Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 22 sep 2017 - 15:07

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Histoire le mouvement Les débuts

Les débuts

1946 › 1958

Le 10 janvier 1946 se tient la première séance du premier Conseil de la Vallée, désigné par le Comité de Libération Nationale et présidé par Federico Chabod. Le 28 février se déroule à Morgex le premier Congrès de l’Union Valdôtaine. Le 7 mars l’Union Valdôtaine présente au Conseil de la Vallée un ordre du jour demandant la garantie internationale pour l’autonomie valdôtaine : le président Chabod en empêche la discussion. Le 26 mars une manifestation populaire entraîne la démission du président Chabod, retirée sur requête unanime du Conseil de la Vallée. Le 2 juin, lors du référendum institutionnel, les Valdôtains votent majoritairement en faveur de la République. Le même jour, les élections de l’Assemblée Constituante voient l’élection de l’avocat Jules Bordon, candidat des gauches, contre Paul-Alphonse Farinet, candidat de la Démocratie Chrétienne soutenu par l’Union Valdôtaine. Le 6 octobre Verrès accueille le deuxième Congrès de l’Union Valdôtaine. Le 17 octobre Federico Chabod démissionne définitivement ; le nouveau président du Conseil de la Vallée Séverin Caveri est élu le 24 octobre. Le 27 octobre, à Aoste, troisième Congrès de l’Union Valdôtaine.

Le traité de paix, signé à Paris le 10 février 1947, prévoit le passage à la France des territoires de Tende et La Brigue ; la Vallée d’Aoste reste en Italie. Le 3 mars le Conseil de la Vallée approuve à l’unanimité un projet de statut spécial d’autonomie, que l’Assemblée Constituante ne prendra pas en considération. Le 11 mai le quatrième Congrès de l’Union Valdôtaine se déroule à Pont-Saint-Martin. Du 16 au 18 octobre, cinquième Congrès de l’Union Valdôtaine.

Le 26 février 1948 est promulgué le Statut spécial d'autonomie pour la Vallée d'Aoste (approuvée par l'Assemblée constituante le 31 janvier). Les 18 et 19 avril, les premières élections démocratiques du Parlement italien, au suffrage universel, voient la victoire des deux candidats démocrates chrétiens soutenus par l’Union Valdôtaine : Ernest Page au Sénat et Paul-Alphonse Farinet à la Chambre des Députés.

Les premières élections régionales ont lieu le 24 avril 1949: l'alliance de l'Union Valdôtaine avec la Démocratie Chrétienne remporte la victoire (28 élus contre 7 conseillers de gauche) et on forme un deuxième gouvernement régional présidé par Séverin Caveri, qui entreprend de relever la Vallée d'Aoste des ruines de la guerre et du centralisme.

L’année 1950 voit l’application « provisoire », en attendant la réalisation de la zone franche, d’un régime d’exemption fiscale sur certaines denrées ; de grands travaux publics commencent à transformer le visage de la Vallée d’Aoste. L’Union Valdôtaine nomme son Comité exécutif (« provisoire » lui aussi) le 27 mai.

En 1951 des malaises se manifestent vis-à-vis des retards de l’Etat dans l’application du Statut spécial d’autonomie.

Les élections municipales de 1952 marquent un grand succès des listes unionistes : 39 Communes sont administrées par l’UV, seule ou en coalition.

Les organes de l’UV (Comité central et Comité exécutif) sont renouvelés le 23 avril 1953. La coalition Union Valdôtaine-Démocratie Chrétienne remporte la victoire aux élections politiques du 7 juin et deux démocrates chrétiens : Ernest Page et Paul-Alphonse Farinet sont confirmés.

Le rapport entre l'UV et la DC est compromis par les attitudes serviles des démocrates chrétiens d'Aoste vis-à-vis des diktats romains et par l’attitude anti-autonomiste du gouvernement romain. La crise éclate lorsque la majorité des représentants de la DC au Conseil de la Vallée démissionne, pour provoquer la chute du gouvernement Caveri et aboutir à des élections anticipées. L’UV choisit de former un gouvernement provisoire avec la gauche. Les résultats des élections régionales du 14 novembre 1954 sont le reflet d’une nouvelle loi électorale majoritaire, qui pénalise lourdement l’UV, écrasée par le bipolarisme DC-gauches : avec 21.413 voix la DC obtient 25 sièges, les gauches (16.307 voix) 9 sièges et l’UV (15.123 voix) un seul siège. Un exécutif démochrétien est nommé, présidé par Vittorino Bondaz.

Le nouveau gouvernement régional accepte, en 1955, un mécanisme de répartition financière avec l’Etat très négatif pour l’autonomie valdôtaine, malgré la ferme opposition du seul conseiller régional unioniste, Marie-Céleste Perruchon, veuve du martyr de la Résistance Emile Chanoux.

Les élections municipales de 1956 voient la victoire de l’UV et de ses alliés dans 32 Communes. Notre Mouvement élit son Comité central le 24 juin et le Comité exécutif le 15 juillet.

L’année 1957 s’écoule sans que le gouvernement régional ait l’air de vouloir résoudre les graves problèmes politiques liés à l’application du Statut spécial d’autonomie.

Le malaise du peuple valdôtain s’exprime lors des élections politiques des 25 et 26 mai 1958, qui aboutissent à l’affirmation de deux candidats soutenus par l’UV et les gauches : René Chabod au Sénat et Séverin Caveri à la Chambre des Députés.

2 X mille

Vie de l'Union12 Septembre 2017 - 11:28

Le souhait pour nos 72 ans: un effort et une volonté communs Le souhait pour nos 72 ans: un effort et une volonté communs Le 13 septembre 1945, au lendemain de la promulgation des "Décrets du Lieutenant du Royaume", un groupe de personnes courageuses et clairvoyantes, convaincues que le pouvoir d'autogouvernement attribué au Val d’Aoste par ces actes était trop faible, fonda l’Union Valdôtaine. Ces devanciers, qui tenaient à la défense du caractère ethnique et linguistique de notre communauté, s’unirent pour créer un Mouvement qui rassembla des autonomistes, de toutes tendances politiques, se rattachant à l'idéal du martyr de la Résistance valdôtaine Emile Chanoux. L’Union Valdôtaine fut gérée par Comité provisoire dont les membres étaient: Albert Deffeyes, Lino Binel, Paul-Alphonse Farinet, Ernest Page, Victor Rosset, Mgr Joconde Stévenin, Robert Berton, Amédée Berthod, Félix Ollietti, Séverin Caveri, Maria Ida Viglino, Flavien Arbaney et Aimé Berthet. Depuis ce 13 septembre 1945, tout au long de son d’histoire, l’Union Valdotaine a consacré sa vie au Val d’Aoste et à sa Communauté, par son engagement, par les sacrifices, les joies, les douleurs, les querelles, les divisions et les grands moments d’unité qu’elle a vécu. Pendant les 72 ans de vie du Mouvement des femmes, des hommes des personnes âgées et des jeunes se sont engagés pour l’Union, pour l’idéal qu’elle représentait, charmés pour l’amour envers le Pays d’Aoste que l’Union Valdôtaine a toujours affirmé et démontré. L’Union Valdôtaine a eu des poussées inoubliables de succès et de croissances, mais aussi des abandons et des déchirures douloureuses. Elle a vécu cela en traversant un long moment d’histoire, qui a vu la dissolution des partis politiques en Italie et de profondes transformations des agrégations historiques en Europe. Malgré ça, ce grand Mouvement populaire est encore vif et vivant, malgré les difficultés d’un cadre politique qui est soumis à des séismes qui contribuent à en augmenter la fragmentation. Les points de repère traditionnels sont mis en crise par des nouvelles formations politiques qui font de l’agressivité leur devise et qui cherchent à s’affirmer, un peu partout, selon des formules et des propositions qui produisent souvent des clameurs écrasantes, mais qui ne durent que l’espace de quelque jour. D’ailleurs la politique actuelle a pris davantage l’habitude de chatouiller les esprits de revanche plutôt qu’essayer d’offrir des propos raisonnables et réalisables. On ne sait pas jusqu’à quand, mais, certainement, cela ne peut pas continuer longtemps sans mettre en crise toute forme de gouvernabilité. Dans ces jours au Val d’Aoste est en acte une tentative de réunir les forces unionistes, autonomistes et fédéralistes. Après des années de querelles et de partages il s’agit d’un essai important. Des colloques ont été conduits. D’autres s’ensuivront. Reste, pour le moment le fait, qu’une volonté commune a, jusqu’à présent, permis de se parler, de se confronter en laissant de côté tout esprit de revanche. Face à la confusion et à l’éparpillement idéal et programmatique de la politique actuelle on ne peut que saluer favorablement cette tentative qui, en quelque sorte, rappelle, comme en a été le 13 septembre 1945, que pour les Valdôtains, le seul espoir de s’en sortir des moments des difficultés est celui de unir les forces. Sans aucune prétention de faire des comparaisons improposables on souhaite que, ce 13 septembre 1945 puisse marquer l’affirmation d’un effort et d’une volonté commune entre les forces politiques unionistes, autonomistes et fédéralistes pour le futur du Pays d’Aoste. Ennio Pastoret

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071