Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 31 oct 2014 - 17:00

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Conseil de la Vallée31 Octobre 2014 - 14:42

La figure du Président de la Commission de coordination sera abrogée La figure du Président de la Commission de coordination sera abrogée La première Commission "Institutions et Autonomie” a donné son avis favorable, à l’unanimité, à l’ébauche de décret de loi pour la norme d’actuation du Statut spécial de la Vallée d’Aoste concernant l’abrogation de la disposition concernant le Président et la Commission de coordination. « Après l’entrée en vigueur de la réforme du Titre V de la Constitution de 2001, la Commission de coordination est un organisme dénué des fonctions administratives – a expliqué le président de la première Commission Joël Farcoz suite à la réunion d'aujourd'hui, vendredi 31 octobre – e t, pour cette raison, le Ministère des Finances et le Conseil de la Vallée n’ont plus nommé les respectifs représentants. Par cette norme, la figure du Président de la Commission de coordination, aujourd’hui encore présente en Vallée d’Aoste, sera abrogée afin de réduire les dépenses publiques ». « Aujourd’hui nous avons également auditionné le président de la Commission paritaire Robert Louvin et le membre nommé par la Région Adolfo Angeletti – a continué Farcoz – qui ont fait le point de la situation sur les normes approuvées par le Conseil de la Vallée et en suspens auprès du Conseil des Ministres : archives historiques, règlement linguistique et transfert à la Région des fonctions exercées par l’Institut supérieur pour la prévention et la sécurité de l’emploi. Les normes d’actuation permettent de concrétiser les compétences qui découlent du Statut et, récemment, nous assistons à des cheminements compliqués qui en empêchent l’approbation de la part du Gouvernement national ». L’ébauche de la norme d’actuation sera soumise à l’approbation de l’Assemblée régionale avant d’être transmis au Ministre pour les Affaires régionaux pour poursuivre son cheminement qui se terminera par l’approbation du décret législatif de la part du Conseil des Ministres.

partager

Politique30 Octobre 2014 - 11:49

Rencontres avec les forces politiques: conclu le premier tour d'horizon Rencontres avec les forces politiques: conclu le premier tour d'horizon La commission politique de l’Union Valdôtaine, composée du président du Mouvement, Ennio Pastoret, du président de la Région, Augusto Rollandin, du sénateur, Albert Lanièce, du chef de groupe au Conseil de la Vallée, Joël Farcoz, et des deux présidents adjoints, Cristina Galassi et Marco Sucquet, a terminé la série des rencontres avec les forces politiques. A partir du 15 octobre dernier, la commission politique de l’Union Valdôtaine a rencontré le Movimento Cinque Stelle, le Parti Démocratique, le vendredi 17 octobre, et l’Alpe, le 26 octobre. Le rencontre du mardi 28 octobre avec Uvp a été la dernière. « Ces rencontres ont été un tour de table auquel s’en suivront d’autres – a commenté le président de l’Union Valdôtaine Ennio Pastoret – pour l’instant on a esquissé une première analyse de la situation générale face aux croissantes difficultés politiques, économiques et sociales qui touchent aussi la Communauté du Val d’Aoste. Les thèmes des reformes institutionnelles ont également fait l’objet de l’attention des différentes délégations ». « Il me semble que les points qui étaient présents dans la lettre de requête de rencontre , que j’avais envoyé aux différentes forces politiques, ont bien été saisis par tout le monde. Nous tenons à remercier encore les acteurs politiques qui ont assuré leur disponibilité à se rencontrer et à se confronter dans un climat sérieux et constructif bien que sur des positions qui sont propres à chaque réalité politique. Cependant la recherche de points communs et des priorités à aborder ont été les éléments qui ont positivement caractérisés ces rencontres », a conclu le président Pastoret. Maintenant, après ce premier tour d’horizon, la parole reviendra aux organes de direction du Mouvement pour définir les futures lignes d’adresse. Entre temps, une fois qu’également Stella Alpina aura terminé les consultations, les deux Mouvements feront, ensemble, le point de la situation.

partager

Communes31 Octobre 2014 - 10:51

Aoste : trois jours de fête pour Saint-Martin-de-Corléans Aoste : trois jours de fête pour Saint-Martin-de-Corléans Trois jours de fête pour Saint-Martin-de-Corléans : la semaine prochaine, du vendredi 7 au mardi 11 novembre, dal "Comité di Soque de Sen Marteun et Tsesallet”, "La Clicca de Saint-Martin-de-Corléans”, les Sapeurs-pompiers volontaires et le Groupe Ana de Saint-Martin, en collaboration avec l’Administration communale, organisent la traditionnelle Fête du Patron. Pour le vendredi 7, le programme envisage la "Sen Marteun kellerfest Bier”, une fête de la bière accompagné par des spécialités allemandes à la Brasserie de la Rionda, alors que pour le dimanche 9, l’exposition-marché "Eun dzor de marza et de fëta avoué cice de Sen Marteun” animera la place Bruno Salvadori et les zones limitrophes. Le programme du dimanche envisage également la Messe pour le groupe des "Badochys”, à 9h45, et, à partir de 14h30, marrons grillés, danses et musique avec les groupes "La Clicca de Saint-Martin” et "Les Badochys di Saint-Martin”. Enfin, le mardi 11, la Saint-Martin, la Mess de 10h30 précédera l’Enchère traditionnelle. Suivront, à 12h45, le déjeuner communautaire au salon polyvalent de l’église et l’après-midi animé par les groupe la "Badoche” et les "Joueurs de Noutra Tera”.

partager

Culture30 Octobre 2014 - 16:17

Francophonie: une stratégie jeunesse sera soumise à l’approbation des Chefs d’Etat Francophonie: une stratégie jeunesse sera soumise à l’approbation des Chefs d’Etat Dans ces jours, l’Organisation Internationale de la Francophonie est en train de participer à la première édition du Forum mondial sur les politiques de jeunesse qui se déroule à Bakou, en Azerbaïdjan, du 28 au 30 octobre. A la veille du Forum, une réunion de haut niveau des parties prenantes sur les politiques de jeunesse avait permis de discuter de la stratégie commune à adopter afin de renforcer les engagements nationaux, régionaux et internationaux pour le développement, ainsi que pour la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des politiques de jeunesse. Au cours de cette réunion, l’OIF a annoncé qu’une stratégie jeunesse de la Francophonie sera soumise à l’approbation des Chefs d’Etat et de gouvernement lors de leur prochain Sommet à Dakar. Organisé par les Nations unies, le Conseil de l’Europe et le Ministère de la Jeunesse et des Sports de la République d’Azerbaïdjan, le Forum mondial vise à stimuler la réflexion et l’engagement en faveur du développement de politiques de jeunesse intégrées en favorisant un débat entre l’ensemble des acteurs impliqués sur les cinq continents. Il encourage une vision commune des besoins et des logiques d’une approche intersectorielle et systémique des politiques de jeunesse. Le Forum réunit plus de 700 décideurs politiques et représentants de gouvernements, d’organisations internationales, de la société civile, d’organisations de jeunes et du milieu académique.

partager

Santé30 Octobre 2014 - 15:27

Il territorio assume un’importanza strategica per poter sviluppare sinergie Il territorio assume un’importanza strategica per poter sviluppare sinergie Rispetto a un sistema sanitario regionale che deve poter contare su una rete di attività territoriali, ma anche poter sviluppare coerenze e sinergie con le scelte di rimodulazione della rete di offerta ospedaliera, il territorio assume un’importanza strategica. E’ quanto ha sostenuto l’assessore regionale alla Sanità e alle Politiche sociali Antonio Fosson nel suo intervento alla cerimonia inaugurale del XIII Congresso nazionale della Società Italiana di Chirurgia Vascolare ed Endovascolare, che si è svolta ieri sera, mercoledì 29 ottobre, a Torino. " In particolare – ha dichiarato l’assessore Fosson – in questi giorni, insieme alla Direzione strategica dell’azienda Usl e ai responsabili dei distretti e dell’area territoriale, si stanno studiando progetti di riqualificazione della rete dei servizi distrettuali che pongono al centro il cittadino e i suoi bisogni di cure primarie. Prevenzione, assistenza e cure domiciliari riferite anche alla gestione del paziente cronico, servizi di cura e diagnostica poliambulatoriali, promozione dell’integrazione territorio-ospedale al fine di prevenire l’ospedalizzazione, sono solo alcuni dei temi che caratterizzeranno il nuovo modello di sanità territoriale che si vuole mettere in atto ”.

partager

Economie Compétitivité régionale : la Vallée d’Aoste confirme une bonne capacité de dépense Les données financières concernant le Programme opératif Compétitivité régionale 2007/2013, cofinancé par le Fond européen de développement régional (Fesr), maintiennent une tendance positive. « Nous sommes satisfaits pour avoir atteint cet objectif – a commenté le président de la Région Augusto Rollandin – et nous le retenons un bon un bon augure pour la conclusion de la programmation 2007/2013 et pour l’approbation du Programme investissements pour le développement et l’occupation (Fesr) pour la période 2014/2020 ». Le programme, envisageant un investissement total de plus de 48 millions et 500 mille euros pour les sept ans, a respecté les prévisions de payement concordées avec la Commission européenne. Par un engagement financier d’environ 40 millions et 900 mille euros, l’objectif fixé en 2014 a été largement dépassé. Les investissements principaux réalisés concernent le reclassement et la reconversion de sites industriels abandonnés, le soutien aux entreprises pour en augmenter la compétitivité et l’innovation, la promotion de l’efficience énergétique, le soutien à la diffusion sur le territoire de la large bande et la valorisation des aires naturelles protégées, des biens et de l’identité culturelle du territoire valdôtain. Autour de nous Samedi 8, rendez-vous avec la Nuit valaisanne des musées A l’occasion de la neuvième édition de la Nuit valaisanne des musées, vingt-deux musées se donnent « Carte blanche », le temps d’une soirée, pour faire redécouvrir les richesses qui y sont conservées.Parés de leurs plus beaux atours, ils invitent toute la population à venir visiter gratuitement leur établissement  le samedi 8 novembre. Ils proposent également de nombreuses animations, des concerts et autres surprises dans une ambiance festive et décontractée.Du Haut-Valais au Bas, de la plaine à la montagne, une même volonté de rencontre, d’émerveillement et de questionnements ! Voici quelques indications :    - Trésor de l’Abbaye de St-Maurice  de 19h30 à 22h Moins de deux mois après son ouverture au public, le site culturel et patrimonial de l’abbaye de Saint-Maurice offre aux visiteurs curieux et intrépides un parcours de découverte inédit.A la lumière de torches médiévales, à travers les vestiges archéologiques du Martolet et les espaces voûtés de la nouvelle salle du trésor, les visiteurs découvriront successivement les plus anciennes tombes de la nécropole, le tombeau reliquaire de saint Maurice et les catacombes. Ils entreront ensuite au coeur du trésor millénaire de l’abbaye et termineront leur visite par une promenade apaisante dans le cloître du couvent et son baptistère, habillé de blanc. - Le Manoir de la Ville de Martigny – 50 ans d’exposition De 17h30 à 19h l’exposition racontée aux enfants /dès 20h15 visite commentée de l’exposition Pour marquer son demi-siècle, le Manoir de la Ville de Martigny invite à un parcours à travers les personnalités artistiques des acteurs qui ont « porté » cette institution ces cinquante dernières années, à savoir ses trois directeurs successifs : Bernard Wyder (1971-1981), Jean-Michel Gard (1982-2006) et Mads Olesen (2007-présent).Trois temps, trois regards, trois sensibilités, trois accrochages qui entrent en dialogue avec un rez-de-chaussée transformé pour l’occasion en cabinet de curiosités, offrant ses murs à de jeunes artistes actifs sur la scène contemporaine romande.  - la Fondation Pierre Gianadda De 19h à 22h avec présences des guides conférenciers Participant pour la première fois à la Nuit des Musées, la Fondation Pierre Gianadda rend un hommage au plus amoureux des peintres impressionnistes, Renoir. L’exposition permet de redécouvrir un Renoir légendaire dans ses registres les plus éclatants: portraits altiers, figures sensuelles de ses modèles d’élection, lumineux paysages d’une France oubliée, rares natures mortes aux tons dorés, pastels et dessins... - Musée de l’Hospice du Grand St-Bernard Randonnée dès 14h pour rejoindre l’hospice, souper puis visite du musée Plus ancien musée du canton, le musée de l’Hospice du Grand St-Bernard retrace la préhistoire et l’histoire particulière du Col du Grand Saint-Bernard: armes de l’âge de bronze, monnaies gauloises, plaques, statuettes votives et monnaies romaines trouvées à l’emplacement des lieux de culte successifs. - Musée des patoisants d’Anniviers Dès 16h puis table ronde à 18h30 animée par l’ethnologue Eric Roulier Inauguré en 1965, le Musée présente le mode de vie traditionnel de la communautéanniviarde. L’évènement proposé, le temps de cette journée, est une interrogation autour du thème de l’accueil, une première étape interactive dans l’élaboration d’un projet d’exposition pour 2015-2016 : les clefs de l’accueil. - Musée d’Isérables De 17 h à 22 h, dernière cabine de téléphérique à 20 h 40   Vernissage de l’exposition « La terre des pentes » suivi de la projection du film « Ce qu’on fait de nos peines », en présence du réalisateur Baptiste Aubert, ethnologue.L’exposition aborde l’agriculture en montagne, depuis sa place quotidienne dans le passé vers la professionnalisation du métier d’agriculteur et enfin, les enjeux actuels. Qui sont ceux qui travaillent la terre ? Quels liens entretiennent-ils avec les parcelles léguées par les anciens ? Comment envisagent-ils l’avenir ? L’exemple d’Isérables schématise plus largement un vécu alpin. - Le musée d’art du Valais, le musée d’histoire du Valais, le musée de la nature du Valais et le centre d’expositions des musées cantonaux De 13h à 22h Ces 4 établissements proposent en marge de leurs expositions de très nombreuses animations, ateliers, visites et conférences pour les enfants comme pour les adultes comme le spectacle de la compagnie NEO, des visites inédits du site de Valère ou encore des contes « à frémir » autour de la Nuit avec Cédric Jossen. - Le Musée de Saas de 19h à 22h Le musée de Saas est une invitation à découvrir les traditions et la culture de Saas-Fee et de la vallée de Saas. L'exposition s'étend sur quatre étages et s'articule autour des thèmes suivants: Habitations locales du début du siècle, objets traditionnels, vêtements traditionnels de la vallée de Saas, les débuts du tourisme d'été et d’hiver, les minéraux, les glaciers, l’art sacré, ainsi que le cabinet de travail de l’écrivain Carl Zuckmayer. Conseil de la Vallée Prix régional du Bénévolat: diffuser davantage la culture de la solidarité Le rendez-vous avec le Prix régional du Bénévolat se renouvelle : institué par le Conseil de la Vallée, le Prix vise à valoriser le rôle du bénévolat dans la société et à diffuser davantage la culture de la solidarité, en évaluant, en particulier, les activités visant à développer le bien-être, ainsi que la promotion et la valorisation des droits des personnes dans le domaine social de l’assistance, de la santé et de l’éducation. Les sujets qui pourront présenter leur candidature, dernier délai le vendredi 17 novembre prochain, aux Commissions et activités culturelles du Conseil de la Vallée (rue Piave, 1), seront les associations de bénévolat à but non lucratif qui œuvrent depuis 5 ans sur le territoire régional ; des groupes de bénévoles faisant partie d’un projet et appartenant à des associations de bénévolat à but non lucratif qui œuvrent depuis 5 ans sur le territoire régional ; un organisme de droit public ayant des finalités de solidarité sociale et qui œuvre depuis 5 ans sur le territoire régional. Pour l’édition de 2014, au-delà du prix de 5 mille euros, qui devra être utilisé pour l’activité qui en a déterminé l’assignation, deux reconnaissances, d’un montant respectivement de 4.500 et de 4 mille euros, seront destinées à l’association ou à l’organisme dont la proposition sera jugée particulièrement méritoire, tandis qu’une mention spéciale sera attribuée à une association ou à un organisme présentant un projet innovant. Le jury sera composé par la Présidente du Conseil de la Vallée, par les membres du Bureau du Bureau de la Présidence et par quatre représentants de la société civile, dont au moins deux représentants du monde du bénévolat de la Vallée d’Aoste. Les critères utilisés pour l’évaluation des idées sont l’originalité et l’innovation du projet, ainsi que la capacité de créer un réseau. Environnement Un rendez-vous pour vivre à nouveau les émotions de Trekking Nature Les nombreuses expériences vécues par les jeunes qui ont participé à l’édition 2014 de Trekking nature ont été évoqués hier, mercredi 29 octobre, lors d’une rencontre organisée par l’Assessorat régional à l’Environnement à la Cité des Jeunes. Après un moment d’animation avec des jeux et des laboratoires musicaux, l’assesseur Luca Bianchi a participé à la remise de prix du concours de photographie "Les sons et les couleurs de la montagne”, auquel les jeunes des dix groupes de Trekking Nature ont participé, et à la projection de la vidéo réalisée pendant l’été. Trekking Nature est une initiative de caractère environnemental qui est désormais devenue un rendez-vous bien ancré en Vallée d’Aoste, recueillant la participation d’environ 200 jeunes. Cette initiative envisage des excursions sur le territoire alpin régional, avec nuit dans des refuges ou des bivouacs, pour rapprocher de la montagne les participants, pour les sensibiliser aux thématiques liées à la nature et, plus en général, au respect de l’environnement.

le coin du président22 Septembre 2014 - 11:34

Il faut commencer à imaginer un modèle de développement nouveau pour notre Pays d’Aoste Il faut commencer à imaginer un modèle de développement nouveau pour notre Pays d’Aoste Nous publions ci-après l'intervention du président du Mouvement Ennio Pastoret au Conseil fédéral du vendredi 19 septembre dernier.   Chères amies et chers amis, mesdames et messieurs les membres du Conseil fédéral bienvenue à Verrès pour cette 6ème réunion du Conseil Fédéral en 2014. Merci d'être présents à cette réunion que nous tenons ici pour quelques raisons : - Pour nous déplacer aussi dans des endroits moins centraux. Il est bien de permettre à nos amis de Gressoney, de Perloz, d'Issime, de Pont-Saint-Martin, de faire quelques kilomètres en moins de temps en temps ;  - Pour hommager les Sections de la basse Vallée qui ont organisé, à partir de demain, un Rendez–vous valdôtain ici à Verrès. Vous me permettrez d'introduire cette soirée avec deux considérations sur ce qui s'est passé hier en Ecosse. Le Référendum écossais, au-delà du résultat a au le mérite de mettre à la une quelques thèmes que l’on a un peu trop ignorés dans notre ivresse de globalisation, de monnaie unique, d’Europe élargie, de rating et des super pouvoirs des banques qui on mis à la misère une large partie du monde occidental. En tout premier lieu, on doit remarquer avec force qu’en Ecosse s'est tenu un référendum pour décider l’indépendance de ce Pays. Une nouvelle étonnante qui a déflagré dans un monde où les mots indépendance et autodétermination avaient été gommés du vocabulaire et dans la tête des gens. Ce référendum, qui a eu lieu dans un climat absolument normal, a vu le jour dans une manière simple et civile : avec un accord, signé par les respectifs leaders entre Ecosse et Royaume-Uni. Ce qui, à nos latitudes, serait incroyable. Chacun de vous peut livrer sa pensée aux plus hauts sommets en essayant d’imaginer comme cela aurait pu se produire en Italie ou en France. Edimbourg et Londres sortent renforcés, à nos yeux, par ce rendez-vous : ils nous ont appris que la démocratie et la liberté de pouvoir choisir librement hébergent encore dans le monde. Cette question écossaise nous porte aussi à réfléchir sur l’Union Européenne envers laquelle s’étaient adressés beaucoup de nos espoirs fédéralistes, mais qui a montré un visage rudement hostile à l’indépendance écossaise. Elle a traité ce thème exactement comme pourrait le faire un Etat farouchement nationaliste, tandis que, par l'Ecosse et le Royaume-Uni nous est arrivée un exemple de tolérance et, enfin, de liberté. Un exemple qui nous concerne, puisque nous avions oublié, nous aussi, l’Union Valdôtaine, le sens des termes tels que indépendance, autodétermination, autogouvernement. Nous nous sommes adaptés à vivre dans un monde où les pouvoirs économiques et centralisateurs nous ont tous emprisonnés, en profitant de notre confiance et en nous précipitant dans un état de crise permanent et décevant. Une crise que tous on subi de manière passive avec l’espoir qu’un jour ou l’autre tout se remette en place et que l’on puisse reprendre notre routine. Malheureusement ce n’est pas ainsi. Nous sommes confrontés à des mutations irréversibles et on ne reviendra pas en arrière.Nous devons en être conscients. Et la question que nous devons nous poser n’est pas : quand est-ce que la crise terminera ? Mais quel monde e quel système voulons-nous bâtir dépasser de cette crise ? Pour ce faire, il faut commencer à imaginer un modèle de développement nouveau pour notre Pays d’Aoste. Il faut être conscient que nous sommes mesurés à une Europe qui indique, prescrit et oblige ! L'Italie, état membre et fondateur de l’Union européenne, est désormais un exécuteur de décisions prises ailleurs. Elle est devenue un gardien de ce que l'on décide ailleurs et il nous le soumet de manière impérative. Nous, comme d’autres réalités, nous devons subir tout cela, sans failles et avec des possibilités de négociation toujours plus réduites. Que de regret, à ce propos de ne pas avoir un représentant au Parlement européen. Il est bien de rappeler, toujours, aux Valdôtaines et aux Valdôtains, que jamais comme cette fois cela aurait été possible s’il n’avait pas été un véto à une alliance avec l’Union Valdôtaine. Nous avons raté l’occasion historique d’avoir un élu à Bruxelles. Il ne faudra jamais oublier à qui revient la cause de cet échec nuisible pour toute la Vallée d’Aoste. En revenant à l’Italie, il faut prendre acte que l'économie marque le pas plus que jamais, le travail et l'occupation atteignent, un jour après l'autre, des records négatifs. L'état social est davantage en danger et les protections aux personnes démunies se font toujours plus faibles. Les éléments qui rendent fort et compétitif un Pays sont tous rangés sous un signe négatif. A l'intérieur d'un système si complexe et entre temps si inactuel et inefficace est-ce qu'il y a un moyen de s'en sortir ? Il y a toujours des issues. Il faut les chercher et les partager. Il faudrait avant tout dépasser l’esprit pessimiste de trouver toujours quelque chose qui ne marche pas. Et il faudrait aussi arrêter de penser que la cause c'est toujours à quelqu'un d'autre. Jamais à nous. Le gibier plus commun, dans la chasse aux responsabilités, est celui de la politique. C'est toujours la politique qui est en cause. Certes elle a des responsabilités, là où elle est incapable de s’identifier avec les besoins des citoyens. Et elle est aussi parfois responsable de ne pas savoir donner des exemples positifs dans les comportements et les actions collectives et individuelles. C’est à partir de là que les gens regardent, évaluent et jugent. Pas toujours ils nous font part de leurs pensées, mais ce n’est pas difficile à percevoir qu’ils en ont marre et qu’ils s’attendent de la politique un sursaut d’orgueil. Et c’est bien ici, chez nous que nous même, l’Union Valdôtaine, nous sommes sous la loupe d’agrandissement. Nous sommes le Mouvement de majorité relative, nous, avec nos alliés de Stella Alpina, nous constituons la majorité au Conseil de la Vallée. Les gens nous ont accordé leur confiance en 2013. Nous avons vécu des moments difficiles après la crise du 29 mars 2014, mais nous avons su reprendre notre chemin. Les citoyens du Val d’Aoste avaient salué avec satisfaction la composition de la crise. Ils ont apprécié nos nombreuses tentatives de négociation et d’élargissement de la base majoritaire.Nous nous étions trouvé face à des préjudicielles insoutenables sur les personnes et non pas seulement sur une. Les Valdôtaine et les Valdôtains avaient bien compris que toute cette instabilité provoquée était due à des questions d’ordre personnel et non pas politique. Et de là, l’opinion publique a commencé à basculer et nous en avons acquis davantage d’appui. Nous sommes ainsi arrivés au 9 juin, date de notre dernier Conseil Fédéral là ou nous sommes repartis avec notre majorité à 18 et avec une unité retrouvée jouissant d’un taux d’appréciation plus élevé dans la Communauté. Notre patience, notre aptitude concrète, notre disponibilité au dialogue, face aux comportements triomphalistes et intransigeants ont eu le dessus. Malheureusement, lorsque les rapports dans les oppositions commençaient à s’effriter, la majorité a été battue au vote à bulletin secret à cause de gestes idiots et inutiles qui nous apporté des énormes dommages. L’opinion publique a été négativement touchée par ces faits et elle a commencé à s’éloigner à nouveau de nous, mais surtout de la politique, qui d’ailleurs n’a jamais paru plus lointaine des gens. Et aujourd’hui nous sommes tous placés sur le même plan. Nous et l’opposition. Mais cela s’est vérifié et l’on ne peut pas revenir à l’arrière. Il faut en prendre acte et il faut regarder en avant.Ce n’est pas le cas de faire des procès à posteriori, ni d’ouvrir la chasse aux suspects dans groupe de la majorité. Ca ne mènerait à rien. Nous avons devant nous des moments cruciaux. L’approbation de la nouvelle loi électorale des Communes et la loi sur les secrétaires des Communes doivent intégrer et compléter le parcours de reforme des Collectivités locales. La loi du budget de prévision sera un autre tournant important de l’activité d’automne.Il y a la nécessité impérative de régler les rapports avec l’Etat pour ce qui est des questions financières du pacte de stabilité et des reformes institutionnelles. Et, enfin, nous devons prendre acte que notre modèle de développement doit changer radicalement. Les temps de l’argent abondant, de la distribution généralisée, du soutien à tous et à tout est terminé définitivement. Sur ce dernier point en particulier nous, l’Union Valdôtaine, nous avons une mission importante qui concerne le futur de notre Pays d’ Aoste. Nous devons être conscients qu’il nous revient, à nous-mêmes, de forger notre avenir. Mais pour ce faire nous avons le nécessité impérative de nous réapproprier aussi de notre sens d'appartenance de notre sens identitaire, de notre volonté et de notre conscience d'être un Peuple, le Peuple du Val d'Aoste, qui n'est pas mort. Qui existe, qui veut vivre et qui est à même de s’unir dans les moments de difficulté. C'est à partir de nous que les révolutions commencent. Nous ne sommes pas l'Ecosse. Mais nous sommes la Val d'Aoste, nous sommes les Valdôtains. Il nous appartient d’accroître la valeur ajoutée à notre Communauté pour maintenir notre Autonomie en la renforçant. L’Autonomie est souvent banalisée. Mais réfléchissons au fait que les processus de reforme se feront ou avec ou sans nous. Si nous renonçons à nos prérogatives d’autogouvernement il y aura quelqu’un qui choisira pour nous et qui le fera d’ailleurs, à Rome comme à Bruxelles, comme cela il lui plaira et aux conditions qu’il voudra. Si cela nous convient, il suffit de laisser aller les choses. Si cela ne nous convient pas, il faut agir. Agir sur deux créneaux. Celui interne : le nôtre. Celui de l’action et de l’activité de l’Union Valdôtaine, des Sections, des adhérents. L’autre créneau concerne la nécessité de trouver des formes de collaborations plus ample pour aborder avec force un rapport avec l’Etat dans le cadre des reformes.Nos Parlementaires soutiennent le Gouvernement, mais ils ont besoin d’être davantage soutenu dans leur action. Le Président de la Région a su conduire de manière brillante une série importante de négociations en matière de finances. Mais son action aussi a besoin d’être rendue plus efficace par un consensus politique plus ample. Nous même nous sommes conscients qu’une stabilité majeure serait souhaitable au Conseil de la Vallée permettant ainsi de mettre en marche un parcours de réformes indispensables pour rebâtir un système Vallée d’Aoste adapté aux conditions et aux exigences actuelles.Cela, bien sur, si nous sommes conscients des enjeux et si nous voulons réaliser un modèle novateur sans nous limiter à attendre la fin d’une crise qui est irréversible. Nous ne refusons pas la possibilité de parler et de trouver des ententes. D’ailleurs c’est merci à nous, qu’au printemps, entre différentes forces politiques ont avait commencé à se parler. Et même si l’on n’a pas atteint des résultats dans l’immédiat on a fixé un précédent important. Et c’est bien en conséquence de ça, que les rapports se sont aussi modifiés avec certaines forces de l’opposition. Nous, l’Union Valdôtaine, nous avons aujourd’hui un rôle crucial qui est celui de ressembler et d’unir autour des besoins de la Communauté tous ceux qui sont disponible à travailler pour cet objectif. Et nous-mêmes, nous sommes disponibles encore et toujours à parler et à trouver des ententes, mais nous ne voulons pas le faire par des accords en cachette. Nous avons eu un consensus en 2013 avec notre coalition et c’est avec nos alliés que nous pourrons parcourir certains passages. Et ce dans le respect des électrices et des électeurs qui nous on fait confiance. Aucun empêche à la majorité de s’agrandir, mais la il faut être clairs et être à même de l’expliquer à nos concitoyennes et à nos concitoyens. Et pour ce faire, on ne peut que partir d’un programme à partager.Seulement après, on pourra parler d’organigramme et de place. Et, enfin, il est bien de rappeler que c’est aux forces politiques, en pleine autonomie, sans poser des vétos, d’indiquer et de proposer les personnes pour les charges éventuelles.Bien sûr, nous n’en sommes pas là, mais il est toujours bien de rappeler quelles sont les conditions politiques qui doivent être respectées face aux citoyens. Pour l’instant, on s’est abstenus de négocier quoiqu’il soit, mais il faudra bien que le Conseil Fédéral, qui est souverain, donne au président et au Comité l’opportunité d’essayer d’ouvrir, si possible, des tables de négociation avec les forces politiques qui s’en diront disponibles.

agenda

twitter

vidéos

Augusto Rollandin
Emily Rini
Antonio Fosson
Expo 2015 Leonardo La Torre
Batailles: la finale approche
Follien vice-président Conseil
Interview à Ego Perron
Rendez-vous valdôtain
La rencontre de football
Conseil fédéral
Conférence des administrateurs
Conférence des Présidents
Réformes constitutionnelles
Le nouveau site est en ligne!
Trophée Union Valdôtaine
70e Anniversaire
Conseil Fédéral
Conseil Fédéral
Le succès des Rencontres

images

2013 Congrès national

2012 Troisième fête d'hiver

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071