Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 6 déc 2019 - 11:52

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Histoire le mouvement Une progression constante

Une progression constante

1984 > 1999

Le 4 janvier 1984 l’unioniste Auguste Rollandin est élu à la présidence de la Région. Lors des élections du Parlement européen, le 16 juin, la coalition de mouvements autonomistes et fédéralistes guidée par l’UV et le « Partito Sardo d’Azione » parvient à faire élire un représentant de celui-ci, Michele Columbu. Le deuxième congrès national de notre Mouvement se déroule à Saint-Vincent du 22 au 25 novembre et élit le président en la personne d’Alexis Bétemps ; la nouvelle charge statutaire de secrétaire général est confiée à Léonard Tamone.

Les élections municipales des 8 et 9 juin 1985 voient le succès des listes soutenues par l’UV dans 46 Communes ; à Aoste notre Mouvement obtient 5 sièges. Le 24 juin un grave deuil frappe la Vallée d’Aoste : la mort de Maria Ida Viglino, ancien assesseur régional, qui avait rempli un rôle majeur lors des luttes pour l’obtention de l’autonomie. Le 13 septembre l’Union Valdôtaine célèbre son quarantième anniversaire par l’inauguration d’une plaque commémorative à Aoste, sur l’emplacement de son premier siège, avenue du Père-Laurent. Le 8 décembre se déroule à Villeneuve la Ire Conférence nationale, sur le thème : « Quarante ans d’activité : compte-rendu et perspectives ».

Le 30 novembre 1986 l’UV organise sa IIe Conférence nationale à Châtillon sur le thème : « L’économie valdôtaine : réalités et perspectives ».

Les élections politiques des 14 et 15 juin 1987 marquent l’éclatant succès de la coalition UV-ADP-PRI contre un cartel électoral groupant la DC et les gauches : César Dujany est élu au Sénat et Lucien Caveri à la Chambre des Députés. Le 15 novembre se déroule à Pont-Saint-Martin la IIIe Conférence Nationale, sur le thème : « Autonomie, source de qualité de la vie ».

Les élections régionales des 26 et 27 juin 1988 voient encore la victoire de l'UV, qui obtient 12 sièges au Conseil de la Vallée, et une réussite triomphale du président sortant Auguste Rollandin, qui est confirmé à la tête d’un gouvernement exprimé par la majorité UV-DC-ADP-PSI-PRI. A la suite de la démission de Léonard Tamone, Dino Viérin remplit les fonctions de secrétaire général jusqu’au 3 septembre, date à laquelle le Comité central le remplace par Guy Grimod pour cause d’incompatibilité, étant devenu assesseur dans le nouveau gouvernement régional.

Le IIIe Congrès national de l’Union Valdôtaine se déroule à Saint-Vincent du 17 au 19 mars 1989 : Alexis Bétemps et Guy Grimod sont confirmés dans les charges de président et de secrétaire général respectivement. Les élections du Parlement européen, le 18 juin, voient une fois encore la participation des mouvements autonomistes et fédéralistes guidés par l’UV et le « Partito Sardo d’Azione » : un représentant de celui-ci, Mario Melis, est élu à Strasbourg.

Le 29 avril 1990 se déroule à Aoste la IVe Conférence nationale, sur le thème : « Autonomie communale ». Les élections municipales des 6 et 7 mai marquent le succès des listes soutenues par notre Mouvement dans 50 Communes ; à Aoste l’UV devient le premier parti de la ville, avec 9 élus (4 de plus par rapport aux consultations précédentes). La force de notre mouvement préoccupe les adversaires et provoque des malaises même dans les rangs de la majorité régionale : le 6 juin le deuxième gouvernement Rollandin est renversé par une coalition allant de la Démocratie Chrétienne à l’extrême gauche, qui élit à sa place un exécutif guidé par Gianni Bondaz.

Au cours de 1991 le caractère contradictoire et inconsistant de la majorité qui soutient le gouvernement Bondaz devient de plus en plus évident.

Les élections politiques des 5 et 6 avril 1992 marquent le triomphe des candidats proposés par la coalition guidée par l’Union Valdôtaine - César Dujany et Lucien Caveri – contre ceux que présente la majorité régionale. Le gouvernement Bondaz s’ébranle et démissionne le 3 juin. Le 10 juin le Conseil régional élit un nouveau gouvernement présidé par Ilario Lanivi et soutenu par la majorité UV-PDS-ADP-« Autonomia Socialista ».

Le 27 février 1993 se tient à Pont-Saint-Martin la Ve Conférence nationale de l’UV, sur le thème : « Le peuple valdôtain et son avenir ». La réussite de la nouvelle formule politique gouvernementale est sanctionnée par les élections régionales du 30 mai, lorsque le nombre des conseillers unionistes augmente à 13. Le nouveau gouvernement, soutenu par l’UV, le PDS, le mouvement « Pour la Vallée d’Aoste » et les Verts, et présidé par l’unioniste Dino Viérin. Le IVe Congrès national de l’UV, qui se déroule à Saint-Vincent du 17 au 19 décembre, confirme Alexis Bétemps à la présidence et élit Charles Perrin à la charge de secrétaire général.

Les élections politiques des 27 et 28 mars 1994 aboutissent à la victoire de la coalition guidée par l’Union Valdôtaine et à la confirmation de César Dujany au Sénat et de Lucien Caveri à la Chambre des Députés. Lors des élections du Parlement européen, le 12 juin la liste « Fédéralisme » patronnée par l’Union Valdôtaine remporte en Vallée d’Aoste la première position, avec 32% des suffrages ; elle n’obtient cependant pas d’élu. Le 28 septembre la « Fédération autonomiste » adhère à la majorité régionale.

Les élections municipales, qui se déroulent le 28 mai 1995, voient la victoire de listes soutenues par l’UV ou contenant des unionistes ou des sympathisants, dans 55 Communes dont Aoste, où on vote pour la première fois avec le système majoritaire et où le syndic élu au premier tour est Pier Luigi Thiébat, présenté par l’UV, la « Fédération autonomiste » et la gauche ; les conseillers unionistes restent 9. Le 13 septembre l’Union Valdôtaine célèbre ses premiers 50 ans par une cérémonie au Col de Joux, lieu-symbole qui rappelle les réunions clandestines de la « Jeune Vallée d’Aoste » pendant le Fascisme, et où on installe une plaque commémorative. Le 19 septembre le groupe unioniste dépose au Conseil de la Vallée un projet de loi constitutionnelle de réforme fédéraliste de l’Etat italien. Le 18 novembre la Conférence nationale du Mouvement se déroule à Aoste, ayant pour thème : « Le 50e anniversaire de l’Union Valdôtaine ».

Les 24 et 25 février se tient à Saint-Vincent le Congrès extraordinaire du Mouvement sur le thème : « La souveraineté politique du Val d’Aoste : les raisons et les parcours ». Les élections politiques du 21 avril 1996 marquent la victoire de la coalition soutenue par l’Union Valdôtaine, le PDS, les ADP, les « Populaires Valdôtains » et le mouvement « Pour la Vallée d’Aoste » : Guido Dondeynaz est élu au Sénat et Lucien Caveri est confirmé à la Chambre des Députés.

Le 11 janvier et le 1er février 1997 se déroule la Conférence nationale, convoquée pour l’approbation des nouveaux statuts du Mouvement. Le 2 juillet naît le groupe politique des « Autonomistes », qui se place à l’opposition : l’assesseur Massimo Lévêque, qui figure parmi ses fondateurs, démissionne du gouvernement régional.

Les élections régionales du 31 mai 1998 voient une progression ultérieure de l’Union Valdôtaine, qui obtient 17 sièges : Dino Viérin est confirmé à la tête d’un exécutif régional formé par l’UV, les DS et la « Fédération Autonomiste ». Suite à la nomination de Charles Perrin à la charge d’assesseur régional, le Mouvement est provisoirement géré par les deux vice-présidents Ivo Guerraz et Patrizia Morelli. Le 18 septembre le Conseil fédéral de l’Union Valdôtaine décide de convoquer le Ve Congrès national, à Saint-Vincent, en deux moments distincts : dans la première phase, le 28 novembre, on procède à l’élection du nouveau président, qui est Auguste Rollandin.

La seconde phase du Ve Congrès, qui se déroule les 27 et 28 mars 1999, a pour thème : « La montagne valdôtaine en Europe : analyse et mise en valeur des ressources », et relance le débat sur le rôle des petits peuples montagnards dans le cadre de l’Union européenne. Lors des élections du Parlement européen, le 12 juin, la liste « Fédéralisme » patronnée par l’Union Valdôtaine remporte en Vallée d’Aoste la première position, avec 45% des suffrages. Le 23 décembre le député unioniste Lucien Caveri est nommé sous-secrétaire de la Présidence du Conseil des Ministres du gouvernement de centre-gauche présidé par Massimo D’Alema, avec la délégation aux affaires régionales et aux problèmes de la montagne.

2 X mille

Vie de l'Union2 Décembre 2019 - 11:42

Motion Finale Motion Finale Le Congrès de l’Union Valdôtaine, réuni à Gressan Samedi 30 Novembre 2019, Ayant pris acte de la difficulté de poursuivre un parcours fédératif avec les autres forces autonomistes régionales ; En constatant que le parcours des autonomistes Valdôtains, même si pas univoque, doit être tout de même convergeant dans les objectifs. Ayant constaté la nécessité absolue de redonner des points de repère crédibles pour l’électorat autonomiste, qui représente toujours la grande majorité des valdôtains, qui en dépit de références fortes sera ensorcelé par la dérive populiste. Ayant constaté la nécessité de renouveler et renforcer l’esprit unioniste et relancer une activité vivace et un esprit proactif, afin de remettre les Unionistes et les Valdôtains au centre de l’activité politique, en particulier en visant à une participation active des inscrits et des sympathisants sur les thèmes généraux de la politique et de la vie des Valdôtains, tel que santé, système de protection sociale, agriculture, commerce, tourisme, environnement, instruction, travail, etc. Rappelant que pour l’Union Valdôtaine les Communes restent le pilier central du fédéralisme global invoqué par le premier article de nos Statuts. ------------------------------- Engage le Président, le Comité Fédéral, le Conseil Fédéral, toutes les sections et les élus à tout niveau à un effort extraordinaire pour le 2020, pour relancer l’Union Valdôtaine dans le futur, et pour un réel renouvellement des méthodes et des contenus de l’activité politique. L’Union Valdôtaine, reste le Mouvement faisant référence dans le monde autonomiste Valdôtain, et reste au centre de tout l’échiquier politique de notre région, mais un nouvel élan s’avère nécessaire. Engage le Comité Fédéral à nommer une commission, dans le plus bref délai, pour élaborer une mise à jour de nos Statuts, évidemment sans ébranler de nulle façon les articles identitaires et fondants de notre Mouvement, mais dans le but d’arriver d’ici le printemps prochain à un Congrès pour approuver les modifications proposées par la commission, qui puissent permettre un processus de partage et de discussion avec la base unioniste, sur le sillon de notre histoire de travail avec les sections, mais surtout autour de thèmes spécifiques, objet d’intérêt de la population Valdôtaine et, par conséquence naturelle, de la politique. Une nouvelle forme de participation active s’impose pour rapprocher les Valdôtains de la politique et de l’Union Valdôtaine. Engage tous les adhérents et les sympathisants à travailler avec conviction, jour après jour, pour expliquer le renouvelé esprit identitaire de l’Union Valdôtaine, afin de reconquérir la confiance de tous ceux qui se sont éloignés de notre famille, mais qui en partagent toujours les idéaux et les objectifs. Engage les élus et les organes du Mouvement à remettre les pendules à l’heure. Dans la politique régionale le Mouvement doit reprendre la centralité de la gestion politique, de concert avec le groupe des élus, mais en accordant toujours la priorité absolue à l’épanouissement du parcours de valorisation de l’identité de l’Union Valdôtaine en dépit de médiations forcées. Engage les organes du Mouvement à un parcours rigoureux dans la construction des listes des candidats à tout niveau, l’histoire politique et personnelle des candidats doit être le seul aspect à analyser, en dépit de la capacité présumée de « porter des voix ». Engage toutes les sections, en vue des élections municipales de 2020, à évaluer avec attention les alliances à aborder, sans vouloir donner des indications forcées, le Congrès demande de retenir préférables des accords qui concernent des mouvements autonomistes et à éviter des accords avec les forces nationalistes ou populistes. Engage le Comité fédéral à présenter aux sections et au Conseil Fédéral une ébauche de code éthique à discuter, pour donner des règles pour les nouvelles cotisations et les candidatures. Engage le Président et le Comité Fédéral à défendre, dans toutes les instances appropriées, le nom et l’histoire de l’Union Valdôtaine, de tous ceux qui maladroitement utiliseront de façon inopportunes le nom de notre Mouvement, afin que personne ne puisse entraver le parcours de reconstruction de l’image de l’Union Valdôtaine.

agenda

twitter

vidéos

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071