Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 21 avr 2017 - 10:44

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Conseil de la Vallée

Conseil de la Vallée18 Avril 2017 - 16:44

Quels choix sur la sentence concernant les Confidi?

imprimerpartager

"Regret pour le fait que le président Marquis n’a pas fait part le Conseil régional de la sentence sur les Confidi” a été exprimé, aujourd’hui, lors de la séance en cours de l’Assemblée régionale, par le conseiller de l’Union Valdôtaine, Ego Perron.

La sentence est la numéro 15 de 2017, du Tribunal Administratif Régional et elle repousse le retour présenté par le "Confidi CTS” contre la requête de la Région de la restitution de fonds pour un total qui approche les 5 millions d’euros.

"La sentence réaffirme un principe fort, - a souligné le conseiller Perron - à savoir le fait que l’argent assigné par l’Administration aux ‘Confidi’ est à consacrer au soutien des petites et moyennes entreprises en Vallée d’Aoste. Le souhait était d’une fusion entre les deux consortiums existant en Vallée d’Aoste, mais cela ne se passa pas. Au contraire, le nouveau consortium constitué incluait un territoire bien plus ample, avec partie du Piémont et non plus seulement la Vallée d’Aoste. Voilà la raison de la requête de restitution des fonds et nos questions quant au jugement de la Junte sur ce qui s’est passé et sur les actions au programme de la part de l’Administration réginale afin de donner exécution à la sentence”.

Pour sa part, en répondant, l’assesseur a manifesté l’intention de proposer au Gouvernement, et par conséquent au Conseil, que les chiffres rendus à la Région soient remises dans le système des Confidi, afin que les entreprises locales puissent en bénéficier.

Le conseiller Perron a répliqué que "lorsqu’il y a des règles, tous - surtout ceux qui bénéficient des aides prévues par celles-ci - doivent les respecter”. Il a donc exprimé des perplexités quant au fait que la sentence pourra trouver une exécution spontanée, mais "on va suivre la question”.

imprimerpartager

ActualitésConseil de la Vallée

VENDREDI 21 avril 2017

10:39 Gelate improvvise, lavorare per sostenere i settori colpiti "Gelate improvvise, lavorare per sostenere i settori colpiti" Constatati i danni causati dalle improvvise e inattese gelate notturne di questi ultimi giorni in molte località della regione, i gruppi consiliari UV, PD-SVdA e EPAV, sentite le associazioni e alcuni produttori dei settori della viticoltura, della frutticoltura e delle produzioni orticole, si rendono fin da subito disponibili a collaborare e lavorare per proporre soluzioni, anche legislative ad hoc che, tramite una copertura finanziaria adeguata, possano sostenere i produttori delle località interessate dal grave fenomeno metereologico. Perdite di produzione importanti come quelle ipotizzate, se verranno confermate nel corso della stagione vegetativa, comporteranno un danno estremamente elevato non solo ai produttori ma all'intero sistema viticolo e ortofrutticolo valdostano che si vedranno privati di buona parte delle disponibilità di prodotto di una intera stagione senza poter quindi soddisfare le richieste di un mercato che sempre di più, invece, richiede continuità, certezza e stabilità di approvvigionamento. Alla luce di queste considerazioni le forze UV, PD-SVdA e EPAV sono assolutamente convinte che, verificata l'entità del fenomeno e quantificati i relativi danni, tutta la politica valdostana saprà lavorare con attenzione e con sinergia di intenti a sostegno dei settori colpiti.

MARDI 18 avril 2017

15:02 Aéroport: un changement de méthode difficile à comprendre Aéroport: un "changement de méthode" difficile à comprendre "J’avoue d’avoir vraiment de la peine à suivre le raisonnement de l’Assesseur”. Voilà le commentaire du conseiller unioniste Aurelio Marguerettaz suite à la réponse reçue par l’Assesseur aux transport, à une interpellation concernant la révocation de la concession à "Avda” pour la gestion de l’aéroport "Gex”. En présentant l’acte, le conseiller Marguerettaz était parti d’une déclaration de l’assesseur concernant la volonté de se rapprocher à la famille Costantino, sociétaire historique de Avda. "Je me demande - avait dit Marguerettaz - quoi cela signifie, du moment qu’une délibération avait été approuvée pour révoquer la concession, décision prise sur la base d’éléments graves”. Le conseiller du Groupe UV avait donc rappelé que l’exécution de l’acte, remontant au mois d’octobre 2015, avait été ralentie suite à des recours au Tribunal Administratif Régional, qui - en 2016 - avait sentence en faveur de la légitimité de la délibération. "Je ne vous demande donc pas - a tonné Aurelio Marguerettaz - quand vous allez révoquer. Les temps ont un caractère technique, on le sait. La question est si vous êtes intentionnés à révoquer, car la volonté de se rapprocher à la famille Cosentino est vraiment peu compréhensible”. Lors de sa réponse, l’Assesseur a sonné à nouveau le refrain du changement de méthode, avec le respect et le dialogue en tant que critères fondamentaux. En plus de cela, il a dit que le Gouvernement valdôtain n’est pas intentionné à annuler la délibération de révocation, élément dont le conseiller Marguerettaz, dans la réplication, s’est dit "heureux”, mais en offrant un conseil à l’Assesseur: "lorsqu’on a des contentieux, il vaut mieux de laisser parler les avocats, les bureaux légaux que de s’inventer des procédures extravagantes”. 12:09 Un nouveau système de délégation en matière sanitaire? Une interpellation de l’UV Un nouveau système de délégation en matière sanitaire? Une interpellation de l’UV "A maintes reprises on nous a signalé, dans les bureaux et dans des structures de l’USL, la présence d’un conseiller régional qui présente des perspectives, ou donne des input…”. Le problème a été soulevé ce matin, au Conseil de la Vallée, par le conseiller Augusto Rollandin, en présentant une interpellation adressée à l’assesseur à la santé. "Cela a mis en marche notre curiosité - a ajouté Rollandin - et on voulait comprendre s’il s’agit d’un nouveau système de délégation de particulières fonctions, à interpréter en tant que vicariato, ou en tant qu’attribution à suivre des actions spécifiques. Surtout, on souhaiterait connaitre quelles orientations ont été attribuées à ce niveau d’action, qui nous a été signalé tout particulièrement le matin, mais également pendant la journée”. L’assesseur a répondu en réaffirmant l’autonomie de gestion de l’entreprise USL, avec l’Administration régionale qui doit rester un moment de programmation et contrôle. "Les orientations - a ajouté le conseiller Rollandin dans sa réplication - sont la logique de la politique. La gestion ne lui appartient pas. Autrement, on n’aurait pas crée l’USL et une organisation à elle même ne serait pas nécessaire”. "Dans cette logique, - a conclu Augusto Rollandin - il faut continuer à travailler et on ne peut pas partager, par contre, les interférences avec des décisions prises, ou des orientations attribuées et qui sont à voir par l’USL. Je crois que cet éclaircissement sert aussi à éviter des malentendus à cet égard”. 11:10 Le chemin de fer a fait l’objet d’une interpellation de l’Union Valdôtaine Le chemin de fer a fait l’objet d’une interpellation de l’Union Valdôtaine Le chemin de fer a fait l’objet du débat au Conseil de la Vallée, aujourd’hui, grâce à une interpellation des conseillers de l’Union Valdôtaine, qui a été illustrée par le conseiller Aurelio Marguerettaz lors des travaux. "Nous sommes dans le domaine des slogan, des déclarations éclatantes - a-t-il dit - et les données son totalement absentes. Voilà pourquoi notre interpellation est assez longue. L’assesseur Restano a été en majorité, il connaitra sans doute certains éléments, mais pour éviter tout mépris nous avons voulu les rappeler dans notre acte, afin qu’il en reste une trace, mais aussi pour comprendre si l’Administration veut procéder sérieusement ou seulement par des déclarations”. En plus de cela, a souligné Marguerettaz, "on a remarqué que l’Assesseur a tenu a diffuser l’approbation d’une délibération pour le Comité de pilotage de la loi sur le chemin de fer. Très bien qu’un acte ait été approuvé, mais le Comité s’était déjà réuni”. Suite à la réponse de l’Assesseur, le conseiller Marguerettaz a répliqué "je confesse que je m’attendais pire. Voilà donc que je suis moitié satisfait et l’autre moitié insatisfait. Je suis d’accord, par exemple, qu’il ne puisse pas être une requête de Rfi à conditionner les travaux sur la ligne Aoste/Pré-Saint-Didier. Dans la loi on a écrit qu’on va ouvrir à nouveau ce tronçon, non qu’on fera un numéro prédéterminé de courses quotidiennes. Il faut faire un raisonnement qui n’ait pas d’obligations”. Pour ce qui est des éléments moins satisfaisants, le conseiller Marguerettaz a souligné: "aujourd’hui l’Assesseur nous dis que l’étude pour améliorer la ligne va couter un million 460mille euros. Je rappelle que notre budget pour cette voix est de 500mill euros. Le restant doit être mis par Rfi. Mes souvenirs sont que les rails présentent un montant de 15 millions, et le même chiffre est nécessaire pour l’amélioration des rayons des détours. Si Rfi est disposée à payer 30 millions d’euros, elle n’aura pas de problèmes à en dépenser un pour une étude”. Enfin, Marguerettaz a tenu à souligner: "le tronçon Aoste/Pré-Saint-Didier n’a pas été suspendu par la Région. Rfi a demandé ‘Ou voulez vous qu’on mette les fonds à disposition?’. Nous avons répondu: sur le tronçon Aoste-Turin et voilà que la société a suspendu le tronçon. Non la Région”. 09:26 L’UV sollicite au Conseil la nomination du nouveau Directeur général USL L’UV sollicite au Conseil la nomination du nouveau Directeur général USL En répliquant à l’assesseur à la Santé sur une réponse à question immédiate concernant la nomination du Directeur général, le conseiller Auguste Rollandin, aujourd’hui au Conseil de la Vallée, a souligné que "les temps sont assez long et depuis le 17 janvier dernier on n’a plus le directeur général en fonction”. "Je comprends la nécessité d’évaluer les candidatures, mais l’aspect qui nous tracasse est que jusqu’à la moitié de mai on n’aura pas le nouveau Directeur. - a ajouté Rollandin - Cependant, entretemps, l’adresse politique n’a pas changé. Le orientations que le Directeur général devra appliquer sont connues, prévues par le plan sanitaire régional. C’est une exigence ponctuelle. On est là à solliciter, afin qu’il soit nommé dans le plus bref délai”.

MERCREDI 12 avril 2017

11:14 Séance du Conseil, mardi et mercredi prochains: les initiatives de l’UV Séance du Conseil, mardi et mercredi prochains: les initiatives de l’UV Le Conseil de la Vallée se réunira en séance ordinaire mardi 18 et mercredi 19 avril 2017, avec début à 9h chaque jour, afin d’examiner un ordre du jour composé par 26 objets, parmi lesquels 7 interrogations et 12 interpellations. Parmi les initiatives de notre Groupe, nous signalons les interrogations déposées avec le PD-SVdA et l’Edelweiss Popolare Autonomista Valdostano concernant: les temps de la nomination du Directeur général de l’USL; la présentation à la Commission compétente de l’ébauche de Plan socio-sanitaire régional; le personnel chargé d’assurer l’aide technique aux usagers pour les opération de payement des tickets à l’Hôpital régional. Quant aux interpellations, nous en avons présenté une avec les groupes EPAV et PD-SVdA sur la dotation du WiFi sans limites dans les hôpitaux "Parini” et "Beauregard”, ainsi que d’autres trois avec le PD-SVdA à l’égard: du manque d’attribution des fonctions de Directeur administratif de l’Institut Musical Paritaire de la Vallée d’Aoste; des actions visant à sauvegarder l’USL et la Région vis-à-vis des responsables de conduites administratives irrégulières; de la prédisposition de projets pour la réalisation d’un efficace système musical valdotain. Avec l’EPAV, ensuite, nous avons déposé deux interpellations concernant la présentation du "Plan stratégique d’interventions” pour l’élargissement du transport public et la révocation de la convention entre la Région et la société AVDA spa pour la gestion de l’aéroport. Enfin, en tant que groupe de l’Union Valdotaine, nous avons inscrit deux interpellations relatives au partage d’orientations avec les responsables de l’USL et à la sauvegarde du crédit de la Région vers Confidi CTS, la coopérative valdotaine de garantie pour le commerce, le tourisme et les services. Les travaux de l’Assemblée seront diffusés en direct sur le site du Conseil de la Vallée (www.consiglio.vda.it), sur la chaine YouTube de l’Assemblée (www.youtube.it/user/consvda), en plus que sur la chaine du numérique terrestre "TV Vallée” (n° 15).

MARDI 11 avril 2017

15:26 Casinò: UV, Pd-SVdA e EPAV hanno avviato un confronto con i Sindacati Casinò: UV, Pd-SVdA e EPAV hanno avviato un confronto con i Sindacati Un primo incontro, che ha segnato l’avvio di un confronto in pianta stabile su un dossier strategico come quello del Casinò, promosso per creare un raccordo con i rappresentanti dei lavoratori, anche nell’ottica di disporre delle informazioni chieste più volte alla proprietà, cioè l’attuale Assessore alle finanze e la Giunta, ma mai ottenute. È unanime il giudizio dei gruppi dell’Union Valdôtaine, dell’Edelweiss Popolare Autonomista Valdostano e del Partito Democratico-Sinistra VdA riguardo la riunione tenutasi nel tardo pomeriggio di ieri, lunedì 10 aprile 2017, tra le tre forze di opposizione in Consiglio regionale e le Organizzazioni sindacali della Casa da gioco di Saint-Vincent. Durante l’incontro - a fronte delle preoccupazioni manifestate dai Consiglieri dei tre Gruppi, rispetto a un cammino intrapreso dalla maggioranza particolarmente distante dalle scelte logiche assunte dalla Giunta Rollandin e foriero di molteplici incognite - sono emerse analoghe perplessità, incognite ed aspetti non ancora chiariti da parte dei Sindacati, in particolare rispetto alla qualità della soluzione rappresentata dalla proroga dei procedimenti di licenziamento collettivo e degli "esodati”. L’avvio del dialogo con i rappresentanti delle maestranze di Saint-Vincent si è rivelato particolarmente utile, nella consapevolezza reciproca della differenza dei ruoli politico e sindacale, anche in vista del primo confronto sul tema del Casinò che, dopo averlo richiesto lungamente, è stato finalmente accordato per giovedì prossimo 13 aprile, in Commissione. I gruppi dell’Union Valdôtaine, dell’Edelweiss Popolare Autonomista Valdostano e del Partito Democratico-Sinistra VdA tenevano inoltre a manifestare alle Organizzazioni sindacali la prossimità su un tema cruciale per la Valle, quale il futuro della Casa da gioco e degli uomini e delle donne che ogni giorno vi lavorano, che si estrinsecherà in un’attenzione continua alla situazione.

VENDREDI 7 avril 2017

16:35 Tous nos tracas sur la situation du Casinò: une conférence de presse d’UV, PD-SVdA et EPAV Tous nos tracas sur la situation du Casinò: une conférence de presse d’UV, PD-SVdA et EPAV Une conférence de presse non seulement pour avancer quelques unes des initiatives en vue de la prochaine séance du Conseil (au programme pour mardi 18 e mercredi 19 avril), mais surtout - comme l’a expliqué le conseiller Aurelio Marguerettaz - pour "retourner sur le thème du Casinò”, car "lors du débat de cette semaine un tas de choses ont été dites et il n’est pas facile pour la presse de faire une synthèse”, mais "le risque et de voir les espaces occupés par des non-nouvelles, par de la démagogie”. Voilà l’initiative promue aujourd’hui par notre groupe, ensemble aux collègues du Partito Democratico-Sinistra valdostana et de l’Edelweiss Popolare Autonomista Valdostano. "Notre tracas - a ajouté Marguerettaz - est que la Maison de jeu soit colonisée par des sujets étant passés par le Casinò de Campione d’Italia. Peut-Être ce n’est qu’un hasard, mais nous assistons à une présence encombrante de toute une série de personnages passés par là. J’ai conseillé à l’assesseur Chatrian d’être pas trop enthousiaste sur cela: Campione a fait des coupures sur le personnel, pour un montant dépassant les vingt millions d’Euros, mais il continue à perdre”. "Je suis encore plus tracassé - a continué le conseiller Marguerettaz - parce que le jour suivant le Conseil, un autre appel d’offres a été publié et, au contraire des cinq précédents, il introduit une nouveauté: on parlait dans les autres de professionnels, d’experts, tandis que dans celui-ci on parle d’une société”. ”Dans mon allocution au Conseil - a dit encore Aurelio Marguerettaz - j’ai parlé de la ‘Considi’. Si vous allez contrôler le portfolio de cette société, toujours par hasard, vous trouvez les Casinò de Campione et de Venise. Il y a, de plus, une autre constante, représentée par Carlo Pagan, actuel administrateur de Campione et précédent administrateur de Venise. Or, si la performance de Campione était digne du ‘Guinness’, on serait tous contents, mais si l’on regarde les revues de presse on voit que là il n’y a pas d’enthousiasme. Bien au contraire, des élections sont aux portes à Campione et le Casinò tient la scène et on entend de tout et son contraire. Nous réaffirmons notre invitation à la prudence…”. "Nous sommes tracassés surtout par les réelles volontés d’intervention. - a ajouté le conseiller Augusto Rollandin - Lors de la discussion avec les travailleurs, un aspect avait surfacé et tous se levaient pour souligner qu’il était juste: celui des financements. Maintenant, au Conseil, nous avons eu droit à deux versions différentes: celle ‘on va trouver les ressources’ et celle ‘on va trouver d’autres systèmes’. Sans l’argent, il est impossible de décider des prorogations sur les démissions et sur les ‘esuberi’. Le plus on avance, le plus il sera difficile de retrouver la clé du problème. A présent on dis ‘il faut faire un plan’. Qui va le faire? Ceux qui ont produit les résultats qu’on a entendu au Casinò de Campione? La discussion au Conseil a été déroutée, mais ces aspects restent et n’ont pas été débattus, ni soumis à la Commission compétente”. Par un communiqué conjoint dans les heures après la conférence, les trois groupes ont aussi exprimé leur tracas pour "l’évolution de la procédure de réduction du cout du personnels entamé aux sens de la loi 223 de 1991”, en reprenant un tracas soulevé aussi par les organisation syndicales, suite à la signature de la prorogation de la procédure de démissions. "Nous croyons plus important que jamais une confrontation avec les représentants des travailleurs”, ont écrit UV, PD-SVdA et EPAV. La rencontre se déroulera lundi prochain, 10 avril, à 17h, au Palais régional. A ces réflexions, le conseiller Rollandin a ajouté une considération, en revenant sur le recours porté par l’Union Valdôtaine sur les procès verbaux concernant la séance du Conseil de la Vallée du 10 mars dernier. "Il s’agit d’une défense du Statut spécial. - a-t-il commenté - car à cette occasion l’article 21 du Statut, portant sur la présence au Conseil, n’a pas été appliqué. On n’attaque personne. Nous entendons que l’Autonomie part du Statut et celui du 10 mars a été un véritable affront au Statut. Tout le reste ne sont que des allégations”. Lors de la conférence, les groupes ont fait le point sur les initiatives au programme pour le prochain Conseil. Le PD-SVdA se penchera surtout sur la santé, l’EPAV sur les travaux publics, tandis que l’Union Valdôtaine présentera entre autres deux interpellations sur le monde des transports: une sur le chemin de fer, l’autre sur l’aéroport.

JEUDI 6 avril 2017

18:16 Plan d’investissements pour les Communes: les promesses restent des promesses Plan d’investissements pour les Communes: les promesses restent des promesses Déception a été exprimée hier, lors de la dernière partie des travaux du Conseil de la Vallée, pour le repoussement d’une motion - présentée par les groupes de l’Union Valdôtaine, de l’Epav et du Pd-SVdA - qui portait sur le Plan extraordinaire d’investissements pour les Communes 2017. Tout particulièrement, le texte visait à financer, au moment de l’ajustement du budget, les ressources nécessaires à financer toutes les oeuvres demandées pour les collectivités locales. "Aujourd’hui - a dit le conseiller Testolin en prenant la parole pendant le débat - nous prenons acte que les promesses d’élargir ce document restent des promesses”. La majorité n’a pas accueilli la motion dans la version déposée et a proposé un amendement qu’on n’a pas accepté, car il dénaturait l’esprit de la proposition. Cependant, a rappelé Renzo Testolin, "à partir de l’approbation du budget régional, un parcours avait été partagé à ce sujet”, ce qui est remanié par cette décision. "Les petites entreprises - a ajouté le conseiller unioniste - sont en train de patir la crise davantage par rapport à d’autres et ces ouvrages peuvent représenter une bouffée d’oxygène. De plus, la réactivité des communes, dans la présentation des projets, a été remarquable. Tout en prenant acte de la bonne volonté du Gouvernement, les mots de l’assesseur constituent une bonne intention, mais ne représentent pas un engagement politique formel, à même d’offrir une assurance ponctuelle”. C’est pourquoi, afin de faire ressortir les contradictions dans la conduite de l’Exécutif, que l’amendement n’a pas été accepté et la motion a été maintenue en votation avec le texte original. Elle a été repoussée avec 15 voix des groupes d’opposition et 17 abstentions de la majorité (qui n’arrivait pas même à 18 en ce moment-là!).
2 X mille

le coin du président29 Mars 2017 - 12:18

L’acte final d’un projet conduit de manière maline L’acte final d’un projet conduit de manière maline Quelqu’un pourrait se demander, à juste titre, qu’en est de la politique et de son devoir de service. En regardant ce qui s’est passé au Conseil de la Vallée il est difficile de donner des réponses pouvant permettre aux gens de comprendre. Dans les derniers jours on a vécu une profonde crise, comme cela peut arriver en politique. Mais les crises demandent des réponses et lorsque celles–ci sont évitées et ignorées tout devient irrationnel et incompréhensible. Normalement les majorités voient le jour sur base d’accords de programmes et les volontés qui les soutiennent travaillent à la réalisation de points programmatiques. Par contre, dans ces jours, le seul objectif était celui de la « substitution », un désir qui, pour s’affirmer, a conduit à violer toutes les règles qui sont à la base de la démocratie participative de l’institution du Conseil de la Vallée. Le Président du Conseil s’est conduit en partisan en défense des choix et des volontés des groupes politiques de la constituante nouvelle majorité. Il l’a fait avec un comportement censurable dont on n’a pas mémoire et qui ne le placera certainement pas parmi les figures institutionnelles du Pays d’Aoste dignes de mémoire. Mais celui-ci n’a été que l’acte final d’un projet qui bouillonnait depuis pas mal de temps pour nous abattre et qui a été conduit de manière maline, en prenant comme prétexte le Président de la Région lorsque les vrais objectifs, soigneusement cachés, ont été et restent d’autres. Parmi ceux-ci nous devons inscrire en tout premier, le désir et l’obsession de vouloir combattre et affaiblir l’Union Valdôtaine. Nous avons eu parfois tendance à l’oublier, mais il suffit de revenir avec la mémoire au passé pour constater que celle-ci n’est que la réplique d’une copieuse série de tentatives du passé. L’autre volonté a été celle de la « substitution ». Elle a été conduite par ceux qui avaient déjà essayé, sans succès, de s’assoir sur les fauteuils du pouvoir. Cette fois le désir d’y parvenir était si fort qu’il les a portés à former une majorité éphémère, constituée par un groupement de personnes et d’idées qui ont pu trouver une synthèse, non pas sur des projets mais, uniquement, en se coalisant contre quelque chose. Mais, à présent, le moment est arrivé de faire quelque chose « pour » et non « contre », ce qui est assez plus difficile. On verra bien qu’est-ce-que en sera des proclames lancés dans ces derniers temps. Il y de quoi ne pas être rassurés lorsqu’on constate, dans cette majorité hybride, la présence inquiétante de certains personnages drôles, qui conseilleraient aux Valdôtains d’accrocher les ceintures de sécurité.

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181 FAX +39 0165 364289
siegecentral@unionvaldotaine.org
PI 80007410071

Conseil de la Vallée18 Avril 2017 - 16:44

Quels choix sur la sentence concernant les Confidi?

"Regret pour le fait que le président Marquis n’a pas fait part le Conseil régional de la sentence sur les Confidi” a été exprimé, aujourd’hui, lors de la séance en cours de l’Assemblée régionale, par le conseiller de l’Union Valdôtaine, Ego Perron.

La sentence est la numéro 15 de 2017, du Tribunal Administratif Régional et elle repousse le retour présenté par le "Confidi CTS” contre la requête de la Région de la restitution de fonds pour un total qui approche les 5 millions d’euros.

"La sentence réaffirme un principe fort, - a souligné le conseiller Perron - à savoir le fait que l’argent assigné par l’Administration aux ‘Confidi’ est à consacrer au soutien des petites et moyennes entreprises en Vallée d’Aoste. Le souhait était d’une fusion entre les deux consortiums existant en Vallée d’Aoste, mais cela ne se passa pas. Au contraire, le nouveau consortium constitué incluait un territoire bien plus ample, avec partie du Piémont et non plus seulement la Vallée d’Aoste. Voilà la raison de la requête de restitution des fonds et nos questions quant au jugement de la Junte sur ce qui s’est passé et sur les actions au programme de la part de l’Administration réginale afin de donner exécution à la sentence”.

Pour sa part, en répondant, l’assesseur a manifesté l’intention de proposer au Gouvernement, et par conséquent au Conseil, que les chiffres rendus à la Région soient remises dans le système des Confidi, afin que les entreprises locales puissent en bénéficier.

Le conseiller Perron a répliqué que "lorsqu’il y a des règles, tous - surtout ceux qui bénéficient des aides prévues par celles-ci - doivent les respecter”. Il a donc exprimé des perplexités quant au fait que la sentence pourra trouver une exécution spontanée, mais "on va suivre la question”.