Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 22 oct 2014 - 17:28

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Conseil de la Vallée22 Octobre 2014 - 16:49

La CVA a entrepris des actions pour augmenter ses recettes et contrôler ses coûts La CVA a entrepris des actions pour augmenter ses recettes et contrôler ses coûts L’individuation de nouvelles stratégies visant à augmenter la capacité productive des sociétés faisant partie du groupe CVA a fait l’objet d’une interpellation présentée par la minorité pendant la séance du Conseil de la Vallée d’aujourd’hui, mercredi 22 octobre. Dans sa réponse, le président de la Région Augusto Rollandin a souligné que: « En 2013, la quantité d'énergie commercialisée par CVA avait augmenté de 27% par rapport à 2012, mais qu'à cause de la baisse des prix - qui sont redescendus au niveau de 2006 -, cette production supplémentaire avait été vendue à un prix inférieur que les années précédentes, dégageant par conséquent un bénéfice moindre. Du fait de cette tendance en matière de recettes, le bénéfice net consolidé de l'entreprise est ainsi passé de 73,9 millions en 2012 à 66 millions en 2013 ». Le président Rollandin a expliqué que face à cette conjoncture résultant de la crise économique qui touche toute l'Europe, la direction de CVA a pris diverses mesures partagées par le Gouvernement régional : « D'une part, la CVA a entrepris des actions ponctuelles pour augmenter ses recettes et contrôler ses coûts. D'autre part, elle s'est demandée comment augmenter sa capacité de production. Cette démarche ne peut avoir pour cadre le territoire régional, dans la mesure où les ressources hydriques y sont pratiquement toutes utilisées. Il faut donc que CVA se diversifie: soit sur le plan géographique - en s'intéressant à l'Italie mais aussi à l'Europe - soit en s'ouvrant à d'autres sources d'énergie renouvelables, qui permettent de mieux rentabiliser les ressources de l'entreprise, grâce à des investissements de type industriel plutôt que financier ». « À l'évidence, cette politique comporte des risques d'entreprise: c'est précisément pour limiter ces risques que le groupe a créé un bureau de développement, qui est chargé d'analyser et de gérer les procédures d'évaluation des projets d'acquisition. Comme toutes les autres sociétés qui opèrent sur le marché, CVA utilise pour ces investissements les liquidités de l'entreprise et, si nécessaire, des emprunts, dans des proportions jugées cohérentes avec le but visé, tant au moment de l'opération que successivement, en fonction des conditions du marché. Les investissements qui visent la croissance externe, tout comme ceux qui sont réalisés en vue de la croissance interne, ne comportent en aucune façon la nécessité de mettre sur le marché des parts du capital de l'entreprise, donc il n'existe au moment actuel aucune intention du Gouvernement régional quant à l'introduction de la société sur le marché boursier », a conclu le président de la Région.

partager

Politique22 Octobre 2014 - 10:57

Loi de Stabilité: une délégation représentant les Régions rencontrera le Gouvernement Loi de Stabilité: une délégation représentant les Régions rencontrera le Gouvernement Une délégation représentant les Régions rencontrera le Gouvernement pour discuter de la Loi de Stabilité : lors de la séance du Conseil de la Vallée d’aujourd’hui, mercredi 22 octobre, le président de la Région Augusto Rollandin a communiqué la nouvelle à l’Assemblée.  « En ce qui concerne le débat entre Rome et les Régions sur la Loi de Stabilité 2015, une délégation représentant les Régions rencontrera demain, jeudi 23 octobre, le Gouvernement, afin de communiquer les difficultés qui en découlent et les propositions pour une gestion plus équitable et correcte des rapports entre les institutions territoriales et le Gouvernement central », a expliqué le président Rollandin. Lors de la rencontre de demain, la question de la répartition entre les Régions spéciales ne sera pas abordée : « A ce sujet, nous fixerons une réunion spécifique ».

partager

Femmes Valdôtaines 21 Octobre 2014 - 11:42

L’A, B, C du Conseiller cours de formation et d’information pour administrateurs communaux "L’A, B, C du Conseiller" cours de formation et d’information pour administrateurs communaux Les Femmes Valdôtaines organisent "L’A, B, C du Conseiller”, le samedi 15 novembre, à la Maison Rosset de Nus, une opportunité ouverte à tous, femmes et hommes, qui désirent approfondir la connaissance de la Commune du point de vue institutionnel et administratif. Une journée de formation dédiée aux inscrits et aux sympathisants de l’Union Valdôtaine, en particulier à ceux ou celles qui désirent se dédier à la vie administrative pour la première fois. Le Système Vallée d’Aoste est en évolution rapide. La reforme des Collectivités locales, approuvée avec la loi régionale du 5 août de 2014, n. 6, n’est que le premier pas d’un grand changement qui est en train d’écrire à nouveau le modèle et l’architecture de notre Pays d’Aoste, mais le législateur régional est encore au travail sur d’autres importantes reformes, telle que la loi électorale. La Commune, véritable pilier de notre autonomie statutaire et symbole de notre identité distinctive, représente alors le point de repère d’une pensée engageante pour un futur que tous les citoyens et surtout tous les élus ont la responsabilité de bâtir. Le programme de la journée envisage l’accueil des inscrits à 8h30. A’ 9h00, le Président du Mouvement M. Ennio Pastoret donnera la bienvenue aux présents. Suivront les interventions du Président du CPEL/CELVA M. Bruno Giordano et du Secrétaire de la Commune de Sarre M. Osvaldo Chabod qui focaliseront l’attention sur le rôle et les engagements du Conseiller, de la Junte communale et du Conseil, la nouvelle loi électorale et les actes fondamentaux de la Commune. Des moments de débats et réflexions ont été également prévus au long de la journée. Le cours se terminera vers 18h00, avec pause café à 11h00 et le déjeuner à 13h00. Le programme détaillé sera disponible au siège central de l’UV. Le cours est ouvert à un maximum de 50 inscrits. Le prix de participation est de 30 euros (tout compris), dont 15 euros au moment de l’inscription. Pour s’inscrire, s’adresser au Siège central de l’Union Valdôtaine tél. 0165235181, courriel: siegecentral@unionvaldotaine.org

partager

Culture21 Octobre 2014 - 16:42

Les cours de l’École populaire de patois sont de retour Les cours de l’École populaire de patois sont de retour Les cours de l’École populaire de patois sont de retour : conçu en 1995, dans le but de diffuser et promouvoir le francoprovençal auprès du grand public, avec la proposition de cours d’expression tant orale qu’écrite et de réflexion sur la langue, le projet constitue l’un des moyens privilégiés par l’Assessorat de l’Education et de la Culture pour promouvoir, diffuser et garantir le plein essor du patois, important patrimoine immatériel et langue de notre tradition. « Le but de notre politique culturelle de sauvegarde et de promotion du patois – souligne l’Assesseur Emily Rini – est de faire aussi de notre langue, celle de nos ancêtres et expression de nos racines, une véritable langue d’intégration qui permet à tous ceux qui ne sont pas valdôtains d’origine de se reconnaître dans notre communauté et dans ses valeurs culturelles et identitaires ». Les cours de l’École populaire de patois s’adressent à un public adulte hétérogène et, dans le but de mettre en valeur toutes les différentes variantes, ils sont organisés sur tout le territoire valdôtain, sur la base des inscriptions, ils sont articulés sur différents niveaux (débutant, perfectionnement, approfondissement) et ils ont pour double objectif d’enseigner le patois à ceux qui ne le connaissent pas et d’améliorer les compétences de ceux qui, au contraire, le parlent déjà et désirent perfectionner leurs connaissances, en explorer toutes les formes et variétés, ou bien apprendre à l’écrire. Les inscriptions seront ouvertes jusqu’au 21 novembre prochain (le prix est de 26 euros) et les cours sont organisés si au moins 15 personnes s’y inscrivent. La session 2014-2015 propose les cours pour adultes suivants : EXPRESSION ORALE (60 h) Langue et civilisation Aoste niveau débutant variante de patois : Aoste et villages voisins Arnad niveau débutant variante de patois : basse vallée Aoste niveau approfondissement variante de patois : Aoste et villages voisins (lieu à définir suivant les inscriptions)  niveau approfondissement variante de patois : haute vallée novembre-marsmardi et jeudi - 20h30-22h30 En vue de l’obtention de la certification finale, les cours du mardi sont obligatoires, alors que ceux du jeudi, étant des cours d’approfondissement, sont facultatifs. GRAPHIE ET RÉFLEXION SUR LA LANGUE (40h) Cours réservé aux personnes possédant une compétence active du patois  Aoste jeudi 20h30-22h30novembre-avril

partager

Politique21 Octobre 2014 - 15:43

Autostrada: le Commissioni lavorano a un documento per denunciare le tariffe Autostrada: le Commissioni lavorano a un documento per denunciare le tariffe La seconda Commissione "Affari generali” e la quarta Commissione "Sviluppo economico” hanno incontrato ieri, lunedì 20 ottobre lunedì 20 il presidente della Regione Augusto Rollandin e i rappresentanti di nomina regionale nei Consigli di amministrazione delle società RAV e SAV, che gestiscono le tratte autostradali valdostane. Al centro dell’incontro i piani tariffari del prossimo quinquennio. " La riunione ha permesso di trovare una sintesi su un tema particolarmente sentito dai valdostani, riportando per altro la centralità delle decisioni sugli orientamenti futuri in capo al Consiglio ”, hanno spiegato i presidenti delle due Commissioni, Leonardo La Torre e Giuseppe Isabellon. Le forze politiche, d'intesa con il Presidente della Regione, hanno condiviso delle linee di indirizzo che impegnano la Giunta, il Consiglio e i rappresentanti regionali di RAV e SAV a lavorare su due fronti: il primo, di natura tecnica, riguardante la costituzione di un gruppo di lavoro che approfondisca ed elabori soluzioni operative per consentire ai residenti e alle imprese di usufruire nuovamente e con regolarità dell'autostrada, oltre che per garantire pari opportunità di accesso per le ditte valdostane ai lavori nei numerosi cantieri autostradali, affinché questi non siano puro disagio ma anche sostegno al nostro tessuto economico. " Il secondo fronte è politico: si è convenuto sulla necessità di lavorare ad un documento, che sia possibilmente sostenuto da tutti i gruppi consiliari, di denuncia degli enormi disagi che una tariffazione così elevata comporta non solo per la mobilità dei valdostani ma anche per lo sviluppo del turismo della nostra regione. Documento che sarà poi consegnato ai Parlamentari valdostani affinché venga posto all'attenzione del Governo centrale ”, hanno aggiunto Isabellon e La Torre.

partager

Culture Saison francophone : entre nouveautés et valeurs sûres La trentième édition de la Saison Culturelle est également prometteuse du côté francophone : en effet, elle permettra de découvrir de célèbres auteurs de la littérature française, ainsi que des artistes ou des pièces de théâtre qui ont obtenu un certain succès dans leur pays d’origine. Et ce sera la pièce francophone "Le tour du monde en 80 jours” qui aura l’honneur d’inaugurer la Saison 2014/2015 le jeudi 6 novembre prochain : Sébastien Azzopardi et Sacha Danino ont revisité pour le théâtre le célèbre roman de Jules Verne. Ensuite, le mardi 18 novembre, rendez-vous avec "Colorature, Mrs. Jenkins et son pianiste” : ovationné au Festival d’Avignon 2012, ce spectacle a fait l’événement comique à Paris la saison dernière. A travers Cosme McMoon, pianiste attitré de Mrs Jenkins, l’auteur américain Stephen Temperley a choisi de raconter, sous forme de flash-back, la vie de celle qui est passée à la postérité comme la pire cantatrice de l’histoire. Le vendredi 12 décembre, Françoise Cadol et Stéphane Corbin présenteront leur le spectacle musical "L’hôtel des roches noires”, un spectacle insolite, rempli d’émotion, de poésie et de pointes d’humour, alors que le 12 févier, après "Le Mariage de Figaro”, au programme en 2013-2014, la Saison présente à nouveau la troupe de Comédiens & Compagnie dans une adaptation de l’Odyssée par Jean Hervé Appéré, un moment de spectacle complet : violent, cruel, tragique, comique, tendre et musical. Enfin, la Saison francophone sera achevée par un grand classique : "L’avare” de Molière, présenté par le Grenier de Babouchka et Rosemary Production, sera mis en scène le 17 mars. Le jeu expressif et tonique des comédiens, qui savent comme personne donner vie aux savoureux dialogues de Molière, fait de L’Avare une pièce réjouissante, irrésistible du début à la fin. Culture “Trent’anni e non sentirli” : une Saison Culturelle riche en événements Le programme de la trentième édition de la Saison Culturelle a été dévoilé au public : hier, lundi 20 octobre, dans le salon du Palais régional, l’assesseur régional à la Culture a présenté le calendrier pour l’année 2014/2015. Pendant six mois, le public valdôtain pourra jouir d’un programme très varié, comprenant 17 concerts de musique classique, pop, populaire et world music, 13 spectacles théâtrales, 6 rendez-vous de dance, musical, opérette et comiques, 8 conférences dédiées à des approfondissements culturels et 50 films. « Le programme que nous présentons pour le trentième anniversaire de la Saison – a expliqué Emily Rini – est riche d’événements. En respectant la spending review, qui touche tous les secteurs, nous avons cherché de rendre hommage à cet anniversaire proposant des artistes et des spectacles de niveau national et international, tout en donnant de l’espace également aux artistes locaux ». « Depuis toujours, la Saison est l’initiative culturelle la plus représentative dans notre Région et nous voulons qu’elle continue à offrir aux citoyens des occasions d’approfondissement culturel et de socialisation. Des occasions que nous espérons pourront impliquer les jeunes auxquels certaines soirées sont dédiées dans le but de proposer des moments d’amusement étant convaincus que la culture est un instrument qui peut aider à ouvrir les horizons », a conclu l’assesseur Rini. Pour consulter le programme complet et pour toute information sur les modalités de vente des abonnements, cliquez ici . éducation Francophonie: l’Alliance Française organise une rencontre sur le diplôme Delf Prim Une rencontre en matière de Delf Prim : l’Alliance Française de la Vallée d'Aoste organise un rendez-vous pour mieux connaître le premier échelon de la série des Delf-Dalf, diplômes de français langue étrangère du ministère français de l'Éducation nationale. La réunion, qui se déroulera demain, mercredi 22 octobre, représentera l'occasion pour les enseignants intéressés à présenter à leurs élèves ce diplôme de se rencontrer pour avoir des informations sur le contenu, la typologie et les niveaux des épreuves, ainsi que les modalités d’inscription. Agriculture Combat Final : Ceres des Frères Cuneaz ramène le bosquet à Valpelline Encore une fois, la Finale Régionale des Batailles de Reines n’a manqué l’occasion d’offrir, devant un public très nombreux, un spectacle extraordinaire et riche en émotions.Comme d’habitude, depuis 57 éditions, la "regionale” est une véritable fête pour le monde de l’élevage valdôtain qui ressent cet événement comme le point final d’une année de travail et de fatigue : environ 200 vaches, réparties dans les trois catégories, se sont retrouvées à l’Arène de la Croix Noire d’Aoste. Tout d’abord, la journée a commencé avec l’échographie obligatoire. Ensuite, les vaches sont descendues dans l’arène pour commencer les combats soutenues par un public très varié, avec des jeunes, des personnes âgées et de nombreux touristes italiens et étrangers. Après toute une série de concours éliminatoires, les finalistes des trois catégories se sont battues valeureusement au centre de l’arène pour conquérir le bosquet. En ce qui concerne la première catégorie, Ceres des Frères Cuneaz de Valpelline a remporté la rencontre face à Villa de Livio Pervier d’Aoste ; à la trosième place Guerra d’Eddy Bignon suivie par Buisson des Frères Clos. En deuxième catégorie, Jardin de Jean-Antoine Maquignaz de Valtournenche a gagné Mandoline de Gildo Bonin de Gressan, à la troisième place Eclair de Luca Elex suivie par Bijou d’Amato Vuillermoz. Enfin, en troisième catégorie, le succès a souri à Baronne de Michele Bionaz de Brissogne, qui a battu Passion de Christopher Letey d’Aymavilles ; à la troisième place Tiky d’Ymac Frassy, suivie par Pepita de Nello Girod. Les reines et les éleveurs, qui toute l’année travaillent dur et avec passion, ont donc été les véritables vedettes de la journée : mais le succès de cette manifestation ne serait pas le même sans la présence du public, parmi lequel on pouvait retrouver notre peuple qui a assisté aux combats avec une passion unique, signe d’une culture et des valeurs qui continuent de vivre dans l’esprit et dans le cœur des Valdôtains.

le coin du président22 Septembre 2014 - 11:34

Il faut commencer à imaginer un modèle de développement nouveau pour notre Pays d’Aoste Il faut commencer à imaginer un modèle de développement nouveau pour notre Pays d’Aoste Nous publions ci-après l'intervention du président du Mouvement Ennio Pastoret au Conseil fédéral du vendredi 19 septembre dernier.   Chères amies et chers amis, mesdames et messieurs les membres du Conseil fédéral bienvenue à Verrès pour cette 6ème réunion du Conseil Fédéral en 2014. Merci d'être présents à cette réunion que nous tenons ici pour quelques raisons : - Pour nous déplacer aussi dans des endroits moins centraux. Il est bien de permettre à nos amis de Gressoney, de Perloz, d'Issime, de Pont-Saint-Martin, de faire quelques kilomètres en moins de temps en temps ;  - Pour hommager les Sections de la basse Vallée qui ont organisé, à partir de demain, un Rendez–vous valdôtain ici à Verrès. Vous me permettrez d'introduire cette soirée avec deux considérations sur ce qui s'est passé hier en Ecosse. Le Référendum écossais, au-delà du résultat a au le mérite de mettre à la une quelques thèmes que l’on a un peu trop ignorés dans notre ivresse de globalisation, de monnaie unique, d’Europe élargie, de rating et des super pouvoirs des banques qui on mis à la misère une large partie du monde occidental. En tout premier lieu, on doit remarquer avec force qu’en Ecosse s'est tenu un référendum pour décider l’indépendance de ce Pays. Une nouvelle étonnante qui a déflagré dans un monde où les mots indépendance et autodétermination avaient été gommés du vocabulaire et dans la tête des gens. Ce référendum, qui a eu lieu dans un climat absolument normal, a vu le jour dans une manière simple et civile : avec un accord, signé par les respectifs leaders entre Ecosse et Royaume-Uni. Ce qui, à nos latitudes, serait incroyable. Chacun de vous peut livrer sa pensée aux plus hauts sommets en essayant d’imaginer comme cela aurait pu se produire en Italie ou en France. Edimbourg et Londres sortent renforcés, à nos yeux, par ce rendez-vous : ils nous ont appris que la démocratie et la liberté de pouvoir choisir librement hébergent encore dans le monde. Cette question écossaise nous porte aussi à réfléchir sur l’Union Européenne envers laquelle s’étaient adressés beaucoup de nos espoirs fédéralistes, mais qui a montré un visage rudement hostile à l’indépendance écossaise. Elle a traité ce thème exactement comme pourrait le faire un Etat farouchement nationaliste, tandis que, par l'Ecosse et le Royaume-Uni nous est arrivée un exemple de tolérance et, enfin, de liberté. Un exemple qui nous concerne, puisque nous avions oublié, nous aussi, l’Union Valdôtaine, le sens des termes tels que indépendance, autodétermination, autogouvernement. Nous nous sommes adaptés à vivre dans un monde où les pouvoirs économiques et centralisateurs nous ont tous emprisonnés, en profitant de notre confiance et en nous précipitant dans un état de crise permanent et décevant. Une crise que tous on subi de manière passive avec l’espoir qu’un jour ou l’autre tout se remette en place et que l’on puisse reprendre notre routine. Malheureusement ce n’est pas ainsi. Nous sommes confrontés à des mutations irréversibles et on ne reviendra pas en arrière.Nous devons en être conscients. Et la question que nous devons nous poser n’est pas : quand est-ce que la crise terminera ? Mais quel monde e quel système voulons-nous bâtir dépasser de cette crise ? Pour ce faire, il faut commencer à imaginer un modèle de développement nouveau pour notre Pays d’Aoste. Il faut être conscient que nous sommes mesurés à une Europe qui indique, prescrit et oblige ! L'Italie, état membre et fondateur de l’Union européenne, est désormais un exécuteur de décisions prises ailleurs. Elle est devenue un gardien de ce que l'on décide ailleurs et il nous le soumet de manière impérative. Nous, comme d’autres réalités, nous devons subir tout cela, sans failles et avec des possibilités de négociation toujours plus réduites. Que de regret, à ce propos de ne pas avoir un représentant au Parlement européen. Il est bien de rappeler, toujours, aux Valdôtaines et aux Valdôtains, que jamais comme cette fois cela aurait été possible s’il n’avait pas été un véto à une alliance avec l’Union Valdôtaine. Nous avons raté l’occasion historique d’avoir un élu à Bruxelles. Il ne faudra jamais oublier à qui revient la cause de cet échec nuisible pour toute la Vallée d’Aoste. En revenant à l’Italie, il faut prendre acte que l'économie marque le pas plus que jamais, le travail et l'occupation atteignent, un jour après l'autre, des records négatifs. L'état social est davantage en danger et les protections aux personnes démunies se font toujours plus faibles. Les éléments qui rendent fort et compétitif un Pays sont tous rangés sous un signe négatif. A l'intérieur d'un système si complexe et entre temps si inactuel et inefficace est-ce qu'il y a un moyen de s'en sortir ? Il y a toujours des issues. Il faut les chercher et les partager. Il faudrait avant tout dépasser l’esprit pessimiste de trouver toujours quelque chose qui ne marche pas. Et il faudrait aussi arrêter de penser que la cause c'est toujours à quelqu'un d'autre. Jamais à nous. Le gibier plus commun, dans la chasse aux responsabilités, est celui de la politique. C'est toujours la politique qui est en cause. Certes elle a des responsabilités, là où elle est incapable de s’identifier avec les besoins des citoyens. Et elle est aussi parfois responsable de ne pas savoir donner des exemples positifs dans les comportements et les actions collectives et individuelles. C’est à partir de là que les gens regardent, évaluent et jugent. Pas toujours ils nous font part de leurs pensées, mais ce n’est pas difficile à percevoir qu’ils en ont marre et qu’ils s’attendent de la politique un sursaut d’orgueil. Et c’est bien ici, chez nous que nous même, l’Union Valdôtaine, nous sommes sous la loupe d’agrandissement. Nous sommes le Mouvement de majorité relative, nous, avec nos alliés de Stella Alpina, nous constituons la majorité au Conseil de la Vallée. Les gens nous ont accordé leur confiance en 2013. Nous avons vécu des moments difficiles après la crise du 29 mars 2014, mais nous avons su reprendre notre chemin. Les citoyens du Val d’Aoste avaient salué avec satisfaction la composition de la crise. Ils ont apprécié nos nombreuses tentatives de négociation et d’élargissement de la base majoritaire.Nous nous étions trouvé face à des préjudicielles insoutenables sur les personnes et non pas seulement sur une. Les Valdôtaine et les Valdôtains avaient bien compris que toute cette instabilité provoquée était due à des questions d’ordre personnel et non pas politique. Et de là, l’opinion publique a commencé à basculer et nous en avons acquis davantage d’appui. Nous sommes ainsi arrivés au 9 juin, date de notre dernier Conseil Fédéral là ou nous sommes repartis avec notre majorité à 18 et avec une unité retrouvée jouissant d’un taux d’appréciation plus élevé dans la Communauté. Notre patience, notre aptitude concrète, notre disponibilité au dialogue, face aux comportements triomphalistes et intransigeants ont eu le dessus. Malheureusement, lorsque les rapports dans les oppositions commençaient à s’effriter, la majorité a été battue au vote à bulletin secret à cause de gestes idiots et inutiles qui nous apporté des énormes dommages. L’opinion publique a été négativement touchée par ces faits et elle a commencé à s’éloigner à nouveau de nous, mais surtout de la politique, qui d’ailleurs n’a jamais paru plus lointaine des gens. Et aujourd’hui nous sommes tous placés sur le même plan. Nous et l’opposition. Mais cela s’est vérifié et l’on ne peut pas revenir à l’arrière. Il faut en prendre acte et il faut regarder en avant.Ce n’est pas le cas de faire des procès à posteriori, ni d’ouvrir la chasse aux suspects dans groupe de la majorité. Ca ne mènerait à rien. Nous avons devant nous des moments cruciaux. L’approbation de la nouvelle loi électorale des Communes et la loi sur les secrétaires des Communes doivent intégrer et compléter le parcours de reforme des Collectivités locales. La loi du budget de prévision sera un autre tournant important de l’activité d’automne.Il y a la nécessité impérative de régler les rapports avec l’Etat pour ce qui est des questions financières du pacte de stabilité et des reformes institutionnelles. Et, enfin, nous devons prendre acte que notre modèle de développement doit changer radicalement. Les temps de l’argent abondant, de la distribution généralisée, du soutien à tous et à tout est terminé définitivement. Sur ce dernier point en particulier nous, l’Union Valdôtaine, nous avons une mission importante qui concerne le futur de notre Pays d’ Aoste. Nous devons être conscients qu’il nous revient, à nous-mêmes, de forger notre avenir. Mais pour ce faire nous avons le nécessité impérative de nous réapproprier aussi de notre sens d'appartenance de notre sens identitaire, de notre volonté et de notre conscience d'être un Peuple, le Peuple du Val d'Aoste, qui n'est pas mort. Qui existe, qui veut vivre et qui est à même de s’unir dans les moments de difficulté. C'est à partir de nous que les révolutions commencent. Nous ne sommes pas l'Ecosse. Mais nous sommes la Val d'Aoste, nous sommes les Valdôtains. Il nous appartient d’accroître la valeur ajoutée à notre Communauté pour maintenir notre Autonomie en la renforçant. L’Autonomie est souvent banalisée. Mais réfléchissons au fait que les processus de reforme se feront ou avec ou sans nous. Si nous renonçons à nos prérogatives d’autogouvernement il y aura quelqu’un qui choisira pour nous et qui le fera d’ailleurs, à Rome comme à Bruxelles, comme cela il lui plaira et aux conditions qu’il voudra. Si cela nous convient, il suffit de laisser aller les choses. Si cela ne nous convient pas, il faut agir. Agir sur deux créneaux. Celui interne : le nôtre. Celui de l’action et de l’activité de l’Union Valdôtaine, des Sections, des adhérents. L’autre créneau concerne la nécessité de trouver des formes de collaborations plus ample pour aborder avec force un rapport avec l’Etat dans le cadre des reformes.Nos Parlementaires soutiennent le Gouvernement, mais ils ont besoin d’être davantage soutenu dans leur action. Le Président de la Région a su conduire de manière brillante une série importante de négociations en matière de finances. Mais son action aussi a besoin d’être rendue plus efficace par un consensus politique plus ample. Nous même nous sommes conscients qu’une stabilité majeure serait souhaitable au Conseil de la Vallée permettant ainsi de mettre en marche un parcours de réformes indispensables pour rebâtir un système Vallée d’Aoste adapté aux conditions et aux exigences actuelles.Cela, bien sur, si nous sommes conscients des enjeux et si nous voulons réaliser un modèle novateur sans nous limiter à attendre la fin d’une crise qui est irréversible. Nous ne refusons pas la possibilité de parler et de trouver des ententes. D’ailleurs c’est merci à nous, qu’au printemps, entre différentes forces politiques ont avait commencé à se parler. Et même si l’on n’a pas atteint des résultats dans l’immédiat on a fixé un précédent important. Et c’est bien en conséquence de ça, que les rapports se sont aussi modifiés avec certaines forces de l’opposition. Nous, l’Union Valdôtaine, nous avons aujourd’hui un rôle crucial qui est celui de ressembler et d’unir autour des besoins de la Communauté tous ceux qui sont disponible à travailler pour cet objectif. Et nous-mêmes, nous sommes disponibles encore et toujours à parler et à trouver des ententes, mais nous ne voulons pas le faire par des accords en cachette. Nous avons eu un consensus en 2013 avec notre coalition et c’est avec nos alliés que nous pourrons parcourir certains passages. Et ce dans le respect des électrices et des électeurs qui nous on fait confiance. Aucun empêche à la majorité de s’agrandir, mais la il faut être clairs et être à même de l’expliquer à nos concitoyennes et à nos concitoyens. Et pour ce faire, on ne peut que partir d’un programme à partager.Seulement après, on pourra parler d’organigramme et de place. Et, enfin, il est bien de rappeler que c’est aux forces politiques, en pleine autonomie, sans poser des vétos, d’indiquer et de proposer les personnes pour les charges éventuelles.Bien sûr, nous n’en sommes pas là, mais il est toujours bien de rappeler quelles sont les conditions politiques qui doivent être respectées face aux citoyens. Pour l’instant, on s’est abstenus de négocier quoiqu’il soit, mais il faudra bien que le Conseil Fédéral, qui est souverain, donne au président et au Comité l’opportunité d’essayer d’ouvrir, si possible, des tables de négociation avec les forces politiques qui s’en diront disponibles.

agenda

twitter

vidéos

Antonio Fosson
Expo 2015 Leonardo La Torre
Batailles: la finale approche
Follien vice-président Conseil
Interview à Ego Perron
Rendez-vous valdôtain
La rencontre de football
Conseil fédéral
Conférence des administrateurs
Conférence des Présidents
Réformes constitutionnelles
Le nouveau site est en ligne!
Trophée Union Valdôtaine
70e Anniversaire
Conseil Fédéral
Conseil Fédéral
Le succès des Rencontres

images

2013 Congrès national

2012 Troisième fête d'hiver

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071