Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 11 déc 2017 - 15:45

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Conseil de la Vallée11 Décembre 2017 - 15:41

L’activité du Gouvernement valdôtain L’activité du Gouvernement valdôtain Parmi les différentes délibérations adoptées aujourd’hui par le Gouvernement valdôtain lors de sa réunion d’aujourd’hui, lundi 11 décembre, nous signalons, en raison de leur portée, celles concernant: l’approbation du texte du contrat entre l’Administration régionale et le Secours Alpin Valdôtain, qui discipline les aspects d’organisation et financiers des obligations du service public afférents les activités de secours en montagne et de protection civile pour 2018, pour un montant global d’un million 400mille euros;  la prorogation au 31 janvier 2018 du terme précédemment fixé au 15 décembre 2017 pour la présentation des requêtes d’emprunt pour la transformation des bâtiments et de leurs installations, dans le domaine du bâtiment résidentiel, d’après la loi régionale 13/2015;  l’approbation du schéma de convention qui discipline le rapport entre la Région et Banca 5 SpA pour le déroulement du service de collection des taxes automobiles par les postes de tabac conventionnés avec l’institut de crédit, ainsi que le schéma de convention disciplinant le rapport entre l’Administration et l’Automobile Club d’Italia, pour la même taxe, avec les modalités de paiement alternatives à l’argent représentées par: les guichets "Bancomat” et les services d’Internet Banking mis à disposition par les banques conventionnées avec ACI; le service web "Bollonet”; le transfert aux Communes, à faire date du 1er janvier prochain, des ressources nécessaires à faire face aux frais concernant le service de cantine scolaire pour les personnels enseignants des écoles de l’enfance engagés dans la vigilance et l’assistance des élèves pendant les repas, pour un montant de 200mille euros. Cet acte sera maintenant transmis au Consortium Permanent des Collectivités Locales pour l’expression de son avis;  la prise d’acte du fait que le projet régional pour la sauvegarde de la langue minoritaire franco-provençale, concernant l’année 2016 et soumis à la Présidence du Conseil des Ministres pour l’octroi d’un financement aux sens de la loi n. 482/1999 a été approuvé, pour un montant de 101mille 157 euros;  l’octroi, en faveur de différents organismes sportifs, de bourse au mérite sportif pour les résultats de portée nationale ou internationale obtenus dans la saison de sport 2016/7 de la part des respectifs athlètes membres, résidents en Vallée d’Aoste, tout comme prévu par le plan proposé par la Conférence régionale pour les sports, pour un montant total de 13mille 116,66 euros;  l’octroi, en faveur de différents organismes sportifs, de subventions visant le soutien de l’activité des agonistes à l’échelon national (disciplines d’équipe) lors de la saison de sports 2017/8, d’après le plan de répartition proposé par la Conférence régionale pour les sports, pour un montant total de 91mille 860 euros;  l’octroi, en faveur de différents Comités régionaux des organismes de promotion sportive, d’une subvention au soutien de l’activité sportive à l’échelon promotionnel et d’amateur, déroulée sur le territoire régional dans la saison de sports 2016/7, d’après le plan de répartition proposé par la Conférence régionale pour les sports, pour un montant total de 66mille 533 euros;  l’octroi, en faveur de différents organismes sportifs, de subventions pour le soutien de l’activité sportive ordinaire effectuée dans la saison 2016/7, d’après le plan de répartition proposé par la Conférence régionale pour les sports, pour un montant total de 312mille 885 euros.  

partager

Vie de l'Union5 Décembre 2017 - 00:45

Présidence du Conseil: le communiqué du Conseil fédéral et la lettre d’Auguste Rollandin Présidence du Conseil: le communiqué du Conseil fédéral et la lettre d’Auguste Rollandin Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine, réuni à Verrès le 4 décembre 2017, Ayant entendu le rapport sur la situation politique de la part du Président du Mouvement, Ayant également entendu le rapport de Auguste Rollandin, Prenant acte de la décision de sa part de renoncer à la candidature à la charge de Président du Conseil, Rappelle que les accords entre forces politiques prévoyaient l’attribution de la charge de Président du Conseil à l’Union Valdôtaine, Souligne que l’Union Valdôtaine, n’a jamais posé des préjudicielles à l’égard de personne à l’intérieur de l’alliance avec les autres forces politiques et a toujours agi pour permettre à l’alliance de avancer et de travailler positivement, Souligne que la décision de Auguste Rollandin a été prise avec l’intention de faire avancer un projet politique sur le quel l’Union Valdôtaine, tout en étant le parti de majorité relative, s’est largement engagée même avec des sacrifices et des renonciations ayant toujours l’objectif du bien commun, Remercie Auguste Rollandin pour le geste de grande responsabilité qu’il vient d’accomplir au soutient des institutions et de l’action politique de l’Union Valdôtaine et lui fait part de toute la plus grande considération du Peuple Unioniste, Reconfirme la disponibilité de l’Union Valdôtaine à continuer une loyale collaboration avec toutes les forces alliées, pour atteindre des résultats positifs lors des prochaines élections du Parlement italien et du Conseil de la Vallée, Sollicite entre temps l’assurance rapide du respect des engagements qui prévoient l’attribution de la Présidence du Conseil à l’UV. De suite, nous publions également la lettre remise par le conseiller Auguste Rollandin au président de l’Union Valdôtaine Ennio Pastoret, lors de la réunion de Verrès du Conseil fédéral, à l’égard de la question de la Présidence du Conseil. Ayant lu les déclarations d’Andrea Rosset qui confirment son indisponibilité à démissionner de la charge de Président du Conseil de la Vallée ; Prenant acte de la violation, qui en découle, des accords souscrits par l’Union Valdôtaine et l’Union Valdôtaine Progressiste au moment de la formation de la nouvelle majorité régionale ; Tenant compte des déclarations des organes de direction de l’UVP et de sa Présidente au sujet de l’indisponibilité de ce mouvement à soutenir ma candidature à la charge de Président du Conseil de la Vallée ; Je remercie les collègues conseillers du groupe de l’UV, d’EPAV et de PD–Sinistra VdA qui ont toujours exprimé leur pleine disponibilité à soutenir les accords pris entre l’UV et l’UVP, en réaffirmant la désignation du soussigné à la charge de Président du Conseil ; Tout en appréciant la cohérence et le soutien du Mouvement auquel j’appartiens et de son Président, Dans le but d’éviter des frictions ultérieures et des discussions qui seraient difficilement compréhensibles et justifiables aux yeux des Valdôtains, Rappelant que la charge en question n’était pas l’objet d’une requête personnelle, mais le résultat d’un accord politique, je déclare de renoncer à la nomination à la charge de Président du Conseil de la Vallée, telle qu’elle avait été concordée et souscrite entre les parties concernées, et de vouloir continuer à travailler pour l’intérêt général et pour faire avancer un projet politique Autonomiste et Fédéraliste qui soit crédible et porteur de résultats sérieux, concrets, tangibles, moins caractérisés par des soucis d’apparence et moins inconsistants ; Je reconfirme ma totale disponibilité à continuer une loyale collaboration pour atteindre des résultats positifs lors des prochaines élections du Parlement italien et du Conseil de la Vallée. 
Verrès le 4 décembre 2017

partager

Conseil de la Vallée6 Décembre 2017 - 11:35

La situation de la SFOM débattue au Conseil de la Vallée La situation de la SFOM débattue au Conseil de la Vallée Les démissions du Conseil d’Administration de la «Scuola di formazione e orientamento musicale» ont fait l’objet du débat au sein du Conseil de la Vallée, qui a repris ses travaux aujourd’hui, mercredi 6 décembre. En répondant à une interpellation, l’assesseur à l’éducation et culture Emily Rini a exclu«categoricamente qualsiasi intromissione o pressione politica da parte mia sul Consiglio di amministrazione della Fondazione Maria Ida Viglino: la politica ha sempre avuto un occhio di riguardo a questo settore, perché sia la SFOM sia l'Istituto musicale pareggiato sono due veri fiori all'occhiello della nostra regione, che hanno contribuito ad una elevata alfabetizzazione musicale e a far conoscere la Valle d'Aosta in questo ambito». L'Assesseur a donc fait un tour d'horizon de la situation: «le 20 novembre dernier, les trois membres du CdA nous ont fait part de leur intention de démissionner en raison de certaines difficultés de nature administrative et gestionnaire. D'une part, il y a la complexité juridique de la Fondation qui, tout en étant un organisme de droit privé, est cependant contrôlée par la Région et tenue d'appliquer les différentes conventions collectives du secteur public. D'autre part, le CdA a signalé que la Fondation manque de personnel administratif et aurait besoin des ressources nécessaires pour procéder à des sélections de personnel d'un profil adéquat par rapport aux dimensions de l'école, qui compte 830 élèves et 30 enseignants et qui doit gérer deux sièges, l'un à Aoste et l'autre à Pont-Saint-Martin». «En effet, compte tenu des ressources dont elle dispose actuellement, - a-t-elle ajouté - la Fondation se voit dans l'obligation de recourir à ses propres enseignants pour coordonner les activités de l'école. Cette situation entraîne un manque d'efficience, d'une part parce que les enseignants concernés doivent faire face à des charges de travail excessives et ne disposent pas des compétences nécessaires en matière de gestion et, d'autre part, parce que les fonctions de coordination ne devraient pas être exercées par quelqu'un qui se trouve à être à la fois juge et partie». «Le 28 novembre nous avons donc rencontré le Conseil d'administration, afin d'approfondir ces problèmes et de rechercher des solutions. - a conclu l’assesseur Rini - En tant que Gouvernement régional, nous avons indiqué que nous étions disposés à agir pour renforcer l'organigramme technique et administratif de la Fondation. Cette démarche est nécessaire pour ne pas perdre le bénéfice des remarquables résultats obtenus. Le CdA a fait savoir que, sur ces bases, il était disposé à mener à terme son mandat et qu'il s'engageait à travailler dans le cadre d'un parcours que nous avons partagé, afin de renforcer l'activité de la Fondation. Les membres ont donc annoncé de retirer leur démission et leur activité sera déterminante pour atteindre les objectifs que nous avons fixés ensemble».

partager

Conseil de la Vallée5 Décembre 2017 - 16:51

Liaisons entre Vallées et télésiège Champoluc-Crest en évidence au Conseil Liaisons entre Vallées et télésiège Champoluc-Crest en évidence au Conseil Le sujet du tourisme et des projets stratégiques s’y rattachant a été abordé aujourd’hui au Conseil de la Vallée. Tout particulièrement, deux interrogations de l’opposition ont permis a l’assesseur Aurelio Marguerettaz de mettre noir sur blanc une série de données. En disant, avant tout, de l’aspect économique des liaisons entre domaines skiables de vallées avoisinantes, il a dit: «i costi da ripartirsi nel prossimo quadriennio sono 50 milioni per Ayas-Cervinia, 80.4 milioni per Pila-Cogne, 14.5 per La Thuile, 22 per il nuovo impianto di Courmayeur. Il totale di questi interventi ammonta quindi 166,9 milioni di euro». A l’égard du repère des ressources, l’Assesseur a assuré «è poi in fase avanzata l'elaborazione di un disegno di legge per poter finanziare le società richiedenti sulla base di percentuali variabili in funzione delle risultanze di esercizio. Cercheremo di trovare tutte le soluzioni perché le operazioni si svolgano con l'autofinanziamento. Per il mantenimento dei comprensori, quindi, la cifra prevista è di 36 milioni di euro, perfettamente in linea con gli interventi fatti nel passato utilizzando la gestione speciale». A l’égard du déplacement des skieurs de la Suisse, l’assesseur Marguerettaz a précisé: «Per altre iniziative di collegamenti intervallivi si è parlato di un aumento del 50%. È un appeal che certamente può avere risultati davvero eclatanti. Ad oggi, sono 150 mila gli sciatori svizzeri che arrivano in Italia. L'aumento realistico è del 3% e risultati positivi anche per la stagione estiva. Ci potrebbe essere anche un incremento per quanto attiene la ricettività. Infine, l'impianto Aosta-Pila-Cogne non è sostituivo, ma complementare al trasporto pubblico locale». En répondant à l’autre interrogation, Aurelio Marguerettaz a fait le point sur la réfection du télésiège de Champoluc au Crest. «La gara di appalto è già stata avviata in base a scelte ben ponderate e finalizzate all'ottimizzazione del Crest a vantaggio di tutta la comunità. - a-t-il affirmé - L’aumento di capitale attraverso Finaosta per il rifacimento della telecabina da computo metrico ha un valore d'asta di 19 milioni di euro e ricomprende diverse attività di riqualificazione del Crest, tra cui la realizzazione di una struttura da destinare a locale commerciale». «L'aumento di capitale proposto è invece limitato a 16 milioni - a conclu l’assesseur Marguerettaz - e ricomprende in via prioritaria le attività correlate alla pratica dello sci. Questa cifra deriva dallo stralcio dei costi relativi ai fabbricati degli uffici, della tavola calda e dell'autorimessa da destinare a locale commerciale. Le risorse mancanti all'aggiudicazione restano a carico della Monterosa. Il finanziamento non andrà dunque a sostenere attività commerciali».

partager

Conseil de la Vallée5 Décembre 2017 - 16:08

L’assesseur Rini répond au Conseil sur un cours pour menuisiers L’assesseur Rini répond au Conseil sur un cours pour menuisiers «Pur cercando di offrire un'ampia gamma di possibilità per i nostri studenti, abbiamo voluto evitare la sovrapposizione di percorsi che rilasciano una stessa qualifica professionale». C’est l’assesseur à l’éducation Emily Rini qui l’a dit, aujourd’hui, au Conseil de la Vallée en répondant a une interrogation de l’opposition portant sur l’échec d’activation d’un cours pour menuisiers auprès de l’institution scolaire «Corrado Gex» d’Aoste. Tout particulièrement, l’interrogation demandait si des appréciations spécifiques avaient été accomplis au soutien de ce choix. «La priorità è mettere al centro i ragazzi, con la loro formazione scolastica e il loro sbocco lavorativo. La decisione di non avviare un percorso triennale ad Aosta si fonda su due motivazioni principali. La prima è quella di evitare un'eccessiva parcellizzazione dell'offerta formativa, che comporterebbe la non attivazione dei corsi per vincoli numerici: il percorso di istruzione e formazione professionale per falegnami è, infatti, proposto dall'Istituto Don Bosco di Châtillon». «Uno sdoppiamento dell'offerta ad Aosta - a conclu l’Assesseur - avrebbe, quindi, pregiudicato l'avvio di entrambi i corsi. La seconda motivazione riguarda il mercato del lavoro, che non è più in grado di offrire sbocchi per questo tipo di formazione: non vogliamo quindi illudere i nostri giovani a fronte di un settore, quello del legno, che è in forte calo. Il nostro intento è infine quello di rilanciare la zona della media Valle, che negli anni si è vista penalizzata sotto il profilo dell'offerta formativa».

partager

Transports L’entente avec RFI pour l’amélioration du rail en Vallée d’Aoste sera bientôt signée Lors de sa séance d’aujourd’hui, lundi 4 décembre, le Gouvernement valdôtain a approuvé l’ébauche d’entente cadre avec "Reti Ferroviarie Italiane” SpA, concernant l’amélioration des infrastructures du chemin de fer dans notre région. L’entente prévoit un scénario de développement axé sur la programmation de l’électrification de la ligne Aoste-Ivrée (avec d’autres ouvrages visant à rendre plus rapide ce tronçon), ainsi que sur les actions pour la réouverture de l’Aoste/Pré-Saint-Didier avec l’augmentation de la charge axiale, afin de permettre la circulation de trains plus modernes. Le Gouvernement valdôtain a également approuvé une ébauche de protocole avec RFI, qui prévoit de financer l’étude afin nécessaire à augmenter la charge axiale sur l’Aoste/Pré-Saint-Didier et d’instituer une table technique avec la société de gestion du réseau, afin de suivre les initiatives pour le développement du système valdôtain de chemin de fer. Les documents approuvés ont été examinés et partagés par la IV Commission du Conseil et seront signés avec "RFI” dans les prochains jours. Les documents ont fait l’objet d’une confrontation prolongée avec les dirigeants de la société de gestion du réseau, auquel a collaboré également le Comité "Valle d’Aosta Riparte”. "L’entente cadre et le protocole - a déclaré l’assesseur aux Transports, Aurelio Marguerettaz - constituent un passage fondamental pour le développement futur des lignes valdôtaines du chemin de fer, d’après les dispositions de la loi régionale 22/2016”. "A ce sujet - a-t-il ajouté - tout le monde offrait son interprétation. Avec cet accord, nous avons maintenant noir sur blanc les actions, les frais y afférents et les bénéfices qui en découleront”. Il faut cependant être très clairs: "les temps du service de chemin de fer ne sont pas ceux d’aujourd’hui du fait que la ligne n’est pas électrifiée, mais en raison de l’interruption, avec changement de convoi, à Ivrée et de la présence d’un seul rail, avec des rayons de détournement qui ne permettent pas des vitesses supérieures. Avec une grande satisfaction, en tout cas, on est au point de faire démarrer les activités nécessaires à établir les travaux à faire et leurs couts”. Conseil de la Vallée Tunnel du Grand-Saint-Bernard et chemin de fer examinés par deux Commissions La troisième et la quatrième Commission du Conseil de la Vallée ("Organisation du territoire” et "Développement économique”) se sont réunies aujourd’hui, jeudi 30 novembre, afin d’auditionner le Président de la Région et le Président de la Sitrasb, à l’égard de l’assignation des travaux d’entretien du Tunnel du Grand-Saint-Bernard. "Au cours de la dernière séance du Conseil – explique le président de la troisième Commission, le conseiller unioniste Luca Bianchi – nous avions pris l’engagement d’aborder au sein de la Commission le sujet des travaux au Tunnel du Grand-Saint-Bernard. Notre souhait est que les temps pour la réouverture soient respectés, ou meme avancés. Aujourd’hui, le président de la société, Silvano Meroi, a réaffirmé que la prochaine semaine on pourra faire une évaluation plus précise sur la possibilité d’avancer la réouverture. Clairement, la sureté reste un point à évaluer attentivement, ainsi qu’à partager avec la gestion suisse du tunnel. Nous sommes tous conscients que la fermeture de cette importante directrice internationale ait crée des malaises au territoire, à ses communautés et aux retombées touristiques de notre région et tous son tau travail pour faire reprendre la circulation dans les délais établis”. De plus, la quatrième commission a auditionné l’assesseur aux transports, Aurelio Marguerettaz, eu égard au service de chemin de fer en Vallée d’Aoste. "Avant tout, l’assesseur Marguerettaz – dit le président Paolo Contoz, membre du groupe de l’Union Valdotaine – a annoncé que l’appel d’offres pour la sélection du gérant du service a eu une prorogation d’environ trois mois, suite à une remarque du Garant à propos des conditions de l’appel d’offres même. Marguerettaz a ensuite communiqué qu’il a été conclue une entente avec RFI pour la définition de l’accord cadre et du protocole qui permettra de démarrer dans le parcours pour la définition et l’élaboration des projets d’amélioration, inclue l’électrification, de la ligne Aoste/Turin et des travaux nécessaires à la réouverture de l’Aoste/Pré-Saint-Didier. Enfin, a dit encore l’Assesseur, nous continuons la confrontation avec la Direction régionale de Trenitalia et les dirigeants nationaux du transport régional, afin de créer une solution qui permette d’approuver un nouveau "contrat-pont” qui remplace l’actuel, par lequel l’Administration régionale a remplacé le Ministère après le passage des compétences sur le chemin de fer”. Conseil de la Vallée Mardi 5 et mercredi 6 décembre, la prochaine séance du Conseil de la Vallée Mardi 5 et mercredi 6 décembre prochains, à 9h, le Conseil de la Vallée se réunira afin d’examiner un ordre du jour composé par quarante-cinq objets au total. Parmi ceux-ci, deux projets de loi. Le premier, dont le rapporteur sera le conseiller de notre Groupe Joël Farcoz, modifie la loi régionale n° 25 de 2010 en matière de rédaction du Bulletin officiel de l’Administration, ainsi que la publication des actes de la Région et des collectivités locales. L’autre projet concerne le rajustement du budget 2017, ainsi que les variations aux prévisions 2017/19. Les deux initiatives législatives ont obtenu, dans les derniers jours, l’avis favorable (à la majorité des voix) de la deuxième commission du Conseil "Affaires générales”. Ensuite, l’Assesseur à l’agriculture et aux ressources naturelles relatera sur la mise à jour des montants de la taxe de concession annuelle des entreprises agro-touristiques et de chasse, faunistiques et de chasse, ainsi que des centres de reproduction de la faune à l’état naturel, prévue par la loi régionale n° 64 de 1994, portant dispositions pour la sauvegarde et la gestion de la faune et pour la discipline de la chasse. Les travaux de l’Assemblée seront transmis en direct sur le site du Conseil de la Vallée ( www.consiglio.vda.it ), sur le compte YouTube du Conseil ( www.youtube.it/user/consvda ), en plus que sur la chaine télévisée "TV Vallée” (n° 15 du numérique hertzien). Boîte aux lettres «Quando il bue dà del cornuto all’asino» Tra le non poche iniziative della minoranza del Consiglio regionale che sembrano uscite da un libro di barzellette, si segnala la recente presentazione di una mozione (respinta) che mirava a ottenere le dimissioni dell’Assessore Rini, "motivata” – per così dire – dal preteso coinvolgimento della stessa nel calderone dell’inchiesta sulla supposta corruzione di cui si sarebbero resi colpevoli l’imprenditore Cuomo e il manager Accornero. La parte più ridicola di tale mozione non stava né nel fatto che la vicenda riguarda in realtà i privatissimi rapporti dell’Assessore con il suo ex marito (ed è noto che la saggezza popolare insegna a non mettere il dito in certe materie), né nella constatazione che a tutt’oggi nei confronti della consigliera dell’Union Valdôtaine non esiste l’ombra di un’imputazione; ma nella presenza, tra i proponenti, di due eminenti personalità del gruppo consiliare di Alpe, notoriamente esperto in vuoto moralismo: l’ex Assessore al Bilancio e Finanze Albert Chatrian e l’attuale Vicepresidente del Consiglio Patrizia Morelli, entrambi condannati penalmente in un giudizio secondo grado per reati legati ai cosiddetti "costi della politica”. Premesso che ci auguriamo sinceramente che non solo loro due, ma tutti i politici valdostani che si trovano attualmente immischiati in guai giudiziari possano essere riconosciuti, alla fine della fiera, innocenti delle imputazioni loro ascritte, perché comunque a fare una figura poco decente, in queste faccende, siamo tutti noi Valdostani che li abbiamo eletti, troviamo di pessimo gusto che a salire in cattedra siano individui che più di altri dovrebbero andare a lezione, contando sulla speranza che la gente sia stupida o soffra di amnesia. Non solo: i due consiglieri che adesso chiedono le dimissioni dell’Assessore Rini con il pretesto che la sua posizione nel governo regionale sarebbe incompatibile con supposti principi etici scoperti per l’occasione, non hanno esitato ad accettare l’elezione rispettivamente ad Assessore – nella precedente giunta Marquis – e a Vicepresidente del Consiglio attualmente, malgrado la già ricordata condanna penale per entrambi, precedente alle nomine! E non dimentichiamo che gli altri firmatari della mozione sono gli stessi che hanno eletto un giunta il cui Presidente, con i suoi presunti complici, è attualmente al centro di un’inchiesta fondata su una supposta, scandalosa macchinazione ai danni del Presidente Rollandin, dell’Union Valdôtaine e, in ultima analisi, di tutti i Valdostani! (A proposito: come mai non si parla più dell’"affaire Marquis”?...). Non possiamo non segnalare, a questo punto, la ben diversa correttezza e sensibilità istituzionale dimostrate dall’Assessore Ego Perron, che, condannato a suo dire ingiustamente in primo grado per una vicenda dalla valenza penale dubbia, ha immediatamente rimesso la propria delega al Presidente della Regione Viérin, abbandonando a malincuore un difficile lavoro sul bilancio, che lo ha impegnato nelle sue ultime settimane per rimediare a una difficile situazione lasciata dal suo predecessore alle Finanze e per recuperare il tempo perso inutilmente dal duo Marquis-Chatrian. È scandaloso che, su questi argomenti, certi personaggi della minoranza si siano sentiti in diritto di bloccare per un’intera giornata i lavori del Consiglio, con una polemica che non ha fatto che confermare la loro pochezza etica e intellettuale, con interventi da encefalogramma piatto. La minoranza, però, non può contare soltanto sul talento comico dei consiglieri di Alpe. Anche il gruppo Stella Alpina – Pour Notre Vallée (o come diavolo si chiama adesso) annovera nei suoi ranghi su un vero e proprio showman: Tonino Fosson, che in un’esilarante intervista televisiva ha spiegato che il motivo per il quale ha fatto il salto della quaglia, è perché si sarebbe accorto che esisterebbe "un sistema di malcostume, di traffici inspiegabile soprattutto a carico del sistema politico che ha gestito in questi anni – negli ultimi anni, da un po’ di tempo, la Valle d’Aosta, da cui io e l’amico Restano ci siamo differenziati, creando appunto il gruppo Pour Notre Vallée”. Non è detto esplicitamente, ma è sottinteso che al centro di questo sistema ci sarebbe l’Union Valdôtaine, dalla quale appunto il duo si è "differenziato”. L’Union Valdôtaine sarebbe, in buona sostanza, una specie di cosca e, di conseguenza, la maggioranza rovesciata (con il fattivo contributo di Fosson e Restano) dal "ribaltone” di Marquis – maggioranza di cui peraltro facevano parte entrambi – non sarebbe stata molto diversa da un’associazione a delinquere. Ci complimentiamo per l’acume! Tenuto conto che il gruppuscolo di Fosson si è costituito il 27 ottobre 2016, risulterebbe che, per capire quanto sopra, l’ex senatore ci avrebbe impiegato soltanto 13 anni, durante i quali ha costantemente partecipato alle riunioni e alle decisioni degli organi direttivi dell’Union, è stato eletto consigliere nelle liste dell’Union, è stato designato quale Assessore da un losco tipaccio chiamato Rollandin, poi ha rappresentato la Valle d’Aosta a Roma, e infine è tornato a fare il consigliere e l’Assessore, sempre grazie agli elettori unionisti. È curioso che il malaise che ha prodotto questa tardiva illuminazione si sia manifestato quattro mesi dopo che la maggioranza a guida unionista decise di sostituirlo, come Assessore, con Laurent Viérin; ed è ancora più curioso che Fosson e Restano, colti da un irresistibile raptus di purezza etica, avessero scelto come coordinatore del loro gruppuscolo Leonardo La Torre, anch’egli condannato per reati connessi con lo scandalo "costi della politica” , sospeso dal Consiglio in base alla legge Severino. Naturalmente non è un caso isolato: nell’Union Valdôtaine gli episodi di conversione sulla via di Damasco, motivati dal cosiddetto malaise, si sprecano: tanto da far sospettare l’esistenza di una forma subdolamente epidemica. Si manifesta, in genere, nei consiglieri regionali - ma non solo - quando si avvicina la scadenza della terza legislatura (che, com’è noto, rappresenta per gli eletti unionisti il limite dei mandati), o quando ci si deve alzare da certe poltrone, ovvero quando non si riesce a sedervi. Sembra quindi che si tratti di un malessere localizzato in origine dalle parti del fondoschiena, che poi risale lungo il corpo, dando luogo a reazioni a livello psicologico, che spingono i soggetti colpiti a fare outing, come si dice, "mettendoci la faccia”. Ammesso che le due citate regioni anatomiche siano distinguibili, in certi casi. Lettre signée
2 X mille

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071