Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 24 mar 2017 - 16:47

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Mouvement Jeunesse Valdôtaine Les Statuts

Les Statuts

Les principes

Article 1 
La Jeunesse Valdôtaine, mouvement juvénile de l’Union Valdôtaine, se rattache aux idéaux de la "Jeune Vallée d’Aoste”, association symbole de la lutte valdôtaine contre le centralisme et la dictature italienne, qui oeuvra pour la sauvegarde de la langue française et des droits de la minorité ethnique valdôtaine, ayant comme objectif une Vallée d’Aoste libre dans le cadre d’une Europe unie des Peuples. Elle a pour but d’agir en défense des idéaux de liberté et de fédéralisme et pour la sauvegarde et l’épanouissement du caractère ethnique et linguistique du peuple valdôtain. A cet effet, elle s’engage à employer les moyens aptes à la sauvegarde et à la promotion de l’identité culturelle et socio-économique de la communauté valdôtaine et de ses jeunes, notamment dans le domaine des institutions, des écoles et des médias.

La Jeunesse Valdôtaine s’engage à défendre et servir les intérêts culturels, économiques, politiques et sociaux des jeunes valdôtains et à favoriser la rencontre et la coopération entre jeunes appartenant aux différentes communautés ethniques et linguistiques minoritaires, en promouvant des moments de formation sociopolitique. La Jeunesse Valdôtaine a le devoir de veiller à ce que l’action de l’Union Valdôtaine soit menée en fonction des exigences et des aspirations des jeunes Valdôtains, ainsi que dans le respect du particularisme valdôtain.

Les membres

Article 2
Peut faire partie de la Jeunesse Valdôtaine toute personne, âgée de 28 ans au plus, qui s’engage à être fidèle à la cause valdôtaine, qui souscrit aux principes et aux objectifs fondamentaux de la Jeunesse Valdôtaine, en suit le programme et l’action et se conforme à ses Statuts et règlements. Les membres de la Jeunesse Valdôtaine, à 28 ans révolus, peuvent continuer à participer à son activité jusqu’à la fin de l’année en cours.

Article 3
La Jeunesse Valdôtaine est une organisation collatérale à l’Union Valdôtaine à laquelle elle se rattache par ses idéaux et ses principes ; l’adhésion à ce mouvement politique est compatible avec l’inscription à la Jeunesse Valdôtaine. L’adhésion à tout autre mouvement ou parti politique, juvénile ou non, est incompatible avec l’appartenance à la Jeunesse Valdôtaine.

Article 4
La carte d’adhésion est obligatoire aux fins du droit de vote à l’Assemblée générale et est délivrée suite à la demande d’adhésion. Celle-ci devra être présentée au Comité de Coordination, qui en délibérera sur son acceptation. N’ont pas le droit de vote tous ceux qui s’inscrivent pour la première fois le jour même de l’Assemblée générale. Les modalités du payement et le prix de la carte d’adhésion sont définis claque année par le Comité de Coordination. Le droit de vote à l’Assemblée est perdu après trois absences consécutives non justifiées.

Les non-adhérents

Article 5
Les personnes dépourvues de carte d’adhésion peuvent participer à l’activité de la Jeunesse Valdôtaine mais n’auront pas droit de vote à l’Assemblée générale.

Les organes

Article 6
Les organes de la Jeunesse Valdôtaine sont :
› l'Assemblée générale ;
› le Comité de Coordination ;
› l’Animateur principal (Président).  

Article 7
Seules les décisions prises par l'Assemblée générale et par le Comité de Coordination engagent la responsabilité de la Jeunesse Valdôtaine. Elles sont prises à la majorité simple des membres présents. Les délégations ne seront pas acceptées.

Article 8
Le vote a lieu à main levée, sauf dans le cas de questions concernant les personnes physiques, ou si un tiers des membres présents en fait requête.

L'Assemblée générale

Article 9
L'Assemblée générale de la Jeunesse Valdôtaine est l'ensemble de tous ses membres, adhérents et sympathisants. Elle est présidée par L’Animateur principal (Président), qui la convoque au moins trois fois par an en séance ordinaire et toutes les fois que le Comité de Coordination ou un tiers des membres ayant droit de vote à l'Assemblée le demande, en séance extraordinaire, pour débattre de questions particulièrement importantes.

Article 10
Les Assemblées ont habituellement lieu à Aoste, au siège de la Jeunesse Valdôtaine, mais peuvent être aussi convoquées ailleurs sur décision du Comité de Coordination.

Article 11
L'Assemblée est réunie valablement si au moins 50 % des membres est présent en première convocation et 30 % en deuxième convocation.

Les compétences

Article 12
L'Assemblée modifie et révise les Statuts de la Jeunesse Valdôtaine à la majorité des 2/3 des membres présents ayant droit de vote. Elle tranche les différends entre ses membres et assure l'interprétation authentique des présents Statuts.

Article 13
Elle élit chaque année, sur proposition du Comité de Coordination, parmi les membres de la Jeunesse Valdôtaine:
› l’Animateur principal (Président) ;
› le Comité de Coordination.
Elle élit aussi, tous les 5 ans, les représentants de la Jeunesse Valdôtaine au sein du Congrès National.

Les représentants de la Jeunesse dans les sections de l'Union Valdôtaine

Article 14
Les représentants de la Jeunesse Valdôtaine, nommés par les sections de l'Union Valdôtaine au sein de leurs Comités de direction, ont le devoir de participer à l’activité du groupe.

Le Comité de coordination

Composition

Article 15
Le Comité de Coordination est composé par l’Animateur principal (Président), le Secrétaire trésorier, le Secrétaire verbalisant et six autres membres proposés à l’Assemblée par l’Animateur principal (Président). L’éventuel élu au Parlement Valdôtain est membre de droit. Au sein du Comité se forment deux Commissions permanentes qui s’occupent du journal et du site internet. L’Animateur principal (Président) désigne les responsables des zones à l’intérieur du Comité et a la faculté de former d’autres Commissions ou de déléguer des tâches particulières aux différents membre du Comité de Coordination. Le Comité de Coordination se réunit au moins tous les quinze jours sur convocation de l’Animateur principal (Président) ou d’un tiers de ses membres.

Compétences

Article 16
Le Comité de Coordination est l'organe exécutif de la Jeunesse Valdôtaine. Il est chargé d'organiser le travail selon les lignes d’actions tracées par l'Assemblée générale. Le Comité de Coordination : propose à l'Assemblée générale les représentants au Congrès National ; propose à l'Assemblée générale l’éventuel candidat aux élections régionales et aux élections administratives de la ville d’Aoste ; au cas où l'Assemblée générale ne pourrait pas être convoquée à temps, a la faculté de prendre des décisions, sans mandat impératif. Toutes les décisions prises par le Comité de Coordination doivent respecter les lignes principales des Statuts de la Jeunesse Valdôtaine ; peut proposer à l'Assemblée générale la formation de différentes Commissions de travail. Elles seront coordonnées au moins par un membre du Comité de Coordination.

Les responsables de zone

Article 17
Les responsables de Zone (Haute, Moyenne et Basse Vallée) doivent garantir la présence de la Jeunesse Valdôtaine sur le territoire, afin de promouvoir son action, ses buts et ses raisons d’être.

L’Animateur principal (Président)

Article 18
L’Animateur principal (Président) est élu par l’Assemblée générale et représente officiellement la Jeunesse Valdôtaine. Il est le garant des lignes d’action du groupe exprimées par l’Assemblée générale. Il est le représentant légal de la Jeunesse Valdôtaine et, en cette qualité, signe tous les actes officiels. Il préside et dirige, avec les secrétaires si nécessaire, les réunions du Comité de Coordination et les Assemblées générales. Il représente la Jeunesse Valdôtaine au sein du Comité Fédéral de l’Union Valdôtaine et dans les rapports avec les différents mouvements juvéniles et associations. Il propose les deux secrétaires : le Secrétaire trésorier et le Secrétaire verbalisant. Les propositions seront soumises à la ratification de l’Assemblée générale.

Le secrétaire trésorier

Article 19
Le Secrétaire trésorier est le responsable et le dépositaire de l’argent de la Jeunesse Valdôtaine.Il devra conserver les pièces justificatives des différents mouvements budgétaires du groupe.Il est tenu, le cas échéant, à informer le Comité de Coordination de la situation comptableet en présenter un compte-rendu annuel à l’Assemblée générale. En cas d’empêchement provisoire de l’Animateur principal, il le remplace et signe les éventuels actes officiels.

Le secrétaire verbalisant

Article 20
Il rédige les procès-verbaux des séances du Comité de Coordination et de l’Assemblée générale. Il dresse et met à jour la liste des adhérents à la Jeunesse Valdôtaine, en collaboration avec le Secrétaire trésorier. Il est le responsable du drapeau et du siège de la Jeunesse Valdôtaine.

Jeunesse Aujourd'hui

Article 21 
Jeunesse Aujourd'hui est le journal officiel de la Jeunesse Valdôtaine. Il est rédigé par la Commission journal du Comité de Coordination.

L’élu au Parlement valdôtain

Article 22
Le candidat de la Jeunesse Valdôtaine aux élections régionales doit être nommé par l’Assemblée générale sur indication du Comité de Coordination. La charge d’élu au Parlement Valdôtain est incompatible avec la charge d’Animateur principal. En cas d’élection il reste membre de la Jeunesse Valdôtaine jusqu’à la fin de son mandat et il est membre de droit du Comité de Coordination. Il répond directement à la Jeunesse Valdôtaine de son action au sein des institutions et doit être fidèle à la cause de la Jeunesse Valdôtaine. Il est tenu, au moins une fois par an, de rendre compte à la Jeunesse Valdôtaine de son activité d’élu.

Approbation et modification des Statuts

Article 23
Les présents Statuts seront soumis à l'approbation de l'Assemblée générale et il sera procédéde la même façon pour les éventuelles modifications futures (art. 12). Ils entreront en vigueur dès que le Conseil Fédéral de l'Union Valdôtaine les aura approuvés.

2 X mille

le coin du président22 Mars 2017 - 17:17

Les raisons et les prétextes Les raisons et les prétextes Mardi 21 mars le Conseil de la Vallée s’est réuni pour mettre en place les dernières formalités après le changement de majorité qui a eu lieu dans les jours précédents. L’opinion publique a été considérablement frappée par ces faits et aujourd’hui, beaucoup de personnes essayent de connaître et de comprendre le pourquoi de ce séisme politique. Les vraies raisons qui sont à la base de ce choix nous les connaîtrons avec le temps, même si ce n’est pas impossible de les préconiser. Une large partie de l’opinion publique a déjà bien compris que la cause principale de ce changement a été la crainte d’une d’asphyxie de consensus qui intéressait désormais un certain nombre de personnages et quelque force politique. Lorsqu’on est particulièrement affaiblis par l’obsession et par la peur de ne plus être réélus on se rend plus facilement aux voix charmantes et charmeuse des sirènes. Elles rassurent et font entrevoir des aventures et des futurs pleins de promesses à dispenser et de consensus à vendanger. Nous verrons dans les mois à venir les aptitudes et les comportements qui seront tenus par les seigneurs des votes, qui ont promus cette aventure politique de fin de législature. Mais, entre temps, on ne peut pas passer sous silence le fait que quelqu’un essaie de légitimer sa trahison en utilisant des arguments franchement spécieux. Je me limiterai à en citer deux. Le premier est souvent utilisé et répété à chaque moment par Marquis, le nouveau président du Gouvernement. Il se borne à raconter que le budget de prévision 2017 aurait été largement modifié et par conséquent amélioré, par l’action conjointe d’un certain nombre de Conseillers. Celui – ci aurait été le signal que le Gouvernement sortant n’interprétait plus les justes attentes des forces politiques. Certes, le budget, préparé et approuvé par le Gouvernement Rollandin, au Conseil de la Vallée, a été modifié. Cela a été fait avec des embuscades continuelles, qui visaient, comme on l’avait déjà préconisé, à soulager des appétits pas trop nobles, plutôt que de satisfaire des nécessités objectives. L’autre argument s’appuie sur le fait qu’il fallait, à tout prix, trouver un bouc émissaire, pour justifier une opération qui a mis ensemble la somme des désespoirs de personnages en quête d’auteur à la recherche d’un dernier espoir de survie politique. La responsabilité de faire cela l’a assumé Martin avec une interview où il affirme que toute cette affaire aurait eu origine de la nécessité de censurer Rollandin. Martin a affirmé ça en essayant de charger sur lui la responsabilité en détournant ainsi l’attention de la trahison de Stella Alpina. D’ailleurs il est plutôt habitué à tisser la toile du complot et à masquer la vérité derrière les prétextes. En réalité Martin savait bien que l’Union Valdôtaine n’aurait jamais accepté la requête de censurer le Président du Gouvernement qu’elle avait indiqué en tant que force de majorité relative. Elle ne l’acceptait pas pour Rollandin et elle ne l’aurait pas accepté pour aucun autre de ses représentants parce qu’elle est une organisation sérieuse qui ne soumet pas ses élus aux chantages. Mais, certes, on comprend bien que Martin devait justifier politiquement ce passage, qui portait sa force politique à trahir les accords et les électeurs qui avaient voté la coalition dans la quelle nous étions alliés. Et on comprend aussi très bien qu’il ne pouvait certainement pas rendre publics les vrais motifs de son opposition à Rollandin. Ni les siens ni ceux de quelqu’un de ses collègues de parti.

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071