu’il est plus fort que nous.
Il nous hait parce qu’il sent que nous lui sommes supérieurs par notre intelligence, par notre têtardise.
Il nous hait parce qu’il sent que nous sommes un obstacle à sa domination.
Il nous hait parce qu’il sent que sa domination sur nous est chose provisoire.
Il nous hait parce qu’il sent que, chez nous, il n’est pas chez lui.
Cette haine n’est pas consciente : elle est latente, elle est dans les manifestations spontanées de sa volonté, plus que dans sa pensée.
Elle est dans cette frénésie de destruction de tout ce qui représente notre personnalité, notre langue, notre histoire, nos noms.
Elle est dans cette exclusion organisée de tout valdôtain de tout poste essentiellement nécessaire à la vie de notre peuple.
Elle est dans cette ignorance totale dans laquelle il veut vivre de notre langue, de notre histoire, de nos noms, de nos problèmes économiques eux-mêmes. Quelle étrange prétention que de vouloir administrer un pays que l’on ne connaît pas !
Quatre-vingt mille Valdôtains sont isolés, chez-eux, de toute communication avec leur passé, toute culture relative à ce passé leur est interdite.
Ils sont isolés de leur classe dirigeante que l’on a dispersée ou asservie.
Ils sont abrutis dans l’ignorance de tous les problèmes qui les regardent le plus directement.
Les fils n’ont plus le langage des pères.
L’autre race règle la vie du pays, parce qu’elle est dans les bureaux d’où elle administre.
Elle est dans les usines où elle croit agir en maîtresse.
Elle est dans les boutiques où elle s’enrichit.
Elle est dans les écoles où elle enseigne son langage et son histoire et fait oublier aux enfants des vaincus leur langage et leur histoire.
Et le plus tragique c’est que tout cela a lieu non pas parce que ce peuple-là a vaincu celui-ci, mais parce que ce peuple-ci a contribué à la libération de celui-là, et a été si ingénu qu’il en a accepté la domination.
Quand les Savoie glissèrent graduellement de leurs montagnes dans la plaine du Pô, puis le long de la Péninsule italienne, et devinrent rois d’Italie, cessant d’être Ducs de Savoie, lorsqu’ils mirent entre les pays dont ils voulurent devenir les maîtres, et dont ils devinrent les esclaves, et le pays d’où ils sortaient un confin, un mur, nos pères ne comprirent pas qu’ils leur avaient tourné le dos.
L’équivoque persista jusqu’à nos jours, grâce à une apparence de sympathie qu’ils manifestèrent envers notre peuple.
Elle persista malgré une lutte lente, opiniâtre, souterraine, que les hommes venus d’en bas commencèrent contre ceux des montagnes et dont ceux-ci ne comprirent pas les mobiles.
Elle persista sous une apparence de légalité, minant la capacité de réaction de ce peuple encore ingénument croyant dans la vertu et la droiture de ses gouvernants.
Il fallut qui vînt le coup de massue de vingt ans de fascisme, il fallut que celui-ci déchirât le masque et montrât le vrai visage des dominateurs.
Il fallut que notre pays perdît tout.
Alors dans l’abîme d’abjection dans lequel il s’est trouvé, il a vu clair, il voit clair.
Non pas que tout le peuple voie clair : il ne le peut pas.
Mais quelqu’un parmi ceux que la tourmente n’a pas détruits dans la classe dirigeante, quelqu’un commence à voir clair.
Il commence à comprendre que pour survivre notre peuple doit avoir conscience de son état d’abjection.
Son premier devoir est de le lui dire, de le lui faire toucher du doigt.
On ne se résigne pas facilement à être déchu.
Il faut être des tarés pour s’y résigner.
Notre peuple ne l’est pas.
Il est vivant, profondément planté dans son sol, ce sol qu’il possède encore parce que, si on le lui ravissait, plus personne ne serait capable de le faire produire, parce que, si on le lui enlevait, il deviendrait stérile.
Il est vivant et son aptitude naturelle à penser, malgré son état d’abjection intellectuelle, ne s’est pas éteinte.
Il continue à produire des hommes munis d’instruction, munis de certaines qualités intellectuelles.
Il continue, dans son ignorance du langage des aïeux, à penser valdôtain même avec le langage des dominateurs.
Et quelquefois, du sous-sol de son dialecte, il sait encore extraire des hommes pour lesquels le langage du passé, devient le langage de l’avenir.
C’est le feu qui couve sous la cendre, et qui éclatera un jour.
On a beau le couvrir avec d’autres cendres stériles, il éclatera un jour.
Il suffira que cette cendre soit remuée.
Voilà ce qui est maintenant l’esprit de victoire : voir clair, vouloir vivre.
Tout ce qui est écrit sur nos murs ne nous intéresse plus, pour le moment.
Mais que notre âme s’alimente de la volonté de vivre, et que tout ce quia a lieu autour de nous serve à cultiver, âprement, cette volonté de vivre.
Et voilà que nous vaincrons. Voilà que la Vallée d’Aoste nouvelle, régénérée par la souffrance et refondue dans une nouvelle unité, produira à nouveau des Valdôtains.»

2 X mille

Vie de l'Union12 Mai 2017 - 12:29

A propos du recours au TAR… A propos du recours au TAR… Lors du Conseil fédéral réuni à Saint-Christophe hier soir, jeudi 12 mai, une des communications du président de l’Union Valdôtaine Ennio Pastoret a concerné le recours présenté au TAR, par notre groupe d’élus au Conseil de la Vallée, sur les actes administratifs de la séance de l’Assemblée du 10 mars dernier (et conséquents). A ce sujet, lors de la soirée se sont exprimés tant le chef de groupe UV au Conseil, Ego Perron (ayant remarqué une fois de plus que le "président du Conseil doit sauvegarder les droits de tous et il ne s’est pas porté ainsi, à cette occasion”), que le conseiller Augusto Rollandin (qui a défini "naturel le recours, vu que la même situation, dans deux jours a porté à deux conduites différentes” de la Présidence du Conseil). De suite vous trouvez la communication du président Pastoret. Le 20 mars 2017 l’UV avait porté plainte contre la décision de Président du Conseil de considérer valide la séance du Conseil du 10 mars 2017 en l’absence du nombre légal des Conseiller présents. Le sens du recours était celui de défendre le bien fondé de nos convictions puisque nous restons convaincu qu’il ne faut jamais renoncer à faire valoir ses droits. Mais, surtout, à la base du recours il y avait l’obligation d’exiger le respect des règles qui sont à la base de la vie, de l’histoire et de la démocratie de la VDA. La loi Severino, à laquelle a fait référence la Présidence du Conseil affirme « nel periodo di sospensione i soggetti sospesi, fatte salve le diverse specifiche regionali, non sono computati al fine della verifica del numero legale, né per la determinazione di qualsivoglia quorum o maggioranza qualificata.” Nous avons soutenu et nous soutenons, qu’en ce qui nous concernes, ces dispositions ne s’appliquent pas puisque l’art. 21 du Statut Spécial dit : "Le deliberazioni del Consiglio Valle non sono valide se non è presente la maggioranza dei suoi componenti e se non sono adottate a maggioranza dei presenti…..” La question est claire. Le Statut de la Vallée d’Aoste est une loi constitutionnelle et donc de rang supérieur au DLGS Severino qui ne peut pas modifier ou dépasser les lois constitutionnelles. Celle –ci, au de la des sentiments personnels ou d’opportunité, que quelqu’un cite inopportunément, est la véritable raison qui nous a obligé à faire recours. Pour l’UV il s’agissait de défendre un principe qui est irrévocable si on se veut autonomistes et si on prétend défendre le principe sur lequel se fonde notre Statut d’Autonomie. Oublier cela signifiera perdre notre mémoire et oublier toutes les luttes menées jusqu’à présent par ceux qui ont défendu dans le temps ce principes contre les tentatives centralisatrices. En considérant valide la séance du 10 mars la Présidence du Conseil a accompli un acte qui va au de la d’un simple abus. Il a soumis une disposition statutaire à une loi ordinaire violant un principe que notre Région a toujours défendu avec acharnement. Le Président Rosset, avant d’établir, dans les faits, que la loi Severino devait s’appliquer indépendamment des dispositions statutaires il aurait du se poser la question suivante : est-ce-que une loi ordinaire peut intervenir et dépasser une disposition constitutionnelle comme le Statut ? La réponse, simple et univoque, ne pouvait qu’être NON. Voilà donc qu’au de la de toutes les considérations sur les raisons et les torts, sur les opportunités ou les non opportunités l’UV a été obligée à porter recours. Elle ne l’a pas fait tout simplement pour empêcher à une autre majorité de s’installer, mais parce qu’elle avait le devoir de défendre un principe qui est à la base de son existence de Mouvement Autonomiste qui veut défendre l’Autonomie de notre Région. Or les aspects juridiques feront l’objet d’une évaluation et d’un jugement dans le mérite le 12 septembre. Cependant on ne peut pas passer sous silence le fait qu’il y a qui vient de se réjouir pour ce renvoi et par certaines affirmations du TAR. Il faut faire attention parce que celle que l’on considère une victoire porte en elle un venin mortel pour notre système d’autogouvernement. Il est intéressant d’observer comme à l’occasion du référendum du 4 décembre une large partie de soi-disant autonomiste avait invité à voter NON en portant comme prétexte la close de SUPREMATIE qui aurait porté à des chevauchement de nos compétences statutaires. Et voilà que ce danger si tant évoqué alors est devenu réel. La reforme a été boulée et elle n’a pas introduit la close de suprématie, mais les effets de la décision prise par la Présidence du Conseil, ont été exactement les mêmes, lorsque on a établi que la loi Severino avait SUPREMATIE sur les dispositions du Statut. Maintenant nous attendrons avec confiance l’avis du TAR. Mais en tout cas, pour nous, celle-ci est une question dont la gravité institutionnelle et juridique nous obligera à défendre et à porter jusqu’au but nos raisons. N’importe quels seront les temps et les énergies que nous y devrons mettre. Nous ne le ferons certainement pas avec un esprit de revanche, ni pour délégitimer quelqu’un, mais pour l’obligation que nous avons, depuis toujours, de défendre notre Pays et ses institutions, même, comme dans ce cas, ce sont elles mêmes qui s’infligent des blessures graves.

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071