Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 30 jui 2021 - 10:03

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Mouvement Vie de l'Union

Vie de l'Union27 Octobre 2017 - 16:32

Communiqué de presse conjoint entre UV et UVP

imprimerpartager

L’Ecosse et la Catalogne ainsi que le Kurdistan irakien ont soumis à des référendums populaires leurs requêtes d’indépendance du Royaume Uni et de l’Espagne ou de proclamation d’un État indépendant. Tout récemment, en Lombardie et en Vénétie, les électeurs se sont rendus aux urnes pour réclamer plus d’Autonomie pour leurs Régions, en lançant ainsi un coup de semonce en direction de Rome. Dans d’autres réalités encore, des requêtes analogues d’Autonomie renforcée avancent progressivement, comme le scrutin Corse des 3 et 10 décembre prochains.

A cet égard, l’Union Valdôtaine et l’Union Valdôtaine Progressiste, forces politiques Unionistes, Progressistes, Fédéralistes et Autonomistes, se réjouissent de ce nouveau cap et des avancées dans le processus d’affirmation du droit à l’autodétermination et à l’autonomie des peuples. Par ailleurs, prenant acte, avec satisfaction, des répercussions de ces événements et que le sujet des autonomies, sujet redevenu d’actualité, est sur toutes les lèvres, souhaitent qu’un ample débat s’ouvre quant’aux opportunités et aux retombées découlant d’une Autonomie responsable et de l’application des principes fédéralistes. Principes qui devraient être à base d’une vision stratégique et politique plus ample et plus moderne visant à la redéfinition de la structure actuelle des États.

En ce qui concerne l’idéal autonomiste, le Pays d’Aoste a largement contribué à développer les thèmes du Fédéralisme, de l’Autogouvernement et de la Subsidiarité par la pensée d’éminentes personnalités, à partir d’Emile Chanoux jusqu’à Séverin Caveri, Maria Ida Viglino et Bruno Salvadori.

C’est, d’autre part, pour affirmer, sauvegarder et promouvoir ces principes que les Valdôtaines et les Valdôtains, depuis longtemps, se sont toujours battus et, en 1948, ont obtenus la reconnaissance constitutionnelle du particularisme culturel et linguistique du Val d’Aoste par l’approbation du Statut Spécial d’Autonomie.

Le Peuple Valdôtain a d’ailleurs vécu des moments de graves crises économiques et il a été confronté à de grands changements démographiques, sociaux, culturels et identitaires qui, souvent, ont été accompagnés par de fortes poussées centralisatrices ainsi que par des attaques répétées à son Statut Spécial et à la mise en discussion de son Autonomie financière.

L’UV et l’UVP considèrent donc que l’actualité du débat sur le thème des Autonomies est une opportunité à saisir afin de mieux partager et faire comprendre le bienfondé de son existence ainsi que les différents principes étant à leur base et les valeurs qui la caractérisent. L’UV et l’UVP souhaitent partant qu’en Italie puisse s’accroitre davantage, et de façon positive, l’attention de l’opinion publique et des milieux politiques sur les Autonomies territoriales. Et ce, afin d’aboutir, dans un cadre fédéraliste, à leur pleine reconnaissance, tout en soulignant l’importance du respect des diversités et des spécificités culturelles et linguistiques.

A ce propos, l’UV et l’UVP considèrent, enfin, que le débat politique sur les Autonomies sera l’un des sujets ainsi que des enjeux caractérisant la campagne électorale des prochaines élections politiques. Au sein du futur Parlement Italien le Val d’Aoste devra, à cet effet, être représenté par des Fédéralistes et Autonomistes convaincus étant donné que, dans les années à venir, il faudra se battre afin que soient prises ces décisions vitales lui assurant un développement durable, à partir du maintien de son identité culturelle et linguistique, fondement de son Statut Spécial d’Autonomie.

Le Président UVP
Elisa BONIN

Le Président UV
Ennio PASTORET

imprimerpartager

MouvementVie de l'Union

MARDI 24 octobre 2017

17:59 I Sindaci della Table incontrano gli amministratori regionali sul Bilancio I Sindaci della "Table" incontrano gli amministratori regionali sul Bilancio A seguito dell’insediamento della nuova maggioranza regionale, la "Table des Syndics” ha avuto oggi, martedì 24 ottobre, un primo confronto con gli assessori unionisti dell’Esecutivo, Aurelio Marguerettaz, Ego Perron ed Emily Rini, e con il consigliere Augusto Rollandin e il presidente dell’Union Valdôtaine, Ennio Pastoret. Nella riunione, sono stati affrontati vari temi in agenda, con particolare riferimento alla formazione del prossimo Bilancio della Regione. Al riguardo, i Sindaci della "Table” giudicano positivamente le rassicurazioni ricevute dall’assessore competente Perron, circa il fatto che i Comuni continueranno a rappresentare gli elementi prioritari nella formazione del bilancio regionale, sul quale la maggioranza è attualmente impegnata. Nella riunione è poi stata concordata anche la composizione di gruppi di lavoro, dedicati a tematiche specifiche, nei quali i Sindaci proseguiranno nel confronto con gli amministratori regionali, sia sul documento contabile (che presenta - com’è noto - significative ricadute anche per gli enti locali della regione), sia su altri temi in evidenza nell’attualità politico-amministrativa della comunità valdostana. In termini generali, i Sindaci della "Table” sono coscienti del periodo ridotto a disposizione dell’Esecutivo per l’attuazione del programma di governo ed intendono quindi porsi in una logica di razionalizzazione dei tempi, evitando di dividere le energie su più dossier, per concentrarsi su una serie di priorità principali. In particolare, a proposito del Bilancio, la volontà è di approfondire aspetti quali il reperimento e le risorse a disposizione e la capacità di spesa compressa per i comuni valdostani dalle recenti leggi finanziarie.

MERCREDI 18 octobre 2017

11:18 Une soirée pour nous rappeler d’être unis et forts Une soirée pour nous rappeler d’être unis et forts Mercredi 11 octobre dernier, auprès du restaurant "Pezzoli” de Gressan, s’est déroulée une soirée de solidarité organisée par les Sections de l’Union Valdôtaine de Charvensod, Jovençan, Gressan et Pollein, afin de soutenir l’atelier de menuiserie de Diego Bollon, membre de notre Mouvement, ayant subi une incendie le mois dernier. L’idée a été lancée par les Présidents des Sections de Charvensod, Françoise Munier, et de Jovençan, Davide Adolfo Ferré, qui ensemble ont décidé de concerner les collègues des autres deux sections avoisinantes. Pendant le diner, une petite enchère a eu lieu, avec des produits et des coupons offerts par les activités présentes dans les quatre communes, dans un esprit convivial et solidaire accompagné par la musique d’Erik Bionaz et Simon Salto. Un beau geste humain de la part des quatre Sections du Mouvement, "dans un moment économique et politique difficile. Cette initiative est un point de départ qui doit nous conduire à être toujours unis et forts, tant dans les moments beaux, que dans ceux moins beaux” , comme l’a expliqué au début de la soirée, dans son allocution, le président Davide Adolfo Ferré. Pour le bon résultat auquel on a abouti, on remercie tous les 99 participants au diner, le restaurant Pezzoli pour le traitement nous ayant été réservé, les musiciens, toutes les entreprises ayant offert des produits pour l’enchère, ainsi que toutes les personnes ayant contribué par leurs offres personnelles. "On ne peut pas aider tout le monde, mais chacun peut aider quelqu'un”! 

MERCREDI 20 septembre 2017

16:08 Catalogne: le communiqué de presse de l’Union Valdôtaine Catalogne: le communiqué de presse de l’Union Valdôtaine L’Union Valdôtaine juge négativement les faits qui se sont produits dans les dernières heures en Catalogne, qui ont porté à l’arrestation de fonctionnaires et de représentants de l’Administration de la Communauté, dans le but d’empêcher au Peuple Catalan de se prononcer par une consultation électorale référendaire démocratique. L’Union Valdôtaine, Mouvement politique Fédéraliste et Autonomiste, considère que dans la maison commune Européenne devrait être assurée la liberté de chaque Communauté de défendre et de sauvegarder les spécificités politiques et culturelles qui constituent la richesse de l’UE. L’Union Valdôtaine exprime à la Catalogne tous ses sentiments de solidarité et souhaite que son Peuple puisse exprimer sa volonté par voie démocratique, en utilisant, librement et sans contraintes, l’instrument démocratique du referendum pour choisir son propre futur.

MARDI 12 septembre 2017

11:28 Le souhait pour nos 72 ans: un effort et une volonté communs Le souhait pour nos 72 ans: un effort et une volonté communs Le 13 septembre 1945, au lendemain de la promulgation des "Décrets du Lieutenant du Royaume", un groupe de personnes courageuses et clairvoyantes, convaincues que le pouvoir d'autogouvernement attribué au Val d’Aoste par ces actes était trop faible, fonda l’Union Valdôtaine. Ces devanciers, qui tenaient à la défense du caractère ethnique et linguistique de notre communauté, s’unirent pour créer un Mouvement qui rassembla des autonomistes, de toutes tendances politiques, se rattachant à l'idéal du martyr de la Résistance valdôtaine Emile Chanoux. L’Union Valdôtaine fut gérée par Comité provisoire dont les membres étaient: Albert Deffeyes, Lino Binel, Paul-Alphonse Farinet, Ernest Page, Victor Rosset, Mgr Joconde Stévenin, Robert Berton, Amédée Berthod, Félix Ollietti, Séverin Caveri, Maria Ida Viglino, Flavien Arbaney et Aimé Berthet. Depuis ce 13 septembre 1945, tout au long de son d’histoire, l’Union Valdotaine a consacré sa vie au Val d’Aoste et à sa Communauté, par son engagement, par les sacrifices, les joies, les douleurs, les querelles, les divisions et les grands moments d’unité qu’elle a vécu. Pendant les 72 ans de vie du Mouvement des femmes, des hommes des personnes âgées et des jeunes se sont engagés pour l’Union, pour l’idéal qu’elle représentait, charmés pour l’amour envers le Pays d’Aoste que l’Union Valdôtaine a toujours affirmé et démontré. L’Union Valdôtaine a eu des poussées inoubliables de succès et de croissances, mais aussi des abandons et des déchirures douloureuses. Elle a vécu cela en traversant un long moment d’histoire, qui a vu la dissolution des partis politiques en Italie et de profondes transformations des agrégations historiques en Europe. Malgré ça, ce grand Mouvement populaire est encore vif et vivant, malgré les difficultés d’un cadre politique qui est soumis à des séismes qui contribuent à en augmenter la fragmentation. Les points de repère traditionnels sont mis en crise par des nouvelles formations politiques qui font de l’agressivité leur devise et qui cherchent à s’affirmer, un peu partout, selon des formules et des propositions qui produisent souvent des clameurs écrasantes, mais qui ne durent que l’espace de quelque jour. D’ailleurs la politique actuelle a pris davantage l’habitude de chatouiller les esprits de revanche plutôt qu’essayer d’offrir des propos raisonnables et réalisables. On ne sait pas jusqu’à quand, mais, certainement, cela ne peut pas continuer longtemps sans mettre en crise toute forme de gouvernabilité. Dans ces jours au Val d’Aoste est en acte une tentative de réunir les forces unionistes, autonomistes et fédéralistes. Après des années de querelles et de partages il s’agit d’un essai important. Des colloques ont été conduits. D’autres s’ensuivront. Reste, pour le moment le fait, qu’une volonté commune a, jusqu’à présent, permis de se parler, de se confronter en laissant de côté tout esprit de revanche. Face à la confusion et à l’éparpillement idéal et programmatique de la politique actuelle on ne peut que saluer favorablement cette tentative qui, en quelque sorte, rappelle, comme en a été le 13 septembre 1945, que pour les Valdôtains, le seul espoir de s’en sortir des moments des difficultés est celui de unir les forces. Sans aucune prétention de faire des comparaisons improposables on souhaite que, ce 13 septembre 1945 puisse marquer l’affirmation d’un effort et d’une volonté commune entre les forces politiques unionistes, autonomistes et fédéralistes pour le futur du Pays d’Aoste. Ennio Pastoret

MARDI 18 juillet 2017

15:05 “Nessun contrasto tra amministratori e responsabili del Movimento” “Nessun contrasto tra amministratori e responsabili del Movimento” Proficuo confronto, nell’abituale riunione settimanale tenutasi all’inizio del pomeriggio di ieri, lunedì 17 luglio, tra il gruppo degli eletti dell’Union Valdôtaine e il Presidente del Movimento, Ennio Pastoret. "Si è trattato - spiega il capogruppo, Ego Perron - di un approfondimento a trecentosessanta gradi, che ha riguardato i principali temi dell’agenda politica valdostana, dalla strategia del nostro gruppo in seno al Consiglio regionale, a situazioni specifiche come la variazione di bilancio adottata ieri dalla Giunta ed illustrata prima ai giornali che ai componenti della II Commissione”. "Dalla riunione di ieri - aggiunge Ego Perron - è emersa l'unità d’intenti, e di visione dell’azione futura, tra il gruppo e il vertice del Movimento. Smentisco quindi le notizie di contrasti tra noi amministratori e i responsabili dell’Union Valdôtaine. I dossier sui quali perseguire l’interesse della comunità valdostana non mancano (quello contabile, ad esempio, è soltanto uno di essi) e preferiamo concentrarci su ciò che ci unisce, anziché inseguire le voci altrui che ci vogliono lontani”.

MERCREDI 12 juillet 2017

11:57 Elezioni? L’UV lo disse al momento del ribaltone… Elezioni? L’UV lo disse al momento del ribaltone… Lunedì 10 luglio il Comité Fédéral dell’Union Valdôtaine ha esaminato diversi punti all’ordine del giorno, a partire dall’attualità politica. "Le elezioni anticipate sono l’argomento di attualità. Vedo con piacere che ora si allineano in molti alla richiesta dell’Union di andare alle urne. Noi, però, lo dicemmo al momento del ribaltone. Altri lo fanno invece ora per uscire dalla palude dei loro insuccessi e dalle emergenze create da una maggioranza che pare sempre più impegnata a fare proclami che a produrre risultati - ha detto il Presidente dell’Union Valdôtaine, Ennio Pastoret. "Ora stanno venendo al pettine nodi inestricabili. Il documento di programmazione economica regionale doveva essere presentato per fine giugno e non ve n’è traccia. Si capisce bene che vi siano delle difficoltà a predisporlo ed a presentarlo viste le evidenti divergenze di opinione tra le diverse fazioni che compongono la maggioranza. Inoltre, almeno fino ad ora, nessuno ha provato a spiegare come si potrebbe andare al voto in autunno con un bilancio di previsione da approvare. Far slittare la sua approvazione al 2018 sarebbe un fatto di inaudita gravità che avrebbe gravissime ripercussioni sulla Collettività. – ha detto Pastoret - D’altronde si capisce bene che questa la maggioranza abbia al suo interno evidenti disallineamenti sulle priorità di bilancio senza contare la difficoltà ad approntare lo strumento contabile dopo che Marquis, nel corso delle sue passeggiate romane, non ha trovato il tempo ed il modo di occuparsi adeguatamente dei rapporti finanziari con lo Stato, facendosi scippare circa 100 milioni di euro”. "Ma l’insistito desiderio di andar presto alle urne, anche a discapito dell’approvazione del bilancio, è soprattutto dovuto al fatto che molti supporters della maggioranza, vorrebbero sfilarsi dall’obbligo di dover approvare, in autunno, la seconda tranche di finanziamenti al Casinò prevista dall’asse Chatrian – Marquis. – ha detto il Presidente dell’UV – Inoltre anche la politica degli annunci che hanno accompagnato questa prima fase di vita dell’attuale maggioranza è ormai al capolinea. Da qui alla prossima primavera vi è l’obbligo di produrre fatti e risultati. Ma ormai si vede sempre più chiaramente che questi non ci saranno, da qui l’ansia di andare ad elezioni anticipate per non ammettere, a fine legislatura, di non aver conseguito alcuno dei risultati tanto strombazzati. Anticipare il voto consentirebbe di avere ancora qualche margine per sostenere il bluff, attribuendo a chi c’era prima la colpa dei propri insuccessi”. "Per quanto riguarda l’Union Valdôtaine, da oltre un mese, il Comité Fédéral ha condotto incontri con i Presidenti per preparare le Sezioni in vista della scadenza della legislatura. Se questa terminerà prima l’Union Valdôtaine sarà pronta ed operativa per andare al voto, se e quando, tutti quelli che lo invocano le urne, si prenderanno la responsabilità di staccare la spina ad una maggioranza che ha prodotto molti proclami e pochissimi fatti. – aggiunge Pastoret – Nel frattempo l’Union Valdôtaine continua il suo lavoro nel costruire il suo annunciato Projet pour la Vallée d’Aoste che andrà avanti aprendo una base di serio percorso programmatico con i suoi alleati PD-PS ed EPAV. Un progetto il nostro che abbiamo già detto aperto a tutti coloro che vorranno contribuire lavorare concretamente per preparare la Valle d’Aosta e la sua Autonomia alle sfide dei prossimi anni”.

MERCREDI 5 juillet 2017

17:55 Le document politique entre UV, PD, PSI et EPAV a été signé et présenté à la presse Le document politique entre UV, PD, PSI et EPAV a été signé et présenté à la presse Le document politique entre Union Valdôtaine, Partito Democratico della Valle d’Aosta, Partito Socialista Italiano et Edelweiss Popolare Autonomista Valdostano, signé dans la matinée d’aujourd’hui, mercredi 5 juillet, par les responsables desdites forces politiques, a été illustré aux médias lors d’une conférence de presse s’étant conclue il y a quelques instants. Pour sa part, en rappelant d’avoir été mandaté par le Comité fédéral à la signature du document le 3 juillet dernier, le président de l’UV, Ennio Pastoret, a souligné que ce texte se veut une façon de sortir "dagli equivoci e dai ‘si dice’. Dopo i fatti del 10 marzo, c’era chi ci chiedeva ‘con chi state? Cosa fate?’ e il documento nasce anche dalla collaborazione in Consiglio regionale ed ha lo scopo di continuare a fare delle cose”. Quant aux buts, le président Pastoret a expliqué que le document d’un côté établit des orientations afin de développer "contenuti ed indirizzi per il futuro, nel rispetto delle reciproche differenze, con l’intento di trovare consensi e forme di collaborazione ulteriori” et, d’autre, à propos de la commune d’Aoste, "valuta positivamente il lavoro svolto da Giunta e Sindaco che abbiamo contribuito ad eleggere”. "Ora - a ajouté Pastoret - si tratta di riprendere alcuni punti del programma cittadino, determinando i più urgenti, affinché ci sia la consapevolezza, da parte di chi è amministrato, del fatto che determinati temi sono prioritari”. Pour l’Edelweiss Popolare Autonomista Valdostano, Mauro Baccega a parlé d’un "tavolo aperto”, axé sur un rapport né dans le passé, car "pur arrivando da un altro movimento, siamo alleati dell’UV dal 2006”. "Poi - a-t-il continué - abbiamo iniziato il rapporto con il PD, vedi la Giunta Grimod, portando a casa risultati straordinari, ed in seguito con il programma regionale del 2015. Per EPAV è naturale essere qui, continuiamo a essere leali con gli elettori, vogliamo costruire”. Irene Deval, secrétaire régional du Partito Democratico, a evoqué l’agenda des thèmes auxquels la collaboration engagée par le document ouvre: "federalismo, autonomia, ci sono molte cose da fare: una grande parte di Europa che vuole portare avanti un progetto per la montagna”. Tout cela, dans le but de "parlarsi, per aggiornare la nostra politica e la nostra economia con soluzioni che non sono più rinviabili”. Enfin, en représentant le Partito Socialista Italiano, Giovanni Aloisi a affirmé que "la politica deve cominciare a ragionare in termini per cui, superata l’arrabbiatura, bisogna riprendere a costruire, perché a demolire si fa più in fretta”. "La sfida che ci diamo con questo documento - a-t-il continué - non è solo tra noi, ma anche all’esterno, a chi vuole esprimere posizioni costruttive. Si apre un cantiere e non riguarda solo le elezioni, ma qualcosa di più grande: quale Valle d’Aosta ci sarà?”. Le document peut être téléchargé ICI .

MARDI 4 juillet 2017

10:59 Le Communiqué de Presse du Comité fédéral Le Communiqué de Presse du Comité fédéral Hier, lundi 3 juillet, le Comité Fédéral de l’Union Valdôtaine s’est réuni pour débattre différents point à l’ordre du jour. Sur la question concernant la requête de déduction de la part de la Cour aux Comptes, sur la Maison de jeu de Saint Vincent, le Comité a réaffirmé les évaluations déjà présentées dans son communiqué de presse de mercredi 28 juin dernier. En particulier le Comité rappelle que les interventions effectuées concernent des financements pour sauvegarder l’existence de la Maison de jeu et en particulier le patrimoine immobilier qui lui a été confié et que la Région, en tant que propriétaire, avait l’obligation d’entretenir. Le Comité Fédéral rappelle encore que les financements sont le fruit de ressources que CVA a prêté à la Maison de jeu sous payement d’intérêts qui sont revenus à CVA. Le Comité Fédéral souligne que, à ce moment, la Cour aux Comptes a demandé de répondre à ses remarques et que cela ne consiste en aucun acte d’imputation ou de condamnation. Le Comité Fédéral, suite à la conclusion des rencontres programmées avec les Président des Sections exprime sa satisfaction pour la présence, presque unanime, de tous les représentants des Sections, ce qui témoigne l’enracinement et la présence vive et vivante de l’Union Valdôtaine sur le territoire. Le Comité a exprimé aussi le plaisir le plus vif pour les débats, sur différents thèmes, qui ont animé les soirées des rencontres, qui ont été enrichies par les avis et les commentaires des intervenants. Pendant les soirées il a été fait l’état de la situation politique et des futures échéances électorales. En particulier, au cours de toutes les rencontres, a été considérée l’opportunité de faire ressortir du territoire et des Sections y afférentes, une partie importantes des futures candidates et candidats de l’Union Valdôtaine, aux prochaines élections régionales. Entre temps, a été lancée la volonté de travailler à un « projet pour la Vallée d’Aoste » qui sera fera l’objet d’une série d’analyses et de propositions que l’Union Valdôtaine veut avancer en vue des prochains rendez-vous électoraux en essayant de dépasser les actuels clivages négatifs sur les thèmes de l’Autonomie, du Fédéralisme, de la Subsidiarité. Aoste, le 4 juillet 2017

MERCREDI 28 juin 2017

11:58 Il Comité fédéral: intervenire a sostegno del Casinò era un dovere degli amministratori Il Comité fédéral: intervenire a sostegno del Casinò era un dovere degli amministratori Il Comité Fédéral dell’Union Valdôtaine, appreso della notificazione recapitata dalla Procura regionale della Corte dei conti a numerosi consiglieri regionali tra cui diversi esponenti dell’Union Valdôtaine; precisa che l’atto trasmesso consiste in un invito a dedurre ed a fornire le opportune ragioni di difesa da parte delle persone interessate; ritiene che tutti gli interventi a sostegno della Casa da gioco siano stati effettuati nell’intento di salvaguardare l’attività e l’esistenza della casa da gioco stessa; ricorda che la Casa da gioco e gli immobili che sono stati oggetto di finanziamento, con l’accensione di mutui, per opere di rifacimento, sono di proprietà della Regione Valle d’Aosta; considera quindi che intervenire a sostegno del proprio patrimonio immobiliare ed alla salvaguardia dell’attività del Casinò, delle sue attività economiche, fosse un dovere degli amministratori regionali; sottolinea che al momento non vi è alcuna formulazione di imputazione, né tantomeno condanna, ma un invito a fornire motivazioni e chiarimenti riguardo agli atti ed agli interventi effettuati nel tempo nei confronti della Casa da gioco; Tutto ciò premesso, il Comité Fédéral dell’Union Valdôtaine è fermamente convinto che tutti gli amministratori che si sono assunti la responsabilità di operare nel tempo per salvaguardare un patrimonio della Regione, come la Casa da gioco di Saint-Vincent, lo abbiano fatto nell’interesse del bene collettivo, nel rispetto delle regole e della legge. Il Comité Fédéral esprime pertanto il suo sostegno a tutti coloro che sono stati interessati dalla trasmissione degli inviti a dedurre. A tutti i rappresentanti dell’Union Valdôtaine, chiamati in causa in questa vicenda, a partire dal Presidente della Regione, degli Assessori e dei Consiglieri regionali, il Movimento esprime la sua ampia ed incondizionata solidarietà, con la certezza che essi riusciranno a dimostrare la giustezza del loro operato e delle ragioni che lo hanno guidato.
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071

Vie de l'Union27 Octobre 2017 - 16:32

Communiqué de presse conjoint entre UV et UVP

L’Ecosse et la Catalogne ainsi que le Kurdistan irakien ont soumis à des référendums populaires leurs requêtes d’indépendance du Royaume Uni et de l’Espagne ou de proclamation d’un État indépendant. Tout récemment, en Lombardie et en Vénétie, les électeurs se sont rendus aux urnes pour réclamer plus d’Autonomie pour leurs Régions, en lançant ainsi un coup de semonce en direction de Rome. Dans d’autres réalités encore, des requêtes analogues d’Autonomie renforcée avancent progressivement, comme le scrutin Corse des 3 et 10 décembre prochains.

A cet égard, l’Union Valdôtaine et l’Union Valdôtaine Progressiste, forces politiques Unionistes, Progressistes, Fédéralistes et Autonomistes, se réjouissent de ce nouveau cap et des avancées dans le processus d’affirmation du droit à l’autodétermination et à l’autonomie des peuples. Par ailleurs, prenant acte, avec satisfaction, des répercussions de ces événements et que le sujet des autonomies, sujet redevenu d’actualité, est sur toutes les lèvres, souhaitent qu’un ample débat s’ouvre quant’aux opportunités et aux retombées découlant d’une Autonomie responsable et de l’application des principes fédéralistes. Principes qui devraient être à base d’une vision stratégique et politique plus ample et plus moderne visant à la redéfinition de la structure actuelle des États.

En ce qui concerne l’idéal autonomiste, le Pays d’Aoste a largement contribué à développer les thèmes du Fédéralisme, de l’Autogouvernement et de la Subsidiarité par la pensée d’éminentes personnalités, à partir d’Emile Chanoux jusqu’à Séverin Caveri, Maria Ida Viglino et Bruno Salvadori.

C’est, d’autre part, pour affirmer, sauvegarder et promouvoir ces principes que les Valdôtaines et les Valdôtains, depuis longtemps, se sont toujours battus et, en 1948, ont obtenus la reconnaissance constitutionnelle du particularisme culturel et linguistique du Val d’Aoste par l’approbation du Statut Spécial d’Autonomie.

Le Peuple Valdôtain a d’ailleurs vécu des moments de graves crises économiques et il a été confronté à de grands changements démographiques, sociaux, culturels et identitaires qui, souvent, ont été accompagnés par de fortes poussées centralisatrices ainsi que par des attaques répétées à son Statut Spécial et à la mise en discussion de son Autonomie financière.

L’UV et l’UVP considèrent donc que l’actualité du débat sur le thème des Autonomies est une opportunité à saisir afin de mieux partager et faire comprendre le bienfondé de son existence ainsi que les différents principes étant à leur base et les valeurs qui la caractérisent. L’UV et l’UVP souhaitent partant qu’en Italie puisse s’accroitre davantage, et de façon positive, l’attention de l’opinion publique et des milieux politiques sur les Autonomies territoriales. Et ce, afin d’aboutir, dans un cadre fédéraliste, à leur pleine reconnaissance, tout en soulignant l’importance du respect des diversités et des spécificités culturelles et linguistiques.

A ce propos, l’UV et l’UVP considèrent, enfin, que le débat politique sur les Autonomies sera l’un des sujets ainsi que des enjeux caractérisant la campagne électorale des prochaines élections politiques. Au sein du futur Parlement Italien le Val d’Aoste devra, à cet effet, être représenté par des Fédéralistes et Autonomistes convaincus étant donné que, dans les années à venir, il faudra se battre afin que soient prises ces décisions vitales lui assurant un développement durable, à partir du maintien de son identité culturelle et linguistique, fondement de son Statut Spécial d’Autonomie.

Le Président UVP
Elisa BONIN

Le Président UV
Ennio PASTORET