Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 15 sep 2021 - 10:37

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Mouvement Vie de l'Union

Vie de l'Union25 Octobre 2016 - 12:45

Succès pour les deux premières rencontres sur la réforme constitutionnelle

imprimerpartager

Hier soir, l’auditorium des écoles au Villair de Quart a accueilli la deuxième des quatre rencontres organisées par l’Union Valdôtaine au sujet de la réforme constitutionnelle, en vue du référendum en calendrier pour le 4 décembre. Le cycle s’était ouvert vendredi dernier, dans la salle de la bibliothèque de Châtillon.

Les deux soirées on fait enregistrer une très bonne présence de public, présent pour se former une opinion consciente face à un thème qui n’est pas simple, mais qui touche directement notre Autonomie, d’où l’attitude que notre Mouvement a emprunté vis-à-vis de ce rendez-vous électoral.

Une attitude qui peut se résumer dans la volonté de privilégier le débat, l’information et la réflexion, plutôt que de positionner préventivement l’Union Valdôtaine. C’est ainsi que la décision d’organiser ces soirées a pris corps. Grâce aux rapports du président du Mouvement Ennio Pastoret, du président de la Région Augusto Rollandin (présent hier à Quart) et du sénateur Albert Lanièce (à Châtillon) les présents ont pu entrer dans le fond de la question et les différentes questions adressées par le public ont témoigné de l’intérêt pour la matière.

La position que le Mouvement arrivera a prendre sera donc consciente, développée le long d’un parcours démocratique et, surtout, participée.

Si vous souhaitez également approfondir ce thème, sachez que deux rencontres encore se dérouleront. Elles sont au programme ce vendredi, 28 octobre, à 20h30, dans la salle polyvalente d’Arvier et lundi 7 novembre, toujours à 20h30, dans la salle « Bonomi » de Verrès.

imprimerpartager

MouvementVie de l'Union

LUNDI 5 décembre 2016

11:37 Référendum : un premier commentaire Référendum : un premier commentaire Au lendemain du référendum confirmatif, avec le dépouillement des bulletins conclu dans la nuit en mettant en évidence la victoire du « non », le président de l’Union Valdotaine, Ennio Pastoret, souligne que « le résultat est net et incontournable ». « Notre Mouvement – ajoute Pastoret – a essayé de privilégier un parcours ayant trait aux thèmes et aux contenus de la réforme, sans donner à ce référendum d’autres significations ». « Évidemment – conclut le président Ennio Pastoret – sur le voix de hier ont pesé d’autres buts, mais notre Mouvement s’étant tenu hors de ces appréciations pendant la campagne le fait également en ce moment. Ce rendez-vous avec les urnes a marqué un tournant dans la vie de l’Italie et représente une occasion ratée pour les Autonomies ».

SAMEDI 12 novembre 2016

11:42 Le Conseil Fédéral a analysé la situation politique Le Conseil Fédéral a analysé la situation politique En plus d’exprimer la position du Mouvement vis-à-vis du référendum du 4 décembre prochain (que vous pouvez lire dans le document publié à côté), le Conseil fédéral de l’Union Valdôtaine s’est réuni hier soir, au Villair de Quart, afin d’analyser la situation politique de la dernière période. Deux rapports à ce sujet ont été proposés à l’assemblée par les présidents du Mouvement, Ennio Pastoret, et de la Région, Augusto Rollandin. En introduisant le sujet, le président Pastoret a souligné que "nous nous approchons aux élections politiques et aux régionales dans un climat incertain. D’un côté la permanence de la crise, ce qui demanderait un engagement commun pour offrir des réponses aux exigences des gens. Par contre nous assistons à une déconfiture de la politique. On a des changements continuels” de direction. Un phénomène, ou mieux "une mode” à laquelle, malheureusement, "on a assisté et on assiste, depuis quelque temps, aussi en Vallée d’Aoste. On assiste à la personnalisation de la politique et à la recherche de nouveaux positionnements. Au commencement du mandat, les groupes au Conseil de la Vallée étaient six, maintenant ils sont huit. De quoi réfléchir”. Tout au long de cette législature, l’Union Valdôtaine a poursuivi, et encore poursuit, un but tout à fait précis. "Nous avons essayé - a dit Pastoret - d’obtenir le résultat que nous avions promis aux valdôtains: assurer la gouvernabilité et les résultats en découlant”. Cependant, "les faits s’étant produits récemment nous ont démontré que cela n’est ni facile, ni certain”. La majorité au Conseil régional sera confrontée, d’ici peu, au passage crucial: le budget, qui arrivera à l’examen de l’Assemblée. Le président Rollandin et l’Assesseur compétent Perron y ont travaillé longuement, tout comme les autres représentants unionistes en Junte. "Malgré les prévisions néfastes, lancées par quelques médias, ce budget permettra des pas en avant”, a souligné le président Pastoret. "Est-ce qu’on le reconnaîtra lors du débat au Conseil?”, s’est donc-t-il demandé. Ce passage a conduit à une réflexion sur la "décision surprenante (pour le moment et les modalités) du 27 octobre dernier”, lorsque les conseillers Antonio Foison et Claudio Restano ont annoncé de quitter le groupe au Conseil de l’Union Valdôtaine. "On en avait, - a commenté Ennio Pastoret - cependant la senteur et c’est ce que je leur ai dit lorsque le Comité fédéral les a rencontrés, hier (jeudi 10 novembre, nda). Ils ont réaffirmé vouloir rester en majorité, mais également leur sortie de l’UV. Ils ont invoqué des raisons personnelles, en parlant de ‘senso di scollamento e manco di appartenenza’”. A cet égard, il a été rappelé à l’Assemblée que leur participation aux séances du Comité et du Conseil fédéral, dès janvier 2014, a été modeste. "Bref, - a commenté le président Pastoret - jamais dans toute cette période le Mouvement a eu la possibilité de partager leurs avis, dans l’exercice de leurs fonctions”. En arrivant à la conclusion de son rapport, Ennio Pastoret a mis en garde par rapport à "des signaux dangereux dans notre société”, vis-à-vis desquels rester vigilants. Un de ceux-ci étant la naissance annoncée d’un groupe voulant s’appeler "Jeune Vallée d’Aoste”. "Un groupe prétendant ainsi de pouvoir masquer derrière cette dénomination noble, une absence débile d’idées”. La Jeunesse Valdôtaine, par un communiqué de presse, a donné une première réponse. "Cet hybride, rassemblent des rescapés de différentes expériences politiques et culturelles, - a ajouté Pastoret - voudrait suivre l’exemple de ceux qui ont jeté les bases de l’autonomie valdôtaine”. A cet égard, a-t-il ajouté le président, "nous avons lu les déclarations de ces exégètes de l’autonomie. Nous y avons trouvé de l’esprit de revanche vers l’UV. Non plus nous arrivons à trouver d’autre dans la formation ayant parrainé cette naissance, la Lega Nord. Elle a toujours essayé de se substituer à notre Mouvement et elle maintenant essaye l’usurpation de cette formation appartenant à l’histoire de la Région”. Bref, en employant les mots par lesquels Ennio Pastoret a conclu son rapport: "il ne faut pas se faire enchanter”. Pour sa part, le président de la Région, Augusto Rollandin, a rappelé que la séance du Conseil régional du 27 octobre s’était caractérisée par différentes interruptions et réunions et, malgré donc les différentes occasions, Antonio Fosson et Claudio Restano ont fait leur annonce sans prévenir personne. "On les a rencontrés, on en a pris acte. On ne les a pas invités à abandonner la majorité, mais si on veut y rester il faut respecter les règles de la majorité et donc soutenir ce que la majorité décide. Le temps, encore une fois, nous dira quel sera l’avenir”. "Le point, comme toujours - a ajouté le président Rollandin - est de comprendre: c’est quoi la politique? Pour ceux qui travaillent chaque jour, c’est porter de l’avant un programme”. Ce qui l’Union Valdôtaine est en train d’essayer de faire: "aujourd’hui on est là, avec une majorité plus large, pour présenter un budget qui, malgré les difficultés, donne des réponses importantes dans tous les secteurs et malgré cela il y a des mouvements qui ne sont pas surement là pour aider. Cela ne tranquillise pas l’ambiance: il y a à nouveau les francs tireurs”. Face à tout cela, le président Rollandin s’est interrogé: "c’est la nouvelle politique qui avance? Les gens sont là pour juger. Le temps nous dira ce qui se passe. J’espère dans un peu de bon sens. J’espère dans le respect d’un parcours. Lorsque quelqu’un est élu il l’est parce qu’il a eu la confiance des gens, d’après le symbole qu’il représente. J’espère qu’il y ait du bon sens dans les collègues”. 10:15 Le document du Conseil Fédéral sur le référendum confirmatif du 4 décembre Le document du Conseil Fédéral sur le référendum confirmatif du 4 décembre Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine Rappelant son mandat du 10 octobre dernier, visant à organiser des rencontres sur le territoire, pour lancer et permettre un vaste débat sur la réforme de la Constitution italienne, qui sera soumise au référendum confirmatif le 4 décembre prochain et sur les implications concernant la Vallée d’Aoste; Prend acte avec satisfaction, de la grande présence des adhérents et des sympathisants et de la participation active aux débats qui se sont dégagés tout au long des soirées de Châtillon, Arvier, Quart et Verrès; Réaffirme le refus de l’Union Valdôtaine de confondre le référendum constitutionnel avec les querelles politiques et partisanes qui n’ont rien à voir avec les contenus de la réforme; Rappelle que les aspects de la réforme qui touchent la Vallée d’Aoste concernent l’attribution de deux représentants au Sénat de la République et le titre V de la Constitution concernant l’organisation des Régions et leurs rapports avec l’Etat; Prend acte que cette réforme fait explicite référence aux Autonomies en réaffirmant leurs compétences qui sont maintenues et étendues à d’autres matières aussi aux sens de l’article 116 de la Constitution italienne; Rappelle que l’Etat a enfin reconnu et prévu, en introduisant dans le texte de la réforme la clause de sauvegarde de "l’intesa”, qu’aucune modification des Statuts des Autonomies pourra se faire unilatéralement; Observe que celle-ci est la quatrième réforme constitutionnelle approuvée par le Parlement italien depuis 1999 et que, malgré que les aspects fédéralistes soient absents dans cette réforme, pour la première fois le principe de "l’intesa” est présent dans le projet de réforme; Rappelle que, pendant des années, tant le Conseil de la Vallée, que les élus au Parlement, et les forces politiques du Val d’Aoste ont demandé, maintes fois et sans succès, d’inscrire dans la Constitution italienne le principe de "l’intesa” qui est maintenant présent dans le projet de réforme; Rappelle encore que le Conseil de la Vallée n’a jamais procédé à proposer une réforme du Statut spécial, exclusivement à cause de l’absence d’une clause de garantie, qui est maintenant prévue par le principe de "l’intesa”; Considère partant que la présence dudit principe, au cas où le référendum du 4 décembre confirmera la réforme, permettra à la Vallée d’Aoste de rendre plus actuel son Statut Spécial en le modernisant par rapport aux exigences de la Communauté du Val d’Aoste; Considère que cette clause est aujourd’hui extrêmement importante face aux agressions violentes qui ont ciblé pendant toutes ces années les Autonomies et qui encore sont réitérées par les partisans du "non”; Rappelle que l’hostilité permanente manifestée à l’égard des Autonomies a porté l’Union Valdôtaine, la SVP, le PATT, l’UAL, ainsi que d’autres forces Autonomistes à s’allier au soutien du respect de leurs Autonomies; Rappelle que les représentants du groupe des Autonomies au Parlement italien ont voté le projet de réforme suite à la reconnaissance du principe de "l’intesa”, qui pour la première fois a été reconnu par l’Etat aux Régions et aux Provinces Autonomes; Estime que la confirmation référendaire de ce projet de réforme puisse représenter, pour la Vallée d’Aoste et pour les autres Autonomies, l’occasion de voir réaffirmer et ultérieurement légitimer, les principes qui sont à la base de la reconnaissance des Régions et des Provinces Autonomes; Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine , sur la base des considérations qui sont ressorties dans les débats, au cours des rencontres sur le territoire, suite aux rapports et aux approfondissements présentés au cours de la séance de vendredi 11 novembre au Villair de Quart; Exprime son avis favorable au projet de réforme constitutionnelle en ce qui concerne les Régions et les Provinces Autonomes et invite les Valdôtaines et les Valdôtains à s’exprimer favorablement, avec un OUI, au référendum confirmatif du 4 décembre prochain. Quart, le 11 novembre 2016

VENDREDI 4 novembre 2016

10:11 Comunicato delle sezioni dell'Union Valdôtaine appartenenti all'Unité des Communes valdôtaines du Grand-Combin Comunicato delle sezioni dell'Union Valdôtaine appartenenti all'Unité des Communes valdôtaines du Grand-Combin Vista la presa di posizione del candidato di zona, consigliere regionale Claudio Restano, non possiamo che esprimere la nostra più totale contrarietà sia per la decisione assunta, che per le sue modalità. Dimenticando di essere stato indicato, in occasione delle "primarie”, quale candidato della comunità unionista, crediamo che il consigliere Restano non abbia, con quest'ultima scelta, mantenuto fede agli impegni presi. Lo stesso ha mosso critiche a chi si è assunto la responsabilità di decidere e si è lamentato dell'impossibilità di sostenere un dibattito politico costruttivo all'interno del nostro movimento. Riteniamo che i momenti d’incontro e condivisione a cui ha preso parte in questi anni, sarebbero stati i luoghi più consoni in cui manifestare il proprio disagio. Dopo gli incresciosi fatti di questi giorni, la comunità unionista del Grand-Combin appare ancora più unita e convinta nel sostenere questa maggioranza di governo. Le Sezioni dell'Union Valdôtaine dell'Unite' des Communes valdôtaines du Grand-Combin 09:49 Le cours de communication promu par les Femmes Valdôtaines : une belle expérience ! Le cours de communication promu par les Femmes Valdôtaines : une belle expérience ! « Le temps s’est littéralement échoué, sans que nous nous en apercevons ». Cet avis, par une des participantes au cours de communication organisé par les Femmes Valdôtaines, est éloquent quant à la réussite de l’initiative, s’étant déroulé dans la salle des réunions de l’Hôtel « Milleluci ». La classe a été tenue par M. Claudio Calì, qui a partagé la journée en deux : le matin, la quinzaine de participants a abordé la partie théorique. Celle-ci a offert de nombreux concepts et exemples quant aux raisons pour lesquelles, surtout les personnes qui souhaitent s’engager dans le domaine politique, ont l’intérêt de soigner la communication, afin d’accroitre son propre succès, au service du citoyen et des institutions, ainsi qu’au bénéfice de la collectivité. Cette discipline origine de nombreux concepts élaborés par des personnages actifs dans le « coaching », à savoir l’aide d’une personne à repérer les motivations les meilleures lui permettant d’être le plus performant possible dans son travail, ou dans l’activité publique ou sportive qui l’engage. Fort significative, et prisée par les participants, l’analyse de la différence entre un leader et un chef. Dans l’après-midi, ensuite, le cours est entré dans sa phase pratique, qui a porté les élèves à s’exercer dans l’interprétation de leurs émotions, ainsi que dans le changement de leur point de vue. Une des épreuves de cette partie de la formation a été la simulation de l’« appel final » de clôture de la campagne électorale d’une formation politique. Satisfaites les Femmes Valdôtaines, qui soulignent la qualité de l’initiative (l’ambiance parmi les participants a été tout de suite agréable) et le merveilleux accueil réservé à tous par Cristina Galassi. Par ailleurs, au delà s’engager en politique (qui reste un choix personnel), l’accent a été mis à maintes reprises sur la positivité de la pensée et sur l’importance de l’empathie dans la communication : des enseignements qui peuvent aider dans la vie quotidienne à être des personnes toujours meilleures.

LUNDI 17 octobre 2016

16:05 Réforme constitutionnelle: commencent les rencontres sur le territoire Réforme constitutionnelle: commencent les rencontres sur le territoire Comme il a été décidé par le Conseil fédéral du Mouvement, lors de sa réunion du 10 octobre dernier, l’Union Valdôtaine organise des rencontres sur le territoire pour approfondir et débattre la réforme constitutionnelle, et les sujets qu’y s’y relatent, en vue du référendum du 4 décembre prochain. Notre Mouvement, en raison de la portée de ce thème, souhaite ouvrir un débat et favoriser une confrontation, en vue de la campagne électorale qui commencera dans les semaines prochaines. Les rencontres sont ouvertes non seulement aux adhérents, mais également aux sympathisants, ainsi qu'à la population. La première rencontre en en calendrier se déroulera aujourd'hui, vendredi 21 octobre, dans la salle de la bibliothèque de Châtillon. Suivront les rendez-vous de: Lundi 24 octobre, à 20h30, dans l’auditorium des écoles moyennes du Villair de Quart; Vendredi 28 octobre, à 20h30, dans la Salle polyvalente d'Arvier; Lundi 7 novembre, à 20h30, dans la Salle "Bonomi" de Verrès. Participez nombreux!

MARDI 11 octobre 2016

11:09 Le Conseil fédéral aborde le sujet du référendum constitutionnel Le Conseil fédéral aborde le sujet du référendum constitutionnel Le Conseil fédéral s’est réuni au Villair de Quart hier, lundi 10 octobre, pour examiner un ordre du jour composé, principalement, par deux points. Le premier concernait la situation politique et a fait l’objet de deux rapports, de la part respectivement des Présidents du Mouvement, Ennio Pastoret, et de la Région, Augusto Rollandin. Pour sa part, le président Pastoret a proposé une mise à jour des principaux sujets s’étant présentés, ou se présentant à l’horizon, depuis la dernière réunion du Conseil, qui avait eu lieu au mois de juin, avant de la pause estivale. Parmi les thèmes abordés au cours de cette analyse, la convocation du prochain Congrès ordinaire du Mouvement, qui se déroulera dans la première partie de 2017 (la volonté étant d’éviter la correspondance entre la campagne électorale référendaire et cet important rendez-vous pour l’UV), et les projets de loi d’initiative populaire déposés auprès de la Présidence du Conseil et en cours d’examen de la part des Commissions compétentes. A cet égard, le président Pastoret a seulement rappelé les temps techniques de l’iter de ce genre de projet : la discussion dans le fond aura lieu dans un deuxième temps. Le président de la Région Rollandin a donc rappelé les principaux dossiers abordés par la majorité dans la dernière période (entre autres, la loi sur la réforme de l’école, les ouvrages de batiment scolaire en fonction anti-séisme, l’iter sur les travaux de l’Hôpital), en soulignant ensuite que « moins de deux années nous séparent de la fin du mandat » et le travail poursuit, dans le but d’offrir des réponses à toutes les questions restant ouvertes. Quant au deuxième point à l’ordre du jour, à savoir l’attitude du Mouvement par rapport au référendum constitutionnel, le premier rapport proposé a été celui du président Pastoret. Après avoir réaffirmé les passages de la proposition de réforme qui touchent directement la Vallée d’Aoste (à savoir l’élimination du collège uninominal pour le Sénat, la réaffirmation explicite de l’existence des autonomies régionales et l’insertion de la clause du principe de l’entente), a souligné qu’exprimer une indication à propos « n’est ni simple, ni banal. Nous sommes l’Union Valdôtaine, nous avons besoin d’une réflexion profonde, comme toujours lorsqu’il s’agit de questions touchant à l’Autonomie ». C’est pourquoi, dans le but de « partager les avis, de créer un débat avec la base » et de « faire murir dans la communauté la volonté à propos du référendum », quatre rencontres publiques organisées par le Mouvement se dérouleront dans les prochaines semaines. Cette annonce a été suivie par les rapports du Sénateur Albert Lanièce et du président Rollandin, qui – en soutenant le parcours tracé par le Mouvement - ont placé l’accent, respectivement, sur l’importance de l’insertion du principe de l’entente et sur le fait que la réforme comprends des points intéressants, mais il faut l’évaluer dans son ensemble, car elle « de fédéraliste n’a rien », d’où la nécessité d’en discuter tous ensemble. Le Conseil a donc conclu ses travaux par l’approbation de la résolution finale que nous publions dans les lignes qui suivent. * * * Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine réuni à Quart pour débattre sur le référendum constitutionnel du prochain 4 décembre : souligne l’importance de ce rendez vous électoral regrette qu’une partie importante de l’actuel débat politique soit envenimé par des prises de position prétentieuses qui ne permettent pas aux électeurs des approfondissements utiles rappelle que le projet de reforme, qui sera soumis au référendum confirmatif du 4 décembre, concerne de manière très importante les réalités autonomes à l’intérieur de l’Etat italien souligne qu’en ce qui concerne les Autonomies, y comprise la Vallée d’Aoste, le projet de reforme prévoit la révision des actuels Statut d’Autonomie évalue positivement qu’en vue de ce parcours de révision la réforme a introduit la close de sauvegarde de l’entente (intesa) constate cependant qu’à ce moment n’ont pas encore été définies les modalités avec lesquelles devrait s’exercer l’entente entre Région et Etat Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine considérant les retombées importantes pour la Vallée d’Aoste de ce rendez – vous référendaire rappelant que la reforme prévoit un parcours de changement et de mise à jour de notre Statut Spécial, ainsi que de ceux des autres Autonomies, avec les quelles nous entretenons des rapports d’amitié et de collaboration estime important d’entreprendre des initiatives, permettant de renforcer nos liens avec les représentants des autres Autonomies en vue des négociations futures avec l’Etat considère indispensable de partager avec une base vaste de valdôtaines et de valdôtains, les contenus et les avis sur le référendum du 4 décembre prochain décide d’organiser une série de rencontres sur le territoire pour approfondir les contenus de la reforme et tout en particulier ceux concernant la Vallée d’Aoste avant de se réunir à nouveau pour fournir des indications utiles au vote du 4 décembre prochain, le Conseil Fédéral donne mandat au Comité Fédéral de prévoir, dans les prochaines semaines, l’organisation d’une série d’assemblées publiques pour rencontrer la population et pour entendre l’avis des unionistes au sujet de la reforme constitutionnelle.  

SAMEDI 17 septembre 2016

22:06 Prompt rétablissement, Tonino! Prompt rétablissement, Tonino! Le mouvement de l’Union Valdôtaine et le Groupe de l’U.V. au Conseil de la Vallée expriment leur proximité au conseiller Antonio Fosson, en lui souhaitant un prompt rétablissement et une pleine remise en santé.

MERCREDI 27 juillet 2016

14:34 Saint-Pierre : une soirée pour souligner le retour d’un ami Saint-Pierre : une soirée pour souligner le retour d’un ami L’ancien président de la Section de l’Union Valdôtaine de Saint-Pierre, Piero Carlin, vient de rentrer d’une expérience tout à fait intense. Le long du chemin de Santiago de Compostela, pendant trente jours il a parcouru 960 kilomètres en solitaire. Nous, les amis de la Section, on a voulu souligner sa rentrée, par une soirée consacrée avant tout à écouter ses émotions et ses opinions sur cette longue marche. D’autre coté, on lui a offert les informations sur la situation politique qui s’est crée à l’échelon régional pendant son absence. En plus de cela, nous administrateurs ont mis à jour la section toute entière par rapport aux faits saillants de l’administration communale. Marco Carlin
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071

Vie de l'Union25 Octobre 2016 - 12:45

Succès pour les deux premières rencontres sur la réforme constitutionnelle

Hier soir, l’auditorium des écoles au Villair de Quart a accueilli la deuxième des quatre rencontres organisées par l’Union Valdôtaine au sujet de la réforme constitutionnelle, en vue du référendum en calendrier pour le 4 décembre. Le cycle s’était ouvert vendredi dernier, dans la salle de la bibliothèque de Châtillon.

Les deux soirées on fait enregistrer une très bonne présence de public, présent pour se former une opinion consciente face à un thème qui n’est pas simple, mais qui touche directement notre Autonomie, d’où l’attitude que notre Mouvement a emprunté vis-à-vis de ce rendez-vous électoral.

Une attitude qui peut se résumer dans la volonté de privilégier le débat, l’information et la réflexion, plutôt que de positionner préventivement l’Union Valdôtaine. C’est ainsi que la décision d’organiser ces soirées a pris corps. Grâce aux rapports du président du Mouvement Ennio Pastoret, du président de la Région Augusto Rollandin (présent hier à Quart) et du sénateur Albert Lanièce (à Châtillon) les présents ont pu entrer dans le fond de la question et les différentes questions adressées par le public ont témoigné de l’intérêt pour la matière.

La position que le Mouvement arrivera a prendre sera donc consciente, développée le long d’un parcours démocratique et, surtout, participée.

Si vous souhaitez également approfondir ce thème, sachez que deux rencontres encore se dérouleront. Elles sont au programme ce vendredi, 28 octobre, à 20h30, dans la salle polyvalente d’Arvier et lundi 7 novembre, toujours à 20h30, dans la salle « Bonomi » de Verrès.