Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 23 jan 2018 - 14:32

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Recherche

Chercher dans les nouvelles

CHERCHER

LUNDI 4 décembre 2017

14:21 L’entente avec RFI pour l’amélioration du rail en Vallée d’Aoste sera bientôt signée Transports L’entente avec RFI pour l’amélioration du rail en Vallée d’Aoste sera bientôt signée Lors de sa séance d’aujourd’hui, lundi 4 décembre, le Gouvernement valdôtain a approuvé l’ébauche d’entente cadre avec "Reti Ferroviarie Italiane” SpA, concernant l’amélioration des infrastructures du chemin de fer dans notre région. L’entente prévoit un scénario de développement axé sur la programmation de l’électrification de la ligne Aoste-Ivrée (avec d’autres ouvrages visant à rendre plus rapide ce tronçon), ainsi que sur les actions pour la réouverture de l’Aoste/Pré-Saint-Didier avec l’augmentation de la charge axiale, afin de permettre la circulation de trains plus modernes. Le Gouvernement valdôtain a également approuvé une ébauche de protocole avec RFI, qui prévoit de financer l’étude afin nécessaire à augmenter la charge axiale sur l’Aoste/Pré-Saint-Didier et d’instituer une table technique avec la société de gestion du réseau, afin de suivre les initiatives pour le développement du système valdôtain de chemin de fer. Les documents approuvés ont été examinés et partagés par la IV Commission du Conseil et seront signés avec "RFI” dans les prochains jours. Les documents ont fait l’objet d’une confrontation prolongée avec les dirigeants de la société de gestion du réseau, auquel a collaboré également le Comité "Valle d’Aosta Riparte”. "L’entente cadre et le protocole - a déclaré l’assesseur aux Transports, Aurelio Marguerettaz - constituent un passage fondamental pour le développement futur des lignes valdôtaines du chemin de fer, d’après les dispositions de la loi régionale 22/2016”. "A ce sujet - a-t-il ajouté - tout le monde offrait son interprétation. Avec cet accord, nous avons maintenant noir sur blanc les actions, les frais y afférents et les bénéfices qui en découleront”. Il faut cependant être très clairs: "les temps du service de chemin de fer ne sont pas ceux d’aujourd’hui du fait que la ligne n’est pas électrifiée, mais en raison de l’interruption, avec changement de convoi, à Ivrée et de la présence d’un seul rail, avec des rayons de détournement qui ne permettent pas des vitesses supérieures. Avec une grande satisfaction, en tout cas, on est au point de faire démarrer les activités nécessaires à établir les travaux à faire et leurs couts”.

JEUDI 30 novembre 2017

16:19 Tunnel du Grand-Saint-Bernard et chemin de fer examinés par deux Commissions Conseil de la Vallée Tunnel du Grand-Saint-Bernard et chemin de fer examinés par deux Commissions La troisième et la quatrième Commission du Conseil de la Vallée ("Organisation du territoire” et "Développement économique”) se sont réunies aujourd’hui, jeudi 30 novembre, afin d’auditionner le Président de la Région et le Président de la Sitrasb, à l’égard de l’assignation des travaux d’entretien du Tunnel du Grand-Saint-Bernard. "Au cours de la dernière séance du Conseil – explique le président de la troisième Commission, le conseiller unioniste Luca Bianchi – nous avions pris l’engagement d’aborder au sein de la Commission le sujet des travaux au Tunnel du Grand-Saint-Bernard. Notre souhait est que les temps pour la réouverture soient respectés, ou meme avancés. Aujourd’hui, le président de la société, Silvano Meroi, a réaffirmé que la prochaine semaine on pourra faire une évaluation plus précise sur la possibilité d’avancer la réouverture. Clairement, la sureté reste un point à évaluer attentivement, ainsi qu’à partager avec la gestion suisse du tunnel. Nous sommes tous conscients que la fermeture de cette importante directrice internationale ait crée des malaises au territoire, à ses communautés et aux retombées touristiques de notre région et tous son tau travail pour faire reprendre la circulation dans les délais établis”. De plus, la quatrième commission a auditionné l’assesseur aux transports, Aurelio Marguerettaz, eu égard au service de chemin de fer en Vallée d’Aoste. "Avant tout, l’assesseur Marguerettaz – dit le président Paolo Contoz, membre du groupe de l’Union Valdotaine – a annoncé que l’appel d’offres pour la sélection du gérant du service a eu une prorogation d’environ trois mois, suite à une remarque du Garant à propos des conditions de l’appel d’offres même. Marguerettaz a ensuite communiqué qu’il a été conclue une entente avec RFI pour la définition de l’accord cadre et du protocole qui permettra de démarrer dans le parcours pour la définition et l’élaboration des projets d’amélioration, inclue l’électrification, de la ligne Aoste/Turin et des travaux nécessaires à la réouverture de l’Aoste/Pré-Saint-Didier. Enfin, a dit encore l’Assesseur, nous continuons la confrontation avec la Direction régionale de Trenitalia et les dirigeants nationaux du transport régional, afin de créer une solution qui permette d’approuver un nouveau "contrat-pont” qui remplace l’actuel, par lequel l’Administration régionale a remplacé le Ministère après le passage des compétences sur le chemin de fer”.

MERCREDI 29 novembre 2017

17:05 Mardi 5 et mercredi 6 décembre, la prochaine séance du Conseil de la Vallée Conseil de la Vallée Mardi 5 et mercredi 6 décembre, la prochaine séance du Conseil de la Vallée Mardi 5 et mercredi 6 décembre prochains, à 9h, le Conseil de la Vallée se réunira afin d’examiner un ordre du jour composé par quarante-cinq objets au total. Parmi ceux-ci, deux projets de loi. Le premier, dont le rapporteur sera le conseiller de notre Groupe Joël Farcoz, modifie la loi régionale n° 25 de 2010 en matière de rédaction du Bulletin officiel de l’Administration, ainsi que la publication des actes de la Région et des collectivités locales. L’autre projet concerne le rajustement du budget 2017, ainsi que les variations aux prévisions 2017/19. Les deux initiatives législatives ont obtenu, dans les derniers jours, l’avis favorable (à la majorité des voix) de la deuxième commission du Conseil "Affaires générales”. Ensuite, l’Assesseur à l’agriculture et aux ressources naturelles relatera sur la mise à jour des montants de la taxe de concession annuelle des entreprises agro-touristiques et de chasse, faunistiques et de chasse, ainsi que des centres de reproduction de la faune à l’état naturel, prévue par la loi régionale n° 64 de 1994, portant dispositions pour la sauvegarde et la gestion de la faune et pour la discipline de la chasse. Les travaux de l’Assemblée seront transmis en direct sur le site du Conseil de la Vallée ( www.consiglio.vda.it ), sur le compte YouTube du Conseil ( www.youtube.it/user/consvda ), en plus que sur la chaine télévisée "TV Vallée” (n° 15 du numérique hertzien). 15:09 «Quando il bue dà del cornuto all’asino» Boîte aux lettres «Quando il bue dà del cornuto all’asino» Tra le non poche iniziative della minoranza del Consiglio regionale che sembrano uscite da un libro di barzellette, si segnala la recente presentazione di una mozione (respinta) che mirava a ottenere le dimissioni dell’Assessore Rini, "motivata” – per così dire – dal preteso coinvolgimento della stessa nel calderone dell’inchiesta sulla supposta corruzione di cui si sarebbero resi colpevoli l’imprenditore Cuomo e il manager Accornero. La parte più ridicola di tale mozione non stava né nel fatto che la vicenda riguarda in realtà i privatissimi rapporti dell’Assessore con il suo ex marito (ed è noto che la saggezza popolare insegna a non mettere il dito in certe materie), né nella constatazione che a tutt’oggi nei confronti della consigliera dell’Union Valdôtaine non esiste l’ombra di un’imputazione; ma nella presenza, tra i proponenti, di due eminenti personalità del gruppo consiliare di Alpe, notoriamente esperto in vuoto moralismo: l’ex Assessore al Bilancio e Finanze Albert Chatrian e l’attuale Vicepresidente del Consiglio Patrizia Morelli, entrambi condannati penalmente in un giudizio secondo grado per reati legati ai cosiddetti "costi della politica”. Premesso che ci auguriamo sinceramente che non solo loro due, ma tutti i politici valdostani che si trovano attualmente immischiati in guai giudiziari possano essere riconosciuti, alla fine della fiera, innocenti delle imputazioni loro ascritte, perché comunque a fare una figura poco decente, in queste faccende, siamo tutti noi Valdostani che li abbiamo eletti, troviamo di pessimo gusto che a salire in cattedra siano individui che più di altri dovrebbero andare a lezione, contando sulla speranza che la gente sia stupida o soffra di amnesia. Non solo: i due consiglieri che adesso chiedono le dimissioni dell’Assessore Rini con il pretesto che la sua posizione nel governo regionale sarebbe incompatibile con supposti principi etici scoperti per l’occasione, non hanno esitato ad accettare l’elezione rispettivamente ad Assessore – nella precedente giunta Marquis – e a Vicepresidente del Consiglio attualmente, malgrado la già ricordata condanna penale per entrambi, precedente alle nomine! E non dimentichiamo che gli altri firmatari della mozione sono gli stessi che hanno eletto un giunta il cui Presidente, con i suoi presunti complici, è attualmente al centro di un’inchiesta fondata su una supposta, scandalosa macchinazione ai danni del Presidente Rollandin, dell’Union Valdôtaine e, in ultima analisi, di tutti i Valdostani! (A proposito: come mai non si parla più dell’"affaire Marquis”?...). Non possiamo non segnalare, a questo punto, la ben diversa correttezza e sensibilità istituzionale dimostrate dall’Assessore Ego Perron, che, condannato a suo dire ingiustamente in primo grado per una vicenda dalla valenza penale dubbia, ha immediatamente rimesso la propria delega al Presidente della Regione Viérin, abbandonando a malincuore un difficile lavoro sul bilancio, che lo ha impegnato nelle sue ultime settimane per rimediare a una difficile situazione lasciata dal suo predecessore alle Finanze e per recuperare il tempo perso inutilmente dal duo Marquis-Chatrian. È scandaloso che, su questi argomenti, certi personaggi della minoranza si siano sentiti in diritto di bloccare per un’intera giornata i lavori del Consiglio, con una polemica che non ha fatto che confermare la loro pochezza etica e intellettuale, con interventi da encefalogramma piatto. La minoranza, però, non può contare soltanto sul talento comico dei consiglieri di Alpe. Anche il gruppo Stella Alpina – Pour Notre Vallée (o come diavolo si chiama adesso) annovera nei suoi ranghi su un vero e proprio showman: Tonino Fosson, che in un’esilarante intervista televisiva ha spiegato che il motivo per il quale ha fatto il salto della quaglia, è perché si sarebbe accorto che esisterebbe "un sistema di malcostume, di traffici inspiegabile soprattutto a carico del sistema politico che ha gestito in questi anni – negli ultimi anni, da un po’ di tempo, la Valle d’Aosta, da cui io e l’amico Restano ci siamo differenziati, creando appunto il gruppo Pour Notre Vallée”. Non è detto esplicitamente, ma è sottinteso che al centro di questo sistema ci sarebbe l’Union Valdôtaine, dalla quale appunto il duo si è "differenziato”. L’Union Valdôtaine sarebbe, in buona sostanza, una specie di cosca e, di conseguenza, la maggioranza rovesciata (con il fattivo contributo di Fosson e Restano) dal "ribaltone” di Marquis – maggioranza di cui peraltro facevano parte entrambi – non sarebbe stata molto diversa da un’associazione a delinquere. Ci complimentiamo per l’acume! Tenuto conto che il gruppuscolo di Fosson si è costituito il 27 ottobre 2016, risulterebbe che, per capire quanto sopra, l’ex senatore ci avrebbe impiegato soltanto 13 anni, durante i quali ha costantemente partecipato alle riunioni e alle decisioni degli organi direttivi dell’Union, è stato eletto consigliere nelle liste dell’Union, è stato designato quale Assessore da un losco tipaccio chiamato Rollandin, poi ha rappresentato la Valle d’Aosta a Roma, e infine è tornato a fare il consigliere e l’Assessore, sempre grazie agli elettori unionisti. È curioso che il malaise che ha prodotto questa tardiva illuminazione si sia manifestato quattro mesi dopo che la maggioranza a guida unionista decise di sostituirlo, come Assessore, con Laurent Viérin; ed è ancora più curioso che Fosson e Restano, colti da un irresistibile raptus di purezza etica, avessero scelto come coordinatore del loro gruppuscolo Leonardo La Torre, anch’egli condannato per reati connessi con lo scandalo "costi della politica” , sospeso dal Consiglio in base alla legge Severino. Naturalmente non è un caso isolato: nell’Union Valdôtaine gli episodi di conversione sulla via di Damasco, motivati dal cosiddetto malaise, si sprecano: tanto da far sospettare l’esistenza di una forma subdolamente epidemica. Si manifesta, in genere, nei consiglieri regionali - ma non solo - quando si avvicina la scadenza della terza legislatura (che, com’è noto, rappresenta per gli eletti unionisti il limite dei mandati), o quando ci si deve alzare da certe poltrone, ovvero quando non si riesce a sedervi. Sembra quindi che si tratti di un malessere localizzato in origine dalle parti del fondoschiena, che poi risale lungo il corpo, dando luogo a reazioni a livello psicologico, che spingono i soggetti colpiti a fare outing, come si dice, "mettendoci la faccia”. Ammesso che le due citate regioni anatomiche siano distinguibili, in certi casi. Lettre signée

MARDI 28 novembre 2017

17:01 Le Conseil de la Vallée solidaire avec le peuple de la Catalunya Conseil de la Vallée Le Conseil de la Vallée solidaire avec le peuple de la Catalunya Lors de sa dernière réunion, le 23 novembre, le Conseil de la Vallée a approuvé une motion sur la Catalogne. Par cette initiative, l'Assemblée exprime sa pleine solidarité et son soutien au Peuple catalan ainsi qu’aux Institutions catalanes démocratiquement élues, dans la ferme conviction que la liberté et la démocratie sont des valeurs inaliénables de civilisation et de paix et que la pensée et la manifestation de la volonté d’un peuple ne doivent jamais être limitées, ni réprimées par la violence ou par la force, lorsqu’elles s’expriment par des voies pacifiques et démocratiques. Par ailleurs, le Conseil reconnaît la validité universelle des principes fédéralistes d’autonomie, d’autogouvernement et d’autodétermination, sur lesquels reposent la paix, la liberté et la dignité des personnes et des peuples de par le monde, et souhaite que l’Union Européenne et ses Institutions - expression des citoyens européens avant même que de ses États membres et dans le respect de l’esprit profond de ses pères fondateurs qui voulaient une Europe des Peuples - se portent garantes du droit de chaque personne à s’exprimer de manière pacifique et civile et de chaque peuple à valoriser sa dignité et sa liberté par le biais de son autodétermination et son autogouvernement. Lors de la discussion, le conseiller unioniste Joël Farcoz a pris la parole en rappelant que « les faits qui se sont produits dans les dernières années, et surtout récemment, en Catalogne ont fait le tour du Monde démontrant la force idéale qui est en train de animer cette lutte démocratique et pacifique». «Pacifique, je disais, - a-til ajouté - car on a eu l'épreuve, de la part du gouvernement espagnol, d'une attitude totalement différente, qui rappelle par contre un passé plutôt récent fait de violence et de censure, même si la situation ne le demandait, ni le justifiait, absolument pas». «Plus en particulier, le dialogue, peut-être la seule action qui aurait pu trouver une solution à la question Catalane, a été totalement nié, - a dit encore Farcoz - en choisissant plutôt l'étouffement de la voix du Peuple Catalan qui a enfin procédé sur la ligne de l'auto-determination avec le referendum». «Une voix qui, à la place de devenir plus faible au fur et à mesure que la répression augmentait, devenait toujours plus claire et plus forte. Tout le monde a pu suivre les évènements qui se sont déroulés dans la dernière période. Par contre, à mon avis, – a souligné encore le Conseiller – il serait mieux de comprendre pourquoi le développment de la question Catalane est considéré si important pour nous Valdôtains et pour l'Europe entière». «Avant tout il est important parce qu’il représente un phénomène social en antithèse avec ce qui est en train de se passer en Europe. – a déclaré Joël Farcoz - Une Europe où les populations sont toujours plus éloignées par rapport à n'importe quel genre de stratégie politique. En Catalogne, par contre, on assiste à une mobilisation populaire de millions et millions de gens. Il serait bien d'en comprendre les raisons». «Important, - a-t-il continué - parce que ce processus représente un nouveau modèle d'Europe, un processus dont l'Europe ne peut plus faire mine de rien, car la question Catalane est un phénomène européen et qui mérite une attention particulière. Un procès qui favorise évidemment les territoires et les cultures. Et, en voulant généraliser, il est sous les yeux de tous que le développement de territoires s'identifie désormais en zones homogènes qui partagent un développement structurel commun». «Toujours plus souvent, - a été la réflexion successive - les nécessités et les exigences des territoires et des populations qui les habitent voient dans les macro-stratégies régionales une solution parcourable et cela défini une idée d’Europe des régions interconnectées entre elles, qui va primer la cohésion territoriale et culturelle». «Des réflexions très chères évidemment aux Valdôtains, - a ajouté Farcoz - qui ont toujours poursuivi l'idée d’une Europe des Peuples et à laquelle ont toujours regardé avec beaucoup d'intérêt les territoires qui veulent s'autodéterminer. Une Vallée d'Aoste autonome qui, en ce moment de forte mise en discussion des autonomies spéciales à niveau italien, continue à revendiquer avec force son Autonomie spéciale, due à ses spécificités culturelles et territoriales». «Mais comme la Question Catalane est en continue évolution, - a conclu le Conseiller unioniste - l'autonomie Valdôtaine est à considérer en évolution jusqu'à quand les nécessités et les exigences du Peuple Valdotain peuvent être réglées avec les compétences qui appartiennent à la législation Valdôtaine: une Autonomie spéciale intégrale, pour laquelle les Institutions de notre région continuent à travailler, afin de donner les réponses nécessaires au Peuple Valdôtain». 15:33 Adjustement et variations du budget en IIe Commission Conseil de la Vallée Adjustement et variations du budget en IIe Commission La deuxième Commission du Conseil "Affaires générales” s’est réunie hier, lundi 27 novembre, en exprimant son avis favorable sur l’ajustement du budget 2017 de la Région, ainsi que sur les variations au budget 2017/2019. En plus de nommer le rapporteur d’une proposition de loi du Groupe Mixte d’opposition, la Commission a continué l’activité sur le projet de loi concernant les sociétés contrôlées de la Région, avec les auditions des Présidents et des dirigeants de Finaosta et d’Aosta Factor. "Sur cet acte – commente le président de la Commission, le conseiller unioniste Renzo Testolin – vendredi 1er décembre prochain nous auditionnerons encore les représentants des sociétés des installations de remontée mécanique, afin de compléter les approfondissements, et, donc, exprimer l’avis de la Commission même”. 09:26 Dîner de Noël des Sections du Grand-Combin Sections Dîner de Noël des Sections du Grand-Combin Les sections de l’Unité des Communes du Grand-Combin ont le grand plaisir de vous inviter au « DĪNER DE NOËL » qui aura lieu à: Saint-Oyen, vendredi 15 décembre 2017, à 20h30Restaurant Foyer de Fond chez Leo et Ivette Le prix du repas est fixé à € 25,00. Pour les réservations s’adresser à : •Président d’une des sections du Grand-Combin •Siège central de l’Union Valdôtaine dernier délai le 7 décembre 2017.

LUNDI 27 novembre 2017

16:46 L’activité hebdomadaire du Gouvernement valdôtain Conseil de la Vallée L’activité hebdomadaire du Gouvernement valdôtain Parmi les différentes délibérations adoptées aujourd’hui, lundi 27 novembre, par le Gouvernement valdôtain, lors de sa réunion hebdomadaire, nous signalons, entre autres, celles qui concernent : la proposition au Conseil de la Vallée de l’acte pour la préparation du Document de l’économie et de la finance régionales, mieux connu en tant que DEFR, pour le triennat 2018-2020 ;  l’octroi d’aides pour la couverture des frais de fonctionnement du Comité Fédéral des Sociétés d'Émigrés Valdôtains (CO.FE.S.E.V), pour un montant de 2 mille 324,06 euros, et pour l’organisation des différentes activités des sociétés d’émigrés valdôtains à l’étranger, pour une somme globale de 23 mille 404,50 euros, pour l’année 2018;  l’octroi, dans le cadre des activités de l’Assessorat de l’Éducation et culture, des subventions, pour l’année 2017, aux associations culturelles valdôtaines pour un montant total de 58 mille euros. Les bénéficiaires seront: le Comité des Traditions Valdôtaines, la Federachon Valdotèna di Teatro Populèro, l’association Augusta, l’Académie Saint-Anselme, l’Union Internationale de la Presse Francophone, le Centre d’études francoprovençales « René Willien », le « Centro studi e cultura walser », l’Association Valdotaine Archives Sonores, l’Association Centre d’Etudes « Abbé Trèves », la Société de la Flore Valdôtaine, ainsi que le Centre d’études « Les anciens remèdes » ;  la reconstitution du « Gruppo di Lavoro Interistituzionale Regionale », avec une fonction de coordination des processus de programmation, organisation et intégration des services concernant l’inclusion scolaire des élèves handicapés fréquentant les institutions scolaires régionales et paritaire de tout ordre et degré de la Région autonome Vallée d’Aoste ;  la réalisation d’un parcours de formation sur le thème des malaises concernant attention, hyperactivité et impulsivité, en collaboration avec l’association A.I.F.A. onlus – l’Associazione italiana famiglie ADHD Valle d’Aosta et l’USL de la Vallée d’Aoste, à l’intention des dirigeants, des enseignants et des opérateurs de soutien des institutions scolaires de la Région ;  l’octroi, aux sens de la loi régionale n° 19 de 2001, de financements à différentes entreprises touristiques-hôtelières, pour un montant de presque 10 millions d’euros ;  l’approbation du schéma de convention, entre la Région autonome Vallée d’Aoste et le Ministère des infrastructures et des transports, pour l’attribution du financement assigné à la Région pour l’achat d’autobus, dans le cadre du Plan des infrastructures du Fonds pour le Développement et la Cohésion, approuvé par le CIPE (Comitato Interministeriale per la Programmazione Economica), pour un montant total de 348mille euros, au net de la quote-part à la charge des bénéficiaires ;  l’acquisition d’un service de taxi-bus à l’intention des hôtes des structures hôtelières de Saint-Vincent et Châtillon.

MERCREDI 22 novembre 2017

19:20 Le Conseil repousse la motion de méfiance de l’opposition envers l’assesseur Rini Conseil de la Vallée Le Conseil repousse la motion de méfiance de l’opposition envers l’assesseur Rini Lors de ses travaux d’aujourd’hui, mercredi 22 novembre, le Conseil de la Vallée a repoussé (à la majorité de ses voix) une motion de méfiance, déposée par l’opposition, adressée à l’assesseur à l’éducation et culture, Emily Rini, qui maintient donc ses fonctions au sein du Gouvernement. Au début de la discussion, suite à une décision de la conférence des Chefs de groupe, c’est l’assesseur meme qui a pris la parole. «Intervengo in questo momento per agevolare un dibattito costruttivo e sereno. - a affirmé Emily Rini - Non è facile per me, ma preciso che tutto ciò che dovevo dire e spiegato l'ho detto e spiegato in tempi non sospetti e nelle sedi preposte, in procedimento aperto presso la procura di Aosta. La persona informata sui fatti nella fase procedimentale è analoga a chi testimonia davanti al giudice nel processo. È la figura che mantengo tutt'oggi, come confermato dall'autorità giudiziale. Comunico la ferma intenzione di informare i colleghi e l'opinione pubblica non appena le esigenze investigative me lo permetteranno, dato che oggi sono tenuta anche in quest'Aula al segreto istruttorio, nel totale rispetto della magistratura inquirente». «Il periodo è complesso, per la politica, per i movimenti politici, per la mia famiglia, che ringrazio per essermi vicina, - a ajouté l’Assesseur à l’éducation et culture - così come ringrazio tutte le persone che in me ripongono fiducia. La mia unica colpa è essere stata ascoltata dalla magistratura come persona informata dei fatti, perché non sono nemmeno indagata. Ho letto nelle premesse della mozione con vivo stupore e amarezza di un mio presunto coinvolgimento nell'inchiesta: non è vero. La discussione oggi è inopportuna, perché la politica valdostana ha già scritto brutte pagine, condite da brutte vicende che spero trovino soluzioni favorevoli per mantenere l'immagine positiva della nostra bella Regione, anche al di fuori dei confini. Nella mozione si ricostruisce un episodio che mi vede interessata. Un episodio, non i rapporti di cui mi si accusa, confondendo in maniera irrispettosa i ruoli. La politica faccia il suo, in quest'Aula si parli dei problemi dei valdostani. Ciò non vuol dire che mi sottragga alle discussioni. Ma parlare di questioni giudiziarie si fa nel rispetto della magistratura, ad indagini concluse. Capisco le esigenze elettorali, non le condivido, mi chiedo come sia possibile muovere certe accuse. Dietro ad ogni storia ci sono delle persone». Emily Rini a donc conclu: «Ribadisco: saranno mia cura e interesse informare la comunità. Non sono attaccata dalla poltrona e rassicuro gli scettici in quest'Aula: se mai dovessi essere coinvolta penalmente nell'inchiesta, non attenderò il sollecito di nessuno. Per l'etica che ho sempre avuto, rassegnerò immediatamente le mie dimissioni da Assessore, ma oggi non è il momento di fomentare la polemica. Ricordo a questo proposito che in passato mi sono dimessa per mere questioni politiche da Presidente del Consiglio prima e da Assessore poi. Non peso in maniera diversa le condanne, come successo in quest'Aula. Il Consigliere regionale è un pubblico ufficiale, che deve assumersi le responsabilità, sempre e comunque. L'eletto ha l'onere e l'onore di rappresentare i valdostani. Ognuno di noi risponde in primis a se stesso, poi alla comunità. Mi limito quindi a chiedere rispetto per la mia persona e la mia posizione». Lors du débat, l’assesseur Aurelio Marguerettaz a pris la parole «perché più volte sono stato tirato in causa nel dibattito». Il a ensuite affirmé: «Siamo di fronte ad un'inchiesta su cui vige il segreto istruttorio. Oggi in Aula è stata letta pressoché tutta l'ordinanza, anche con elementi che sui mezzi d'informazione non erano stati pubblicati: forse un po' più di prudenza sarebbe opportuna. La minoranza è garantista solo per i suoi appartenenti, ha un doppio binario per la giustizia e per la politica. In questo contesto, per parlare di lealtà ci vuole coraggio. Con voli pindarici si è riusciti ad accostare persino un omicidio della 'ndrangheta con la separazione della collega Rini. È giusto che ci siano le indagini, che ci sia modo di difendersi senza essere messi alla gogna. La minoranza cerca di giustificare una mozione senza senso, accusandoci di non voler discutere, di non volerci confrontare. Invece è un atto che non c'entra nulla con le vicende giudiziarie, ma è un passo avanti nella campagna elettorale che, se dovesse continuare in questi termini, credo avrà molto poco successo». Du groupe de l’Union Valdôtaine, c’est également le conseiller Paolo Contoz qui, avant de la votation finale sur la motion, est intervenu en se demandant «per quale motivo questa mattina abbiamo continuato a mettere il coltello nella piaga nonostante le dimissioni già rassegnate da Perron, mentre nel pomeriggio abbiamo discusso dell'Assessore Rini, che non è nemmeno indagata. Ma sono questi i problemi dei valdostani? Cerchiamo di non trasformare quest'Aula in un tribunale ma pensiamo alle vere esigenze dei cittadini». 16:01 Ego Perron: «non ho esitato a dimettermi e non pretendo medaglie per questo» Conseil de la Vallée Ego Perron: «non ho esitato a dimettermi e non pretendo medaglie per questo» «Capisco che questa possa essere una situazione ghiotta per le opposizioni, ma catapultare questioni giudiziarie in quest'Aula non fa bene alla politica e non fa altro che favorire gli antisistema». C’est le conseiller unioniste Ego Perron qui l’a dit aujourd’hui, mercredi 22 novembre, au Conseil de la Vallée, lors du débat ayant concerné la prise d’acte des démissions qu’il a présenté des fonctions d’Assesseur aux finances. «Ancora oggi io ritengo di non avere in alcun modo abusato del mio ruolo e di non aver mai attraversato i confini della legalità: - a continue Perron - per me questa è una sentenza ingiusta e particolarmente dura e ricorrerò fino all'ultimo grado di giudizio per provare la mia innocenza. Ma non ho esitato a dimettermi e non pretendo medaglie per questo: ho fatto un atto responsabile, in linea con la mia coscienza per non mettere in difficoltà il mio Movimento, la Giunta e la maggioranza che mi ha sostenuto; l'ho fatto senza aspettare che arrivasse il decreto del Presidente del Consiglio dei ministri previsto dalla legge Severino». Le conseiller Perron a donc dit, à l’égard de la discussione qui s’est développée, «non aver apprezzato la ricostruzione da pubblico ministero fatta dal gruppo ALPE, perché non aiuta i cittadini a capire. Evidenziare una sostanziale diversità di comportamento tra me e altri che, pur in presenza di una condanna di secondo grado, non hanno esitato ad assumere ruoli, è un giudizio politico e credo che sia nel mio diritto esprimerlo. Prenderci dei rimproveri da parte di chi non è nelle condizioni di dare lezioni di morale ad altri è francamente incredibile». Lors du débat, l’assesseur et chef de groupe adjoint Aurelio Marguerettaz, a invité tour «ad una maggiore prudenza e ad evitare speculazioni e biechi sciacallaggi sulla presa d'atto delle dimissioni del collega Perron: non possiamo immaginare che alcuni siano i portatori del verbo e della giustizia e tutti gli altri dei delinquenti». «Oggi, in quest'Aula, - a ajouté Marguerettaz - su questo tema c'è stato un approccio simpatico: per qualcuno le sentenze sono giuste, per altri sono ingiuste; qualcuno non ha bon ton perché rimprovera a qualcun altro alcuni passaggi politici, altri con garbo dialettico ci accusano dei peggio illeciti. Io credo che stiamo perdendo di credibilità perché l'opinione pubblica guarda con sospetto all'attività della pubblica amministrazione: il momento è difficile e impegnativo, cerchiamo quindi di non alimentare continuamente la cultura del sospetto e occupiamoci dei problemi dei valdostani».
2 X mille

le coin du président10 Janvier 2018 - 14:38

2018: deux rendez-vous importants nous attendent 2018: deux rendez-vous importants nous attendent Cette année 2018 nous réservera deux rendez-vous importants sur le plan politique et administratif. D’ici peu nous serons appelés au vote pour les élections au Parlement italien. La législature qui suivra aura d’éléments d’extrême importance pour notre Pays d’Aoste. Tout en particulier il faudra régler, définitivement, les grands thèmes des rapports institutionnels et financiers entre la Vallée d’Aoste et l’Etat. La présence d’élus d’une aire Autonomiste et Fédéraliste, à l’intérieur du futur Parlement, sera indispensable pour atteindre de résultats positifs. Dans les mois à venir il y aura aussi le rendez-vous des élections régionales pour la formation du nouveau Conseil de la Vallée et de la majorité qui devra gouverner le Val d’Aoste dans les prochaines cinq années. Les Valdôtaines et les Valdôtains s’attendent une législature pouvant donner des réponses importantes et durables, soutenues par une action gouvernementale efficace. Cela ne sera possible qu’avec une majorité pouvant assurer la stabilité politique indispensable à toute action administrative. La législature qui vient de se conclure a été caractérisée négativement, par la conflictualité et l’instabilité du cadre politique qui a aussi touché et fragmenté l’aire Unioniste. Cela a produit des effets négatifs qui ne s’étaient jamais vérifiés avant, lorsque la force et l’unité de l’Union Valdôtaine avaient pu assurer la gouvernabilité, permettant ainsi de conduire une action administrative et politique efficace. Il est donc indispensable de pouvoir reconstituer un cadre politique solide pour franchir les difficultés qui ont caractérisé cette XIVème législature. Le Val d’Aoste a besoin de certitudes et d’assurances valides. Mais elle a surtout besoin de dépasser l’actuelle faiblesse du cadre politique et ce n’est qu’une l’Union Valdôtaine forte qui peut assurer cela. L’histoire de l’Union Valdôtaine, son engagement et le travail de ses élus, à tout niveau, sont la pour témoigner le bien fondé d’un engagement et d’une action politique et administrative qui ont accompagné la Vallée d’Aoste pendant des décennies, en assurant un développement et une qualité de vie importants. Cela a été fait en assumant des responsabilités et des engagements lourds, surtout dans les moments de difficultés. Et c’est aussi bien de rappeler qu’au moment où on a demandé à ses élus de faire des pas de côté ils l’ont fait de manière responsable pour éviter des paralysies négatives. Dans les prochains mois les électrices et les électeurs devront décider à qui confier la conduite du Pays d’Aoste dans les cinq années à venir. L’Union Valdôtaine considère prioritaire de continuer à se battre pour défendre la culture, le territoire, les langues qui caractérisent la spécificité pour continuer à maintenir vivants les principes de notre Autonomie. Une Autonomie qui doit continuer à s’affirmer si le Val d’Aoste veut avoir la force de décider son futur sans en déléguer les choix à d’autres. Pour ce faire il sera fondamentale de régler les rapports avec l’Etat en permettant l’affirmation, aux élections politiques, d’une coalition Autonomiste et Fédéraliste engagée pour la défense de nos prérogatives. Sur le plan régional il sera indispensable d’assurer la stabilité et la gouvernabilité nécessaire pour affirmer au Pays d’Aoste la possibilité de s’autogouverner. Cela ne pourra se faire qu’avec une Union Valdôtaine forte, qui, du haut de son expérience, de son histoire, de son sérieux, de son lien profond avec Pays d’Aoste, pourra assurer, comme elle l’a toujours fait, des résultats concrets et tangibles en ce sens. Il n’y pas de recettes miraculeuses, mais, celui-ci étant le moment du bon sens il faudra bien faire attention à ne pas se faire piéger par les déclarations d’intention de ceux qui préconisent de parcours quasi miraculeux, mais dont on a pu constater, lorsqu’on les a vus en actions, que les résultats n’ont certainement pas été à la hauteur des promesses.

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071