Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 18 mai 2018 - 17:02

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Mouvement Le coin du président

Le coin du président

VENDREDI 15 juillet 2016

14:34 Appelons les choses avec leur nom Appelons les choses avec leur nom Encore une fois la France et nous tous avec elle, nous pleurons, frappés par un acte criminel perpétré à Nice le soir du 14 juillet, qui a provoqué plus de 80 victimes et nombre de blessés. Le jour d’après, ce même jour où j’écris ces quelques mots, tout le monde est frappé par cet épisode sanglant. Je ne sais pas quelles pourraient être les mesures pour empêcher que des faits analogues se produisent dans le futur. Ce sont les intelligences des différents services et les décideurs politiques qui devront définir des stratégies et en cibler les issues. Ce qui est certain c’est que les stratégies et les décisions ne peuvent pas faire abstraction des faits tels qu’ils sont et qu’il faut avoir le courage et l’honnêteté d’analyser et de définir de manière correcte. Tout d’abord assez de parler d’attentats ! Le niveau de ces actions, qui touchent des gens innocents et cette fois, nombre d’enfants, sont à tous les effets des actes criminels ! Cette différence sémantique peut paraitre faible et inutile, cependant en découlent des conséquences assez importantes. Malheureusement, dans une large partie de l’opinion publique, les attentats, contrairement aux actes criminels, sont souvent supportés par une sorte de justification idéologique. Trop souvent certains actes, étant classés comme attentats, sont tolérés comme une prolongation et une continuation d’actions nécessaires à obtenir des résultats qui sont presque toujours affichés à des prétendus motifs idéaux. C’est ainsi que, dans le monde entier, il y a ceux qui provoquent des attentas pour mettre à l’attention des autres leurs propres problèmes et leurs revendications. Je ne m’attarde pas à proposer des exemples plus ou moins pertinents, la liste serait longue. J’affirme, par contre, que ça fait pas mal de temps qu’on aurait du commencer à dire, dans les faits, qu’il n’y a aucun propos qui puisse justifier certains actes qui son exclusivement criminels. Maintenant, plus que jamais le moment nous impose d’appeler les choses avec leur nom et ce qui s’est passé à Nice, ce 14 juillet 2016, comme à Paris en 2015 et ailleurs encore, ne sont pas des attentats, mais des actes exclusivement criminels. S’il y a des mandants, et il y en a, ils ont prôné des actions criminelles et en sorte de criminels ils doivent être poursuivis, soit en justice, soit dans l’opinion publique, soit dans les actions et dans les rapports politiques. Fin de soutenir que l’on essaie de combattre pour une cause, avec des attentats au soutien des prétendues raisons politiques, religieuses, raciales ou culturelles. Chaque action de ce genre, n’importe où elle se produise est une action criminelle ! Et cela vaut soit qu’il s’agisse d’individus, d’organisations politiques, de communautés confessionnelles ou d’états. Il est évident que cela demande et demandera, par conséquent, de reconsidérer aussi les rapports avec certains pays et de les stopper au moment où ils sont suspects et complices d’actions criminelles. Certes, cela imposerait donc, à certains Pays occidentaux de revoir leurs rapports avec des réalités politiques reprochables et d’imaginer que les objectifs durables pour notre civilisation ne sont pas ceux de la croissance économique à tout prix, justifiant ainsi le trafic et la vente indiscriminée d’armes dans tous les foyers de guerre. Souvent cela est fait aidant certains criminels, qui prétendraient justifier leurs actions criminelles sous prétexte de soutenir des combats sacrés au nom de la justice et de la liberté. Nous ne pouvons pas ignorer que l’instabilité du Proche Orient a récemment été provoquée par les actions aveugles des certaines puissances occidentales, qui prétendaient modeler la géographie politique de ces lieux. De la a vu le jour une instabilité qui a provoqué les dommages dont nous sommes actuellement victimes. Trop souvent nous, les occidentaux, nous avons fournis aux assassins des opportunités qui ont eu des progressions incontrôlables. Il faut arrêter tout cela. On ne peut pas se soustraire à l’obligation de changer rapidement de cap, de modeler les actions de façon claire, d’enlever tous les alibis aux terroristes et aux assassins de toutes espèces en définissant leurs actions toujours et uniquement : criminelles comme en a été le cas à Nice ce 14 juillet 2016 et agir, sans relâche, en conséquence de ça.

MARDI 26 avril 2016

14:39 Commémoration de Corrado Gex Commémoration de Corrado Gex A 18h30 du 25 avril 1966, à Castelnuovo di Ceva s’accomplit le destin final de Corrado Gex et de ses sept compagnons qui périrent suite à l’écrasement de l’avion sur lequel ils voyageaient. Cinquante ans après, le 25 avril 2016, à la même heure environ, à la place de la mairie d’Arvier, une foule silencieuse a commémoré les victimes du terrible accident qui s’était produit en 1966. Les gens d’Arvier, la Municipalité toute entière et beaucoup de monde, venant d’un peu partout, se sont recueillis dans le petit cimetière de la paroisse pour prier sur la tombe de Corrado Gex. Il y a eu ensuite le moment des discours officiels sur la place de la mairie, face au monument dédié à son fils bien aimé. La Présidente de la Section de l’Union Valdôtaine d’Arvier, les Syndics d’Arvier et de Castelnuovo di Ceva, le Président de l’Union Valdôtaine et le Président de la Région ont pris la parole, à tour de rôle, avant la lecture d’une poésie de Corrado par son cousin Emilio. Tout le monde a rappelé des aspects de Corrado Gex et le Syndic d’Arvier, Mauro Lucianaz, a bien voulu préciser qu’il s’était agi d’une tragédie collective rappelant aussi toutes les autres sept victimes en les citant une à une. Mais, suite à cet accident terrible, ce fut sans doute la mort de Corrado Gex qui frappa davantage l’esprit de l’opinion publique. Sur la place d’Arvier on sentait qu’il y avait, parmi le gens, un sentiment de participation et d’appartenance qui allait bien au de là de la mémoire de l’homme Gex en tant que tel. Au cours de ce demi-siècle, beaucoup se sont mesuré avec la recherche et les citations et ils ont rappelé la personnalité puissante et fascinante de cet homme, qui traversa comme une comète le ciel d’une Vallée d’Aoste pleine d’espoirs et de volonté d’assurer un futur moins incertain à son Peuple. Cependant cela n’explique pas comment et pourquoi la mémoire de Corrado Gex ait pu demeurer si longtemps, presque intacte, dans le cœur des Valdôtains. Certes, il avait fait et réalisé un tas de choses. Les étapes de sa carrière politique nous signalent qu’il avait atteint des résultats assez remarquables malgré son jeune âge. Et pourtant si ce n’était que pour tout cela, peut être, il aurait été oublié davantage. Par contre la mémoire de sa personne demeure vive. Il est devenu un personnage qui est rappelé aussi par ceux qui ne l’ont pas connu et il est cité par des générations qui sont nées des dizaines d’années après sa mort. Comment expliquer cela si non pas en reconnaissant que cet homme avait le don d’un charme qui conquérait les personnes et qu’après un temps si long continue à les apprivoiser ? Corrado Gex avait tout. Il était jeune et beau, il était capable, intelligent et audacieux, il avait le don d’une affabilité innée et d’une parole à la fois simple et raffinée. Il était ce que chacun aurait voulu devenir en dehors de toute jalousie. C’était l’idéal de chacun et ce fut le rêve que tous ont vu se briser de manière inattendue et douloureuse. C’était aussi tout cet ensemble de chose qui, malgré la mort du protagoniste, ont projeté la mémoire de Corrado Gex au-delà du temps de sa vie jusqu’à nos jours. La presse de l’époque avait dédié beaucoup d’espace aux événements de ces jours terribles. Dans chaque foyer, dans tous les endroits, les adultes, mais aussi les jeunes et les enfants mêmes, parlaient de l’accident dans lequel Gex et ses amis avaient perdu la vie. Ce fut un deuil collectif et aux obsèques funèbres participèrent plus de 30.000 personnes, ce qui peut bien nous rendre l’idée de l’émotion qui avait frappé la Vallée d’Aoste et qui s’est consolidée dans le rappel de Corrado Gex et de la tragédie de 1966.

MERCREDI 23 mars 2016

12:15 BRUXELLES - EUROPE BRUXELLES - EUROPE Bruxelles et l’Europe pleurent pour les horribles attentats qui ont eu lieu mardi 22 mars 2016. Le monde entier pleure les victimes de cet ultérieur acte de barbarie. Hélas, tout le monde le sait bien, ce ne sera pas le dernier. En effet, il est inutile de le nier, nous sommes en guerre. Cela avait déjà été dit après les attentats du 13 novembre à Paris. Mais on l’avait presque oublié. D’ailleurs ça fait plusieurs générations que nous, les occidentaux, nous avons eu, en large partie, une vie plutôt facile, en dehors des guerres. L’idée de la guerre et de la violence est quelque chose de loin de nos esprits. Mais le moment est arrivé de prendre conscience que nous sommes dans une situation dramatiquement différente par rapport au passé. Les victimes innocentes et ignares, de ce qui les attendait et de ce qui les aurait frappées sont au sommet de la liste des regrets de tout le monde civil et civilisé. Les parents de ceux qui ont été victimes de cette barbarie sont anéantis par la douleur infinie de ces actes qui ont touché leurs proches. Encore une fois se sont produits des attentats qui ont provoqué de nombreuses victimes. Derrière ça se cache la volonté cynique de produire des morts pour instiller la peur dans la tête et dans le cœur des gens. L’objectif final est celui de frapper et d’interdire un système de vie et de société que les assassins haïssent puisqu’il représente l’alternative vivante à la société esclave et réactionnaire qu’ils souhaitent. Ils voudraient que nous devenions comme eux, tandis que nous menons un train de vie différent dans une société qui se veut libre et plurielle. Certes, nous vivons dans une manière parfois excessive, avec des différences sociales injustes. Mais cela n’empêche que notre société a conquis, dans le temps, même si avec des fautes fréquentes, une liberté croissante permettant aux gens d’être libres de manifester leurs idées, leurs pensées, leurs croyances religieuses, leurs opinions et leurs mœurs. Tout cela représente quelque chose qu’on ne peut admettre dans la société que nos ennemis voudraient bâtir de manière exactement antithétique à notre modèle de vie. Aujourd’hui l’ensemble de ces attentats contribue à rendre plus faible l’Europe et son modèle d’intégration par la mise en discussion de Schengen, par l’affaiblissement progressif des principes fédéralistes, qui auraient du être à la base de l’Europe des peuples que nous souhaitions. Notre continent a un futur incertain qui est désormais amplifié par les conséquences des attentats qui ciblent, à tout moment, les symboles mêmes de son histoire. Le témoignage plus sincère que nous pouvons livrer aux victimes de Bruxelles, mais aussi à celles de Paris et d’autres lieux encore, est la promesse de ne pas les oublier en nous engageant pour renforcer et soutenir nos démocraties et nos libertés, défendant ainsi la mémoire de celles et ceux qui ont été outragés par ces actes criminels.

LUNDI 14 mars 2016

17:03 Réflexion sur le congrès du Patt Réflexion sur le congrès du Patt Dimanche 13 mars j’ai participé au Congrès du PATT (Partito Autonomo Trentino Tirolese), auquel j’avais été invité à prendre la parole au nom de l’Union Valdôtaine. Le texte de mon intervention est reproduit dans ces mêmes pages et je n’y reviendrai pas. Je veux par contre introduire quelque réflexion sur ce Congrès. En tout premier je veux souligner que seulement l’Union Valdôtaine et l’SVP ont eu le privilège de prendre la parole parmi les autres nombreuses forces politiques invitées. Je n’affirme pas cela avec un sentiment d’orgueil narcissiste. Je considère, par contre que celle-ci est l’ultérieure reconnaissance d‘un travail commun conduit avec le PATT et l’SVP qui nous avait porté, le 16 février 2015, à la signature d’un document politique commun de grande envergure. Mais il est aussi vrai que l’on reconnait toujours, à l’UV, l’importance de son appeal de son histoire, de ses traditions, de la cohérence et de la richesse de ses contenus ainsi que le soutien aux principes du fédéralisme, de la subsidiarité, de l’autodétermination des peuples, de l’affirmation des Autonomies. D’autres mouvements et d’autres forces politiques alliées étaient aussi présents. J’ai pu ainsi saluer les amis de l’Union Autonomista Ladina, de Slovenska Skupnost, de Oltrepò Pavese, de Belluno Autonoma Regione Dolomiti et bien sur de l’SVP, ainsi que les jeunes du PATT qui partagent notre politique de collaboration avec les Peuples des Alpes et toutes les réalités fédéralistes et autonomistes. Deux thèmes étaient à l’ordre du jour du Congrès du PATT. L’un, de caractère pratique et organisationnel concernait les élections du nouveau Secrétaire et de l’ensemble des organes de direction du parti. Il y avait de la concurrence avec différentes candidatures, ce qui a porté les tons du débat à être particulièrement pétillants. L’autre point important, celui qui a été le fil rouge de toute la journée, concernait le débat sur l’Autonomie. Ce thème a été repris par tous les intervenants, à plusieurs reprises sans qu’il y ait, sur ça, des divergences remarquables. Comme on l’avait déjà affirmé dans le document du 16 février 2015, signé avec le PATT et l’SVP, l’Autonomie est et reste le point central et fondamental pour les forces régionalistes, fédéralistes et autonomistes historiques comme nous et nos homologues de Trento et Bozen. D’ici peu nous serons appelés à nous en occuper. Les récentes réformes constitutionnelles nous y obligent. Il faudra voir comme la politique valdôtaine choisira d’y arriver et comment elle choisira de se mesurer avec la révision de notre Statut. Certainement l’actuelle fragmentation du cadre politique représente un obstacle. On ne peut pas imaginer une reforme se basant sur des compromis et des arrangements occasionnels qui l’affaibliraient. Voilà pourquoi il est indispensable de renforcer le cadre institutionnel afin de contribuer à rendre plus forte, plus unie et plus déterminée notre Communauté pour laquelle ce rendez vous représente l’opportunité de débattre d’Autonomie, avec la conscience et la responsabilité de contribuer à tracer un parcours nouveau vers notre futur. Celui-ci pourrait être un grand moment historique d’unité populaire auquel seraient appelé à concourir toutes les Valdôtaines et tous les Valdôtains de n’importe quelle souche et fils de n’importe quelle génération. Il faut un Statut reformé, dans lequel les gens se reconnaissent. L’Autonomie est un facteur de responsabilité d’une Communauté toute entière. Et elle peut devenir un message d’espoir pour toutes ces réalités qui devraient considérer que, si nous y arriverons, nous ne constituerions pas un poids pour les autres, mais un exemple à suivre pour permettre, à eux aussi, de conquérir davantage d’espaces de liberté et d’autonomie.

MERCREDI 2 mars 2016

15:00 Rencontres sur le territoire Rencontres sur le territoire Plus de 600 personnes ont participé aux 4 rencontres sur le territoire organisées par le Groupe des élus de l’Union Valdôtaine au Conseil de la Vallée à Verrès, Chatillon, Gressan, Arvier. Pendant ces soirées le Président de la Région et les Assesseurs de l’Union Valdôtaine ont présenté différents arguments, à partir de l’actuel état des finances de l’Administration régionale et par la suite, les lignes d’adresses concernant les perspectives futures de développement. Au public présent, toujours attentif et intéressé, les différents membres du Gouvernement ont illustré leurs actions à partir de la situation actuelle et des perspectives futures dans les domaines de l’éducation, de la santé, du bien être, de la culture, du territoire, du travail, du tourisme, des transports, des jeunes, de l’assistance sociale, da l’agriculture, de l’industrie. Les Assesseurs et le Président de la Région, qui ont participé à toutes les soirées, ont présenté leur travail en faisant l’état des lieux sur divers arguments d’actualité. Comme d’habitude, en fin de présentation, il y a eu l’espace pour le débat et les questions adressées aux rapporteurs. Encore une fois on a constaté que, malgré tout, les Unionistes assurent encore une participation importante à ces moments collectifs. Dans une société qui privilégie davantage des rapports indirects et impersonnels, par le biais des réseaux sociaux, il est prodigieux de voir des participations importantes comme celles auxquelles nous avons assistés pendant ces soirées. Aucun autre sujet à la force et la capacité de l’Union Valdôtaine de ressembler si tant de personnes, le soir, après une journée de travail, pour entendre parler de la Vallée d’Aoste, de politique et d’administration. Quoi dire si non pas se sentir émus pour si tant d’attachement à notre Pays d’Aoste et aux idéaux Autonomiste que les Valdôtains et les Unionistes en particulier, savent ainsi témoigner ? J’ai déjà eu l’occasion d’affirmer que l’Union Valdôtaine est une force politique qui trouve sa lymphe vitale dans le territoire et avec les gens. Les résultats de ces rencontres nous ont témoigné que c’est ainsi. Mais je me dois aussi de rappeler que les raisons de ces succès sont aussi à inscrire dans le fait que nous avons respecté les engagements qu’on avait pris en annonçant, il y quelque mois, qu’on aurait tenu ces rencontres. Nous l’avons fait. Nous avons tenu parole. Et pour ça nous devons remercier tous les élus qui ont participé à ces rencontres, malgré leurs engagements, pour être, encore une fois, au milieu des gens comme d’habitude de la part des Unionistes.

MARDI 16 février 2016

16:31 Pourquoi ces rencontres? Pourquoi ces rencontres? Le Groupe des élus de l’Union Valdôtaine au Conseil de la Vallée a décidé d’organiser une série de rencontres sur le territoire pour informer les citoyens et pour se confronter avec eux. Il s’agira de 4 rendez–vous auxquels la population est invitée. Ce sera l’occasion pour recevoir, de vrai et de près, une série d’infos sur l’activité administrative et politique au sein du Conseil de la Vallée et du Gouvernement Valdôtain. En tout premier je me dois, en tant que Président du Mouvement, de remercier tous les élus qui honoreront ces rendez-vous. Ce sera, pour eux, un engagement supplémentaire qui leur demandera de négocier ces moments avec leurs activités institutionnelles. L’Union Valdôtaine avait pris cet engagement, au nom des élus, avec les Présidents et les Comités de Direction des Sections tout au long des rencontres que nous avions conduites au mois de novembre 2015, tout juste après notre Congres des 3 et 4 octobre, à Saint-Vincent. A l’occasion de cette phase préparatoire j’avais rappelé qu’en 2015 nous avions tenus un nombre de rencontres et d’activités assez important. Même s’il sera difficile d’en faire autant nous sommes, cependant en train de bien démarrer aussi en 2016. Mais pourquoi ces rencontres? Tout simplement parce que nous sommes une force politique qui trouve sa lymphe vitale dans le territoire et avec les gens. Celle – ci à toujours été la force de l’Union Valdôtaine. Nos amis, nos électrices, nos électeurs demandent et attendent l’occasion pour rencontrer ceux auxquels ils ont fait confiance. Mais tous les Valdôtains, en genre, continuent à apprécier le fait de dialoguer et de se confronter avec les élus et ils s’attendent de ne pas avoir à faire avec des gens renfermés dans les palais du pouvoir. Mais il y a aussi une raison importante à retenir sur l’opportunité de conduire ces rencontres, à savoir celle de pouvoir parler directement avec les gens, sans les intermédiations médiatiques qui, trop souvent n’arrivent pas à fournir l’essence des faits et des choix. Et enfin, il faut bien avoir le courage de le dire, dans ces rencontres il y aura aussi l’orgueil et le plaisir de dire qu’on est arrivé au cap de la moitié législature en dépassant d’énormes difficultés. Mais malgré cela il y a eu la capacité et le courage d’avancer encore et encore, sans se faire abattre, sans se décourager, sans renoncer à nos principes et à nos objectifs. Tout au long des dernières années la Vallée d’Aoste a dû se confronter à une situation économique terrible, avec des réductions de budget que personne n’aurait pu imaginer il y a quelques années. Avec un budget qui est presque la moitié de celui du commencement du millénaire, on n’est pas allés à la faillite. On a su gouverner, on a pu donner des réponses, on a assuré la gouvernabilité, même si avec de grandes difficultés. Entre temps il a fallu se confronter, continuellement, avec acharnement, avec le Gouvernement italien pour essayer de ne pas faire reculer nos prérogatives et ce dans une situation politique assez délicate et fragmentée. Pour nos élus, pour nous, l’Union Valdôtaine, pour nos adhérents, pour nos sympathisants, tous ces éléments doivent représenter un facteur d’orgueil renforçant notre sens d’appartenance. Bien il ne faut pas oublier que nous sommes encore dans une situation très délicate. Aujourd’hui le pari est celui de faire redémarrer le système Vallée d’Aoste sur les nouvelles bases que la majorité régionale et le Gouvernement sont en train de mettre en place. On commence à en voire les premières traces. Mais je pense que la détermination et l’orgueil qui nous ont soutenus dans ces années difficiles et complexes nous achemineront vers un futur moins incertain. Ce ne sera pas facile, il ne faudra pas se reposer sur les petits lauriers du moment, il faudra aussi se rendre compte que nous sommes et nous serons toujours davantage soumis aux séismes économiques mondiaux. Mais le fait d’avoir été conscient qu’il fallait repartir de la réorganisation de notre modèle de développement c’est déjà un énorme succès qu’il ne faudra pas oublier.

MERCREDI 3 février 2016

09:47 Quatre soirées de rencontres sur le territoire Quatre soirées de rencontres sur le territoire Après les jours de relax et de passion de la Saint-Ours nous voilà à la reprise de notre activité. Le 18 janvier le Conseil Fédéral a tenu sa première réunion, au Villair de Quart. Le 27 janvier s’est réunie la Conférence des Présidents aux quels j’adresse mes remerciements pour la assez large participation. Nous y avons partagé les infos nécessaires pour les prochaines échéances, qui verront le renouvellement des Comités de Direction des Sections unionistes de la Vallée sur la base de nos dispositions statutaires. En même temps on partira avec la campagne d’adhésion 2016. L’Union Valdôtaine se réorganise avec ces passages qui, dans le cas échéant, représenterons le premier pas sur le chemin qui nous approchera aux élections politiques et aux régionales. Les réunions et les assemblées des différentes Sections se tiendront avant le 30 avril et le Président du Mouvement et le comité fédéral assureront leurs présences aux différentes assemblées de Sections. Entre temps il est cependant nécessaire maintenir aussi les rapports avec le territoire et garantir la présence d’une information utile et importante. C’est pourquoi le Groupe des élus au Conseil de la Vallée a prévu 4 rencontres qui se tiendront:  lundi 15 février  2016 à  20h30 - Verrès - salle Bonomi;  jeudi 18  février 2016  à  20h30 - Châtillon - salle des Manifestation de la Bibliothèque;  lundi  22 février 2016  à 20h30 - Gressan - salle Polivalente; lundi 29  février  2016 à 20h30 - Arvier - salle Polyvalente Le Président de la Région, ainsi que des membres du Gouvernement et des Conseiller régionaux seront présent à ces rendez-vous pour animer les soirées en programme. Le Mouvement donnera sont soutien à l’initiative et pour chaque soirée les sections concernées recevront des précisions sur les présences des rapporteurs et sur les thèmes qui seront présentés afin qu’elles puissent en informer l’ensemble de la population de leurs territoires, puisque à ces rencontres seront ouvertes à tous.  On traitera de différents thèmes, à savoir ceux des finances, de l’école, des différents secteurs de la santé, de l’agriculture et de l’environnement, du travail, de l’emploi, des transports. Bref les élus présenteront les arguments les plus importants aussi sur la base des indications qui seront avancées par les Sections.  Il s’agira d’un travail utile qui permettra aussi de faire le point sur les actualités qui intéressent davantage les Unionistes et la Communauté dans son ensemble et pour lequel nous serons tous engagés.

MARDI 2 février 2016

17:00 La Saint-Ours: la magie d'un évènement La Saint-Ours: la magie d'un évènement Il est beau de se promener, dans le centre de la Veulla, au petit matin, le premier jour de la Saint-Ours, lorsque, comme dans une symphonie, la Foire se dévoile progressivement. Les objets sont rangés, un à un, avec soin, sur les bancs des artisans. Entre temps les premiers curieux, les passionnés, les touristes plus lève-tôt, animent les rues et le visiteur de la première heure, sans même s’en apercevoir, contribue, lui-même, à devenir, parmi des milliers d’autres personnes, une partie de la magie collective de la foire. Les objets, les artisans, les passionnés, les curieux, l’atmosphère des bistrots, le mélange des langues contribuent à créer le levain de la Saint-Ours, la Foire, qu’après une année, est prête à charmer à nouveau, tous ceux que s’y approchent. C’est une magie désormais millénaire, mais elle n’est jamais pareille. A chaque moment et à n’importe quel endroit il y a toujours des situations différentes et des émotions nouvelles. Avec la Foire on est presque englouti par une ampoule de sons et de couleurs, animés par une vague de foule, qui devient immense, qui reflue et puis revient encore plus ample. Les émotions et les plaisirs se mêlent, dans un caléidoscope de sensations intenses et indescriptibles. Dans les deux jours de la Saint-Ours on perçoit, chez les Valdôtains, chez tous les Valdôtains, le plaisir de ressentir, avec force, le sentiment d’appartenance que la Foire évoque en eux. Ils se retrouvent tous unis dans cette occasion qui devient un moment d’identité collective. D’habitude les Valdôtains sont plutôt silencieux et recroquevillés. Mais à l’occasion de la Saint-Ours ils partagent, orgueilleusement et généreusement, leurs moments de joie avec le monde qui peuple la cité d’Aoste. Ils le font volontiers et avec plaisir. Les gens sont capturés par cette atmosphère et un an après l’autre, le monde arrive davantage nombreux, pour vivre la Foire et les sentiments et les états de bonheur qui s’en dégagent. On ne sait pas exactement pourquoi tout cela se produise toujours d’une manière si intense. On y cherche des raisons. On essaie de l’expliquer depuis toujours. Et pourtant la chose est plutôt simple. Ca suffit d’y réfléchir en étant conscient que si cela se produit et se propose, à chaque fois, c’est surtout grâce au travail et à la présence des artisans. Sans eux, sans leurs œuvres, sans leur présence la Foire ne serait qu’une Foire come toutes les autres et non pas la Saint-Ours.

MERCREDI 13 janvier 2016

10:46 2016 Nouvelle année 2016 Nouvelle année Nous voilà acheminés dans la nouvelle année 2016. J’adresse tous mes souhaits aux Unionistes et à toutes celles et à tous ceux qui partagent avec nous ce site. J’adresse ma pensée aussi à tous nos concitoyens, en souhaitant que cette nouvelle année puisse permettre à la politique d’exercer davantage son activité au service des Valdôtaines et des Valdôtains, selon des principes de bon sens et de responsabilité. Les dernières deux années et demie ont été assez compliquées. Souvent l’opinion publique a été désorientée par des messages et d’infos contradictoires en conséquence de l’état de conflictualité envenimé qui a caractérisé la première partie de cette législature. Ces facteurs ont contribué à un éloignement pernicieux des gens de la politique. Nous avons assisté à des tentatives d’abattre, de manière réitérés, les adversaires politiques avec des arguments instrumentaux et faux. La majorité régionale a été la cible de critiques continuelles, dans un moment de grande difficulté, où le Gouvernement de la Région avait la lourde tache d’assurer la gouvernabilité au Pays d’Aoste. La réduction progressive du budget de la Région a été le facteur principal d’un état de difficulté sans précédents. En 2010, période qui avait déjà été touchée par la crise, les disponibilités étaient de plus de 1.600 millions d’euros. En 2015 elles on été de 974 millions d’euros et la disponibilité de 2016 vu encore une réduction de ressources. Ces données nous expliquent les choses assez mieux que n’importe quelles autres considérations et elles nous rappellent la lourde pénalisation à laquelle nous avons été soumis par le non respect, de la parte de l’Etat, des accords que nous avions signé conjointement. De plus, la Vallée d’Aoste est aussi soumise à l’obligation de contribuer à l’assainissement de la finance de l’Etat, qui aura un cout de 243 million d’euros en 2016. Il est de toute évidence que, face à une telle situation, des choix se sont imposés par des réductions que le Gouvernement régional a du, obligatoirement, prévoir. Mais il l’a fait en essayant d’appliquer ces réductions de manière progressive sur différents secteurs, avec une répartition équitable. Malgré cela il y a encore des difficultés, de la part de quelqu’un, à se rendre compte que, malheureusement, les difficultés sont grandes et que rien n’est plus nuisible que de les ignorer en prétendant de privilégier un secteur plutôt qu’un autre. Il y a ceux qui disent qu’il ne faudrait pas toucher au système du Welfare. Celui–ci est un secteur que le Gouvernement régional s’est engagé à respecter dans son entier en ce qui concerne son offre. Mais pour ce faire il est impératif de réduire certains frais de fonctionnement, qu’à l’heure actuelle sont hors paramètres, si l’ont veut continuer à assurer la qualité des prestations. Il en est de même pour d’autres secteurs dans lesquels des économies peuvent être réalisées. Cela impose d’oublier les temps dorés des importants financements à fond perdu, dans différents secteurs et demande d’arriver, progressivement, à programmer et à rationaliser les activités sur la base de nouveaux instruments qui devront être mis en place. Malheureusement il a des dépenses qui ne peuvent pas être comprimées. A savoir les salaires du personnel public, dans lequel est compris celui des écoles, qu’ici, en Vallée d’Aoste est à la charge de la Région et non pas de l’Etat et pour lequel est aussi comprise la prime de bilinguisme qui n’est pas contemplée ailleurs. Dans les phases de difficulté on a beaucoup à faire avec les mécontents éternels et les tous savants, qui, n’étant pas à même d’offrir des solutions attribuent toute responsabilité à des prétendues et génériques insuffisances de projet et de programmation. D’ailleurs les moments difficiles contribuent à multiplier le recours aux slogans et aux lieux communs. En a été le cas, dans ces dernières années, lorsque tout le monde citait « les grandes œuvres ». Pour les exégètes des lieux communs ces deux mots auraient du symboliser, à eux seuls, les pires choses et évoquer les soupçons plus variés. C’est ainsi qu’on a entendu, pendant ces années, des litanies sur l’inutilité de ces œuvres. Mais quelles étaient-elles ces réalisations si inutiles? Et qui les a imaginées ? C’est bien d’en citer quelques unes à titre d’exemple afin d’aiguiser notre mémoire. La première concerne les travaux pour la modernisation et de l’hôpital (qu’actuellement marque le pas pour des raisons objectives). Ce qui n’a certainement pas été le fruit d’une décision impulsive et improvisée puisque les études et les projets avaient déjà été lancés il y a une vingtaine d’années. Le siège de l’Université a été aussi mis dans le collimateur. Et pourtant les premières négociations pour acquérir les casernes d’Aoste, afin de les destiner à la nouvelle Université de la Vallée d’Aoste, remontent aux années 2001 – 2002, lorsque tout le monde de la politique concordait sur la nécessité de redonner vie à cette aire de la Ville désormais désertifiée. La réalisation du nouveau téléphérique du Mont Blanc, dont les premières études et les premières autorisations remontent, elles aussi, aux environs de l’année 2000, a longtemps fait l’objet de lourdes critiques. Là maintenant, vu son extraordinaire succès, personne ne l’inscrit plus parmi les grandes œuvres inutiles. On pourrait encore continuer avec les citations. On se limite à rappeler une grande œuvre du passé : la liaison autoroutière entre Aoste et Courmayeur qui fut longuement contestée et par conséquent arrêtée pendant une période, avec une hausse importante des couts. Heureusement la récupération du fort de Bard a pu se faire dans d’autres temps et dans un climat différent, avant que la mode de l’iconoclastie des dernières années, envers les « grandes œuvres », prenne pied. Ces faits relèvent du passé et nous sommes maintenant projetés vers une nouvelle année. Notre obligation est celle de regarder en positif au futur, en essayant d’oublier la confusion et le paroxysme qui ont caractérisé la première partie de cette XIVème législature. En 2015 il y a déjà eu un changement important avec l’alliance autonomiste de centre gauche à la commune d’Aoste et l’élargissement de la majorité régionale, qui a renforcé le cadre politique. Cela est positif et pourra permettre une gouvernabilité plus stable, ce qu’à l’heure actuelle est indispensable pour se confronter aux nombreuses difficultés de cette phase de la vie politique et administrative. Entre temps, dans ces derniers mois, on a pu observer des aptitudes différentes de la part de forces d’opposition soit au cours du débat sur le budget de prévision 2016, soit sur d’autres thèmes importants pour notre Pays d’Aoste. Nous nous en réjouissons. L’Union Valdôtaine évalue toujours positivement les formes de collaboration réciproques visant à l’intérêt de la Communauté valdôtaine à laquelle notre Mouvement veut assurer encore et toujours son engagement et celui de ses élus.

JEUDI 10 décembre 2015

16:16 Une année pas comme les autres Une année pas comme les autres Une année pas comme les autres. Celle-ci est la définition que nous pourrions donner de l’année, qui, d’ici peu, se terminera. Nous avions commencé le 2015 en organisant, avec nos Sections, une série de rencontres qui se sont échelonnées pendant tout le mois de janvier. Question, là, de présenter, à notre base, le mandat « de rechercher la disponibilité à analyser et à partager, avec les différentes forces politiques, des parcours programmatiques pouvant assurer une stabilité plus ample et efficace dans ce moment de grande difficulté.», que le Congrès du 29 novembre 2014 avait confié au Président de l’UV, au Comité Fédéral et à la Commission politique. A partir de là une longue série de réunions et de rencontres nous a engagés, dans les mois suivants, dans des négociations pouvant essayer de définir un cadre politique plus stable et élargi aussi à d’autres forces politiques. Nous sommes ainsi arrivé au rendez vous électoral des municipales, au mois de mai, où une alliance importante a été signée pour la Commune d’Aoste. Nous avons déjà consacré toutes nos attentions aux résultats de ces élections qui ont vu l’Union Valdôtaine primée par les électrices et les électeurs dans plusieurs communes de la Vallée. Après le rendez vous électoral il a eu l’élargissement de la majorité régionale qui a vu l’entrée au sein du Gouvernement valdotain de M. Raimondo Donzel, du PD. Ce passage a été de grande importance dans la perspective d’assurer davantage de stabilité à la majorité gouvernementale. Et, à ce propos, il faut être clair, en retenant le fait que la stabilité ne se fait pas seulement par des numéros, qui d’ailleurs en politique, sont fondamentaux, mais aussi par l’apport et le partage d’idées plus amples et variées. Notre Mouvement a organisé son Congrès annuel les 3 et 4 octobre. Dans ces jours nous avons célébré notre 70ème anniversaire et entre temps nous avons développé nos thèses et nos idées. Ce après une vaste et nombreuse série de rencontres avec nos Sections tout au long du mois de septembre. Ce Congrès, échelonné sur deux journées, a vu une vaste participation d’Unionistes. Des messages importants y ont été lancés. Après l’appel, émouvant et très applaudit, de M. Joseph-César Perrin, le Président de la Région, lui-même, a fait appel à la nécessité de retrouver une unité des différentes âmes Unionistes. Il s’est agi d’un signal politique fort et d’un appel clair et inconditionné largement partagé par les Valdôtains. L’Union Valdôtaine a aussi été appelée, par le Congrès, à s’engager sur les thèmes qui tiennent particulièrement à notre Pays d’Aoste, allant de la défense de l’Autonomie politique, administrative et financière de la Région, au maintien de notre identité avec la réaffirmation de nos idéaux autonomistes et fédéralistes. Dans ce sens et pour ce faire, nous avons programmé et déjà tenu, en novembre dernier, une série de rencontres avec les Présidents de nos Sections ainsi qu’avec leurs Comités de Directions dans différentes zones de la Vallée et en préparation des activités que le Mouvement entend programmer pour l’année 2016, déjà à partir du prochain mois de janvier.
Elections régionales 2018 2 X mille

agenda

twitter

vidéos

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071