Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 16 fév 2018 - 15:56

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Histoire le mouvement Des années de crise

Des années de crise

1966 > 1973

L'exclusion prolongée de la DC du pouvoir provoque une intervention musclée, dont la légalité demeure fort douteuse, du gouvernement italien : le PSI, nouvellement allié à la DC à Rome, renverse en 1966 l'exécutif régional ; le président du Conseil des Ministres nomme un commissaire qui procède à installer, le 31 mai, une coalition de centre-gauche guidée par le démochrétien César Bionaz. La Vallée d’Aoste a perdu entre temps son représentant à la Chambre des Députés, car Corrado Gex est mort tragiquement le 25 avril.

Le 18 et le 25 juin 1967 l’Union Valdôtaine renouvelle ses charges sociales : Séverin Caveri est confirmé à la charge de président.

Les élections régionales du 21 avril 1968 confirment la majorité de centre-gauche guidée par la Démocratie Chrétienne et la leadership de César Bionaz ; le « Rassemblement Valdôtain », groupant d’anciens unionistes qui contestent l’alliance avec les communistes, obtient un résultat assez significatif (2 sièges, contre les 6 de l’UV). Les élections politiques des 19 et 20 mai voient également le succès de la liste soutenue par la DC et l’élection de ses candidats Aimé Berthet au Sénat et Germain Ollietti à la Chambre des Députés ; elles marquent cependant un recul du centre-gauche et une progression de l’opposition unioniste et communiste.

Une maladie mortelle oblige César Bionaz à laisser la présidence du gouvernement à Mauro Bordon le 21 juin 1969. Il mourra le 3 septembre.

En 1970 des conflits internes à la DC amènent à une scission: un nouveau mouvement voit le jour, qui absorbe la gauche DC: celui des Démocrates Populaires. Avec les socialistes et le « Mouvement Autonomiste Valdôtain », issu d’une scission du « Rassemblement Valdôtain », les DP renversent le gouvernement Bordon le 23 mars et élisent leur leader César Dujany à la présidence de la Région : l’UV donne son appui extérieur et le PCI s’abstient. Les élections municipales aboutissent à l’affirmation de l’UV et de ses alliés locaux dans 34 Communes. Le syndic d’Aoste, pour la première fois, est un unioniste : Oreste Marcoz, soutenu par le PCI et le PSI.

En 1971 une entente entre DP et PCI rapproche la DC de l’UV, qui propose une nouvelle majorité UV-DP avec l’appui extérieur des démochrétiens. Devant le refus des DP l’UV retire son appui au gouvernement régional et Marcoz démissionne de sa charge de syndic d’Aoste.

L’année 1972 s’ouvre sur un accord DP-PCI-PSI à la Région et à la Commune d’Aoste. Une tragédie endeuille les élections politiques des 7 et 8 mai : les candidats de la coalition UV-RV-DC-PSDI, Oreste Marcoz (pour le Sénat) et Germain Ollietti (pour la Chambre des Députés) sont les victimes d’un accident de voiture au cours de la campagne électorale ; leurs noms seront néanmoins votés à majorité. Les tensions présentes à l’intérieur de l’UV éclatent pendant l’été et engendrent l’« Union Valdôtaine Progressiste », qui conteste le rapprochement UV-DC et forme une coalition avec les DP et les gauches. Les candidats exprimés par cette coalition, Joseph Filliétroz et Emile Chanoux, seront élus respectivement au Sénat et à la Chambre des Députés lors de la répétition des élections politiques, les 26 et 27 novembre.

L’Union Valdôtaine renouvelle ses organes dirigeants le 4 et le 25 mars 1973 : Mario Andrione est élu secrétaire général provisoire. Un second gouvernement Dujany se forme à la suite des élections régionales du 10 juin, qui marquent le succès des DP et le recul du front autonomiste, désormais divisé en trois tronçons: Union Valdôtaine (4 conseillers), Union Valdôtaine Progressiste (2), Rassemblement Valdôtain (1).

Liste Vallée d'Aoste

Politiques 20187 Février 2018 - 11:31

Discours du Syndic Marco Sucquet, au comice d'ouverture Discours du Syndic Marco Sucquet, au comice d'ouverture Madame Alessia Favre, M. le Sénateur Albert Lanièce, M. le Président de la Région, M. le Président du Conseil, autorités régionales, chers Amis. C’est avec émotion que, aujourd’hui, je prends la parole sur cette estrade, pour vous apporter les salutations de l’Administration communale de Pont-Saint-Martin. Une vive émotion, je disais, parce que le comice de ce soir est la cérémonie du sacre pour la nouvelle coalition EPAV, PD, UV, UVP, qui gouverne, depuis octobre dernier, notre Région. Une coalition unioniste, progressiste et autonomiste qui voit, pour la première fois réunis pour une élection, mon parti, l’UV, et l’UVP. Quelle émotion de revoir ensemble qui, autrefois, était sur deux fronts opposés. Cette soirée, sera le symbole d’une réconciliation difficile mais nécessaire. Ovviamente, non dimentico gli altri componenti della coalizione. Come non salutare gli amici di EPAV, che, quando il loro partito ha scelto di rompere l’alleanza, hanno preso la difficile scelta di abbandonarlo pur di rispettare i patti presi e così dimostrare il loro valore come uomini e politici. Un saluto va anche al PD, prezioso componente della coalizione, che ha saputo, fin dal 2015, lavorare con buoni risultati in Consiglio Regionale e soprattutto come fondamentale intermediario col Governo centrale. Una coalizione quindi solida, capace, che ha già dimostrato, in pochi mesi, di saper governare ed anche bene, oserei dire. Una coalizione che unisce forze che si ispirano ai valori e ai principi del federalismo e dell’autonomia, che guardano con attenzione allo sviluppo del territorio ,alle politiche a favore della famiglia, dei giovani e del lavoro, tutti valori che noi vorremmo vedere rappresentati al Parlamento Italiano attraverso i nostri eletti. Una coalizione che è garanzia di buona amministrazione. Quali sono le alternative dopotutto? D’altra parte, però, i toni giustamente entusiastici di questa serata non debbono farci dimenticare che la situazione politica non è rosea. Le difficoltà economiche permangono, le tensioni sociali si acuiscono sempre più, e, senza dimenticare che, molto probabilmente, il Parlamento che il 4 marzo uscirà dalle urne non avrà una maggioranza chiara. E in tutto ciò si insinuano i facili populismi degli arruffapopoli, di chi risolve a parole i problemi con frasi ad effetto e promesse irrealizzabili, che mette a volte in dubbio gli stessi fondamenti della nostra democrazia. Lo scenario è difficile e tutti qui lo sappiamo. In mezzo a questo caos, però, c’è un punto di riferimento, questo punto di riferimento sono i nostri candidati della lista Vallée d’Aoste, sui cui grava il difficile compito di sapersi conquistare la fiducia dei valdostani, ricucendo gli strappi del passato e di saper lavorare per il bene indissolubile dei valdostani e della loro autonomia, sono convinto che Alessia e Albert saranno capaci di farsi da portavoce degli interessi dei valdostani, per la difesa e la promozione dei valori e dell’identità della comunità valdostana. Alessia e Albert sont une femme et un homme qui croient profondément dans la militance politique au service des citoyens. Ce sont deux personnes à l’écoute des gens et du territoire, et l’écoute, associée à l’engagement, à la crédibilité et à la responsabilité, est l’une pierres angulaires de toute action politique. Soutenons donc la liste « Vallée d’Aoste », soutenons les deux candidats et diffusons leur programme, parce que c’est le programme pour le peuple valdotain, c’est notre programme.Merci pour votre attention, vive notre coalition, vive les candidats et vive la Vallée d’Aoste!!!!

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071