Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 11 déc 2017 - 15:45

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Conseil de la Vallée

Conseil de la Vallée18 Avril 2017 - 12:09

Un nouveau système de délégation en matière sanitaire? Une interpellation de l’UV

imprimerpartager

"A maintes reprises on nous a signalé, dans les bureaux et dans des structures de l’USL, la présence d’un conseiller régional qui présente des perspectives, ou donne des input…”. Le problème a été soulevé ce matin, au Conseil de la Vallée, par le conseiller Augusto Rollandin, en présentant une interpellation adressée à l’assesseur à la santé.

"Cela a mis en marche notre curiosité - a ajouté Rollandin - et on voulait comprendre s’il s’agit d’un nouveau système de délégation de particulières fonctions, à interpréter en tant que vicariato, ou en tant qu’attribution à suivre des actions spécifiques. Surtout, on souhaiterait connaitre quelles orientations ont été attribuées à ce niveau d’action, qui nous a été signalé tout particulièrement le matin, mais également pendant la journée”.

L’assesseur a répondu en réaffirmant l’autonomie de gestion de l’entreprise USL, avec l’Administration régionale qui doit rester un moment de programmation et contrôle. "Les orientations - a ajouté le conseiller Rollandin dans sa réplication - sont la logique de la politique. La gestion ne lui appartient pas. Autrement, on n’aurait pas crée l’USL et une organisation à elle même ne serait pas nécessaire”.

"Dans cette logique, - a conclu Augusto Rollandin - il faut continuer à travailler et on ne peut pas partager, par contre, les interférences avec des décisions prises, ou des orientations attribuées et qui sont à voir par l’USL. Je crois que cet éclaircissement sert aussi à éviter des malentendus à cet égard”.

imprimerpartager

ActualitésConseil de la Vallée

LUNDI 11 décembre 2017

15:41 L’activité du Gouvernement valdôtain L’activité du Gouvernement valdôtain Parmi les différentes délibérations adoptées aujourd’hui par le Gouvernement valdôtain lors de sa réunion d’aujourd’hui, lundi 11 décembre, nous signalons, en raison de leur portée, celles concernant: l’approbation du texte du contrat entre l’Administration régionale et le Secours Alpin Valdôtain, qui discipline les aspects d’organisation et financiers des obligations du service public afférents les activités de secours en montagne et de protection civile pour 2018, pour un montant global d’un million 400mille euros;  la prorogation au 31 janvier 2018 du terme précédemment fixé au 15 décembre 2017 pour la présentation des requêtes d’emprunt pour la transformation des bâtiments et de leurs installations, dans le domaine du bâtiment résidentiel, d’après la loi régionale 13/2015;  l’approbation du schéma de convention qui discipline le rapport entre la Région et Banca 5 SpA pour le déroulement du service de collection des taxes automobiles par les postes de tabac conventionnés avec l’institut de crédit, ainsi que le schéma de convention disciplinant le rapport entre l’Administration et l’Automobile Club d’Italia, pour la même taxe, avec les modalités de paiement alternatives à l’argent représentées par: les guichets "Bancomat” et les services d’Internet Banking mis à disposition par les banques conventionnées avec ACI; le service web "Bollonet”; le transfert aux Communes, à faire date du 1er janvier prochain, des ressources nécessaires à faire face aux frais concernant le service de cantine scolaire pour les personnels enseignants des écoles de l’enfance engagés dans la vigilance et l’assistance des élèves pendant les repas, pour un montant de 200mille euros. Cet acte sera maintenant transmis au Consortium Permanent des Collectivités Locales pour l’expression de son avis;  la prise d’acte du fait que le projet régional pour la sauvegarde de la langue minoritaire franco-provençale, concernant l’année 2016 et soumis à la Présidence du Conseil des Ministres pour l’octroi d’un financement aux sens de la loi n. 482/1999 a été approuvé, pour un montant de 101mille 157 euros;  l’octroi, en faveur de différents organismes sportifs, de bourse au mérite sportif pour les résultats de portée nationale ou internationale obtenus dans la saison de sport 2016/7 de la part des respectifs athlètes membres, résidents en Vallée d’Aoste, tout comme prévu par le plan proposé par la Conférence régionale pour les sports, pour un montant total de 13mille 116,66 euros;  l’octroi, en faveur de différents organismes sportifs, de subventions visant le soutien de l’activité des agonistes à l’échelon national (disciplines d’équipe) lors de la saison de sports 2017/8, d’après le plan de répartition proposé par la Conférence régionale pour les sports, pour un montant total de 91mille 860 euros;  l’octroi, en faveur de différents Comités régionaux des organismes de promotion sportive, d’une subvention au soutien de l’activité sportive à l’échelon promotionnel et d’amateur, déroulée sur le territoire régional dans la saison de sports 2016/7, d’après le plan de répartition proposé par la Conférence régionale pour les sports, pour un montant total de 66mille 533 euros;  l’octroi, en faveur de différents organismes sportifs, de subventions pour le soutien de l’activité sportive ordinaire effectuée dans la saison 2016/7, d’après le plan de répartition proposé par la Conférence régionale pour les sports, pour un montant total de 312mille 885 euros.  

MERCREDI 6 décembre 2017

11:35 La situation de la SFOM débattue au Conseil de la Vallée La situation de la SFOM débattue au Conseil de la Vallée Les démissions du Conseil d’Administration de la «Scuola di formazione e orientamento musicale» ont fait l’objet du débat au sein du Conseil de la Vallée, qui a repris ses travaux aujourd’hui, mercredi 6 décembre. En répondant à une interpellation, l’assesseur à l’éducation et culture Emily Rini a exclu«categoricamente qualsiasi intromissione o pressione politica da parte mia sul Consiglio di amministrazione della Fondazione Maria Ida Viglino: la politica ha sempre avuto un occhio di riguardo a questo settore, perché sia la SFOM sia l'Istituto musicale pareggiato sono due veri fiori all'occhiello della nostra regione, che hanno contribuito ad una elevata alfabetizzazione musicale e a far conoscere la Valle d'Aosta in questo ambito». L'Assesseur a donc fait un tour d'horizon de la situation: «le 20 novembre dernier, les trois membres du CdA nous ont fait part de leur intention de démissionner en raison de certaines difficultés de nature administrative et gestionnaire. D'une part, il y a la complexité juridique de la Fondation qui, tout en étant un organisme de droit privé, est cependant contrôlée par la Région et tenue d'appliquer les différentes conventions collectives du secteur public. D'autre part, le CdA a signalé que la Fondation manque de personnel administratif et aurait besoin des ressources nécessaires pour procéder à des sélections de personnel d'un profil adéquat par rapport aux dimensions de l'école, qui compte 830 élèves et 30 enseignants et qui doit gérer deux sièges, l'un à Aoste et l'autre à Pont-Saint-Martin». «En effet, compte tenu des ressources dont elle dispose actuellement, - a-t-elle ajouté - la Fondation se voit dans l'obligation de recourir à ses propres enseignants pour coordonner les activités de l'école. Cette situation entraîne un manque d'efficience, d'une part parce que les enseignants concernés doivent faire face à des charges de travail excessives et ne disposent pas des compétences nécessaires en matière de gestion et, d'autre part, parce que les fonctions de coordination ne devraient pas être exercées par quelqu'un qui se trouve à être à la fois juge et partie». «Le 28 novembre nous avons donc rencontré le Conseil d'administration, afin d'approfondir ces problèmes et de rechercher des solutions. - a conclu l’assesseur Rini - En tant que Gouvernement régional, nous avons indiqué que nous étions disposés à agir pour renforcer l'organigramme technique et administratif de la Fondation. Cette démarche est nécessaire pour ne pas perdre le bénéfice des remarquables résultats obtenus. Le CdA a fait savoir que, sur ces bases, il était disposé à mener à terme son mandat et qu'il s'engageait à travailler dans le cadre d'un parcours que nous avons partagé, afin de renforcer l'activité de la Fondation. Les membres ont donc annoncé de retirer leur démission et leur activité sera déterminante pour atteindre les objectifs que nous avons fixés ensemble».

MARDI 5 décembre 2017

16:51 Liaisons entre Vallées et télésiège Champoluc-Crest en évidence au Conseil Liaisons entre Vallées et télésiège Champoluc-Crest en évidence au Conseil Le sujet du tourisme et des projets stratégiques s’y rattachant a été abordé aujourd’hui au Conseil de la Vallée. Tout particulièrement, deux interrogations de l’opposition ont permis a l’assesseur Aurelio Marguerettaz de mettre noir sur blanc une série de données. En disant, avant tout, de l’aspect économique des liaisons entre domaines skiables de vallées avoisinantes, il a dit: «i costi da ripartirsi nel prossimo quadriennio sono 50 milioni per Ayas-Cervinia, 80.4 milioni per Pila-Cogne, 14.5 per La Thuile, 22 per il nuovo impianto di Courmayeur. Il totale di questi interventi ammonta quindi 166,9 milioni di euro». A l’égard du repère des ressources, l’Assesseur a assuré «è poi in fase avanzata l'elaborazione di un disegno di legge per poter finanziare le società richiedenti sulla base di percentuali variabili in funzione delle risultanze di esercizio. Cercheremo di trovare tutte le soluzioni perché le operazioni si svolgano con l'autofinanziamento. Per il mantenimento dei comprensori, quindi, la cifra prevista è di 36 milioni di euro, perfettamente in linea con gli interventi fatti nel passato utilizzando la gestione speciale». A l’égard du déplacement des skieurs de la Suisse, l’assesseur Marguerettaz a précisé: «Per altre iniziative di collegamenti intervallivi si è parlato di un aumento del 50%. È un appeal che certamente può avere risultati davvero eclatanti. Ad oggi, sono 150 mila gli sciatori svizzeri che arrivano in Italia. L'aumento realistico è del 3% e risultati positivi anche per la stagione estiva. Ci potrebbe essere anche un incremento per quanto attiene la ricettività. Infine, l'impianto Aosta-Pila-Cogne non è sostituivo, ma complementare al trasporto pubblico locale». En répondant à l’autre interrogation, Aurelio Marguerettaz a fait le point sur la réfection du télésiège de Champoluc au Crest. «La gara di appalto è già stata avviata in base a scelte ben ponderate e finalizzate all'ottimizzazione del Crest a vantaggio di tutta la comunità. - a-t-il affirmé - L’aumento di capitale attraverso Finaosta per il rifacimento della telecabina da computo metrico ha un valore d'asta di 19 milioni di euro e ricomprende diverse attività di riqualificazione del Crest, tra cui la realizzazione di una struttura da destinare a locale commerciale». «L'aumento di capitale proposto è invece limitato a 16 milioni - a conclu l’assesseur Marguerettaz - e ricomprende in via prioritaria le attività correlate alla pratica dello sci. Questa cifra deriva dallo stralcio dei costi relativi ai fabbricati degli uffici, della tavola calda e dell'autorimessa da destinare a locale commerciale. Le risorse mancanti all'aggiudicazione restano a carico della Monterosa. Il finanziamento non andrà dunque a sostenere attività commerciali». 16:08 L’assesseur Rini répond au Conseil sur un cours pour menuisiers L’assesseur Rini répond au Conseil sur un cours pour menuisiers «Pur cercando di offrire un'ampia gamma di possibilità per i nostri studenti, abbiamo voluto evitare la sovrapposizione di percorsi che rilasciano una stessa qualifica professionale». C’est l’assesseur à l’éducation Emily Rini qui l’a dit, aujourd’hui, au Conseil de la Vallée en répondant a une interrogation de l’opposition portant sur l’échec d’activation d’un cours pour menuisiers auprès de l’institution scolaire «Corrado Gex» d’Aoste. Tout particulièrement, l’interrogation demandait si des appréciations spécifiques avaient été accomplis au soutien de ce choix. «La priorità è mettere al centro i ragazzi, con la loro formazione scolastica e il loro sbocco lavorativo. La decisione di non avviare un percorso triennale ad Aosta si fonda su due motivazioni principali. La prima è quella di evitare un'eccessiva parcellizzazione dell'offerta formativa, che comporterebbe la non attivazione dei corsi per vincoli numerici: il percorso di istruzione e formazione professionale per falegnami è, infatti, proposto dall'Istituto Don Bosco di Châtillon». «Uno sdoppiamento dell'offerta ad Aosta - a conclu l’Assesseur - avrebbe, quindi, pregiudicato l'avvio di entrambi i corsi. La seconda motivazione riguarda il mercato del lavoro, che non è più in grado di offrire sbocchi per questo tipo di formazione: non vogliamo quindi illudere i nostri giovani a fronte di un settore, quello del legno, che è in forte calo. Il nostro intento è infine quello di rilanciare la zona della media Valle, che negli anni si è vista penalizzata sotto il profilo dell'offerta formativa».

JEUDI 30 novembre 2017

16:19 Tunnel du Grand-Saint-Bernard et chemin de fer examinés par deux Commissions Tunnel du Grand-Saint-Bernard et chemin de fer examinés par deux Commissions La troisième et la quatrième Commission du Conseil de la Vallée ("Organisation du territoire” et "Développement économique”) se sont réunies aujourd’hui, jeudi 30 novembre, afin d’auditionner le Président de la Région et le Président de la Sitrasb, à l’égard de l’assignation des travaux d’entretien du Tunnel du Grand-Saint-Bernard. "Au cours de la dernière séance du Conseil – explique le président de la troisième Commission, le conseiller unioniste Luca Bianchi – nous avions pris l’engagement d’aborder au sein de la Commission le sujet des travaux au Tunnel du Grand-Saint-Bernard. Notre souhait est que les temps pour la réouverture soient respectés, ou meme avancés. Aujourd’hui, le président de la société, Silvano Meroi, a réaffirmé que la prochaine semaine on pourra faire une évaluation plus précise sur la possibilité d’avancer la réouverture. Clairement, la sureté reste un point à évaluer attentivement, ainsi qu’à partager avec la gestion suisse du tunnel. Nous sommes tous conscients que la fermeture de cette importante directrice internationale ait crée des malaises au territoire, à ses communautés et aux retombées touristiques de notre région et tous son tau travail pour faire reprendre la circulation dans les délais établis”. De plus, la quatrième commission a auditionné l’assesseur aux transports, Aurelio Marguerettaz, eu égard au service de chemin de fer en Vallée d’Aoste. "Avant tout, l’assesseur Marguerettaz – dit le président Paolo Contoz, membre du groupe de l’Union Valdotaine – a annoncé que l’appel d’offres pour la sélection du gérant du service a eu une prorogation d’environ trois mois, suite à une remarque du Garant à propos des conditions de l’appel d’offres même. Marguerettaz a ensuite communiqué qu’il a été conclue une entente avec RFI pour la définition de l’accord cadre et du protocole qui permettra de démarrer dans le parcours pour la définition et l’élaboration des projets d’amélioration, inclue l’électrification, de la ligne Aoste/Turin et des travaux nécessaires à la réouverture de l’Aoste/Pré-Saint-Didier. Enfin, a dit encore l’Assesseur, nous continuons la confrontation avec la Direction régionale de Trenitalia et les dirigeants nationaux du transport régional, afin de créer une solution qui permette d’approuver un nouveau "contrat-pont” qui remplace l’actuel, par lequel l’Administration régionale a remplacé le Ministère après le passage des compétences sur le chemin de fer”.

MERCREDI 29 novembre 2017

17:05 Mardi 5 et mercredi 6 décembre, la prochaine séance du Conseil de la Vallée Mardi 5 et mercredi 6 décembre, la prochaine séance du Conseil de la Vallée Mardi 5 et mercredi 6 décembre prochains, à 9h, le Conseil de la Vallée se réunira afin d’examiner un ordre du jour composé par quarante-cinq objets au total. Parmi ceux-ci, deux projets de loi. Le premier, dont le rapporteur sera le conseiller de notre Groupe Joël Farcoz, modifie la loi régionale n° 25 de 2010 en matière de rédaction du Bulletin officiel de l’Administration, ainsi que la publication des actes de la Région et des collectivités locales. L’autre projet concerne le rajustement du budget 2017, ainsi que les variations aux prévisions 2017/19. Les deux initiatives législatives ont obtenu, dans les derniers jours, l’avis favorable (à la majorité des voix) de la deuxième commission du Conseil "Affaires générales”. Ensuite, l’Assesseur à l’agriculture et aux ressources naturelles relatera sur la mise à jour des montants de la taxe de concession annuelle des entreprises agro-touristiques et de chasse, faunistiques et de chasse, ainsi que des centres de reproduction de la faune à l’état naturel, prévue par la loi régionale n° 64 de 1994, portant dispositions pour la sauvegarde et la gestion de la faune et pour la discipline de la chasse. Les travaux de l’Assemblée seront transmis en direct sur le site du Conseil de la Vallée ( www.consiglio.vda.it ), sur le compte YouTube du Conseil ( www.youtube.it/user/consvda ), en plus que sur la chaine télévisée "TV Vallée” (n° 15 du numérique hertzien).

MARDI 28 novembre 2017

17:01 Le Conseil de la Vallée solidaire avec le peuple de la Catalunya Le Conseil de la Vallée solidaire avec le peuple de la Catalunya Lors de sa dernière réunion, le 23 novembre, le Conseil de la Vallée a approuvé une motion sur la Catalogne. Par cette initiative, l'Assemblée exprime sa pleine solidarité et son soutien au Peuple catalan ainsi qu’aux Institutions catalanes démocratiquement élues, dans la ferme conviction que la liberté et la démocratie sont des valeurs inaliénables de civilisation et de paix et que la pensée et la manifestation de la volonté d’un peuple ne doivent jamais être limitées, ni réprimées par la violence ou par la force, lorsqu’elles s’expriment par des voies pacifiques et démocratiques. Par ailleurs, le Conseil reconnaît la validité universelle des principes fédéralistes d’autonomie, d’autogouvernement et d’autodétermination, sur lesquels reposent la paix, la liberté et la dignité des personnes et des peuples de par le monde, et souhaite que l’Union Européenne et ses Institutions - expression des citoyens européens avant même que de ses États membres et dans le respect de l’esprit profond de ses pères fondateurs qui voulaient une Europe des Peuples - se portent garantes du droit de chaque personne à s’exprimer de manière pacifique et civile et de chaque peuple à valoriser sa dignité et sa liberté par le biais de son autodétermination et son autogouvernement. Lors de la discussion, le conseiller unioniste Joël Farcoz a pris la parole en rappelant que « les faits qui se sont produits dans les dernières années, et surtout récemment, en Catalogne ont fait le tour du Monde démontrant la force idéale qui est en train de animer cette lutte démocratique et pacifique». «Pacifique, je disais, - a-til ajouté - car on a eu l'épreuve, de la part du gouvernement espagnol, d'une attitude totalement différente, qui rappelle par contre un passé plutôt récent fait de violence et de censure, même si la situation ne le demandait, ni le justifiait, absolument pas». «Plus en particulier, le dialogue, peut-être la seule action qui aurait pu trouver une solution à la question Catalane, a été totalement nié, - a dit encore Farcoz - en choisissant plutôt l'étouffement de la voix du Peuple Catalan qui a enfin procédé sur la ligne de l'auto-determination avec le referendum». «Une voix qui, à la place de devenir plus faible au fur et à mesure que la répression augmentait, devenait toujours plus claire et plus forte. Tout le monde a pu suivre les évènements qui se sont déroulés dans la dernière période. Par contre, à mon avis, – a souligné encore le Conseiller – il serait mieux de comprendre pourquoi le développment de la question Catalane est considéré si important pour nous Valdôtains et pour l'Europe entière». «Avant tout il est important parce qu’il représente un phénomène social en antithèse avec ce qui est en train de se passer en Europe. – a déclaré Joël Farcoz - Une Europe où les populations sont toujours plus éloignées par rapport à n'importe quel genre de stratégie politique. En Catalogne, par contre, on assiste à une mobilisation populaire de millions et millions de gens. Il serait bien d'en comprendre les raisons». «Important, - a-t-il continué - parce que ce processus représente un nouveau modèle d'Europe, un processus dont l'Europe ne peut plus faire mine de rien, car la question Catalane est un phénomène européen et qui mérite une attention particulière. Un procès qui favorise évidemment les territoires et les cultures. Et, en voulant généraliser, il est sous les yeux de tous que le développement de territoires s'identifie désormais en zones homogènes qui partagent un développement structurel commun». «Toujours plus souvent, - a été la réflexion successive - les nécessités et les exigences des territoires et des populations qui les habitent voient dans les macro-stratégies régionales une solution parcourable et cela défini une idée d’Europe des régions interconnectées entre elles, qui va primer la cohésion territoriale et culturelle». «Des réflexions très chères évidemment aux Valdôtains, - a ajouté Farcoz - qui ont toujours poursuivi l'idée d’une Europe des Peuples et à laquelle ont toujours regardé avec beaucoup d'intérêt les territoires qui veulent s'autodéterminer. Une Vallée d'Aoste autonome qui, en ce moment de forte mise en discussion des autonomies spéciales à niveau italien, continue à revendiquer avec force son Autonomie spéciale, due à ses spécificités culturelles et territoriales». «Mais comme la Question Catalane est en continue évolution, - a conclu le Conseiller unioniste - l'autonomie Valdôtaine est à considérer en évolution jusqu'à quand les nécessités et les exigences du Peuple Valdotain peuvent être réglées avec les compétences qui appartiennent à la législation Valdôtaine: une Autonomie spéciale intégrale, pour laquelle les Institutions de notre région continuent à travailler, afin de donner les réponses nécessaires au Peuple Valdôtain». 15:33 Adjustement et variations du budget en IIe Commission Adjustement et variations du budget en IIe Commission La deuxième Commission du Conseil "Affaires générales” s’est réunie hier, lundi 27 novembre, en exprimant son avis favorable sur l’ajustement du budget 2017 de la Région, ainsi que sur les variations au budget 2017/2019. En plus de nommer le rapporteur d’une proposition de loi du Groupe Mixte d’opposition, la Commission a continué l’activité sur le projet de loi concernant les sociétés contrôlées de la Région, avec les auditions des Présidents et des dirigeants de Finaosta et d’Aosta Factor. "Sur cet acte – commente le président de la Commission, le conseiller unioniste Renzo Testolin – vendredi 1er décembre prochain nous auditionnerons encore les représentants des sociétés des installations de remontée mécanique, afin de compléter les approfondissements, et, donc, exprimer l’avis de la Commission même”.

LUNDI 27 novembre 2017

16:46 L’activité hebdomadaire du Gouvernement valdôtain L’activité hebdomadaire du Gouvernement valdôtain Parmi les différentes délibérations adoptées aujourd’hui, lundi 27 novembre, par le Gouvernement valdôtain, lors de sa réunion hebdomadaire, nous signalons, entre autres, celles qui concernent : la proposition au Conseil de la Vallée de l’acte pour la préparation du Document de l’économie et de la finance régionales, mieux connu en tant que DEFR, pour le triennat 2018-2020 ;  l’octroi d’aides pour la couverture des frais de fonctionnement du Comité Fédéral des Sociétés d'Émigrés Valdôtains (CO.FE.S.E.V), pour un montant de 2 mille 324,06 euros, et pour l’organisation des différentes activités des sociétés d’émigrés valdôtains à l’étranger, pour une somme globale de 23 mille 404,50 euros, pour l’année 2018;  l’octroi, dans le cadre des activités de l’Assessorat de l’Éducation et culture, des subventions, pour l’année 2017, aux associations culturelles valdôtaines pour un montant total de 58 mille euros. Les bénéficiaires seront: le Comité des Traditions Valdôtaines, la Federachon Valdotèna di Teatro Populèro, l’association Augusta, l’Académie Saint-Anselme, l’Union Internationale de la Presse Francophone, le Centre d’études francoprovençales « René Willien », le « Centro studi e cultura walser », l’Association Valdotaine Archives Sonores, l’Association Centre d’Etudes « Abbé Trèves », la Société de la Flore Valdôtaine, ainsi que le Centre d’études « Les anciens remèdes » ;  la reconstitution du « Gruppo di Lavoro Interistituzionale Regionale », avec une fonction de coordination des processus de programmation, organisation et intégration des services concernant l’inclusion scolaire des élèves handicapés fréquentant les institutions scolaires régionales et paritaire de tout ordre et degré de la Région autonome Vallée d’Aoste ;  la réalisation d’un parcours de formation sur le thème des malaises concernant attention, hyperactivité et impulsivité, en collaboration avec l’association A.I.F.A. onlus – l’Associazione italiana famiglie ADHD Valle d’Aosta et l’USL de la Vallée d’Aoste, à l’intention des dirigeants, des enseignants et des opérateurs de soutien des institutions scolaires de la Région ;  l’octroi, aux sens de la loi régionale n° 19 de 2001, de financements à différentes entreprises touristiques-hôtelières, pour un montant de presque 10 millions d’euros ;  l’approbation du schéma de convention, entre la Région autonome Vallée d’Aoste et le Ministère des infrastructures et des transports, pour l’attribution du financement assigné à la Région pour l’achat d’autobus, dans le cadre du Plan des infrastructures du Fonds pour le Développement et la Cohésion, approuvé par le CIPE (Comitato Interministeriale per la Programmazione Economica), pour un montant total de 348mille euros, au net de la quote-part à la charge des bénéficiaires ;  l’acquisition d’un service de taxi-bus à l’intention des hôtes des structures hôtelières de Saint-Vincent et Châtillon.

MERCREDI 22 novembre 2017

19:20 Le Conseil repousse la motion de méfiance de l’opposition envers l’assesseur Rini Le Conseil repousse la motion de méfiance de l’opposition envers l’assesseur Rini Lors de ses travaux d’aujourd’hui, mercredi 22 novembre, le Conseil de la Vallée a repoussé (à la majorité de ses voix) une motion de méfiance, déposée par l’opposition, adressée à l’assesseur à l’éducation et culture, Emily Rini, qui maintient donc ses fonctions au sein du Gouvernement. Au début de la discussion, suite à une décision de la conférence des Chefs de groupe, c’est l’assesseur meme qui a pris la parole. «Intervengo in questo momento per agevolare un dibattito costruttivo e sereno. - a affirmé Emily Rini - Non è facile per me, ma preciso che tutto ciò che dovevo dire e spiegato l'ho detto e spiegato in tempi non sospetti e nelle sedi preposte, in procedimento aperto presso la procura di Aosta. La persona informata sui fatti nella fase procedimentale è analoga a chi testimonia davanti al giudice nel processo. È la figura che mantengo tutt'oggi, come confermato dall'autorità giudiziale. Comunico la ferma intenzione di informare i colleghi e l'opinione pubblica non appena le esigenze investigative me lo permetteranno, dato che oggi sono tenuta anche in quest'Aula al segreto istruttorio, nel totale rispetto della magistratura inquirente». «Il periodo è complesso, per la politica, per i movimenti politici, per la mia famiglia, che ringrazio per essermi vicina, - a ajouté l’Assesseur à l’éducation et culture - così come ringrazio tutte le persone che in me ripongono fiducia. La mia unica colpa è essere stata ascoltata dalla magistratura come persona informata dei fatti, perché non sono nemmeno indagata. Ho letto nelle premesse della mozione con vivo stupore e amarezza di un mio presunto coinvolgimento nell'inchiesta: non è vero. La discussione oggi è inopportuna, perché la politica valdostana ha già scritto brutte pagine, condite da brutte vicende che spero trovino soluzioni favorevoli per mantenere l'immagine positiva della nostra bella Regione, anche al di fuori dei confini. Nella mozione si ricostruisce un episodio che mi vede interessata. Un episodio, non i rapporti di cui mi si accusa, confondendo in maniera irrispettosa i ruoli. La politica faccia il suo, in quest'Aula si parli dei problemi dei valdostani. Ciò non vuol dire che mi sottragga alle discussioni. Ma parlare di questioni giudiziarie si fa nel rispetto della magistratura, ad indagini concluse. Capisco le esigenze elettorali, non le condivido, mi chiedo come sia possibile muovere certe accuse. Dietro ad ogni storia ci sono delle persone». Emily Rini a donc conclu: «Ribadisco: saranno mia cura e interesse informare la comunità. Non sono attaccata dalla poltrona e rassicuro gli scettici in quest'Aula: se mai dovessi essere coinvolta penalmente nell'inchiesta, non attenderò il sollecito di nessuno. Per l'etica che ho sempre avuto, rassegnerò immediatamente le mie dimissioni da Assessore, ma oggi non è il momento di fomentare la polemica. Ricordo a questo proposito che in passato mi sono dimessa per mere questioni politiche da Presidente del Consiglio prima e da Assessore poi. Non peso in maniera diversa le condanne, come successo in quest'Aula. Il Consigliere regionale è un pubblico ufficiale, che deve assumersi le responsabilità, sempre e comunque. L'eletto ha l'onere e l'onore di rappresentare i valdostani. Ognuno di noi risponde in primis a se stesso, poi alla comunità. Mi limito quindi a chiedere rispetto per la mia persona e la mia posizione». Lors du débat, l’assesseur Aurelio Marguerettaz a pris la parole «perché più volte sono stato tirato in causa nel dibattito». Il a ensuite affirmé: «Siamo di fronte ad un'inchiesta su cui vige il segreto istruttorio. Oggi in Aula è stata letta pressoché tutta l'ordinanza, anche con elementi che sui mezzi d'informazione non erano stati pubblicati: forse un po' più di prudenza sarebbe opportuna. La minoranza è garantista solo per i suoi appartenenti, ha un doppio binario per la giustizia e per la politica. In questo contesto, per parlare di lealtà ci vuole coraggio. Con voli pindarici si è riusciti ad accostare persino un omicidio della 'ndrangheta con la separazione della collega Rini. È giusto che ci siano le indagini, che ci sia modo di difendersi senza essere messi alla gogna. La minoranza cerca di giustificare una mozione senza senso, accusandoci di non voler discutere, di non volerci confrontare. Invece è un atto che non c'entra nulla con le vicende giudiziarie, ma è un passo avanti nella campagna elettorale che, se dovesse continuare in questi termini, credo avrà molto poco successo». Du groupe de l’Union Valdôtaine, c’est également le conseiller Paolo Contoz qui, avant de la votation finale sur la motion, est intervenu en se demandant «per quale motivo questa mattina abbiamo continuato a mettere il coltello nella piaga nonostante le dimissioni già rassegnate da Perron, mentre nel pomeriggio abbiamo discusso dell'Assessore Rini, che non è nemmeno indagata. Ma sono questi i problemi dei valdostani? Cerchiamo di non trasformare quest'Aula in un tribunale ma pensiamo alle vere esigenze dei cittadini».
2 X mille

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071

Conseil de la Vallée18 Avril 2017 - 12:09

Un nouveau système de délégation en matière sanitaire? Une interpellation de l’UV

"A maintes reprises on nous a signalé, dans les bureaux et dans des structures de l’USL, la présence d’un conseiller régional qui présente des perspectives, ou donne des input…”. Le problème a été soulevé ce matin, au Conseil de la Vallée, par le conseiller Augusto Rollandin, en présentant une interpellation adressée à l’assesseur à la santé.

"Cela a mis en marche notre curiosité - a ajouté Rollandin - et on voulait comprendre s’il s’agit d’un nouveau système de délégation de particulières fonctions, à interpréter en tant que vicariato, ou en tant qu’attribution à suivre des actions spécifiques. Surtout, on souhaiterait connaitre quelles orientations ont été attribuées à ce niveau d’action, qui nous a été signalé tout particulièrement le matin, mais également pendant la journée”.

L’assesseur a répondu en réaffirmant l’autonomie de gestion de l’entreprise USL, avec l’Administration régionale qui doit rester un moment de programmation et contrôle. "Les orientations - a ajouté le conseiller Rollandin dans sa réplication - sont la logique de la politique. La gestion ne lui appartient pas. Autrement, on n’aurait pas crée l’USL et une organisation à elle même ne serait pas nécessaire”.

"Dans cette logique, - a conclu Augusto Rollandin - il faut continuer à travailler et on ne peut pas partager, par contre, les interférences avec des décisions prises, ou des orientations attribuées et qui sont à voir par l’USL. Je crois que cet éclaircissement sert aussi à éviter des malentendus à cet égard”.