Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 19 oct 2018 - 10:28

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Mouvement Vie de l'Union

Archives: Vie de l'Union

SAMEDI 12 novembre 2016

10:15 Le document du Conseil Fédéral sur le référendum confirmatif du 4 décembre Le document du Conseil Fédéral sur le référendum confirmatif du 4 décembre Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine Rappelant son mandat du 10 octobre dernier, visant à organiser des rencontres sur le territoire, pour lancer et permettre un vaste débat sur la réforme de la Constitution italienne, qui sera soumise au référendum confirmatif le 4 décembre prochain et sur les implications concernant la Vallée d’Aoste; Prend acte avec satisfaction, de la grande présence des adhérents et des sympathisants et de la participation active aux débats qui se sont dégagés tout au long des soirées de Châtillon, Arvier, Quart et Verrès; Réaffirme le refus de l’Union Valdôtaine de confondre le référendum constitutionnel avec les querelles politiques et partisanes qui n’ont rien à voir avec les contenus de la réforme; Rappelle que les aspects de la réforme qui touchent la Vallée d’Aoste concernent l’attribution de deux représentants au Sénat de la République et le titre V de la Constitution concernant l’organisation des Régions et leurs rapports avec l’Etat; Prend acte que cette réforme fait explicite référence aux Autonomies en réaffirmant leurs compétences qui sont maintenues et étendues à d’autres matières aussi aux sens de l’article 116 de la Constitution italienne; Rappelle que l’Etat a enfin reconnu et prévu, en introduisant dans le texte de la réforme la clause de sauvegarde de "l’intesa”, qu’aucune modification des Statuts des Autonomies pourra se faire unilatéralement; Observe que celle-ci est la quatrième réforme constitutionnelle approuvée par le Parlement italien depuis 1999 et que, malgré que les aspects fédéralistes soient absents dans cette réforme, pour la première fois le principe de "l’intesa” est présent dans le projet de réforme; Rappelle que, pendant des années, tant le Conseil de la Vallée, que les élus au Parlement, et les forces politiques du Val d’Aoste ont demandé, maintes fois et sans succès, d’inscrire dans la Constitution italienne le principe de "l’intesa” qui est maintenant présent dans le projet de réforme; Rappelle encore que le Conseil de la Vallée n’a jamais procédé à proposer une réforme du Statut spécial, exclusivement à cause de l’absence d’une clause de garantie, qui est maintenant prévue par le principe de "l’intesa”; Considère partant que la présence dudit principe, au cas où le référendum du 4 décembre confirmera la réforme, permettra à la Vallée d’Aoste de rendre plus actuel son Statut Spécial en le modernisant par rapport aux exigences de la Communauté du Val d’Aoste; Considère que cette clause est aujourd’hui extrêmement importante face aux agressions violentes qui ont ciblé pendant toutes ces années les Autonomies et qui encore sont réitérées par les partisans du "non”; Rappelle que l’hostilité permanente manifestée à l’égard des Autonomies a porté l’Union Valdôtaine, la SVP, le PATT, l’UAL, ainsi que d’autres forces Autonomistes à s’allier au soutien du respect de leurs Autonomies; Rappelle que les représentants du groupe des Autonomies au Parlement italien ont voté le projet de réforme suite à la reconnaissance du principe de "l’intesa”, qui pour la première fois a été reconnu par l’Etat aux Régions et aux Provinces Autonomes; Estime que la confirmation référendaire de ce projet de réforme puisse représenter, pour la Vallée d’Aoste et pour les autres Autonomies, l’occasion de voir réaffirmer et ultérieurement légitimer, les principes qui sont à la base de la reconnaissance des Régions et des Provinces Autonomes; Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine , sur la base des considérations qui sont ressorties dans les débats, au cours des rencontres sur le territoire, suite aux rapports et aux approfondissements présentés au cours de la séance de vendredi 11 novembre au Villair de Quart; Exprime son avis favorable au projet de réforme constitutionnelle en ce qui concerne les Régions et les Provinces Autonomes et invite les Valdôtaines et les Valdôtains à s’exprimer favorablement, avec un OUI, au référendum confirmatif du 4 décembre prochain. Quart, le 11 novembre 2016

VENDREDI 4 novembre 2016

10:11 Comunicato delle sezioni dell'Union Valdôtaine appartenenti all'Unité des Communes valdôtaines du Grand-Combin Comunicato delle sezioni dell'Union Valdôtaine appartenenti all'Unité des Communes valdôtaines du Grand-Combin Vista la presa di posizione del candidato di zona, consigliere regionale Claudio Restano, non possiamo che esprimere la nostra più totale contrarietà sia per la decisione assunta, che per le sue modalità. Dimenticando di essere stato indicato, in occasione delle "primarie”, quale candidato della comunità unionista, crediamo che il consigliere Restano non abbia, con quest'ultima scelta, mantenuto fede agli impegni presi. Lo stesso ha mosso critiche a chi si è assunto la responsabilità di decidere e si è lamentato dell'impossibilità di sostenere un dibattito politico costruttivo all'interno del nostro movimento. Riteniamo che i momenti d’incontro e condivisione a cui ha preso parte in questi anni, sarebbero stati i luoghi più consoni in cui manifestare il proprio disagio. Dopo gli incresciosi fatti di questi giorni, la comunità unionista del Grand-Combin appare ancora più unita e convinta nel sostenere questa maggioranza di governo. Le Sezioni dell'Union Valdôtaine dell'Unite' des Communes valdôtaines du Grand-Combin 09:49 Le cours de communication promu par les Femmes Valdôtaines : une belle expérience ! Le cours de communication promu par les Femmes Valdôtaines : une belle expérience ! « Le temps s’est littéralement échoué, sans que nous nous en apercevons ». Cet avis, par une des participantes au cours de communication organisé par les Femmes Valdôtaines, est éloquent quant à la réussite de l’initiative, s’étant déroulé dans la salle des réunions de l’Hôtel « Milleluci ». La classe a été tenue par M. Claudio Calì, qui a partagé la journée en deux : le matin, la quinzaine de participants a abordé la partie théorique. Celle-ci a offert de nombreux concepts et exemples quant aux raisons pour lesquelles, surtout les personnes qui souhaitent s’engager dans le domaine politique, ont l’intérêt de soigner la communication, afin d’accroitre son propre succès, au service du citoyen et des institutions, ainsi qu’au bénéfice de la collectivité. Cette discipline origine de nombreux concepts élaborés par des personnages actifs dans le « coaching », à savoir l’aide d’une personne à repérer les motivations les meilleures lui permettant d’être le plus performant possible dans son travail, ou dans l’activité publique ou sportive qui l’engage. Fort significative, et prisée par les participants, l’analyse de la différence entre un leader et un chef. Dans l’après-midi, ensuite, le cours est entré dans sa phase pratique, qui a porté les élèves à s’exercer dans l’interprétation de leurs émotions, ainsi que dans le changement de leur point de vue. Une des épreuves de cette partie de la formation a été la simulation de l’« appel final » de clôture de la campagne électorale d’une formation politique. Satisfaites les Femmes Valdôtaines, qui soulignent la qualité de l’initiative (l’ambiance parmi les participants a été tout de suite agréable) et le merveilleux accueil réservé à tous par Cristina Galassi. Par ailleurs, au delà s’engager en politique (qui reste un choix personnel), l’accent a été mis à maintes reprises sur la positivité de la pensée et sur l’importance de l’empathie dans la communication : des enseignements qui peuvent aider dans la vie quotidienne à être des personnes toujours meilleures.

MARDI 25 octobre 2016

12:45 Succès pour les deux premières rencontres sur la réforme constitutionnelle Succès pour les deux premières rencontres sur la réforme constitutionnelle Hier soir, l’auditorium des écoles au Villair de Quart a accueilli la deuxième des quatre rencontres organisées par l’Union Valdôtaine au sujet de la réforme constitutionnelle, en vue du référendum en calendrier pour le 4 décembre. Le cycle s’était ouvert vendredi dernier, dans la salle de la bibliothèque de Châtillon. Les deux soirées on fait enregistrer une très bonne présence de public, présent pour se former une opinion consciente face à un thème qui n’est pas simple, mais qui touche directement notre Autonomie, d’où l’attitude que notre Mouvement a emprunté vis-à-vis de ce rendez-vous électoral. Une attitude qui peut se résumer dans la volonté de privilégier le débat, l’information et la réflexion, plutôt que de positionner préventivement l’Union Valdôtaine. C’est ainsi que la décision d’organiser ces soirées a pris corps. Grâce aux rapports du président du Mouvement Ennio Pastoret, du président de la Région Augusto Rollandin (présent hier à Quart) et du sénateur Albert Lanièce (à Châtillon) les présents ont pu entrer dans le fond de la question et les différentes questions adressées par le public ont témoigné de l’intérêt pour la matière. La position que le Mouvement arrivera a prendre sera donc consciente, développée le long d’un parcours démocratique et, surtout, participée. Si vous souhaitez également approfondir ce thème, sachez que deux rencontres encore se dérouleront. Elles sont au programme ce vendredi, 28 octobre, à 20h30, dans la salle polyvalente d’Arvier et lundi 7 novembre, toujours à 20h30, dans la salle « Bonomi » de Verrès.

LUNDI 17 octobre 2016

16:05 Réforme constitutionnelle: commencent les rencontres sur le territoire Réforme constitutionnelle: commencent les rencontres sur le territoire Comme il a été décidé par le Conseil fédéral du Mouvement, lors de sa réunion du 10 octobre dernier, l’Union Valdôtaine organise des rencontres sur le territoire pour approfondir et débattre la réforme constitutionnelle, et les sujets qu’y s’y relatent, en vue du référendum du 4 décembre prochain. Notre Mouvement, en raison de la portée de ce thème, souhaite ouvrir un débat et favoriser une confrontation, en vue de la campagne électorale qui commencera dans les semaines prochaines. Les rencontres sont ouvertes non seulement aux adhérents, mais également aux sympathisants, ainsi qu'à la population. La première rencontre en en calendrier se déroulera aujourd'hui, vendredi 21 octobre, dans la salle de la bibliothèque de Châtillon. Suivront les rendez-vous de: Lundi 24 octobre, à 20h30, dans l’auditorium des écoles moyennes du Villair de Quart; Vendredi 28 octobre, à 20h30, dans la Salle polyvalente d'Arvier; Lundi 7 novembre, à 20h30, dans la Salle "Bonomi" de Verrès. Participez nombreux!

MARDI 11 octobre 2016

11:09 Le Conseil fédéral aborde le sujet du référendum constitutionnel Le Conseil fédéral aborde le sujet du référendum constitutionnel Le Conseil fédéral s’est réuni au Villair de Quart hier, lundi 10 octobre, pour examiner un ordre du jour composé, principalement, par deux points. Le premier concernait la situation politique et a fait l’objet de deux rapports, de la part respectivement des Présidents du Mouvement, Ennio Pastoret, et de la Région, Augusto Rollandin. Pour sa part, le président Pastoret a proposé une mise à jour des principaux sujets s’étant présentés, ou se présentant à l’horizon, depuis la dernière réunion du Conseil, qui avait eu lieu au mois de juin, avant de la pause estivale. Parmi les thèmes abordés au cours de cette analyse, la convocation du prochain Congrès ordinaire du Mouvement, qui se déroulera dans la première partie de 2017 (la volonté étant d’éviter la correspondance entre la campagne électorale référendaire et cet important rendez-vous pour l’UV), et les projets de loi d’initiative populaire déposés auprès de la Présidence du Conseil et en cours d’examen de la part des Commissions compétentes. A cet égard, le président Pastoret a seulement rappelé les temps techniques de l’iter de ce genre de projet : la discussion dans le fond aura lieu dans un deuxième temps. Le président de la Région Rollandin a donc rappelé les principaux dossiers abordés par la majorité dans la dernière période (entre autres, la loi sur la réforme de l’école, les ouvrages de batiment scolaire en fonction anti-séisme, l’iter sur les travaux de l’Hôpital), en soulignant ensuite que « moins de deux années nous séparent de la fin du mandat » et le travail poursuit, dans le but d’offrir des réponses à toutes les questions restant ouvertes. Quant au deuxième point à l’ordre du jour, à savoir l’attitude du Mouvement par rapport au référendum constitutionnel, le premier rapport proposé a été celui du président Pastoret. Après avoir réaffirmé les passages de la proposition de réforme qui touchent directement la Vallée d’Aoste (à savoir l’élimination du collège uninominal pour le Sénat, la réaffirmation explicite de l’existence des autonomies régionales et l’insertion de la clause du principe de l’entente), a souligné qu’exprimer une indication à propos « n’est ni simple, ni banal. Nous sommes l’Union Valdôtaine, nous avons besoin d’une réflexion profonde, comme toujours lorsqu’il s’agit de questions touchant à l’Autonomie ». C’est pourquoi, dans le but de « partager les avis, de créer un débat avec la base » et de « faire murir dans la communauté la volonté à propos du référendum », quatre rencontres publiques organisées par le Mouvement se dérouleront dans les prochaines semaines. Cette annonce a été suivie par les rapports du Sénateur Albert Lanièce et du président Rollandin, qui – en soutenant le parcours tracé par le Mouvement - ont placé l’accent, respectivement, sur l’importance de l’insertion du principe de l’entente et sur le fait que la réforme comprends des points intéressants, mais il faut l’évaluer dans son ensemble, car elle « de fédéraliste n’a rien », d’où la nécessité d’en discuter tous ensemble. Le Conseil a donc conclu ses travaux par l’approbation de la résolution finale que nous publions dans les lignes qui suivent. * * * Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine réuni à Quart pour débattre sur le référendum constitutionnel du prochain 4 décembre : souligne l’importance de ce rendez vous électoral regrette qu’une partie importante de l’actuel débat politique soit envenimé par des prises de position prétentieuses qui ne permettent pas aux électeurs des approfondissements utiles rappelle que le projet de reforme, qui sera soumis au référendum confirmatif du 4 décembre, concerne de manière très importante les réalités autonomes à l’intérieur de l’Etat italien souligne qu’en ce qui concerne les Autonomies, y comprise la Vallée d’Aoste, le projet de reforme prévoit la révision des actuels Statut d’Autonomie évalue positivement qu’en vue de ce parcours de révision la réforme a introduit la close de sauvegarde de l’entente (intesa) constate cependant qu’à ce moment n’ont pas encore été définies les modalités avec lesquelles devrait s’exercer l’entente entre Région et Etat Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine considérant les retombées importantes pour la Vallée d’Aoste de ce rendez – vous référendaire rappelant que la reforme prévoit un parcours de changement et de mise à jour de notre Statut Spécial, ainsi que de ceux des autres Autonomies, avec les quelles nous entretenons des rapports d’amitié et de collaboration estime important d’entreprendre des initiatives, permettant de renforcer nos liens avec les représentants des autres Autonomies en vue des négociations futures avec l’Etat considère indispensable de partager avec une base vaste de valdôtaines et de valdôtains, les contenus et les avis sur le référendum du 4 décembre prochain décide d’organiser une série de rencontres sur le territoire pour approfondir les contenus de la reforme et tout en particulier ceux concernant la Vallée d’Aoste avant de se réunir à nouveau pour fournir des indications utiles au vote du 4 décembre prochain, le Conseil Fédéral donne mandat au Comité Fédéral de prévoir, dans les prochaines semaines, l’organisation d’une série d’assemblées publiques pour rencontrer la population et pour entendre l’avis des unionistes au sujet de la reforme constitutionnelle.  

SAMEDI 17 septembre 2016

22:06 Prompt rétablissement, Tonino! Prompt rétablissement, Tonino! Le mouvement de l’Union Valdôtaine et le Groupe de l’U.V. au Conseil de la Vallée expriment leur proximité au conseiller Antonio Fosson, en lui souhaitant un prompt rétablissement et une pleine remise en santé.

MERCREDI 27 juillet 2016

14:34 Saint-Pierre : une soirée pour souligner le retour d’un ami Saint-Pierre : une soirée pour souligner le retour d’un ami L’ancien président de la Section de l’Union Valdôtaine de Saint-Pierre, Piero Carlin, vient de rentrer d’une expérience tout à fait intense. Le long du chemin de Santiago de Compostela, pendant trente jours il a parcouru 960 kilomètres en solitaire. Nous, les amis de la Section, on a voulu souligner sa rentrée, par une soirée consacrée avant tout à écouter ses émotions et ses opinions sur cette longue marche. D’autre coté, on lui a offert les informations sur la situation politique qui s’est crée à l’échelon régional pendant son absence. En plus de cela, nous administrateurs ont mis à jour la section toute entière par rapport aux faits saillants de l’administration communale. Marco Carlin

MARDI 5 juillet 2016

12:37 En souvenir d’Emile Proment En souvenir d’Emile Proment Idéologue, fort probablement, est la définition qui remonte à l’esprit de tous ceux qui ont connu Emile Proment. Cependant, si on a eu cette chance, on sait bien qu’il était beaucoup plus que cela : journaliste, écrivain, polémiste et observateur attentif de la vie du Mouvement, pour se limiter à quelques autres exemples. Voilà pourquoi le rappeler aujourd’hui, à quatorze ans de sa disparition, survenue lorsqu’il avait 88 ans, est assez difficile. Il est vrai que le temps s’étant écoulé du 3 juillet 2002, jour où il nous quitta, permet maintenant d’apprécier dans l’ensemble l’immense patrimoine d’articles et écrits qu’il a laissé. Toutefois, le risque est d’oublier quelque chose, quelque trait de cet homme petit dans sa taille, mais grand dans son cœur et dans l’exemple d’attachement qu’il a constamment offert aux adhérents à l’Union Valdôtaine. Pour ceux qui, tout comme le soussigné, ont eu l’opportunité de vivre ce vivace laboratoire d’idées qu’était jadis la rédaction du « Peuple Valdôtain », Monsieur Proment demeurait une figure cruciale dans la réalisation de l’hebdomadaire. Dans son petit bureau au premier étage du siège central d’Aoste, où sa présence était annoncée avant tout par l’arôme de sa cigale, il lisait et il corrigeait tout ce qui avait trait au journal : des articles, aux ébauches des pages prêtes à aller sous presse. Sa correction n’était jamais une punition, son style discret en faisait un moment de formation, de croissance plutôt. Lorsqu’il n’y avait pas du matériel à contrôler, il écrivait sur sa machine à taper, ou bien il lisait un des nombreux livres qui bourraient son coin de travail. Il n’avait pas d’horaires, ni de jours de fête. La langue française était le refuge où il trouvait du soulagement à sa soif de connaissance. Non seulement il était convaincu de l’importance de bien faire - ce qui dans les années ’90 représentait encore une vision suffisamment partagée du travail - mais il était également persuadé qu’il n’était jamais trop tard pour commencer à bien faire. Si l’on croit qu’en vieillissant on perd l’optimisme, des personnages du genre sont là pour nous faire revoir nos opinions. Cela, en tout cas, ne doit pas conduire à des conclusions hâtives : fort de ses convictions, Emile Proment était tout à fait sévère dans le jugement du Mouvement et de son action. Ce n’était pas de l’intransigeance, bien que certains de ses écrits aient fait l’objet d’instrumentalisations politiques désagréables (cela est arrivé, entre autres, avec le « Roman d’un jeune valdôtain », en 1992), mais la conscience d’un idéal qu’il avait commencé à mûrir dans les années où adhérer à l’Union Valdôtaine présentait un prix à payer. Emile Proment venait en fait d’une tradition unioniste qui n’avait pas encore absorbé dans son code génétique la culture du gouvernement, mais se bornait sur la lutte pour la pleine application de nos Statuts (à cette époque, l’Etat était beaucoup moins prêt à la négociation que de nos jours), pour la reconnaissance totale de nos prérogatives d’Autonomie et pour l’autodétérmination de la communauté valdôtaine. Bien d’entre nous rappellent encore ses interventions lors des Congrès des années ‘90, lorsqu’il rappelait l’importance de ne pas négliger les racines ainsi que les raisons du combat ayant conduit les Valdôtains à se rassembler dans un Mouvement populaire tel l’UV. Bien d’entre nous rappellent les vifs applaudissements qu’il remportait à chacun de ces « appels ». Il faut avoir l’honnêteté intellectuelle (et même le courage, dirais-je) de le reconnaître : un monde a entretemps changé et tenir ces mêmes positions serait aujourd’hui anachronique. Cependant, la contribution offerte par Monsieur Proment, et la rigueur qui le distinguait dans sa militance, sont des valeurs inscrites à jamais dans l’histoire de l’Union Valdôtaine et elles restent là, en tant qu’exemple de loyauté et de dévouement total à une cause. Un héritage pour lequel il faut - malgré le temps qui passe et qui favorise l’oubli - remercier Emile Proment. Christian Diemoz

MERCREDI 8 juin 2016

09:49 Bruno Salvadori : un souvenir reconnaissant Bruno Salvadori : un souvenir reconnaissant Trente-six ans se sont désormais écoulés depuis le 8 juin 1980, jour où la Vallée d’Aoste fut cruellement privée de l’un de ses fils les plus actifs dans le domaine politique et social. Lors d’un accident routier près de Gênes, Bruno Salvadori nous quittait alors à jamais, laissant un grand vide au sein de sa famille, parmi ses amis et dans les rangs de l’Union Valdôtaine. Né à Aoste le 23 mars 1942 d’un père toscan et d’une mère frioulane, Bruno fréquenta le lycée classique et s’inscrivit à la faculté de Médecine de l’Université de Turin. Confronté aux problèmes que ses camarades et lui-même rencontraient pour fréquenter les cours (transports, logement etc.), il fonda et dirigea le Comité des Universitaires Valdôtains, tout en s’approchant, dès 1965, de l’Union Valdôtaine : il commença alors à collaborer au « Peuple Valdôtain », où il publia des articles qui anticipaient les thèmes qui lui seraient chers pendant toute son activité politique : la critique contre les partis nationaux et les États-nations, la création de l’Europe des Peuples. A la suite du passage de l’Union Valdôtaine à l’opposition (1966), il participa à la création du journal de « Le drapeau rouge et noir », qui soutenait une ligne politique de renouvellement de l’U.V. et d’ouverture vis-à-vis des immigrés italophones ; il s’engagea dans la relance de la « Jeunesse Valdôtaine » et travailla auprès du Syndicat Autonome Valdôtain des Travailleurs ; il publia Pourquoi je suis autonomiste (1967), où il écrivit notamment que « être Valdôtain ne tient pas seulement à l’origine, mais procède surtout d’une adhésion morale, culturelle et sentimentale ». Revu et augmenté, cet ouvrage réédité en 1978 représente toujours un vrai bréviaire de l’idéal autonomiste et fédéraliste. Suite à la cassure de la Démocratie Chrétienne valdôtaine et à la naissance des Démocrates Populaires (1970), des ferments gauchistes présents à l’intérieur de l’U.V. amenèrent à la création de l’Union Valdôtaine Progressiste, dont Salvadori devint le leader (1972). Aux élections régionales de 1973, l’U.V.P. obtint l’élection de deux conseillers et en 1974, suite au renouvellement de la présidence de l’U.V., aux différends internes à l’U.V.P. et à la crise du gouvernement régional présidé par le démocrate populaire César Dujany, un nouveau gouvernement se forma grâce à l’alliance Union Valdôtaine – Union Valdôtaine Progressiste – Rassemblement Valdôtain, soutenue par la DC, le PSI et le PSDI. Un processus de réunification de l’U.V. s’engagea alors, qui aboutit le 12 décembre 1976 : Salvadori, qui entre temps avait été nommé Chef du Bureau de Presse du Gouvernement régional, fut élu membre du Secrétariat politique et prit la direction du « Peuple Valdôtain ». En 1978 il fut élu au Conseil de la Vallée ; l’année suivante, lors du 1er Congrès national de l’U.V., il fut nommé au sein de la commission politique. Les contacts qu’il développait depuis quelque temps avec les mouvements autonomistes et fédéralistes présents en Italie - parmi lesquels la « Lega Lombarda » fondée par son ami Umberto Bossi, devenue par la suite « Lega Nord », allait prendre une importance particulière - aboutirent à une fédération qui présenta une liste électorale unitaire, sur tout le territoire italien, lors des premières élections européennes du 10 juin 1979. Malgré le résultat décevant, ce fut le début d’une stratégie qui amènerait, dans les législatures suivantes, à avoir des représentants de l’alliance autonomiste au Parlement de Strasbourg : un objectif dont Salvadori ne put voir la réalisation, à cause de son décès prématuré. L’Union Valdôtaine, reconnaissante, continue de voir en lui l’un des principaux représentants de la renaissance des idéaux autonomistes et fédéralistes dans les années 1970, qui a amené notre Mouvement à gouverner la Vallée d’Aoste dans ces derniers 40 ans. J. R.
2 X mille

agenda

twitter

vidéos

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071