Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 31 mai 2016 - 17:22

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Tourisme31 Mai 2016 - 12:08

Une offre estivale pour les familles, à la valeur ajoutée significative Une offre estivale pour les familles, à la valeur ajoutée significative « Notre offre s’adresse surtout aux familles ». L’assesseur régional au Tourisme, Aurelio Marguerettaz, en présentant à la presse le calendrier des manifestations estivales 2016, a très clair à l'esprit le public de visiteurs auquel notre Région vise. Par ailleurs, le système de l’offre touristique, jadis axé sur les Aiat, a fait l’objet d’une révision, par la création de l’Office régional du tourisme, parce que – a ajouté l’assesseur – « nous avons la nécessité d’offrir des messages clairs à tous ceux qui souhaitent passer leurs vacances en Vallée d’Aoste ». L’Office est donc devenu le sujet auquel revient la promotion d’initiatives, organisées en collaboration avec les collectivités locales et les organisations actives sur le territoire. « Le but de ce calendrier – a continué l’assesseur Marguerettaz – n’est pas d’offrir au public simplement des ‘événements’, mais d’œuvrer dans une logique de continuité. Pour ce faire, l’action de la Région n’est pas suffisante. Il est important de créer des synergies et des collaborations avec les différents acteurs locaux. C’est ainsi que nous sommes arrivés à l’offre de forfaits touristiques conçus par des opérateurs à partir de nos initiatives ». « Au moment où la plupart des destinations touristiques se valent – a affirmé l’Assesseur au Tourisme – nous choisissons un autre chemin, en disant à nos potentiels visiteurs : ‘visitez la Vallée d’Aoste, car vous rentrerez chez vous avec une valeur ajoutée tout à fait significative’. Un message qui a son efficacité : avez-vous vu, récemment, des articles parlant d’une baisse des nuitées touristiques ? ». Quant au détail du calendrier, au mois de juillet nous assisterons au retour de « Musicastelle outdoor » , un programme de concerts en plein air, dans des lieux symboliques de notre Région. Cette année, ses protagonistes seront Daniele Silvestri (à Chevrières d’Etroubles), Dolcenera (à Laris de Champorcher), Alex Britti (à Champlong de Verrayes) et Roberto Vecchioni (à Petosan de La Thuile). Le programme sera clôturé par une soirée spéciale : Ezio Bosso en concert au Fort de Bard. Du 9 juillet au 28 août, « Fiabe nel bosco » proposera les contes de la famille D’Antanoz, dans « La conta di conte ». Un retour au moyen-âge en fable, qui sera proposé dans trente-deux différentes communes, grâce auquel les plus petits pourront découvrir une période ayant marqué profondément notre histoire. Une proposition semblable est celle des laboratoires pour enfants « E… state in famiglia » , dont le programme complet est disponible dans un numéro spécial du magazine « Vivere la Valle ». Par contre, le monde de la magie sera au coeur de « Estate magica in Valle d’Aosta » , qui inclut les rendez-vous du championnat du monde de « street magic » et le « Magic Summer Camp », visant à faire découvrir ce fascinant univers. Les « Cafés littéraires » auront en tant que protagonistes Alexander (le mentaliste italien le plus connu dans les années ’80) et Marco Berry (illusionniste et protagoniste de nombreuses émissions tv, telles « Le Iene »). Enfin, Walter Rolfo proposera le spectacle « L’arte di realizzare l’impossibile – One man show ». Les visiteurs auront également la possibilité d’apprécier à nouveau, du 9 juillet au 28 août, « Le grand jeu de l’oie de la Vallée d’Aoste » , dans une version adaptée aux différents sites, où les « animAttori » raconteront notre réalité par des anecdotes, des contes et des performances théâtrales. « Tutto Color » , un laboratoire de bandes dessinées pour enfants et adolescents au programme du 25 au 30 juillet prochains, se déplacera cette année aux pieds du Grand Paradis, dans un hommage à un de nos « quatre mille mètres » et à son Parc. Enfin, le festival culinaire « Non solo show cooking » comptera à nouveau parmi les propositions estivales de notre région, du 2 juillet au 21 aout, avec différentes nouveautés, parmi les quelles un diner de gala au château de Verrès (le 22 juillet). Les détails de ces manifestations peuvent être consultés sur le site www.lovevda.it . L’offre se complète de deux éditions spéciales du magazine « Vivere la Valle », consacrées aux excursions et aux promenades guidées, ainsi qu’à l’alpinisme et à l'escalade. Info Groupe UV Conseil

partager

Nos douleurs 30 Mai 2016 - 11:02

En souvenir de Jean Piéropan En souvenir de Jean Piéropan Il y a des personnes que l’histoire de l’Union Valdôtaine l’ont vue, d’autres qui l’ont vécue, d’autres encore qui ont contribué à la faire. Pour ce qui est de la ville d’Aoste, et plus particulièrement de Saint-Martin-de-Corléans, Jean Piéropan rentre dans toutes et trois ces catégories. Nous le rappelons lorsqu’il arriva dans notre section, en 1968. A cette époque, ses 38 ans d’âge en firent le secrétaire du Comité de direction, rôle dans lequel il fut confirmé à maintes reprises et se distingua pour sa fiabilité. Par ailleurs, cela ne surprit personne : pour tous, Jean Pieropan était « le géomètre », synonyme d’une attention et d’une précision qui étaient le patrimoine plus précieux offert par une formation technique. En 1978, il fut élu président de notre Section. Son attachement à la cause valdôtaine était total. Sa vision de l’Autonomie était profondément inspirée par les valeurs de ses pères fondateurs. Sa capacité d’appliquer les principes et les idéaux unionistes à la vie quotidienne, notamment dans le domaine des langues, était difficile à croire, si on ne l’avait pas connu. Pour Monsieur Piéropan, l’unionisme représentait un état d’âme, avant qu’une conviction. Il se considérait une ressource du Mouvement et, surtout, de sa section, de son quartier, où il habitait la colline, dans l’hameau de Duvet. Preuve en est le fait que, le long de plus de cinquante années d’adhésion, il ne poussa jamais son ambition jusqu’à rechercher une place dans les institutions. Une seule fois, il fut candidat au Conseil communal d’Aoste : c’étaient, par ailleurs, les années où notre Mouvement ne comptait pas neuf conseillers, mais beaucoup moins. Être unionistes ne signifiait pas être majorité, ne signifiait pas gouverner. Il accepta d’aller en liste pour l’esprit de service qui l’a toujours distingué. Cette intransigeance sur les valeurs à la base du flambeau unioniste en fit le président honoraire parfait pour notre Section. Il fut nommé à cette charge en 1980 et il l’a été jusqu’à avant-hier, jour où son voyage terrain s’est terminé. Je parle de voyage terrain parce que l’autre trait distinctif de cet homme a été la foi, qu’il a toujours démontré et qu’on retrouve dans les « batailles » telles la requête d’une messe en langue française, le dimanche matin, dans cette même paroisse où samedi dernier nous l’avons salué, Saint-Martin-de-Corléans. Le souvenir plus personnel, que beaucoup d’entre nous gardent, est celui d’un homme qui aimait notre Vallée et son histoire, qui connaissait très bien nos montagnes et qui appréciait la compagnie. Les anecdotes concernant les nombreuses « promenades » organisées par notre Section lors des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix allument encore aujourd’hui nos sourires et ils le feront pour toujours. Pour les plus jeunes, arrivés à la Section de Saint-Martin lorsque les années 90 étaient bel et bien avancées, il fut un témoignage vivant de cohérence, là pour démontrer que l’Union Valdôtaine n’était pas un « tram » vers la réalisation personnelle, mais le milieu où servir une cause. Dans le travail, il mettait cette même abnégation, comme le rappellent tous ceux qui l’ont vu, aux moins une fois, dans son cabinet d’assurances de rue de la Porte Prétorienne. Lorsque l’âge mina la santé de Monsieur Piéropan, en lui empêchant d’être parmi nous, c’est nous qui nous sommes allés chez lui. La visite à la veille de Noël à son foyer, où son épouse Rosetta l’assistait amoureusement, était toujours un moment de joie et consacré aux souvenirs. Cette semaine, la nouvelle la plus triste est arrivée. Le « géomètre » nous a quittés, mais beaucoup de choses, à Saint-Martin, nous parlent de lui. Et elles continueront à le faire. Merci, géomètre.

partager

Conseil de la Vallée30 Mai 2016 - 09:59

Gouvernement valdôtain : les délibérations de la dernière séance Gouvernement valdôtain : les délibérations de la dernière séance Parmi les différentes délibérations adoptées par le Gouvernement valdôtain lors de sa séance de vendredi denier, 27 mai, nous signalons celles ayant trait: • au financement, par 5.4 millions d’euros, des requêtes d’emprunt pour l’achat de la première habitation présentées jusqu’au 27 avril dernier, ainsi que celles pour le réaménagement de bâtiments sis dans les centres historiques déposées au mois de mars 2016. Dans le détail, la délibération approuvée par le Gouvernement prévoit le financement de cinquante-six requêtes concernant l’achat (5 millions 175mille 500 euros) et de la seule demande de récupération (190 mille 400 euros). Au total, les requêtes présentées dès le début de l’année sont 82 et grâce à la décision du Gouvernement portant sur la réduction des taux, les familles valdôtaines sont en train de regarder à nouveau avec intérêt à cette forme de financement ; • à la nouvelle discipline d’emploi à appliquer aux aires à risque d’éboulement dans les aires de prudence du Mont de La Saxe, dans la commune de Courmayeur. Cette délibération ne change pas le périmètre de l’aire potentiellement concernée par l’éboulement dans son ensemble (9 millions de mètres cubes), mais elle donne acte du fait que des importants ouvrages de protection des villages ont été réalisés. On est donc face à une diminution du risque, car les ouvrages sont à même de contenir les instabilités mineures : il est donc possible d’intervenir sur les obligations d’urbanisme existantes dans les aires de La Palud et d’Entreves, en permettant même des travaux de réaménagement des immeubles existants, y compris des augmentations de volumétrie. La possibilité de bâtir, par contre, elle reste exclue ; • à l’octroi d’une subvention à l’intention de l’« Association Régionale des Éleveurs Valdôtains (AREV) » pour la réalisation du programme régional 2016 des concours, des expositions et des marchés-concours liés à la morphologie et à la race du bétail. Par cette décision (cette délibération établit une liquidation de 2 millions d’euros, mais le total de l’allocation 2016 se chiffre à 4 millions) le Gouvernement veut répondre aux exigences du domaine zootechnique, qui vit également des complexités indépendantes de la volonté de l’Administration régionale . Info Groupe UV Conseil

partager

Vie de l'Union27 Mai 2016 - 15:32

La situation politique au centre de la réunion de la Conférence des Présidents La situation politique au centre de la réunion de la Conférence des Présidents La Conférence des présidents des Sections de l’Union Valdôtaine, lors de sa réunion de jeudi 26 mai dernier, s’est penchée tout particulièrement sur trois thèmes: le projet de réforme constitutionnelle qui fera l’objet du référendum au programme pour le mois d’octobre prochain, les accomplissements auxquels les Sections sont appelées et la situation politique. Quant au premier aspect, le sénateur Albert Lanièce a présenté aux participants un aperçu tout à fait détaillé sur les contenus du projet approuvé par le Parlement, en soulignant les actions qui ont été conduites par le groupe des Autonomies afin d’obtenir les modifications à la proposition initiale qui ont rendu le texte acceptable. A ce propos, il est capital que le dialogue entre les formations politiques enracinées dans les autres régions autonomes italiennes se poursuive, afin de composer un front commun et de continuer à vigiler sur un processus qui est cependant délicat pour les régions douées d’un Statut spécial, en raison également de la « vague » anti-autonomiste qui a pris pied dans certains milieux de la politique italienne. Pour ce qui concerne le deuxième aspect, à savoir la situation des sections, le président du Mouvement Ennio Pastoret , a rappelé l’importance de s’aligner aux dispositions statutaires, en matière de renouvellement des Comités de direction et de déroulement de deux Assemblées des adhérents pour chaque année. A ce raisonnement est également liée la situation des adhésions, à propos desquelles la sollicitation du Président a été de procéder à compléter la campagne 2016 dans un bref délai : « chacun connaît bien sa zone, chacun de vous sait de quelle façon se bouger ». En général, Ennio Pastoret a rappelé que le Mouvement est en train de se structurer à nouveau dans des réalités où des problèmes s’étaient vérifiés. La section de Jovençan a été recrée et ce soir se déroulera l’assemblée qui portera à nouveau de disposer d’une section à Ollomont. La situation politique, dernier point à l’ordre du jour , a fait avant tout l’objet d’un rapport du Président du Mouvement, dans la logique « d’offrir des informations aux Présidents des sections ». Le rapport a commencé en rappelant les difficultés ayant caractérisé le mandat du Conseil régional en cours : de la situation initiale entre majorité et opposition de 18 à 17, jusqu’à la crise ayant conduit aux démissions des assesseurs, qui a été dépassée grâce à « l’esprit de résistance et au courage du président de la Région, qui est resté à sa place ». A partir de ce moment, l’Union Valdôtaine, consciente des difficultés, a renforcé le dialogue avec les autres forces politiques. On est ainsi arrivés aux formules qui ont permis de remporter les élections communales à Aoste en 2015 et, ensuite, d’élargir la majorité au Conseil de la Vallée, qui peut maintenant compter sur 21 conseillers. « On est arrivés – a dit Ennio Pastoret – à remettre l’Union au centre de l’échiquier politiques après une année et demie pas facile pour nous. Aurait-on pu faire de mieux ? ». A présent, le regard doit s’adresser à l’avenir. « Nous avons promis à nos électeurs de la gouvernabilité. – a dit le président Pastoret – C’est ce qu’on a garanti par les modifications à la formule de la majorité. Il faut, maintenant, une autre valeur : la stabilité. Il faut nous demander : sommes-nous à même d’achever les buts qu’on a établi ? La réponse est : ça dépend de quoi veut-on faire. Notre programme électoral de 2013 prévoyait, entre autres, le renforcement de l’Autonomie et la sauvegarde du Statut. Des dossiers pour lesquels il faut disposer d’une majorité qualifiée et d’un vaste consensus dans l’opinion publique ». « L’Union Valdôtaine Progressiste – a ajouté Ennio Pastoret - a offert sa collaboration. Sur ces bases on est en train de dialoguer avec eux. Le dialogue porte sur les programmes, qui sont notre point de départ ». Les résultats de cette confrontation seront soumis au Conseil fédéral convoqué pour le 1er juin à Verrès, qui demeure l’organe ayant la compétence sur ces questions. Pour sa part, le président de la Région, Augusto Rollandin, a rappelé à la Conférence que l’important, à l’heure actuelle, est d’ « essayer de comprendre de quelle façon on peut travailler encore mieux. Il faut mettre du bon sens et se rappeler que la politique part des programmes. De places, à cet instant, on n’en parle pas. Aujourd’hui la majorité est à 21, mais cela ne signifie pas que tous les problèmes soient résolus. Le budget de la Région a connu une diminution de 42% est les réformes qui s’annoncent nécessaires demandent le maximum du partage ». « L’idée – a ajouté le président Rollandin – est que nous avons une alliance, qu’on veut maintenir, en l’intégrant par une force politique qui puisse contribuer à la réalisation du programme électoral. Ce dernier, nous imaginons de l’enrichir par des points, partagés, qui reflètent combien le monde a changé dans les trois dernières années. La période d’ici aux élections sera fondamentale pour les dossiers dont je viens de dire. Il faut regarder aux buts, autrement on risque de tout personnaliser et la politique devient bagarre. Les réformes sont essentielles ».

partager

Autour de nous 27 Mai 2016 - 15:01

30ème anniversaire des “Amis du coeur”: le message de l’assesseur Fosson 30ème anniversaire des “Amis du coeur”: le message de l’assesseur Fosson L’assesseur régional à la Santé, Antonio Fosson, a été parmi les autorités présentes à la rencontre "30 années pour le coeur”, s’étant déroulée hier, jeudi 26 juin, à Aoste, afin de célébrer le 30ème anniversaire de l’association "Les amis du coeur du Val d’Aoste - dott. G. Devoti”, née en 1986. L’actuel président de cette organisation, le médecin Giuseppe Ciancamerla, a rappelé, dans son rapport, les buts poursuivis, à savoir sensibiliser l’opinion politique sur les risques liés aux pathologies cardiovasculaires et offrir, aux personnes qui les vivent, des activités et des moments d’agrégation visant à accroitre la qualité de leur vie. Les activités déployées par les "Amis du Coeur” (qui ont dépassé les 3000 adhérents) sont nombreuses: des leçons sur la réanimation cardio-pulmonaire (le cap des 8000 participants a été franchi tout récemment), jusqu’aux cours de gymnastique pour les victimes d’infarctus, sans oublier l’offre de défibrillateurs aux organisations de notre région, dans une logique de prévention. L’association est fort active dans le domaine de la divulgation: tous les quatre mois, "Il Corriere del cuore”, le journal de l’association fait sa parution (on en est au numéro 62) et des coins d’information sont aménagés à l’occasion des principales manifestations intéressant Aoste et le reste de la Vallée. En s’adressant aux participants à la rencontre, l’assesseur Fosson a rappelé que "lorsque je suis devenu assesseur pour la première fois, les représentants de cette association sont venus chez moi pour se présenter et, au contraire d’un bon nombre d’organisations qui soumettent des requêtes, ce qu’on m’a proposé a été: ‘nous voulons faire cadeau de défibrillateurs sur le territoire’. Cette association s’est donc posée d’une façon telle à répondre aux problèmes de la santé valdôtaine, bien qu’alors ils étaient différents, moins complexes, par rapport à aujourd’hui”. Quant aux sens des trente années de l’association, l’assesseur Antonio Fosson a ajouté "‘Les amis du coeur’ a expliqué à toutes les personnes ayant connu un infarctus que la vie peut continuer, qu’une vie de qualité est possible. La diffusion, à l’échelon surtout culturel, de ce message, de la valeur de la rééducation et de la réhabilitation, a été fondamentale pour la qualité des soins offerts. Je ne peux que vous remercier tous. Joyeux anniversaire, Les amis du coeur”. Info Groupe UV Conseil

partager

Conseil de la Vallée27 Mai 2016 - 12:46

Une “voie de basse montagne” pour marcher lentement à travers la Vallée Une “voie de basse montagne” pour marcher lentement à travers la Vallée La "voie de basse montagne de la Vallée d’Aoste” est un projet fort novateur, qui a été présenté mercredi 24 mai dernier, lors d’une réunion de la quatrième Commission du Conseil régional ("Développement économique”), présidée par le conseiller Giuseppe Isabellon. Il s’agit d’un itinéraire de randonnée permettant de traverser toute la région (départ et arrivée à Pont-Saint-Martin, en passant par Morgex) conçu pour une allure lente, à même d’être parcouru pendant toutes les saisons et visant à favoriser la découverte du territoire et de son patrimoine, de la part des visiteurs. Le projet, dont une initiative de lancement est au programme pour l’automne prochain, est suivi par l’assessorat au Tourisme. Les communes concernées par l’itinéraire sont, au total, 48, pour une longueur de 370 kilomètres. Le parcours est organisé en 24 étapes, dont la plus longue demande un temps de parcours de 7 heures, tandis que la plus courte peut être achevée en 3 heures. Le dénivelé total est de 18.300 mètres: le point le plus haut de la voie est au-dessus de Vens (1.915 mètres), tandis que celui plus en bas est Donnas (320 mètres). Le dossier du projet inclut, pour chaque étape, en plus de l’itinéraire, les sites d’intérêt pour le visiteur, qui sont vraiment nombreux et remontent à différentes époques historiques. Côté technique, pour 90% de son développement la "voie de basse montagne” se développe sur des sentiers qui existent déjà: le travail restant à accomplir est représenté par la réalisation des liaisons entre les différents tronçons. L’investissement global pour la concrétisation de cette initiative s’élève à 1,4 millions d’euros, dont 700mille en 2016, provenant intégralement de fonds européens. "Il s’agit d’une action dont le développement, en raison de sa portée, est prévu sur plusieurs années - explique l’assesseur au Tourisme, Aurelio Marguerettaz, qui a présenté le projet aux commissaires - et à l’heure actuelle nous sommes donc concentrés sur la programmation des activités. Plus en général, le but de ce projet est de faire évoluer la visite à la Vallée d’Aoste d’une simple "observation” de ce qui entoure le randonneur à un tourisme de motivation, offrant une expérience authentique, originale et relaxante”. Le dossier de présentation, enfin, ne manque pas de faire relever que les retombées positives de la randonnée lente ont trait également au physique: elle réduit, entre autres, le stress, le risque d’arrêt cardiaque et la dépression. Info Groupe UV Conseil

partager

Sénat 26 Mai 2016 - 09:49

L’intervention du sénateur Lanièce lors du débat en matière d’environnement L’intervention du sénateur Lanièce lors du débat en matière d’environnement Le sénateur Albert Lanièce a pris la parole mercredi 18 mai dernier, lors du débat parlementaire concernant le projet de loi portant sur l’institution du réseau national pour la protection de l’environnement, ainsi que sur la discipline de l’Institut supérieur pour la protection et la recherche environnementale. Nous publions, dans les lignes qui suivent, sa déclaration de voix, au nom du Groupe pour les autonomies, PSI-MAIE. Signor Presidente, sottosegretario Degani, colleghi, l'istituzione del Sistema nazionale a rete per la protezione dell'ambiente e in tale ambito la nuova disciplina dell'Istituto superiore per la protezione e la ricerca ambientale, sono scelte che devono essere valutate in termini di sistema, perché è in tale contesto che il controllo pubblico ai fini della tutela ambientale assume i requisiti necessari ad adeguate politiche di sostenibilità ambientale. Qualità e salvaguardia dell'ambiente, tutela delle risorse naturali, sviluppo sostenibile, tutela della salute quale ragione attiva nel contrasto ai fattori di inquinamento sono gli obiettivi strutturali che devono essere perseguiti e che richiedono un organico sistema di governance: sistema di governo nel quale ricerca, elaborazione e conoscenza dei dati scientifici siano condizione di sostegno e di coordinamento delle funzioni e delle competenze ai diversi livelli istituzionali e amministrativi interessati. Si persegue, in tal modo, un ulteriore sviluppo dell'integrazione degli interventi, sia che si considerino le politiche di prevenzione attraverso un maggior monitoraggio dei fattori di rischio, sia che si operi per adottare e confrontare accordi di programma e misure congiunte di intervento per la tutela ambientale. Riconoscimento e valorizzazione delle competenze degli organi territoriali, con particolare attenzione per noi al ruolo delle autonomie speciali, e accordi quadro tra i Ministeri della salute e dell'ambiente, dall'altra parte, sono la base per la definizione di scelte operative nazionali e regionali che devono riguardare servizi e prestazioni ai fini della protezione civile, sanitaria e ambientale. Vi è dunque una correlazione funzionale tra l'ISPRA e le Agenzie ambientali regionali e delle Province autonome, quale rete in grado di assicurare e di determinare i livelli essenziali di prestazione in materia di ambiente (i LEPTA, cui già si è accennato). La definizione della personalità giuridica e dell'autonomia dell'ISPRA, seppure sotto la vigilanza del Ministero dell'ambiente, in termini di organizzazione, ricerca e gestione; la semplificazione degli enti componenti attraverso la loro fusione nel nuovo ed unico istituto; l'individuazione di standard minimi e omogenei in ordine al raggiungimento degli obiettivi di tutela ambientale della salute, concorrono alla formazione di modelli sinergici ed efficaci. Imparzialità delle attività di controllo e prevenzione e piena diffusione dei dati e delle conoscenze sono opportunamente considerati come condizioni vincolanti, che si integrano fra loro, della logica di rete cui è ispirata l'istituzione dell'ISPRA a livello nazionale, e la valorizzazione del ruolo delle Agenzie ambientali regionali e provinciali sul territorio alle quali sono riconosciuti pari livelli di autonomia scientifica ed amministrativa. È auspicabile che l'adozione del decreto ministeriale relativo alla determinazione di livelli essenziali delle prestazioni tecniche ambientali, tramite la definizione di un Catalogo nazionale dei servizi, avvenga, come indicato dal provvedimento in esame, entro un anno dall'approvazione di questa legge. Ciò è fondamentale in ordine al previsto programma triennale che sarà riferimento essenziale per l'attività delle diverse Agenzie ambientali territoriali. L'integrazione dei diversi livelli di conoscenza e delle funzioni nazionali e territoriali, che il provvedimento pone quale obiettivo indispensabile e uniforme per le Agenzia ambientali nell'ambito dell'ISPRA, presuppone che occorra ispirarsi a criteri e parametri al tempo stesso strutturali e flessibili, che consentano un'effettiva valutazione e comparazione dei dati e dei risultati raggiunti sul territorio. È una visione dinamica del sistema di governance ambientale che rappresenta la garanzia concreta per un equilibrato e non pregiudiziale confronto in merito a ciò che potrebbe e dovrebbe essere uno sviluppo economico-sociale sostenibile. Per tali ragioni, l'istituzione dell'ISPRA, l'integrazione e la semplificazione delle diverse Agenzie ambientali regionali e provinciali costituiscono una risposta efficace di sistema alla logica opposta, che abbiamo conosciuto, della proliferazione degli enti e dei livelli di controllo. Anche sotto questo profilo si opera in una prospettiva europea di relazione in modo che nei nostri Paesi vi sia più armonizzazione anziché pianificazione, flessibilità anziché rigidità, diffusione delle conoscenze piuttosto che gerarchie e obiettivi astratti, autonomia delle Agenzie ambientali sul territorio entro però un sistema nazionale che esalti sinergie e coordinamento, e si doti di effettivi modelli di valutazione e di adeguati poteri sanzionatori. Tutto ciò prefigura e ricerca un sistema di governance ambientale in cui abbiano pari ruolo partecipazione e responsabilità, perché è questa la condizione necessaria a considerare la dimensione globale dell'ecosistema da tutelare. In questi termini, ed è un modello di riferimento sul piano nazionale ed europeo, come autonomie speciali abbiamo operato per la tutela dell'ecosistema alpino e con tali requisiti la salvaguardia ambientale è fattore di sviluppo e di crescita. Annuncio quindi il voto favorevole del Gruppo per le Autonomie PSI-MAIE.

partager

Conseil de la Vallée Le Conseil de la Vallée a approuvé le bilan 2015 de la “Gestion extraordinaire” du Casinò Avec dix-neuf voix favorables, le Conseil de la Vallée a approuvé aujourd’hui le bilan, au 31 décembre 2015, de la gestion extraordinaire du Casinò. Cette formule de conduite de la maison de jeu avait été instituée en 1993 et sa liquidation, qui se poursuit de nos jours, a été autorisée en 2001, suite à la création de la société par actions "Casino de la Vallée”, qui a pris la relève dans la gestion de l’établissement de Saint-Vincent. Dans son rapport, qui a précédé la votation du document, l’assesseur aux finances Ego Perron a avant tout expliqué que "le rôle du Conseil de la Vallée, dans l’approbation du bilan, est semblable à celui de l’assemblée des actionnaires dans une société de droit privé. Le paiement des débits et la récupération des créances ont été effectués tout au début de la procédure de liquidation. Ce processus se poursuit uniquement et obligatoirement pour la gestion des contradictoires, avec le but de se défendre des prétentions financières de la part de sujets tiers”. A cet égard, l’assesseur Perron a souligné que "le contentieux, dans le temps, s’est graduellement réduit, tout en remarquant la durée abnorme de la procédure de liquidation, conséquence de la conduite tenue par le ‘Groupe Lefevre’, qu’à chaque sentence lui étant défavorable s’oppose, en comptant sur le fait que les sociétés du groupe même ont leur siège dans des ‘paradis fiscaux’ et donc les frais juridiques inclus dans les condamnations ne viennent pas payés”. Tout particulièrement, le compte du patrimoine met en évidence des créances pour frais juridiques pour un montant global de 2 millions 212mille neuf-cent euros, dont il sera très difficile d’obtenir le paiement. Les autres voix du bilan sont peu nombreuses: il n’inclut pas d’immeubles, ni des personnels. Dans le compte économique, le déficit 2015 est de 20.456 euros. Une situation qui n’est pas jugée tracassante. Le liquidateur, par contre, souligne, en prévision, des tracas à l’égard de la liquidité. "L’année dernière, - a dit l’assesseur Perron - la disponibilité s’est réduite à 35.600 euros et, en considérant des dettes pour frais juridiques pour 92.344 euros et d’autres dettes pour 24.427 euros, un refinancement de la part de l’Administration régionale s’avèrera nécessaire. Une nécessité que le liquidateur a quantifié, le 15 octobre dernier, en 300.000 euros”. Info Groupe UV Conseil Conseil de la Vallée Les élections européennes au nombre des thèmes du débat au Conseil régional En plus des questions pratiques, le Conseil de la Vallée d’aujourd’hui a été le moment pour discuter également de thèmes institutionnels. Parmi ceux-ci, la réforme du Parlement européen, et les actions à accomplir pour assurer à notre région un représentant au sein de l’institution communautaire par excellence, a été soulevé par une interpellation, à laquelle a répondu le président de la Région, Augusto Rollandin. "Il est vrai, - a-t-il affirmé - la Vallée d’Aoste a toujours eu des difficultés à élire un parlementaire européen, mais la responsabilité principale revient aux forces politiques, qui ne sont jamais arrivées à trouver une entente et à exprimer une candidature unique présentant des chances d’élection. Voilà le péché originel”. En plus de cela, le Président a rappelé que "la résolution approuvée par le Parlement européen le 11 novembre 2015 propose plusieurs mesures qui visent en particulier à développer la démocratie et la dimension supranationale des élections européennes, ainsi qu’à uniformiser – ou pour le moins à doter de principes communs – les prochaines élections européennes”. Cette résolution suggère, par exemple, "d’introduire un seuil obligatoire situé entre 3 et 5%, qui existe déjà mais dans 12 pays seulement, afin d’éviter un morcellement excessif du Parlement et de réduire le poids des petits partis nationalistes et eurosceptiques. Elle encourage également les États membres à adopter des mesures susceptibles de favoriser une bonne représentation des minorités ethniques, linguistiques ou autres”. En conclusion, le président Rollandin s’est engagé à suivre "attentivement l’évolution de cette résolution - à commencer par la décision que le Conseil de l’Union européenne prendra à son propos - de même que les éventuelles modifications de la réglementation du système électoral italien pour ce qui est des élections européennes, réglementation visée à la loi n° 18/1979, et ce, en vue d’augmenter les possibilités pour la Vallée d’Aoste d’élire directement un membre du Parlement européen”. Info Groupe UV Conseil Conseil de la Vallée IN.VA., ses recettes et ses opportunités de placement sur le marché: une intervention du président Rollandin "Il est faux que les salaires des dirigeants de IN.VA. ont augmenté”. Cette précision est arrivée cet après-midi, dans la salle du Conseil de la Vallée, de la part du président de la Région, Augusto Rollandin, qui a répondu a une interpellation de l’opposition qui demandait, entre autres, si une hausse des indemnités des dirigeants de la société (oeuvrant dans le domaine de l’informatique) répondait au vrai. "Ce qui s’est passé - a ajouté le président Rollandin - est par contre que durant l’année en cours, la société a mis fin, de façon anticipée, au contrat de travail d’un dirigeant, entre autres dans le but de réduire le coût du travail global”. La dernière augmentation des rétributions des 7 dirigeants a été effectuée début 2015, "pour un montant global de 32 mille euros environ, du fait de l’application des salaires minimums prévus par la convention collective nationale des dirigeants des industries, ainsi que de l’accroissement des responsabilités attribuées et de l’élargissement des délégations opérationnelles”. Les informations offertes par le Président de la Région ont, ensuite, concerné la jouissance des services de IN.VA. de la part de l’USL de la Vallée d’Aoste. A cet égard, les recettes de la société liées à l’Unité Sanitaire Locale s’élèvent à 4 millions 791 mille 140 euros pour l’année 2014 et à 4 millions 276 mille 559 euros pour 2015. "Les services fournis - a expliqué le président Rollandin - ont trait aux usagers (centre unique de réservation des prestations de santé spécialisées – CUP, services du Centre de contact, services informatisés pour les urgences, la radiologie et la chirurgie vasculaire et coordination du dépistage) et aux technologies. Parmi ces derniers rentrent, à titre d’exemple, les services d’assistance technique, les services de gestion des télécommunications, les services de connectivité, la gestion, l’entretien et l’assistance du système informatique hospitalier, la gestion intégrée du personnel, la gestion et l’entretien du système administratif et comptable et le suivi des dépenses pharmaceutiques”. En terminant son intervention, le président Rollandin s’est penché sur le futur d’IN.VA., notamment à l’égard de la possibilité - pour le marché - d’exploiter ses services: "aux termes de la législation en vigueur, les sociétés in house doivent fournir des services principalement – et non pas exclusivement – aux administrations publiques auxquelles elles sont liées”. A partir de cela, "IN.VA. est donc parfaitement libre d’opérer sur le marché en offrant ses services à n’importe quel client - et non pas seulement aux sociétés dont la Région est actionnaire - tant qu’elle respecte cette condition. D’un autre point de vue, les sociétés dont la Région est actionnaire ou qu’elle contrôle ne sont pas tenues de s’adresser à IN.VA. mais peuvent le faire, bien évidemment dans le respect de la législation qui les concerne, en fonction de leur nature et de leur secteur d’activité”. Info Groupe UV Conseil Environnement Les itinéraires « slow » en tant qu’atout touristique à saisir : un colloque à Aoste Les itinéraires « slow », conçus en tant que solution pour vivre la montagne loin de la frénésie quotidienne et de toute compétition, ont fait l’objet d’une journée d’études s’étant déroulée hier, lundi 23 mai, au Palais régional, organisée par la « Fondation Courmayeur Mont Blanc », en collaboration avec le « Coordinamento Solidarietà della Valle d’Aosta » et le consortium « Trait d’union ». Le but de ce colloque était de réunir élus, spécialistes et fonctionnaires autour du thème « Le tourisme accessible en montagne: chemins et itinéraires slow ». Un sujet à même de montrer la différence entre « courir » et « parcourir », avec le but de développer un nouveau tourisme, visant avec conviction à l’accessibilité et sur l’inclusion. L’assesseur à la Santé et aide sociale, Antonio Fosson, a ouvert les travaux, en rappelant qu’« au fil du temps, la Vallée d’Aoste a fait beaucoup pour l’accessibilité physique et des structures et les parcours ‘slow’ représentent un ultérieur défi pour l’avenir. On s’impose vis-à-vis de nos concurrents du marché touristique aussi par la capacité d’accueillir et par un coeur différent, qui nous porte à une formation culturelle sans barrières. Un défi que nous sommes intentionnés à relever et qui fait honneur à nos sensibilités ». L’assesseur à l’Agriculture, Renzo Testolin, s’est par contre penché sur le concept de « communauté consciente ». « Les choix à l’échelon de projets et architectoniques – a-t-il dit – doivent s’intégrer en s’adressant surtout aux visiteurs, par une accessibilité préventive faite d’informations. Il faut expliquer quels sites sont accessibles aux différents usagers. Dans cette définition ne doivent pas rentrer seulement les porteurs d’handicaps, mais également les personnes âgées, les familles et les classes d’écoles ». La communauté, et la nécessité qu’elle soit toujours plus liée et que l’Administration soit à même de « faire réseau », ont été à la base de l’intervention de l’assesseur au Tourisme, Aurelio Margueretaz. « Nous pouvons prendre toutes les initiatives provenant des particuliers et les apprécier, - a été son opinion – mais nous devons nous efforcer de regrouper tout cela et de faire de façon que l’accessibilité devienne un produit, une proposition à accueillir. Nous avons les itinéraires et nous sommes en train d’accomplir un travail important. La partie la plus difficile est de créer un produit ‘touristique’ qui puisse être vendu et soutenu, car le tourisme ‘slow’ en offrant des émotions différentes représente le bon chemin à suivre ». Le colloque a donc continué par deux séances, portant respectivement sur « Les chemins et les parcours ‘slow’, une offre possible pour tous » et « Les témoignages et les projets ». Lors du premier débat, une analyse des opportunités offertes par le « tourisme slow » a été effectuée, en examinant des expériences locales telles la « Via Francigena ». Dans la deuxième, par contre, on s’est penchés sur des exemples tels le « Cammino di Santiago », ou le guide multimédia accessible « VEASYT Tour ». Info Groupe UV Conseil
2XMILLE

Politique9 Mai 2016 - 09:39

Intervention du Président Pastoret au Congrès du Mouvement Stella Alpina Intervention du Président Pastoret au Congrès du Mouvement Stella Alpina C’est pour moi que d’un plaisir de prendre la parole à votre Congrès. Aujourd’hui j’aurai du être à Merano, au Congrès de la SVP, mais je n’ai pas voulu rater l’occasion d’être ici. J’y tenais pour le respect et la considération que je dois à M. Martin, avec qui j’ai eu l’occasion de travailler profitablement pendant ces années, durant mon mandat de Président de l’UV. Je lui adresse aussi mes souhaits de bon travail. A lui ainsi qu’à Carlo Marzi. Je tenais aussi à être ici pour vous apporter les salutations et les souhaits de bon travail de la part de l’Union Valdôtaine en vous assurant que nous n’oublions pas les rapports de collaboration que nous entretenons, depuis une dizaines d’années et qui nous ont vu alliés, dans la coalition qui a gagné les élections politiques et régionales en 2013 et dans celle autonomiste de centre – gauche, avec le PD, qui a largement remporté le élections municipales d’Aoste en 2015. Dans ces années nous avons travaillé profitablement ensemble. Mais, nous avons aussi vécu des moments difficiles et tout au long de cette période, nous avons du prendre acte que des changements énormes se sont produits. La récente réforme constitutionnelle nous annonce l’obligation de revoir notre architecture institutionnelle et entre temps la VDA est confrontée à des grandes difficultés découlant d’une crise sans précédent. Malgré toutes les déclarations d’optimisme nous avons constaté que le budget de notre Région a atteint le niveau le plus bas et les récentes importantes réductions budgétaires ont imposé des choix difficiles, que l’actuelle majorité UV – SA – PD, a eu le courage et le sens de responsabilité d’adopter. Les retombées de cet état de choses ne peuvent pas être négligées. Elles nous demandent de travailler pour bâtir et défendre un modèle de développement durable et soutenable, auquel nous sommes tous appelés à contribuer en défense du futur de notre Pays d’Aoste. Siamo tutti consapevoli che di fronte all’attuale stato di cose è necessario adottare soluzioni adeguate di forte impatto strutturale. Si tratta di misure e decisioni che devono vedere la luce in un quadro istituzionale determinato e coeso poiché, oggi più che mai, vi è necessità di essere uniti, di collaborare e di riaffermare i principi autonomisti della libertà, della sussidiarietà e del federalismo a cui la Valle d'Aosta è storicamente legata.Oggi al Comune di Aosta governa una maggioranza che nel 2015 si è costituita con UV – SA – PD. Nel frattempo, in Regione, c’è stato un cambiamento del quadro politico uscito dalle elezioni del 2013. Ciò è stato possibile grazie alla volontà ed alla disponibilità delle forze politiche di misurarsi, nel concreto, sui contenuti e sui programmi. Certo, si è andati al di là di quanto le elezioni avevano sanzionato. Per fortuna ciò è accaduto, cosicché si sono potuti superare gli impedimenti derivanti da una legge elettorale che invece di contribuire a garantire una maggiore governabilità ha mostrato tutti i suoi limiti. La geografia politica di 17 a 18 ha clamorosamente smentito la validità di tale strumento limitando ed impedendo quella effettiva governabilità di cui ci sarebbe stato bisogno. Ed probabile che in futuro, tale situazioni possa ancora riprodursi. Ecco pertanto che alla luce di tutto ciò noi pensiamo che nei prossimi anni sia necessario lavorare per adeguare il nostro Statuto Speciale e che per fare ciò si debba determinare una legge elettorale che dia maggiori certezze di governabilità e di stabilità, consentendo così di varare le riforme strutturali necessarie per poter disegnare un sistema Valle d’Aosta che permetta di guardare al futuro con maggiori certezze. Tutto questo senza dimenticare che nel frattempo bisogna anche amministrare e gestire il presente dando risposte alle aspettative immediate della gente a partire dai temi che più urgono quale quello del lavoro. Si tratta di un insieme di cose di non poco conto e per fare ciò è indispensabile che le forze politiche che tengono al futuro della Valle d’Aosta si parlino, individuino soluzioni e punti programmatici comuni. Attorno a questi temi, in questi giorni, il dibattito è stato particolarmente vivace ed i recenti colloqui tra le diverse forze politiche sono stati oggetto di molta attenzione. Noi crediamo che in momenti complicati come quelli che stiamo vivendo, sia utile e necessario confrontarsi per chiedersi cosa si vuole fare e dove si desidera andare. L’UV, come già detto e fatto nel recente passato, quando, con SA e successivamente con il PD, si sono sviluppati incontri e colloqui con l’intento di costruire un quadro politico più forte, non ha pregiudiziali a sviluppare nel voler ribadire la sua disponibilità a parlare ed a negoziare con tutti. Riteniamo che sia utile e proficuo parlarsi e confrontarsi quando alla base di ciò ci sono percorsi chiari, basati su contenuti e programmi ed il rispetto dei rapporti reciproci quali quelli che esistono oggi tra noi, il PD e la SA che con noi condividono le responsabilità di governo ed ai quali vanno il nostro rispetto e la nostra lealtà di alleati. Al tempo stesso siamo però aperti ad ogni confronto ed dialogo con tutti coloro che vogliono collaborare per cercare di superare le attuali difficoltà, consapevoli della necessità di costruire un modello di sviluppo consono alle esigenze attuali della nostra Comunità.

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071