Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 18 jan 2018 - 14:16

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Conseil de la Vallée

Conseil de la Vallée

LUNDI 30 octobre 2017

16:49 L’activité du Gouvernement valdôtain dans sa séance hebdomadaire L’activité du Gouvernement valdôtain dans sa séance hebdomadaire Parmi les différentes délibérations approuvées aujourd’hui, lundi 30 octobre, par le Gouvernement valdôtain, le cas est de signaler celles concernant : le virement de la subvention de 500 euros pour le recyclage professionnel des enseignants pour l’année scolaire 2017/8, en établissant l’allocation globale de 999mille 500 euros ;  l’assignation de financements extraordinaires aux institutions scolaires secondaires de premier et deuxième degré, liés à la réalisation du projet « Classes de neige », pour l’année 2017/8, pour un chiffre de 41mille 500 euros. Les institutions scolaires assignataires de financements concernant le projet doivent participer, par des fonds à eux, dans la mesure d’aux moins 15% des frais nécessaires aux actions qui feront l’objet du soutien ;  l’organisation d’activités didactiques pour les écoles qui se dérouleront au cours de l’année scolaire 2017/8 auprès des châteaux Gamba, Sarriod de la Tour de Saint-Pierre, Sarre et Issogne, dans les sièges d’exposition Centre Saint-Bénin et Musée Archéologique Régional et auprès de l’aire mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans à Aoste, pour un montant total de 40mille euros ;  la participation de la Structure activités d’exposition à la manifestation XXVIe Salon du livre alpin, qui se déroulera à Grenoble, en France, du 10 au 12 novembre prochains, et la réalisation de l’exposition « Pietra, carta, carbone. I frottages di Ernesto Oeschger ed Elisabetta Hugentobler » auprès de l’Aire mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans, à Aoste, du 10 novembre 2017 au 6 mai 2018 ;  l’approbation du projet « Montagna abitata – Mab », dans le cadre du Programme de coopération transfrontalière V-A Italie-Suisse 2014/20 (FESR), défini par la Structure analyses scientifiques et projets cofinancés de l’Assessorat à l’éducation et culture, en partenariat avec la Chambre valdotaine, pour un montant global de 992mille 822 euros, dont 843mille 898,70 à la charge du FESR et 148mille 923,30 revenant aux contreparties publiques nationales ;  l’approbation du projet « MINERALP-Promozione del Patrimonio Geologico e Naturalstico tra Italia e Svizzera», dans le cadre du Programme de coopération transfrontalière V-A Italie-Suisse 2014/20 (FESR), défini par la Structure analyses scientifiques et projets cofinancés de l’Assessorat à l’éducation et culture, en partenariat avec le Parc du Mont Avic, pour un montant global de 1million 816mille euros, dont 1 million 543mille 600 à la charge du FESR et 272mille 400 revenant aux contreparties publiques nationales ;  l’approbation, pour la saison d’hiver 2016/7, du soutien aux frais du service de secours sur les pistes de ski nordique, ainsi que la répartition y afférente entre les sociétés de gestion, ou les chargés de gestion, pour un montant de 111mille euros. 

LUNDI 23 octobre 2017

15:37 Le nouveau Gouvernement se présente aux médias Le nouveau Gouvernement se présente aux médias Première conférence de presse aujourd’hui, lundi 23 octobre, au Palais régional, pour le nouveau Gouvernement valdôtain. Parmi les délibérations adoptées, le cas est d’en signaler celles concernant : - la concession à titre gratuit – illustrée à la presse par l’assesseur au budget, finances et sociétés contrôlées, Ego Perron - d’un immeuble propriété de la Région sis au lieu-dit Chavonne, à Villeneuve. Cet espace sera remis au Comité régional de la Croix Rouge Italienne, afin d’y abriter les premiers procédés d’accueil, et notamment le « screening » sanitaire, des migrants qui arrivent en Vallée d’Aoste, en plus d’y effectuer d’autres activités institutionnelles de l’Association ; - l’organisation, de la part de l’Assessorat à l’éducation et culture, d’une série d’activités de valorisation et promotion du Parc et Musée archéologique de Saint-Martin-de-Corléans d’Aoste, pour le mois de novembre et décembre prochains. Dans le détail, le calendrier prévoit : vendredi 3 novembre (à 20h30), une conférence au thème « Area megalitica, una risorsa per il quartiere e la città di Aosta », par les soins de Guido Cossard ; samedi 4, des visites guidées au site, enrichies par des performances de danse ; dimanche 5, l’exhibition de groupes et formations folkloriques, à l’occasion de l’Exposition-marché des antiquités du quartier ; vendredi 10, l’inauguration de l’exposition de la collection inédite de tiges antropromorphiques ; samedi 11 (jour du Patron du quartier), des visites guidées, par les archéologues de la Surintendance aux biens culturels, qui soigneront également, à 20h30, dans la salle de la paroisse, la conférence « Sulle orme di San Martino di Tour. Da soldato di Roma ad Apostolo delle Gallie » ; - la participation de la Région, dont a parlé aux journalistes l’assesseur au Tourisme et Sports, Aurelio Marguerettaz, au « Ski Pass » de Modena, au programme pour le 27 octobre. « Nous nous présentons à ce rendez-vous – a-t-il dit l’assesseur – avec un bouquet d’initiatives internationales que la Vallée d’Aoste a mérité sur le camp, ainsi qu’avec la reconnaissance de La Thuile en tant que station de ski adéquate à accueillir la récupération de compétitions de la Coupe du monde de ski ». L’assesseur Marguerettaz sera en outre parmi les rapporteurs d’un colloque au thème « Quota Futuro – I nuovi progetti di collegamento per lo sviluppo del turismo di montagna », auquel participera également le président de la Fisi Flavio Roda ; - l’attribution du mandat, à l’Office régional du tourisme, à devenir leader, en accord avec des partenaires institutionnels suisses, dans un projet sur le ski-alpinisme. « La vision du Gouvernement – a dit à ce sujet l’assesseur Marguerettaz – est celle d’une montagne plurielle. L’exigence de base est de coordonner les pistes et cette activité est compatible au ski-alpin. Il suffit, par ailleurs, de se rendre dans une boutique d’équipements sportifs pour comprendre quel espace remarquable occupe maintenant le ski-alpinisme ». En conclusion de la rencontre, le président de la Région a souligné le travail, déployé au cours de la semaine dernière, dans différentes rencontres avec la Sitrasb, la Sisex, le président du Canton du Valais, l’Anas et le Ministère, afin d’assurer une réouverture en sureté du tunnel du Grand-Saint-Bernard, en respectant les délais communiqués par la société gestionnaire, à savoir le 30 novembre prochain.

VENDREDI 20 octobre 2017

08:47 La nouvelle composition des Commissions du Conseil La nouvelle composition des Commissions du Conseil Lors de sa dernière séance, le Conseil de la Vallée, suite à l’installation de la nouvelle majorité et à l’élection du nouveau Gouvernement, a reconstitué les Commissions. Celles-ci, se sont réunies tout de suite après les travaux de l’Assemblée et ont nommé leurs Présidents, Vice-présidents et Secrétaires. Première Commission "Institutions et Autonomie” : David Follien (UV), Président; Nello Fabbri (UVP), Vice-président; Paolo Cretier (PD-SVdA), Secrétaire; Joël Farcoz (UV), André Lanièce (EPAV), Carlo Norbiato (AC-SA-PNV), Alberto Bertin (GM), Elso Gerandin (GM), Stefano Ferrero (M5S), membres. Deuxième Commission "Affaires générales”: Renzo Testolin (UV), Président; David Folllien (UV), Vice-président; Nello Fabbri (UVP), Secrétaire; Joël Farcoz (UV), Albert Chatrian (ALPE), Roberto Cognetta (M5S), Pierluigi Marquis (AC-SA-PNV), membres. Troisième Commission "Aménagement du territoire”: Luca Bianchi (UV), Président; Vincenzo Grosjean (UVP), Vice-président; Paolo Cretier (PD-SVdA), Secrétaire; Giuseppe Isabellon (UV), Stefano Borrello (AC-SA-PNV), Fabrizio Roscio (ALPE), Claudio Restano (AC-SA-PNV), membres. Quatrième Commission "Développement économique”: Paolo Contoz (UV), Président; Marilena Péaquin (UV), Vice-président; Luca Bianchi (UV), Secrétaire; Vincenzo Grosjean (UVP), Claudio Restano (AC-SA-PNV), Patrizia Morelli (ALPE), Andrea Padovani (GM), membres. Cinquième Commission "Services sociaux”: Nello Fabbri (UVP), Président; Paolo Cretier (PD-SVdA), Vice-président; André Lanièce (EPAV), Secrétaire; Renzo Testolin (UV), Elso Gerandin (GM), Antonio Fosson (AC-SA-PNV), Chantal Certan (ALPE), membres.

LUNDI 16 octobre 2017

16:24 Séance ordinaire du Conseil de la Vallée: mardi 17 et mercredi 18 octobre Séance ordinaire du Conseil de la Vallée: mardi 17 et mercredi 18 octobre Le Conseil de la Vallée est convoqué pour demain, mardi 17, et après-demain, mercredi 18 octobre, à 9h, en séance ordinaire. L’ordre du jour se compose, au total, de onze points. Ce sera la première réunion après l’installation de la majorité soutenue par l’Union Valdôtaine, exprimant un nouveau Gouvernement. En plus d’examiner différentes initiatives des Groupes d’opposition (dont une interrogation et quatre interpellations), les conseillers seront appelés à reconstituer les Commissions permanentes du Conseil. Les travaux de l’Assemblée seront diffusés en direct sur le site du Conseil de la Vallée ( www.consiglio.vda.it ), sur le compte YouTube du Conseil ( www.youtube.it/user/consvda ), ainsi que sur la chaine télévisée "TV Vallée” (n° 15 du numérique hertzien).

VENDREDI 13 octobre 2017

18:44 Le nouveau Gouvernement valdôtain a été élu Le nouveau Gouvernement valdôtain a été élu Le nouveau Gouvernement valdôtain a été élu. Après un débat qui s’est déroulé jusqu'à 17h d’aujourd’hui, vendredi 13 octobre, le président Laurent Viérin et les assesseurs Marguerettaz, Perron, Rini, Bertschy, Nogara, Baccega et Guichardaz ont été votés par l’Assemblée. Le chef de l’Exécutif a remporté 21 voix favorables et de même il en a été pour le Gouvernement. Vingt-et-un est, en fait, le chiffre de la majorité composée par les Groupes de notre Mouvement, avec l’Union Valdôtaine Progressiste, le PD-SVdA et l’EPAV. Lors du débat de l’après-midi, le conseiller de l’Union Valdôtaine Aurelio Marguerettaz a souligné «la volontà di impegnarsi e agire. Il mondo non è iniziato il 10 marzo e sicuramente non finirà il 13 ottobre. In questo lasso di tempo non sono state fatte solo cose negative, proprio come prima del 10 marzo e dopo il 13 ottobre. Nei discorsi di oggi ho sentito il giacobinismo peggiore, in cui si è integralisti, in cui da una parte c'è il bene e dall'altra il male. Chiedo all'ex maggioranza di guardare a ciò che si è fatto in questi mesi: avete compiuto delle azioni basandovi su quanto già imbastito. È insopportabile sentirvi disconoscere il bene fatto in Valle d'Aosta grazie all'Union Valdôtaine e all'autonomia, così come sentirvi dire che siete stati voi a dare la svolta, mentre invece avete solo cambiato il vestito. Andateci piano con le promesse elettorali. Il nostro è un progetto credibile, nobile, che vuole unire tutti i valdostani, stanchi di questa politica, ma anche delle lotte tra di noi. Chi è senza peccato scagli la prima pietra: oggi dobbiamo essere tutti più prudenti. In questi mesi ci avete insegnato che le leggi possono essere approvate in due o tre giorni, che le audizioni possono essere ritenute non necessarie, Consigli in cui non ci sono urgenze. Noi vogliamo occuparci dei problemi dei valdostani; uno su tutti, avere da ANAS la garanzia per cui il Colle del Gran San Bernardo resti aperto finché non c'è la neve, in modo da evitare disastri per i lavoratori, per il turismo e l'economia locale. Cerchiamo, tutti insieme, maggioranza e opposizione, di pensare alla nostra comunità». Avant des deux votations (pour l’élection du Président et du Gouvernement dans son ensemble), le conseiller Augusto Rollandin a exprimé de la gêne à l'égard du débat: «On a beaucoup parlé d'aspects personnels et peu d'aspects politiques. Je veux rappeler que la loi électorale a été approuvée grâce à la contribution de presque toutes les forces politiques: son objectif était, en effet, celui de garantir, grâce à la prime de majorité, une stabilité gouvernementale, et cela afin d'éviter tout ce qui s'est passé au cours de cette Législature. Dans sa première partie, il y a eu des gouvernements qui étaient conséquents au résultat électoral, par contre le gouvernement né le 10 mars ne l'était pas. Pour nous, ce gouvernement a été une parenthèse "d'annunci" et "de nomine". Aujourd'hui on veut réparer à cette situation. En confirmant les Conseillers qui étaient déjà présents dans les gouvernements précédents, nous avons voulu donner continuité et confiance aux personnes qui ont des compétences et qui connaissent les dossiers.» Ha quindi proseguito: «La gente si aspetta che questo nuovo governo cominci subito a lavorare e io credo che troveremo il modo di produrre dei risultati. Senza troppe parole, ma con fatti. Perché quando si vuole strafare a livello dialettico, di solito si fa un buco a livello pratico. Noi riteniamo che questo governo darà forza al nostro progetto politico e cercheremo di dare delle risposte ai cittadini. Noi come Union Valdôtaine lavoriamo sui principi, non facciamo la guerra contro qualcuno. Perché la rabbia, in politica, non paga». 10:39 Le Conseil est réuni pour élire le nouveau Gouvernement valdôtain Le Conseil est réuni pour élire le nouveau Gouvernement valdôtain Le Conseil de la Vallée, convoqué pour l’élection du Président et du Gouvernement régional, a ouvert ses travaux ce matin, par l’allocution du Chef de Groupe de l’Union Valdôtaine, Ego Perron, qui a expliqué le sens de la proposition avancée avec les collègues de l’Union Valdôtaine Progressiste, du PD-SVdA et de l’EPAV. Le conseiller unioniste a parcouru les événements des derniers temps: «Il 4 ottobre scorso, avevamo chiesto un gesto di responsabilità e di coscienza da parte del Presidente Marquis. Nous avions pris acte d'une situation de crise caractérisée par un manque de projet politique et de partage des dossiers les plus importants. Nous avions demandé au Président de prendre acte qu'il n'avait plus une majorité et nous avions demandé ses démissions. La maggioranza non disponeva più dei numeri in Aula: non c'erano più le condizioni per quella proposta politica di continuare a governare la Regione. Malgrado la risoluzione fosse stata approvata, l'assunzione di responsabilità non c'è stata: ci è stato chiesto di seguire i percorsi previsti dalla legge e abbiamo quindi depositato la mozione di sfiducia costruttiva. Abbiamo lavorato, alla luce del sole, per dare alla Valle d'Aosta un governo in grado di governare pienamente legittimato, con una nuova proposta politica, frutto di una negoziazione tra forze che hanno lavorato in modo trasparente, cercando di coinvolgere anche altri movimenti che hanno poi seguito altri percorsi. Un progetto che inizia ora e che guarda ai prossimi anni in una prospettiva di salvaguardia dell'autonomia». «Oggi assistiamo nuovamente ad un dibattito tra centralismo e regionalismo: - a ajouté le Chef de groupe Perron - per noi, oggi, è necessaria l'unione delle forze unioniste, autonomiste e di centro sinistra per la difesa delle prerogative statutarie della Valle. Saremo fortemente impegnati nelle trattative con lo Stato per stabilire un'equa ripartizione che non penalizzi la Valle d'Aosta, affinché questa possa disporre di risorse da essere utilmente impegnare per favorire la ripresa e il benessere della nostra comunità. Nous sommes convaincus que c'est déjà dans l'immédiat que nous pouvons créer ces conditions: voilà le projet politique que nous présentons aujourd'hui dans cette Salle. Un progetto che prende corpo oggi ma che è a lungo termine: per rinnovare il sistema di gestione della cosa pubblica, agendo con criteri di condivisione e di trasparenza». «Ci assumiamo la responsabilità di proporre un governo che in un lasso brevissimo cerchi di dare le risposte ai problemi più urgenti. - a continué Perron - La Giunta che proponiamo prevede lo stesso numero di componenti di quella dimissionaria, al fine di dare un segnale di razionalizzazione. Siamo soddisfatti di aver lavorato con l'intento di superare la frammentazione politica, che non è sicuramente un valore aggiunto per la politica valdostana». Le Chef de groupe de l'UV a ainsi conclu: «Nous constatons la nécessité d'une prise de conscience forte des difficultés que notre Région traverse: chacun d'entre nous a fait des pas en arrière pour en faire de l'avant, pour unir et pour réunir. L'avenir de la communauté est l'enjeu sur lequel la politique doit miser». Perron a également lancé la candidature du conseiller Laurent Viérin de l’UVP à la charge de Président de la Région. Celui-ci a illustré le programme de Gouvernement, en indiquant enfin les assesseurs qui composeront le nouveau Exécutif. Pour l’Union Valdôtaine: Emily Rini (Viceprésident et Education et culture), Ego Perron (budget et finances), Aurelio Marguerettaz (tourisme, sports et transports).

MERCREDI 11 octobre 2017

16:18 L'ancienne majorité n’accepte pas d’élire tout de suite les nouveaux Président et Gouvernement L'ancienne majorité n’accepte pas d’élire tout de suite les nouveaux Président et Gouvernement Le manque d’un Gouvernement aurait pu être rempli lors de la séance d’aujourd’hui du Conseil de la Vallée. L’Union Valdotaine s’est battue avec toutes ses énergies, afin que cela se passe. Il aurait suffi, après que la motion de méfiance déposée avec les collègues de l’UVP, du PD-SVdA et de l’EPAV a été absorbée par les démissions présentées hier soir par le Président Marquis, que l’Assemblée accepte l’inscription, à l’ordre du jour de la réunion de ce matin, d’un point ultérieur. Vingt-quatre voix étaient nécessaires, d’après le règlement de l’Assemblée, et les forces ayant déposé la motion faisaient vingt-et-un. Il aurait suffit que d’autres trois conseillers de la majorité sortante, en se reliant aux principes énoncés par eux mêmes dans les dernières jours, et notamment lors de la dernière séance du Conseil, acceptent de soutenir la proposition d’inscrire l’élection du nouveau Président de la Région et du Gouvernement. Cette proposition avait été avancée, lors de la conférence des Chefs de groupe s’étant réunie avant le début de la séance d’aujourd’hui, par le groupe de l’Union Valdotaine. Elle n’a pas été acceptée. C’est ainsi qu’une fois commencés les travaux, le Chef de groupe Perron a demandé « che la proposta di iscrivere un nuovo punto venga messa ai voti, con votazione palese, che i gruppi si prendano la responsabilità. In assenza dell’iscrizione, depositerò la richiesta di convocazione di un Consiglio straordinario ». La proposition a déclenché un débat, au cours duquel, pour notre Mouvement, le conseiller Aurelio Marguerettaz a pris la parole. Surtout, il a tenu à une réplication vis-à-vis d’une intervention précédente d’une représentante d’un autre groupe. « La Consigliera Morelli – a-t-il dit - ha preso a calci il buonsenso. Le dimissioni del collega Marquis sono state chieste in un Consiglio della settimana scorsa e formalizzate da una risoluzione. Dal punto di vista politico, la discussione è già quindi avvenuta: il collega Marquis ha detto che non riteneva di dover dare le dimissioni perché non poteva lasciare nell'imbarazzo l'Amministrazione regionale. Cosa che abbiamo contestato, perché la norma è chiara: il Vicepresidente assume la carica di Presidente e si apre un confronto politico. Ma il Presidente Marquis e tutti i suoi colleghi ci hanno invitato a presentare la mozione di sfiducia costruttiva: a mozione presentata, il Presidente Marquis si dimette per permettere il dibattito politico. Per noi questa è una squallida "melina" e lo avete dimostrato con tutte le delibere fuori sacco che sono state approvate questa settimana. La Giunta attuale ha programmato iniziative culturali che vanno oltre le elezioni del 2018, deliberando senza nessuna copertura politica. Nella vicenda dei 25 mila euro, Marquis ha alzato i toni politici andando in televisione a dire che era colpa di Rollandin: oggi deve chiedergli scusa. Se oggi Marquis, come ha detto lui stesso, si è dimesso, non per l'inchiesta, ma per facilitare il dialogo politico, vi chiedo di smetterla di allungare il brodo, altrimenti mi viene il dubbio che forse la Giunta ha bisogno di ulteriore tempo per approvare nuove delibere e fare qualche altra opera buona ». La proposition d’inscrire le nouveau point à l’ordre du jour a donc été repoussée par l’Assemblée avec vingt-et-un voix favorables et treize contraires. La séance a donc continué avec la prise d’acte, et la discussion, des démissions du président Marquis. Pour l’Union Valdotaine, la conseillère Emily Rini a dit avoir espéré « nel buon senso dei colleghi per affrontare una discussione nel senso della responsabilità e dell'operosità. Così non è stato. I cittadini ci dicono basta, ma in quest'Aula, oggi, siamo andati di nuovo nella direzione della confusione. Si è cercato volutamente di confondere chi ci ascolta, che è già abbastanza schifato da tutto. Ieri non abbiamo assistito all'apertura di un'indagine, come detto da qualche Consigliere, ieri abbiamo appreso che le indagini hanno raggiunto uno step importantissimo e avanzatissimo, ossia la notizia di tre indagati. Ma ieri c'è stato un altro fatto giuridico importante: abbiamo scoperto che c'è stato lo stralcio totale del reato di corruzione. Il che vuol dire che l'unica certezza è la totale estraneità dei fatti del collega Rollandin. Questo è un dato di fatto. Sono una ferma sostenitrice del principio di non colpevolezza ed esprimo la mia solidarietà personale a Marquis. Ma, dal punto di vista politico, se il collega Marquis voleva veramente favorire il dialogo politico perché non si è dimesso lunedì? Perché lo ha fatto solo ieri dopo aver ricevuto il decreto di perquisizione? Le sue dimissioni avrebbero avuto un significato diverso. Avremmo gradito anche noi qualche mese fa toni bassi e gentilezza, e oggi le chiediamo di esprimere le proprie scuse al Consigliere Rollandin ». La séance s’est donc fermée. La réunion extraordinaire du Conseil, prévoyant à l’ordre du jour l’élection du nouveau Président et de son Gouvernement, aura lieu vendredi 13 octobre (après-demain) à 9h. 15:26 Un’altra brutta pagina Un’altra brutta pagina Un’ulteriore brutta pagina è stata scolpita nella storia della Valle d’Aosta. Oggi, 11 ottobre si è tenuto un Consiglio regionale straordinario nel corso del quale si sarebbe dovuto discutere della mozione di sfiducia al presidente della Regione, Marquis, presentata da UV, UVP, EPAV, PD. La mozione è stata presentata sabato 7 a seguito del gran rifiuto di Marquis di dare le dimissioni per effetto della risoluzione che le richiedeva, approvata nel Consiglio del 4 ottobre scorso. Il Consiglio Valle, regolarmente convocato, avrebbe dovuto dibattere la mozione di sfiducia e procedere all’elezione di un nuovo Governo. Questo anche e soprattutto, alla luce del richiamo al senso di responsabilità e di urgenza che, in più occasioni, era stato evocato, indistintamente, da tutte le forze politiche. Ma la mozione di sfiducia, anziché essere discussa, è stata rinviata ad una prossima adunanza del Consiglio, poiché, nel frattempo, alla vigilia di ieri (martedì 10), Marquis ha rassegnato le sue dimissioni dalla carica di presidente della Regione. Ciò ha reso vacante la carica ed ha fatto decadere una mozione di sfiducia che non aveva più, a quel punto, un presidente da sfiduciare poiché esso era appunto decaduto. Si sarebbe comunque potuto procedere ad insediare il nuovo Governo, iscrivendo, con procedura di urgenza, un punto aggiuntivo all’ordine del giorno del Consiglio che prevedesse il dibattito e la fiducia al nuovo esecutivo. Per fare ciò sarebbero stati necessari 24 voti, cioè 3 in più di quelli (21) a disposizione dei proponenti. Qui si sono però alzate le barricate dei reduci della vecchia ex-maggioranza che nel breve spazio di neppure 24 ore hanno rapidamente dimenticato tutte le reali ragioni di urgenza, che, nei giorni scorsi, avevano sovente sollecitato a loro vantaggio e si sono graniticamente opposti al dibattito ed al voto nella giornata di oggi. Per giungere a costituire un nuovo Governo, con un nuovo Presidente della Regione, è quindi, stato necessario richiedere la convocazione urgente di una nuova seduta del Consiglio regionale. Tale rinvio comporta un ulteriore speco di tempo. Questo andrà recuperato con impegno, sagacia e lavoro costante, nella consapevolezza che coloro che, in questo scorcio di legislatura, dovranno accomodarsi nei banchi dell’opposizione, cercheranno di rallentare ed impedire al meglio ogni attività. Naturalmente affermeranno di farlo per "il bene della Vallée”, che, naturalmente, diventa tale solo se possono essere loro a cercare di assicurarlo. Il dibattito politico delle ultime 24 ore è stato anche condizionato da un fatto di inaudita gravità che vede sottoposti ad indagine, da parte della Magistratura, l’ormai ex-presidente della Regione, Marquis, ed altre persone a lui vicine. La ragioni di tale procedimento, conosciuto attraverso notizie dei media, sono note e non vale la pena di riassumerle. Resta però indiscutibile la gravità dei fatti. In primo luogo non si può ignorare la leggerezza e la sicumera di alcune dichiarazioni di Marquis a seguito del "ritrovamento” dei famosi 25.000 €, che è all’origine di tutta la vicenda. Chi ricopre una funzione pubblica, quale quella di Presidente della Regione e di Prefetto, non dovrebbe affidarsi ad affermazioni sibilline, come quelle da lui rilasciate, che hanno, di fatto, indirizzato sospetti, del tutto ingiustificati, su altri e cioè sul Presidente Rollandin. Ci sono ragioni di buon gusto, prima ancora che di rispetto dei ruoli e delle funzioni che si esercitano, che imponevano di aver un senso della misura che non c’è stato. Quell’imprudenza e quella sicumera iniziali hanno trascinato l’immagine della Vallée in un vortice scandalistico immeritato, che ha contribuito a farci mettere alla berlina con un danno istituzionale e di immagine terribili. In questi mesi la vicenda si è un poco assopita, ma le notizie di ieri dicono che si ipotizzerebbe il reato di calunnia nei confronti di Marquis. Certo è che se trovassero conferma, non si potrebbe ignorare che all’epoca ci fosse un bersaglio preciso: il Presidente Rollandin. Per ora non ci sono tutti gli elementi per azzardare delle risposte, ma se realmente fosse così e le accuse non fossero infondate, ci sarebbe da considerare abominevole il livello a cui potrebbe essere giunta la competizione politica in Valle. Nel frattempo però, non si può ignorare come, ancora una volta questa vicenda abbia conquistato ampi spazi sui media in tutta Italia. Non c’è che dire un bel servizio alla Valle d’Aosta, alla sua immagine ed alla credibilità della politica.

LUNDI 9 octobre 2017

09:18 La motion de méfiance envers le président Marquis a été déposée La motion de méfiance envers le président Marquis a été déposée Suite aux négociations des derniers jours, et aux "feux verts” donnés par différents organes de parti (entre lesquels, le Conseil fédéral de l’Union Valdotaine, s’étant réuni à Nus vendredi dernier), une motion de méfiance constructive envers le Président de la Région Marquis a été déposée auprès de la Présidence du Conseil de la Vallée samedi dernier, 7 octobre. Le document est signé par les conseillers de l’Union Valdotaine, Luca Bianchi, Paolo Contoz, Joël Farcoz, David Follien, Aurelio Marguerettaz, Ego Perron, Emily Rini, Augusto Rollandin et Renzo Testolin, ainsi que par les collègues de l’UVP, du PD-SVdA et de l’EPAV. La motion indique en tant que candidat à la charge de Président de la Région le conseiller d’UVP, Laurent Viérin. Pour ce qui est des Assessorats et des composants de la Junte: Aurelio Marguerettaz (UV) au Tourisme, sport, commerce et transports; Alessandro Nogara (UVP) à l’Agriculture et ressources naturelles; Jean-Pierre Guichardaz (PD-SVdA) aux Activités productives, énergie, politiques de l’emploi et environnement; Ego Perron (UV) au Budget, finances, patrimoine et sociétés participées; Emily Rini (UV) à l’Education et culture, ainsi que Président adjoint de la Région; Luigi Bertschy (UVP) à la Santé, bien-etre et politiques sociales; Mauro Baccega (EPAV) aux ouvrages publics, défense du sol et batiment social. En plus de cela, le document inclut le programme de gouvernement, que nous proposons de suite: Au cours de ces dernières années, le Val d’Aoste et son Peuple ont été touchés par une grave crise économique, qui se prolonge depuis longtemps ainsi que par de grands changements démographiques et sociaux. Il dibattito tra centralismo e autonomismo è tornato con forza alla ribalta rendendo necessaria l’unione delle forze autonomiste e di centro sinistra in difesa delle nostre prerogative statutarie. La Valle d’Aosta, in virtù delle ampie competenze legislative e amministrative di cui è titolare, necessita oggi di un’adeguata autonomia finanziaria che deve essere garantita attraverso un accordo paritario con il governo nazionale, In relazione alle richieste economiche avanzate dallo Stato, ai fini del suo risanamento, Uv, Uvp, Epav e PD Sinistra VdA saranno, da subito, fortemente impegnate a ristabilire una equa ripartizione che non penalizzi la Valle d’Aosta rispetto alle altre regioni e province autonome, in modo tale che le risorse non trasferite possano essere utilmente impiegate per favorire la crescita, il benessere e lo sviluppo economico della nostra regione. La dimension montagne avec ses contraintes et nécessités, le système du fédéralisme valdôtain assurant la territorialité des services publics, la subsidiarité et la péréquation, mais aussi la croissance économique et la création d’emploi, l’amélioration du cadre de vie et de travail, la spécificité socio-culturelle et linguistique ainsi que le plurilinguisme qui nous caractérisent représentent autant d’éléments que nous nous devons de continuer à considérer, sauvegarder et promouvoir. Les forces politiques unionistes, autonomistes, progressistes et de centre gauche soussignées, qui se reconnaissent dans les principes du fédéralisme, de l'autodétermination et de l’autogouvernement, conscientes que ces thèmes demandent une action de longue haleine, affirment, sur la base d’un projet politique novateur et projeté ers le futur, vouloir mener ensemble, dans les années à venir et à partir du rassemblement des fores unionistes et autonomistes, toutes les actions politiques et administratives nécessaires pour atteindre les résultats utiles à relancer le système VdA. À cet égard elles sont convaincues que c’est déjà dans l’immédiat qu’il faut créer ces conditions. À savoir, en partant de la contrainte et de l’urgence de définir ces contenus dans le budget 2018/2020. Un budget qui devra prendre en compte les nécessités de modernisation du Val d’Aoste, lui assurant aussi un développement durable, à partir des critères de transparence et méritocratie sur lesquels baser toute action administrative. À ce propos considérant le retard dans la présentation des lignes programmatiques du prochain budget régional, il est impératif de présenter à l’approbation du Conseil de la Vallée, dans les délais les plus brefs, le budget 2018/2020. Il bilancio di previsione, costruito sulla base del Defr, è infatti lo strumento indispensabile, alla base di tute le azioni amministrative, ed è oggi necessario procedere alla sua rapida predisposizione, recuperando i gravi ritardi che fino ad ora ne hanno impedito la presentazione. Il bilancio di previsione è anche strumento di programmazione e, a tal fine, dovrà contenere le linee di indirizzo, le risorse e le tempistiche per sviluppare, tra gli altri, i seguenti prioritari punti programmatici: -  Rapporto con lo Stato e l’Europa -  Accessibilità (ferrovia, autostrade e collegamenti intervallivi) -  Sviluppo economico e lavoro (politiche giovanili per l’impiego, Piano cantieri forestali) -  Misure di sostegno alla famiglia, alla natalità e alle persone in difficoltà -  Prosecuzione del rilancio del settore agricolo e piano straordinario dell’uso razionale delle acque -  Rilancio del settore edilizio e tutela del territorio -  CVA (definizione della sua quotazione in borsa e sviluppo delle politiche energetiche) -  Università (adeguati finanziamenti per la realizzazione del piano triennale di sviluppo. Partendo dall’analisi della situazione attuale che si vuole cambiare, con la presentazione di questo progetto a medio e lungo termine, progetto che si propone di rinnovare il sistema di gestione della cosa pubblica e della vita politica, le sottoscritte forze politiche intendono agire osservando criteri di condivisione, trasparenza, verifica costante dell’azione politico-amminsitrativa e modello di governare basato sulle competenze e sul confronto. Peraltro, considerata la mancanza di progettualità, di condivisione e di coesione della ormai ex-maggioranza, condizione indispensabile per realizzare un programma di governo, le stesse forze politiche, sulla base di un rinnovato progetto politico, si assumono la responsabilità di proporre un governo che, pur nel breve lasso di tempo a disposizione, dando le necessarie risposte, sia già in grado di rispondere alle aspettative della comunità valdostana nella definizione dei problemi più improcrastinabili. Conseguentemente, le linee programmatiche d’urgenza proposte sono qui di seguito meglio declinate: Rapporto con lo Stato e l’Europa : rafforzare i rapporti tecnici e politici con lo Stato e l’Europa anche attraverso l’individuazione e l’implementazione di idonee strutture tecniche e politiche. Accessibilità (ferrovia, autostrade e collegamenti intervallivi): definizione degli accordi con RFI. Sviluppo e incentivazione della mobilità elettrica in ottemperanza alla legge regionale 22/2016 . Piano strategico dei trasporti. Valutazione in ordine ai collegamenti intervallivi. Interventi a sostegno e completamento dei domaine skiable. Sviluppo economico e lavoro (politiche giovanili per l’impiego, Piano cantieri forestali) : ampliamento e rilancio dei cantieri forestali con riapertura della graduatoria finalizzata a nuove assunzioni, con almeno 120 giornate lavorative, togliendo i limiti di età e la clausola sociale. Misure di sostegno alla famiglia, alla natalità e alle persone in difficoltà : riduzione degli oneri sulla prima infanzia, valorizzazione competenza dei giovani promozione progetti di innovazione organizzativa e gestionale sul territorio regionale. Persone con disabilità adozione di un sistema di valutazione multidimensionale per costruire un progetto di vita personalizzato. Prosecuzione del rilancio del settore agricolo e piano straordinario dell’uso razionale delle acque. Rilancio del settore edilizio e tutela del territorio : sostenere e rafforzare il settore edilizio favorendo l’accesso al credito e valorizzando l’imprenditoria locale. Interventi sul patrimonio edilizio scolastico in termini di sicurezza e adeguamento normativo. Prevenzione e mitigazione del rischio idrogeologico. Difesa del territorio, revisione e attualizzazione dei piani comunali e territoriali di protezione. CVA (definizione della sua quotazione in borsa e sviluppo delle politiche energetiche) Università (adeguati finanziamenti per la realizzazione del piano triennale di sviluppo). D'après le règlement du Conseil, la motion de méfiance constructive ne peut pas être mise en discussion et votée par l’Assemblée avant de trois jours et après quinze jours de sa date de présentation. Elle doit être approuvée à la majorité absolue des Conseillers assignés, par appel nominal. La date de convocation du Conseil régional a été établie par le Président du Conseil, qui a réuni également la conférence des Chefs de groupe à ce sujet, dans mercredi 11 octobre, à 9h .

MERCREDI 4 octobre 2017

18:29 Le Conseil approuve une résolution qui invite le président Marquis aux démissions Le Conseil approuve une résolution qui invite le président Marquis aux démissions Le Conseil de la Vallée a approuvé, en conclusion du débat sur la situation politique, une résolution qui "invite le Président de la Région à prendre acte de l’absence d’une majorité politique soutenant son Gouvernement et, par conséquent, avec sens de responsabilité institutionnelle, à présenter sa démission afin de permettre une issue rapide de l’actuelle crise politique”. L’acte - signé et déposé par les groupes de l’Union Valdôtaine, de l’Edelweiss Popolare Autonomista Valdostano, du Partito Democratico, de l’Union Valdôtaine Progressiste (sauf le président Rosset) et du M5s (le conseiller Cognetta) - a reçu vingt-deux voix favorables et douze contraires. Par cette résolution, le Conseil prend acte "de la situation politique caractérisée par l’ouverture d’une crise gouvernementale”, découlant "d’un manque de projet politique ainsi que d’un partage des dossiers les plus importants à la base, notamment, de la présentation du prochain budget de la Région”. L’Assemblée, en outre, considère "que, à la date d’aujourd’hui, aucune proposition n’a été présentée concernant le DEFR ainsi que les objectifs et les orientations programmatiques du budget 2018-2020”, tout en rappelant que "l’urgence de définir les thèmes susmentionnés, y compris la définition du contentieux avec le Gouvernement italien concernant l’imposition à la charge du budget régional 2018 de 144 millions d’euros, nécessite de temps brefs dans la solution de la crise politique actuelle”. De plus, l’invitation adressée au Président est avancée en estimant "que la question des temps représente un facteur important afin de donner, dans les délais les plus brefs, une réponse aux exigences de la communauté valdôtaine”. En présentant la résolution, au début de cet après-midi, le chef de groupe de l’UV Ego Perron avait dit "prendiamo atto della fine del Governo Marquis. Invitiamo il presidente a dimettersi, renda palese che non c'è più una maggioranza. Deve dimettersi per favorire il dialogo, per permettere alle forze politiche di trovare delle soluzioni”. "Abbiamo lavorato a un progetto politico diverso, - a-t-il ajouté - la frammentazione dell'area unionista e autonomista è stata un disvalore, ora sentiamo il bisogno di ricostruire”.
2 X mille

le coin du président10 Janvier 2018 - 14:38

2018: deux rendez-vous importants nous attendent 2018: deux rendez-vous importants nous attendent Cette année 2018 nous réservera deux rendez-vous importants sur le plan politique et administratif. D’ici peu nous serons appelés au vote pour les élections au Parlement italien. La législature qui suivra aura d’éléments d’extrême importance pour notre Pays d’Aoste. Tout en particulier il faudra régler, définitivement, les grands thèmes des rapports institutionnels et financiers entre la Vallée d’Aoste et l’Etat. La présence d’élus d’une aire Autonomiste et Fédéraliste, à l’intérieur du futur Parlement, sera indispensable pour atteindre de résultats positifs. Dans les mois à venir il y aura aussi le rendez-vous des élections régionales pour la formation du nouveau Conseil de la Vallée et de la majorité qui devra gouverner le Val d’Aoste dans les prochaines cinq années. Les Valdôtaines et les Valdôtains s’attendent une législature pouvant donner des réponses importantes et durables, soutenues par une action gouvernementale efficace. Cela ne sera possible qu’avec une majorité pouvant assurer la stabilité politique indispensable à toute action administrative. La législature qui vient de se conclure a été caractérisée négativement, par la conflictualité et l’instabilité du cadre politique qui a aussi touché et fragmenté l’aire Unioniste. Cela a produit des effets négatifs qui ne s’étaient jamais vérifiés avant, lorsque la force et l’unité de l’Union Valdôtaine avaient pu assurer la gouvernabilité, permettant ainsi de conduire une action administrative et politique efficace. Il est donc indispensable de pouvoir reconstituer un cadre politique solide pour franchir les difficultés qui ont caractérisé cette XIVème législature. Le Val d’Aoste a besoin de certitudes et d’assurances valides. Mais elle a surtout besoin de dépasser l’actuelle faiblesse du cadre politique et ce n’est qu’une l’Union Valdôtaine forte qui peut assurer cela. L’histoire de l’Union Valdôtaine, son engagement et le travail de ses élus, à tout niveau, sont la pour témoigner le bien fondé d’un engagement et d’une action politique et administrative qui ont accompagné la Vallée d’Aoste pendant des décennies, en assurant un développement et une qualité de vie importants. Cela a été fait en assumant des responsabilités et des engagements lourds, surtout dans les moments de difficultés. Et c’est aussi bien de rappeler qu’au moment où on a demandé à ses élus de faire des pas de côté ils l’ont fait de manière responsable pour éviter des paralysies négatives. Dans les prochains mois les électrices et les électeurs devront décider à qui confier la conduite du Pays d’Aoste dans les cinq années à venir. L’Union Valdôtaine considère prioritaire de continuer à se battre pour défendre la culture, le territoire, les langues qui caractérisent la spécificité pour continuer à maintenir vivants les principes de notre Autonomie. Une Autonomie qui doit continuer à s’affirmer si le Val d’Aoste veut avoir la force de décider son futur sans en déléguer les choix à d’autres. Pour ce faire il sera fondamentale de régler les rapports avec l’Etat en permettant l’affirmation, aux élections politiques, d’une coalition Autonomiste et Fédéraliste engagée pour la défense de nos prérogatives. Sur le plan régional il sera indispensable d’assurer la stabilité et la gouvernabilité nécessaire pour affirmer au Pays d’Aoste la possibilité de s’autogouverner. Cela ne pourra se faire qu’avec une Union Valdôtaine forte, qui, du haut de son expérience, de son histoire, de son sérieux, de son lien profond avec Pays d’Aoste, pourra assurer, comme elle l’a toujours fait, des résultats concrets et tangibles en ce sens. Il n’y pas de recettes miraculeuses, mais, celui-ci étant le moment du bon sens il faudra bien faire attention à ne pas se faire piéger par les déclarations d’intention de ceux qui préconisent de parcours quasi miraculeux, mais dont on a pu constater, lorsqu’on les a vus en actions, que les résultats n’ont certainement pas été à la hauteur des promesses.

agenda

twitter

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071