Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 30 mar 2017 - 17:14

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Histoire le mouvement La « Junte du Lion »

La « Junte du Lion »

1959 › 1965

Le monopole de la DC est désormais rompu : alliée aux gauches, l'UV remporte la victoire aux élections régionales du 18 mai 1959 (25 élus contre les 10 de la coalition DC-PLI-PSDI). C'est la "junte du lion", présidée par Oreste Marcoz.

Issu de l’immobilisme de l’ère Bondaz, le gouvernement régional entreprend en 1960 de nombreuses initiatives novatrices concernant notamment la protection du paysage, le soutien de l’élevage et l’instruction professionnelle (fondation de l’Institut Professionnel Régional).

L’année 1961 voit la première tentative de diviser l’Union Valdôtaine par la fondation de mouvements attrape-nigauds soi-disant autonomistes. Prétextant une gestion prétendûment anti-démocratique de notre Mouvement, on fonde l ‘« Union Démocratique Valdôtaine » en vue de lui soustraire des électeurs. Cette tentative échoue lors des élections municipales : l’UV et ses alliés indépendants et de gauche remportent la victoire dans 37 Communes.

En 1962 le gouvernement régional affronte plusieurs problèmes économiques d’envergure ; la Vallée souligne son identité francophone par l’organisation à Aoste du 5e Congès de l’Union Culturelle Française, dont le président est l’assesseur unioniste Corrado Gex.

Gex est élu député au Parlement lors des élections politiques des 28 et 29 avril 1963, alors que Chabod est confirmé au Sénat par la coalition UV-gauches. L‘UV renouvelle ses organes : le Comité central élit le Comité exécutif le 13 mai et Séverin Caveri est confirmé à la présidence. Un deuxième mouvement soi-disant autonomiste est fondé par nos adversaires pour nous diviser : la « Ligue des Campagnards», qui échoue aux élections régionales des 27 et 28 octobre (1 seul siège). La nouvelle majorité du Conseil de la Vallée est formée par l’UV (7 sièges), le PCI (9) et le PSI (2) ; Séverin Caveri est réélu président de la Région pour la troisième fois.

Les années 1960 sont marqués par un grand effort de modernisation de la Vallée d'Aoste: l'administration régionale exploite au maximum les compétences législatives et administratives qui lui sont reconnues pour aider l'agriculture de montagne, développer le tourisme et construire les infrastructures indispensables à assurer une meilleure qualité de vie à la population. De grands travaux sont entrepris, dont notamment le percement des tunnels du Grand-Saint-Bernard, inauguré en 1964, et du Mont-Blanc, réalisé en 1965.

1965 est également l’année du renouveau des municipalités valdôtaines : seule ou avec ses alliés de gauche et indépendants l’UV s’impose dans 37 Communes.

2 X mille

le coin du président29 Mars 2017 - 12:18

L’acte final d’un projet conduit de manière maline L’acte final d’un projet conduit de manière maline Quelqu’un pourrait se demander, à juste titre, qu’en est de la politique et de son devoir de service. En regardant ce qui s’est passé au Conseil de la Vallée il est difficile de donner des réponses pouvant permettre aux gens de comprendre. Dans les derniers jours on a vécu une profonde crise, comme cela peut arriver en politique. Mais les crises demandent des réponses et lorsque celles–ci sont évitées et ignorées tout devient irrationnel et incompréhensible. Normalement les majorités voient le jour sur base d’accords de programmes et les volontés qui les soutiennent travaillent à la réalisation de points programmatiques. Par contre, dans ces jours, le seul objectif était celui de la « substitution », un désir qui, pour s’affirmer, a conduit à violer toutes les règles qui sont à la base de la démocratie participative de l’institution du Conseil de la Vallée. Le Président du Conseil s’est conduit en partisan en défense des choix et des volontés des groupes politiques de la constituante nouvelle majorité. Il l’a fait avec un comportement censurable dont on n’a pas mémoire et qui ne le placera certainement pas parmi les figures institutionnelles du Pays d’Aoste dignes de mémoire. Mais celui-ci n’a été que l’acte final d’un projet qui bouillonnait depuis pas mal de temps pour nous abattre et qui a été conduit de manière maline, en prenant comme prétexte le Président de la Région lorsque les vrais objectifs, soigneusement cachés, ont été et restent d’autres. Parmi ceux-ci nous devons inscrire en tout premier, le désir et l’obsession de vouloir combattre et affaiblir l’Union Valdôtaine. Nous avons eu parfois tendance à l’oublier, mais il suffit de revenir avec la mémoire au passé pour constater que celle-ci n’est que la réplique d’une copieuse série de tentatives du passé. L’autre volonté a été celle de la « substitution ». Elle a été conduite par ceux qui avaient déjà essayé, sans succès, de s’assoir sur les fauteuils du pouvoir. Cette fois le désir d’y parvenir était si fort qu’il les a portés à former une majorité éphémère, constituée par un groupement de personnes et d’idées qui ont pu trouver une synthèse, non pas sur des projets mais, uniquement, en se coalisant contre quelque chose. Mais, à présent, le moment est arrivé de faire quelque chose « pour » et non « contre », ce qui est assez plus difficile. On verra bien qu’est-ce-que en sera des proclames lancés dans ces derniers temps. Il y de quoi ne pas être rassurés lorsqu’on constate, dans cette majorité hybride, la présence inquiétante de certains personnages drôles, qui conseilleraient aux Valdôtains d’accrocher les ceintures de sécurité.

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071