Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 29 jui 2021 - 11:15

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Histoire Les élections Européennes 1989

Elections Européennes 1989

Le Programme

Che cosa significa raddoppiare il vostro voto. È presto detto. Questa volta non è sufficiente fare votare la nostra lista in Valle d'Aosta. Ci vuole uno sforzo per farla votare in tutta la circoscrizione Nord-Ovest (Lombardia, Liguria e Piemonte) e nelle altre Circoscrizioni (che comprendono le altre Regioni italiane).
Presso parenti, amici e conoscenti propagandate le nostre idee ed i nostri candidati, ricordandovi che l'On. Luciano Caveri è candidato in tutte e cinque le Circoscrizioni mentre Cortese è candidato nell'Italia, oltre che nella nostra, nelle circoscrizioni centrale e Sud.
Per essere più precisi, Caveri, che in Valle d'Aosta è il numero 1 ha il numero 5 nell'Italia Nord-Orientale, il numero 2 in Sicilia e Sardegna e nell'Italia Centrale, infine il numero 3 nell'Italia del Sud. Cortese, numero 9 in Valle d'Aosta, ha lo stesso numero nella Circoscrizione Centro, mentre nel Sud è il numero 12. Raddoppiate il vostro voto.
Questo servirà al successo della lista e di quel Federalismo che noi propagandiamo .

L’EUROPA
Le tappe della costruzione europea - La Comunità europea ha trent'anni: il 25 marzo 1957, a Roma i rappresentanti di sei Stati (Belgio, RF di Germania, Francia, Italia, Lussemburgo e Paesi Bassi) firmavano i due trattati istitutivi della Comunità europea e della Comunità europea dell'energia atomica (Euratom). L'obiettivo a lungo termine era l'unione tra i popoli europei. Il 1° luglio 1968 entra in vigore l'Unione doganale e questo significa niente più dazi doganali alle frontiere interne. Il "vecchio” pedaggio viene sostituito da una tariffa comune nei confronti degli altri Paesi (l'imposta sul valore aggiunto). Nel 1973 l'Europa dei sei, diventa l'Europa dei nove con l'adesione della Danimarca, del Regno Unito e dell'Irlanda. I Paesi membri diventano Dieci nel 1981 (con l'ingresso della Grecia) e Dodici il 1° gennaio 1986, con l'adesione della Spagna e del Portogallo. Nel Febbraio del 1986 viene stipulato l'Atto Unico Europeo che assegna alla costruzione europea con un nuovo, grande obiettivo: far sì che la mattina del 1° gennaio 1993 il cittadino europeo possa svegliarsi in una Europa senza frontiere. L'Atto Unico è un nuovo trattato che vuole fare della Comunità europea un vero mercato senza frontiere, che con i suoi 320 milioni di abitanti sarà il più grande del mondo (pari cioè al 6, 7% della popolazione mondiale, superiore all'Unione Sovietica, 279 milioni, agli Stati Uniti, 239 milioni, e al Giappone, 121 milioni).
Le Istituzioni europee - Il Parlamento Europeo è formato da 518 membri, il Consiglio dei Ministri da 12, la Commissione Europea da 17. Esiste poi una Corte di Giustizia composta da 13 giudici e da 6 avvocati generali. Sono invece 189 i membri del Comitato economico e sociale e 12 quelli che compongono la Corte dei Conti.

TURISMO
Il turismo è da primato. È diventato la seconda industria del mondo come giro di affari, la prima in termini di occupazione. 11O milioni di addetti, quasi 2.000 miliardi di $ di fatturato. È una macchina imponente, in continua evoluzione, ormai sofisticata; una delle ricchezze dei paesi già ricchi e la speranza di territori poveri. Non la può ignorare anche la prossima sfida del Mercato Comune Europeo: tre dei quattro paesi verso i quali si dirigono i maggiori flussi turistici mondiali stanno proprio nel vecchio continente: la Francia in testa, la Spagna, l'Italia che è al quarto posto preceduta dagli Stati Uniti. Inoltre la CEE nel suo complesso detiene la fetta maggiore del mercato mondiale. Guardando al '92, si parla perciò di turismo in Europa in termini di consolidamento. Quella sfida fino a qualche anno fa sembrava impossibile; il progetto di unità suscitava molte perplessità; l'appuntamento con il mercato comune pareva realisticamente da rinviare. Invece, un progetto ambizioso è divenuto in poco tempo alla portata dell'Europa: realizzare un grande mercato di 320 milioni di persone, saldando insieme i 12 singoli mercati degli Stati membri della comunità, stimolando le imprese, favorendo la concorrenza e gli scambi. Cosicché restano meno di quattro anni di tempo per salire sul treno dell'Europa, per costruire una risposta alla sfida. La Valle d'Aosta dove il turismo ha assunto il ruolo di trascinamento dell'economia, conosce la strada come arrivarci: qualificazione dell'offerta, professionalità degli operatori, ulteriori investimenti strutturali, nuovi massicci sforzi promozionali. Fino a lanciare una sua sfida, con la candidatura ad ospitare un'Olimpiade invernale: la prima dopo l'unificazione europea ...

TRASPORTI
Sono tanti in questi giorni a dire di avere le carte in regola per parlarvi dell'Europa. Prima di creder loro, interrogateli sulle cose eventualmente già fatte per l'Europa.
Al contrario di altri, Union Valdôtaine e A.D. P. possono presentare un bilancio concreto di realizzazioni, nei vari campi dell'attività politica e amministrativa.
La grande, riconosciuta occasione per la Valle d'Aosta è di diventare crocevia economico, quando cadranno ostacoli e barriere ai confini CEE e si apriranno le porte per la libera circolazione dei capitali e della manodopera.
Quel ruolo però non è scontato.
Altre aree rivendicano, in un futuro di relazioni economiche, finanziarie e politiche più dinamiche, una loro funzione mediatrice nella Comunità Europea.
Saranno i trasporti soprattutto a valorizzare il ruolo di cerniera della Valle d'Aosta piazzata su una delle principali vie di attraversamento delle Alpi.
Cerniera già funzionale oggi grazie ai trafori, tra il sistema padano, il sistema centromeridionale italiano e il resto dell'Europa occidentale.
Per il futuro, un progetto complessivo è delineato; una proiezione che prevede: L'EUROPA

  1. un'autostrada completata fino al Traforo del Monte Bianco; 
  2. un sistema ferroviario efficacemente collegato a Sud, qualificando in rapidità ed efficienza l'innesto con Torino e Milano, e a Nord, < • un aeroporto regionale di 3° livello per voli interregionali e frontalieri; 
  3. l'autoporto di Pollein collegato ad uno scalo ferroviario attrezzato da interscambio; 
  4. una interconnessione razionale fra i diversi mezzi di trasporto (i treni e le autolinee); 
  5. un'ulteriore valorizzazione del mezzo di trasporto pubblico. Su questa strada la Valle d'Aosta è già in marcia. 
Lo dimostrano tra l'altro il via dato concretamente all'autostrada per il Monte Bianco, l'ammodernamento dell'aeroporto, l'avanzamento dello studio di fattibilità del collegamento ferroviario ad alta velocità del Gran San Bernardo.
I trasporti e le comunicazioni avvicinano, le moderne tecnologie, annullano le distanze, una mobilità non frenata di persone e di merci diventerà così motore di sviluppo sociale ed economico.

AMBIENTE E AGRICOLTURA
Ambiente e Agricoltura sono un binomio inscindibile. Union Valdôtaine e ADP, sostengono che la politica agricola comunitaria debba avere un interesse particolare perle zone alpine, dove le difficoltà di utilizzo del territorio sono maggiori che nella pianura, comportando - anche - costi di gran lunga maggiori. L'Europa Unita dovrà tenere canto di queste particolarità, impartendo regole che non siano identiche per tutti, ma specifiche, a seconda delle realtà, alpine o di pianura che siano. Quando insistiamo sul fatto che la montagna dovrà essere considerata con un occhio di riguardo, non si tratta per noi di mero campanilismo. Siamo convinti che curando l'ambiente montano si contribuisce a salvare dal degrado anche la pianura. Favorire interventi specifici per la montagna, vuol dire consentire ai suoi abitanti di rimanere sul territorio. E questo è il primo, importante anello della catena che necessariamente deve formarsi per la difesa concreta dell'ambiente e del paesaggio. E sul legame stretto che consideriamo imprescindibile tra uomo e territorio si basa anche la nostra politica sui Parchi. Questi non devono essere considerati dei «musei», intoccabili e deperibili, bensì dei parchi «Viventi» all'interno dei quali le popolazioni locali possano mantenere l'equilibrio ambientale attraverso le attività agro-silvo-pastorali, che hanno l'obiettivo di salvaguardare il territorio. E allora, a queste condizioni, diciamo si alla creazione di parchi internazionali, come potrebbe essere quelle tra il Pareo Nazionale del Gran Paradiso e della Vanoise. E si anche ad altri nuovi Parchi internazionali, sempre che la loro gestione spetti alle regioni direttamente interessate non agli Stati. E questo anche per garantire la salvaguardia delle culture originali, tipiche dell'ambiente montano.

INDUSTRIA
Potrà non essere una trasformazione epocale: di certo pero il '92 non sarà indolore. Il trattato della CEE ha previsto fin dall'inizio: la creazione di un mercato interno unico integrato, senza restrizioni al movimento delle merci; l'eliminazione degli ostacoli alla libera circolazione delle persone, dei servizi e dei capitali; la creazione di un regime inteso a garantire che la concorrenza non sia falsata nel mercato comune; il progressivo uniformarsi delle legislazioni nazionali, nella misura necessaria al funzionamento del mercato comune; l'armonizzazione delle imposte, sempre nell'interesse del mercato comune. Già oggi peraltro l'apparato industriale si muove su scala transnazionale. Guarda necessariamente alle decisioni siderurgiche CEE la DeltaCogne, mentre per molte aziende della Valle il '92 si può dire già cominciato: scambi, partner ship o semplici contatti sono stati avviati con aziende oltralpe, individuando un modello di sviluppo innovativo fatto di necessarie collaborazioni. La crisi che, a cavallo degli anni '70 ed '80 ha duramente colpito le maggiori industrie, ridimensionando il comparto siderurgico di base e praticamente cancellando i settori chimico e tessile, ha indicato l'opportunità di affiancare alla necessaria difesa dell'insediamento DeltaCogne e alla ristrutturazione del tessuto industriale esistente, nuove unità produttive di dimensioni medio-piccole. L'obiettivo è esplicitamente il rilancio di un settore che per la Valle d' Aosta è stato, e dovrà anche in future rimanere, uno dei cardini dell'economia locale.

L’ECOLE
L'éducation, facteur décisif de progrès social et économique, moyen de sauvegarde et développement des particularités socioculturelles des peuples et communautés européennes, représente pour nous une option politique fondamentale. L'école doit assurée une formation globale des jeunes, soucieuse et de l'identité culturelle de la communauté valdôtaine et des modalités d'insertion ou d'intégration sociale et européenne. Et ce dans un esprit d'ouverture, de confrontation, d'échanges, de plurilinguisme qui s'oppose à toute logique uniformisant. A cet effet nous nous devons de favoriser :
  1. le droit aux études, 
  2. achever l'application des articles 39 et 40 de nos Statuts, 
  3. promouvoir l'enseignement de la langue anglaise, 
  4. qualifier l'enseignement et les différentes activités de formation, 
  5. renforcer l'autonomie et la responsabilité des établissements scolaires le tout dans un contexte de coopération transfrontalière, d'échanges entre universités et de reconnaissance mutuelle des diplômes. 

L'EUROPE EST NOTRE PREMIER SOUCI
Notre tradition fédéraliste, notre histoire, notre culture, notre position géographique, notre économie même, font ainsi que la projection européenne est l'aboutissement naturel de toutes nos actions politiques.
Notre liste, porteuse des instances de toutes les communautés ethniques minoritaires de l'Etat italien, a un projet d'Europe unie clair et d'avant garde.
Nous préconisons une Europe fédérale où tous les peuples voient leur personnalité reconnue et aient les moyens de participer activement à la construction d'une société nouvelle. Ce n'est qu'en revitalisant les communautés naturelles, en responsabilisant les citoyens, en les mettant en condition de pouvoir peser réellement aux moments des choix, que nous bâtirons une Europe sans conflits internes, florissant soit culturellement soit économiquement, unie par des différences, stimulante, où il fait bon vivre.
Nous invitons donc les électrices et les électeurs à concentrer leurs suffrages sur la liste n. 6 qui a comme devise ce mot qui nous est particulièrement cher: fédéralisme.
Nous sommes les seuls qui voulons vraiment l'Europe, nous sommes les seuls qui pensons européen.

 

L'affiche

Le candidat Luciano Caveri

Le candidat Luigi Cortese

2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071