Rédaction

Mise à jour 10 mar 2020 - 14:09

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Rubriques Nos douleurs

Les archives

LUNDI 30 mai 2016

11:02 En souvenir de Jean Piéropan En souvenir de Jean Piéropan Il y a des personnes que l’histoire de l’Union Valdôtaine l’ont vue, d’autres qui l’ont vécue, d’autres encore qui ont contribué à la faire. Pour ce qui est de la ville d’Aoste, et plus particulièrement de Saint-Martin-de-Corléans, Jean Piéropan rentre dans toutes et trois ces catégories. Nous le rappelons lorsqu’il arriva dans notre section, en 1968. A cette époque, ses 38 ans d’âge en firent le secrétaire du Comité de direction, rôle dans lequel il fut confirmé à maintes reprises et se distingua pour sa fiabilité. Par ailleurs, cela ne surprit personne : pour tous, Jean Pieropan était « le géomètre », synonyme d’une attention et d’une précision qui étaient le patrimoine plus précieux offert par une formation technique. En 1978, il fut élu président de notre Section. Son attachement à la cause valdôtaine était total. Sa vision de l’Autonomie était profondément inspirée par les valeurs de ses pères fondateurs. Sa capacité d’appliquer les principes et les idéaux unionistes à la vie quotidienne, notamment dans le domaine des langues, était difficile à croire, si on ne l’avait pas connu. Pour Monsieur Piéropan, l’unionisme représentait un état d’âme, avant qu’une conviction. Il se considérait une ressource du Mouvement et, surtout, de sa section, de son quartier, où il habitait la colline, dans l’hameau de Duvet. Preuve en est le fait que, le long de plus de cinquante années d’adhésion, il ne poussa jamais son ambition jusqu’à rechercher une place dans les institutions. Une seule fois, il fut candidat au Conseil communal d’Aoste : c’étaient, par ailleurs, les années où notre Mouvement ne comptait pas neuf conseillers, mais beaucoup moins. Être unionistes ne signifiait pas être majorité, ne signifiait pas gouverner. Il accepta d’aller en liste pour l’esprit de service qui l’a toujours distingué. Cette intransigeance sur les valeurs à la base du flambeau unioniste en fit le président honoraire parfait pour notre Section. Il fut nommé à cette charge en 1980 et il l’a été jusqu’à avant-hier, jour où son voyage terrain s’est terminé. Je parle de voyage terrain parce que l’autre trait distinctif de cet homme a été la foi, qu’il a toujours démontré et qu’on retrouve dans les « batailles » telles la requête d’une messe en langue française, le dimanche matin, dans cette même paroisse où samedi dernier nous l’avons salué, Saint-Martin-de-Corléans. Le souvenir plus personnel, que beaucoup d’entre nous gardent, est celui d’un homme qui aimait notre Vallée et son histoire, qui connaissait très bien nos montagnes et qui appréciait la compagnie. Les anecdotes concernant les nombreuses « promenades » organisées par notre Section lors des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix allument encore aujourd’hui nos sourires et ils le feront pour toujours. Pour les plus jeunes, arrivés à la Section de Saint-Martin lorsque les années 90 étaient bel et bien avancées, il fut un témoignage vivant de cohérence, là pour démontrer que l’Union Valdôtaine n’était pas un « tram » vers la réalisation personnelle, mais le milieu où servir une cause. Dans le travail, il mettait cette même abnégation, comme le rappellent tous ceux qui l’ont vu, aux moins une fois, dans son cabinet d’assurances de rue de la Porte Prétorienne. Lorsque l’âge mina la santé de Monsieur Piéropan, en lui empêchant d’être parmi nous, c’est nous qui nous sommes allés chez lui. La visite à la veille de Noël à son foyer, où son épouse Rosetta l’assistait amoureusement, était toujours un moment de joie et consacré aux souvenirs. Cette semaine, la nouvelle la plus triste est arrivée. Le « géomètre » nous a quittés, mais beaucoup de choses, à Saint-Martin, nous parlent de lui. Et elles continueront à le faire. Merci, géomètre.

VENDREDI 5 février 2016

16:44 En souvenir de M. Cassien PALLAIS En souvenir de M. Cassien PALLAIS La Section de l'Union Valdôtaine de Sarre à la regrèt d'annocer le Décès de M.Cassien PALLAIS âgé de 81 ans la section présente ses condoléances les plus sincères à son épouse Silvia, à sa fille Loredana avec Marco, à son fils Giancarlo avec Marlène, à ses petits-fils Chiara, Michel et Edoardo, à sa soeur Lauretta et à son frères Casimiro, ainsi qu'à tous ses parents.

LUNDI 30 novembre 2015

16:52 Un grave deuil nous à frappés: le décès de l'Abbé Segafredo Un grave deuil nous à frappés: le décès de l'Abbé Segafredo L’abbé Eraldo Segafredo est mort à l’hôpital Aoste dans la nuit du 28 au 29 novembre dernier. Né à Saint-Vincent en 1935, il avait été nommé curé d’Issogne en 1969 et il l’est resté jusqu’à 2013, lorsqu’il se retira au prieuré de Saint-Pierre pour des raisons de santé. Homme de foi et d’action, l’abbé Segafredo était connu et estimé dans toute la Vallée en raison de son dévouement à la communauté qu’il avait été appelé à servir et pour son engagement dans les œuvres sociales : c’est à son intense travail pastoral et social qu’Issogne doit de nombreuses initiatives en faveur, notamment, de la jeunesse, réalisées dans un contexte socio-politique difficile. Malgré les amertumes qu’il eut à subir, sa ténacité et son courage lui permirent de dépasser nombre d’obstacles et de difficultés et lui valurent le respect de tous ceux qui l’ont connu, la reconnaissance de bien des gens et l’appui des institutions. Les Unionistes gardent de lui un souvenir particulier de Valdôtain à part entière, et de ses interventions passionnées en sa qualité de membre non adhérent du Congrès National unioniste, où il apportait un témoignage vivant de foi en Dieu et de confiance dans la capacité de l’Homme de s’améliorer.
2 X mille

agenda

twitter

vidéos

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071