Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 28 jui 2021 - 10:54

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Mouvement Jeunesse Valdôtaine

Jeunesse19 Juin 2018 - 14:04

Communiqué de Presse

imprimerpartager

La Jeunesse Valdôtaine

PREND ACTE des résultats des élections régionales du 20 mai dernier, qui ont conduit l’UV à une victoire à la Phyrrus, ayant perdu la moitié des voix par rapport à 2013, tout en restant le premier parti.

S’ÉTONNE face aux déclarations de M.me Rini, qui, quatrième élue dans la liste de l’Union Valdôtaine, vient d’exprimer sa volonté de quitter le Mouvement.

SOULIGNE que ce comportement n’est pas respectueux de l’engagement pris avec les électeurs il y a un mois.

CONSTATE que, si le mandat impératif demeure nul, ces changements de parti continuels, qui caractérisent la politique à tout niveau, sont moralement injustifiables et ne font qu’augmenter la haine pour la politique qui caractérise déjà nombre de citoyens.

SOULIGNE que les électeurs qui ont donné confiance à M.me Rini ont voté la liste de l’Union Valdôtaine , sûrs, hélas, que les élus n’auraient pas changé de parti, vu l’engagement moral pris par tous les candidats de la liste UV.

OBSERVE que la sortie de M.me Rini du Mouvement arrive seulement au début du troisième mandat consécutif, très probablement pour se sauver de l’interdiction du quatrième mandat, prévue par les Statuts de l’UV.

PRÉSENTE la candidature de M.me Rini pour le Guinness des Records, catégorie : «Changement de parti avant la première séance d’une Assemblée législative »

REMARQUE que la Lega-Salvini Premier, qui à Rome a inséré à l’intérieur du « Contratto di Governo » ce qui suit : "Occorre introdurre forme di vincolo di mandato per i parlamentari, per contrastare il sempre crescente fenomeno del trasformismo. Del resto, altri ordinamenti, anche europei, contengono previsioni volte a impedire le defezioni e a far sì che i gruppi parlamentari siano sempre espressione di forze politiche presentatesi dinanzi agli elettori”, au niveau régional se dit prête à créer un gouvernement grâce à l’apport déterminant d’une "trasformista”.

SOUHAITE bonne chance à la coalition qui vient de naître, en espérant qu’elle puisse sauvegarder l’autonomie et donner des réponses au Peuple Valdôtain, sans qu’elle devienne un Gouvernement style « Prodi II », concentré seulement sur les vétos internes et sur le partage des places de pouvoir.

RAPPELLE à M.me Rini que, si elle désire vraiment le changement à l’intérieur de l’UV, elle sera la bienvenue pour travailler avec tous ceux qui (JV comprise) croient qu’à travers un dialogue réel et une confrontation sincère on puisse finalement révolutionner le Mouvement.

imprimerpartager

MouvementJeunesse

MARDI 14 mars 2017

08:30 La Jeunesse Valdôtaine en Assemblée: nouveau Comité et prise de position sur les faits du Conseil de la Vallée La Jeunesse Valdôtaine en Assemblée: nouveau Comité et prise de position sur les faits du Conseil de la Vallée La Jeunesse Valdôtaine a vécu un rendez-vous remarquable dans les derniers jours. Nos jeunes se sont réunis en assemblée générale, à Saint-Christophe, samedi 11 mars dernier. A cette occasion, ils ont pourvu à l’élection du Comité de direction de leur organisation. A la charge de Président a été confirmé Alexandre Bertolin, tandis que Vice-président est Richard Zublena et Secrétaire Gabriele Osio. Les conseillers membres du Comité sont Nathalie Cabraz, Davide Carradore, Marco Carrel, Etienne Merlet, Davide Petroz et Elena Ponzetti. Le Comité se complète par Joël Farcoz, chef-de-groupe de l’UV au Conseil de la Vallée, en tant que membre de droit. L’Assemblée de la Jeunesse a également pris position sur la situation s’étant vérifiée au Conseil de la Vallée, par un communiqué par lequel notre mouvement juvénile « condamne fermement le ‘coup d’Etat’ ayant eu lieu » le 10 mars dernier et souligne « l’embarras des jeunes Valdotains face à ce jeu de pouvoir qui a comme seul but l’exclusion de l’UV du Gouvernement ». La Jeunesse « abhorre la manœuvre mise en place par le Président du Conseil régional, qui, abandonnant son impartialité, a plié à la volonté d’une partie du Conseil les lois et les règlements ». De plus, nos jeunes prennent acte « que la nouvelle ‘majorité’ ne tient pas en compte la volonté de l’électorat exprimée en 2013, étant composée seulement par peu de Conseillers appartenant aux listes ayant gagné les derniers élections ». La JV insiste également « sur le fait que la nouvelle ‘majorité’ est composée par nombre de Conseilles qui, ayant changé de groupe, ont trahi le corps électoral », en plus de blâmer « la présence dans la nouvelle ‘majorité’ de Conseillers condamnés pour financement illégal des partis politiques, qui démontrent avec ce passage toute leur incohérence ». En conclusion, la Jeunesse Valdôtaine s’inquiète « pour l’instabilité de la nouvelle ‘majorité’, qui pour exister doit se baser sur le vote déterminant d’un ‘grillino’ et sur d’autres votes douteux » et réaffirme « la valeur de l’engagement de la JV et des jeunes en général, déterminés à faire cesser, à l’avenir, cette façon irresponsable de faire politique ».

VENDREDI 11 novembre 2016

11:06 Communiqué de Presse Communiqué de Presse La Jeunesse Valdôtaine Ayant appris la «naissance» du parti politique juvénile «Jeune Vallée d’Aoste», créé par le «movimento giovani padani»; Exprime toute sa satisfaction pour le fait que aussi la Lega Nord, après plus de 25 ans de politique fondée sur l’idée des « macro-régions » et une série de propositions de loi visant à effacer notre région, a commencé à s’intéresser à l’Autonomie de la Vallée d’Aoste. Rappelle , cependant, que, puisque la véritable «Jeune Vallée d’Aoste» de l’abbé Trèves et d’Émile Chanoux avait le but de lutter contre le fascisme pour défendre cette Petite Patrie, nous nous demandons comment un parti d’extrême droite, qui a désormais abandonné toute liaison avec les idéaux fédéralistes, allié avec les principaux mouvements neo-fascistes d’Italie et d’Europe, peut seulement penser de pouvoir utiliser le nom de la «Jeune Vallée d’Aoste» ; Prétend le respect dû à la dénomination «Jeune Vallée d’Aoste», groupe d’action régionaliste formé pendant le régime fasciste et à la mémoire des pères de notre Autonomie, qui sont morts pour défendre cette Terre et qui n’ont rien à voir avec cette nouvelle fausse copie ; Constate que la campagne électorale pour les élections régionales de 2018 est déjà commencée pour les amis «Padani». La «naissance» de ce groupe avec le soutien d’un ancien Président de la Fondation Chanoux, nous amène à faire des réflexions : par exemple sur le fait que la «naissance» d’un nouveau groupe politique régionaliste se place à une année et demi des élections et que l’animateur de ce projet est un homme politique «homeless» qui cherche un abri. Demande au Comité pour le 70éme anniversaire de la Résistance de la libération et de l’Autonomie de la Vallée d’Aoste, à la Fondation Chanoux, au Centre d’études Abbé Trèves, à l’Institut de la Résistance, à l’ANPI, à toutes les associations culturelles Valdôtaines, à la population Valdôtaine tout entière, au-delà des couleurs politiques, de défendre ensemble le nom et le souvenir de la «Jeune Vallée d’Aoste», qui a été un des piliers de notre histoire et notre Autonomie. Promet de défendre bec et ongles la mémoire et le travail accompli par la «Jeune Vallée d’Aoste» et de ne jamais laisser que ce nom soit piétiné par un mouvement de tendance extrémiste que déjà Trèves, Chanoux et leurs compagnons ont combattu dans le passé. Réplique aux jeunes de la «Lega» que ce n’est pas avec ce maquillage politique et historique irrespectueux de l’histoire Valdôtaine, qu’ils cacheront leur vraie nature. Ils sont et ils resteront les «Giovani Padani». Pourquoi veulent‐ils cacher et renier leur nature? Aoste,le 11 novembre 2016

LUNDI 26 septembre 2016

11:24 La Jeunesse Valdôtaine a célébré son 70e anniversaire, entre avenir et histoire La Jeunesse Valdôtaine a célébré son 70e anniversaire, entre avenir et histoire Grand succès, samedi dernier, 24 septembre, pour le Congrès de la Jeunesse Valdôtaine par lequel a été célébré le soixante-dixième anniversaire de notre Mouvement juvénile. Les travaux, s’étant déroulés dans la salle des conférences de "SkyWay” Mont-Blanc, au Pavillon du Mont Fréty, ont été partagés en deux moments: lors du premier, les autorités présentes ont tenu leurs allocutions et une vidéo, sur l’histoire de la Jeunesse et sur les personnages ayant caractérisé son chemin dans le temps, a été proposée. Tous les anciens "Animateur principal”, qui ont caractérisé différentes "époques” du Mouvement, ont été invités à la cérémonie et à chacun a été remis un parchemin. Dans la deuxième partie de la matinée, par contre, s’est déroulée la "Rencontre juvénile des minorités d’Europe”, qui était axée sur le débat et la confrontation avec d’autres Mouvement de jeunes valdôtains et d’hors notre région. A cette occasion, le débat a été alimenté par les "Giovani Padani”, "Giovani Democratici”, "Giovani di Stella Alpina” et "Pays d’Aoste Souverain”, pour ce qui est de la Vallée, tandis que les représentants d’autres minorités ont été "Occitania”, "Belluno Autonomia Regione Dolomiti”, Jura, "Patt (Partito Autonomista Trentino Tirolese”, "Junge Generation in der SVP”, "Ligue Savoisienne”, "Esquerra Republicana Catalana” et "Partito Sardo d’Azione”. Lors de cette deuxième phase de la matinée a également pris la parole l’ancien parlementaire européen et président du Gouvernement, Luciano Caveri. Au total, plus de 160 participants ont comblé la salle du Pavillon et la discussion a continué informellement et en amitié dans l’après-midi à Punta Helbronner, où les jeunes ont monté après le dîner ensemble. Grande la satisfaction du président Alexandre Bertolin, qui lance un appel à la jeunesse: "ça suffit avec les partages et les mécontentements. Si nous voulons sauvegarder notre région, nous devons travailler ensemble, tous les jeunes valdôtains unis dans la défense de notre Autonomie, en collaborant avec les réalités autonomistes telles la notre. Aujourd’hui, du toit d’Europe, nous avons lancé un signal important pour notre avenir”. Au terme de la journée, une ébauche de document a été présentée aux représentants des "peuples frères”, qui dans les prochains jours le soumettront aux respectifs mouvements, pour l’approbation. Par cette action, la Jeunesse se pose en tant que chef-de-rang pour une collaboration entre mouvements autonomistes et minorités linguistiques et culturelles d’Europe.

LUNDI 23 mai 2016

17:30 Succès pour la « Fête de Printemps » de la Jeunesse Valdôtaine Succès pour la « Fête de Printemps » de la Jeunesse Valdôtaine La « Fête de Printemps » est un rendez-vous traditionnel pour la Jeunesse Valdôtaine, une occasion où les jeunes qui participent partagent un moment en amitié et compagnie, mais en ayant également l’opportunité de parler de politique et de thèmes d’actualité. Cette année ce rendez-vous s’est déroulé samedi 21 mai dernier, au restaurant « Dinus » d’Arnad. La formule choisie était celle d’un « Apericena », de façon à rendre encore plus « simple » l’ambiance. Satisfaisante l’adhésion des jeunes : quelques 65 participants ont contribué à la bonne réussite de la soirée. Un nombre encore plus intéressant, si l’on pense aux considérations – qu’on entend toujours plus – de désaffection et d’éloignement des jeunes générations de la politique et des organisations qu’y se relatent. Des initiatives telles la « Fête de Printemps » démontrent, heureusement, une autre réalité, au moins dans le milieu juvénile valdôtain. La soirée a été rendue encore plus gaie par l’entretien musical assuré par des participants, qui – avec leurs instruments – ont improvisé quelques morceaux de notre belle tradition musicale, en rendant encore plus « spéciale » la fête. Un bilan tout à fait positif, donc, pour l’animateur principal Alexandre Bertolin, qui – avec son Comité – poursuit avec détermination le but de rassembler les jeunes de notre région partageant un idéal valdôtain.

LUNDI 18 janvier 2016

11:33 Jeunesse Valdôtaine: renouvellement des charges Jeunesse Valdôtaine: renouvellement des charges Samedi 16 janvier 2016, à la salle de la bibliothèque de Saint-Christophe s'est réunie la première Assemblée Générale de la Jeunesse Valdôtaine de l'année, à l'occasion de laquelle les jeunes étaient appelés à renouveler la charge de l'Animateur Principal et du Comité de Coordination. Michel Savin, Animateur sortant, n'a plus présenté sa candidature étant donné qu'il a réjoint la limite d'âge pour être membre de la JV. Le Comité sortant a proposé la candidature de Alexandre Bertolin. Pas d'autres candidatures ont été présentées. A été, donc, élu à la charge d'Animateur Principal, à l'unanimité, Alexandre Bertolin. Le nouveau Comité est composé par: Edoardo Mezzaro Trésorier; Andrea Matteri Secretaire; Alain Clusaz; Richard Zublena; Simone Roveyaz; Martine Peretto; Petroz Davide; Osio Gabriele; Joel Farcoz (membre de droit). Responsable des rapports internationaux: Elizabeth Pastoret et Ingrid Vuillermin, aidées par Stefano Crétier.

JEUDI 10 décembre 2015

10:47 Fête de Noël de la Jeunesse Valdôtaine Fête de Noël de la Jeunesse Valdôtaine La Jeunesse a le plaisir de t'inviter à sa FETE DE NOEL qui se tiendra le Samedi 19 décembre 2015, à Champoluc PROGRAMME 19h30 - Rencontre au départ de la Funiculaire - Localité Frachey (Ayas) 19h45 - Montée avec la Funiculaire au Restaurant "Du Soleil" - pistes du Monterosa Ski - Loc. Ciarcierio 20h30 - Dîner 23h30 - Descente avec la Funiculaire; 00h00 - Soirée au Disco-pub "PACHAMAMA" - 50, route Ramey - Champoluc PRIX A - 27 euros (dîner, montée/descente des pistes de ski avec la funiculaire , petit gadget, 1 cocktail au Pachamama) B - 35 euros (dépôt caution de 15 euros pour le bus) (dîner, montée/descente des pistes de ski avec la funiculaire, petit gadget, 1 cocktail au Pachamama, bus qui partent de Arvier et de Pont-Saint-Martin et arrivent à Ayas) Pour infos et réservations d'ici le 14 décembre, dernier délai MICHEL 3386307362 EDOARDO 3452201191 MARTINE 3404153969 et tous les autres membres du Comité JV

LUNDI 30 novembre 2015

09:00 Auguste Valleise, le géomètre valdôtain Auguste Valleise, le géomètre valdôtain Lundi 23 Novembre 2015 le Géomètre Augusto Valleise nous à quitté à l'âge de 102 ans..Un homme d’une force incroyable qui a dédié toute sa vie à la cause Valdôtaine, à son travail et à sa Paroisse. À travers sa personne on a assisté à la naissance des premiers groupes de Partisans dans la Basse Vallée et grâce à son travail et son amitié avec Emile Chanoux, à Arnad et dans les autres Pays, beaucoup de jeunes ont pu participer activement à la résistance en commençant à bâtir la Vallée d’Aoste que nous connaissons. Auguste a été une figure de première importance dans le panorama politique de Arnad. Conseiller régional pendant la première Législature du Conseil de la Vallée, il a été le fondateur de la section de l’UV du Pays, l'une des premières sections Unionistes de la Vallée.Si dans les années suivantes à Arnad les listes Unionistes ont remporté de nettes victoires on doit surtout remercier le Géomètre Valleise, qui a toujours instruit les jeunes et les moins jeunes à aimer et respecter notre terre et notre Autonomie. Je crois que, en tant que Unionistes, on aurais pu et on aurais dû utiliser de manière plus forte son expérience et son charisme, surtout pour transmettre aux jeunes les valeurs qui ont animé les vieux Valdôtains de l’époque ; son opinion et ses conseils auraient pu être précieux, et parfois ils auraient pu nous garantir des résultats meilleurs. La Jeunesse Valdôtaine, de son côté, à l'occasion du 70ème anniversaire de la naissance de l’UV, a voulu rendre fortement hommage à une personne telle que Auguste Valleise pour son travail envers le mouvement et envers la Vallée d’Aoste. Personnellement, lors de cette soirée j’ai eu l’occasion de regarder dans les yeux mes amis et tous les cotisés de la JV, et dans leurs regards j’ai vu une lumière qui brillait, une lumière qui représentait le respect, l’admiration pour une personne de 102 ans qui s’était dédiée avec toutes ses forces à son travail de Géomètre et à la sauvegarde des valeurs de notre Patrie. L’UV et la Vallée d’Aoste perdent non seulement un grand homme mais aussi un symbole de leur histoire et de leur passé. Un des derniers membres de la Jeune Vallée d’Aoste, cité par Chanoux dans ses écrits, Chanoux qui a manqué le rendez-vous avec le Géomètre le 18 mai 1944, le jour de sa mort. Une personne qui aussi dans les derniers moments de sa vie a su transmettre au nouvelles générations des valeurs importantes tels que la famille, la foi, l’importance du français et du patois, l’amour pour la Patrie. Toujours lucide, toujours respectueux, peu importait s’il parlait avec un garçons de 20 ans, un agriculteur, un président ou un notaire. Personnellement, je crois que cela a été un honneur de pouvoir vous connaître monsieur le Géomètre, j’espère que les jeunes Valdôtains de demain puissent tirer quelque chose de votre exemple, car la Vallée d’Aoste a besoin de personnes comme vous. Bon Voyage « Là-haut là-haut au moins il y avait l’air pur. Là-haut il y avait la liberté, de là-haut ils pouvaient contempler leur Vallée d’Aoste tant aimée sans falloir discerner tout le mal qu’on y faisait » Emile Chanoux Alexandre Bertolin
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071

Jeunesse19 Juin 2018 - 14:04

Communiqué de Presse

La Jeunesse Valdôtaine

PREND ACTE des résultats des élections régionales du 20 mai dernier, qui ont conduit l’UV à une victoire à la Phyrrus, ayant perdu la moitié des voix par rapport à 2013, tout en restant le premier parti.

S’ÉTONNE face aux déclarations de M.me Rini, qui, quatrième élue dans la liste de l’Union Valdôtaine, vient d’exprimer sa volonté de quitter le Mouvement.

SOULIGNE que ce comportement n’est pas respectueux de l’engagement pris avec les électeurs il y a un mois.

CONSTATE que, si le mandat impératif demeure nul, ces changements de parti continuels, qui caractérisent la politique à tout niveau, sont moralement injustifiables et ne font qu’augmenter la haine pour la politique qui caractérise déjà nombre de citoyens.

SOULIGNE que les électeurs qui ont donné confiance à M.me Rini ont voté la liste de l’Union Valdôtaine , sûrs, hélas, que les élus n’auraient pas changé de parti, vu l’engagement moral pris par tous les candidats de la liste UV.

OBSERVE que la sortie de M.me Rini du Mouvement arrive seulement au début du troisième mandat consécutif, très probablement pour se sauver de l’interdiction du quatrième mandat, prévue par les Statuts de l’UV.

PRÉSENTE la candidature de M.me Rini pour le Guinness des Records, catégorie : «Changement de parti avant la première séance d’une Assemblée législative »

REMARQUE que la Lega-Salvini Premier, qui à Rome a inséré à l’intérieur du « Contratto di Governo » ce qui suit : "Occorre introdurre forme di vincolo di mandato per i parlamentari, per contrastare il sempre crescente fenomeno del trasformismo. Del resto, altri ordinamenti, anche europei, contengono previsioni volte a impedire le defezioni e a far sì che i gruppi parlamentari siano sempre espressione di forze politiche presentatesi dinanzi agli elettori”, au niveau régional se dit prête à créer un gouvernement grâce à l’apport déterminant d’une "trasformista”.

SOUHAITE bonne chance à la coalition qui vient de naître, en espérant qu’elle puisse sauvegarder l’autonomie et donner des réponses au Peuple Valdôtain, sans qu’elle devienne un Gouvernement style « Prodi II », concentré seulement sur les vétos internes et sur le partage des places de pouvoir.

RAPPELLE à M.me Rini que, si elle désire vraiment le changement à l’intérieur de l’UV, elle sera la bienvenue pour travailler avec tous ceux qui (JV comprise) croient qu’à travers un dialogue réel et une confrontation sincère on puisse finalement révolutionner le Mouvement.