Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 17 jui 2021 - 11:48

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Politique

Politique22 Mai 2019 - 10:29

Comizio di chiusura

imprimerpartager

La lista Autonomie per l'Europa terrà il comizio di chiusura domani

GIOVEDI 23 MAGGIO 2019

ore 21,00

Auditorium Scuola Media del Villair di Quart

 


imprimerpartager

ActualitésPolitique

LUNDI 11 novembre 2019

19:30 Jusqu’où voulons-nous arriver ? Jusqu’où voulons-nous arriver ? Il y a 30 ans l’histoire du Monde a changé à Berlin. La chute du mur qui divisait, d’abord matériellement, la ville de Berlin en deux mondes séparés, mais qui était surtout le symbole du clivage idéologique et politique de la Guerre Froide, a ouvert les portes à la nouvelle Europe, à une liberté des hommes et des idées, a déchiré définitivement le rideau de fer. Néanmoins aujourd’hui on parle encore d’ériger des barrières, soi matérielles, comme le mur souhaité par le Président Trump pour « protéger » les Etats-Unis de l’immigration venant du Mexique, soi, paradoxalement, des barrières invisibles que de nombreux pays européens ont érigées, en mettant la tête sous le sable pour ne pas aborder le problème des fluxes de immigrés dans la Méditerranée. Il y a des barrières encore plus absurdes qui surgissent dans notre pays, dans la nation qui était le symbole de l’accueil et de la tolérance. On a du mettre sous protection une dame âgée de 89 ans, Liliana Segre, qui après avoir survécu au camp de concentration de Auschwitz-Birkenau, doit accepter de voir, encore une fois, sa liberté réduite pour défendre sa personne de la aine et de l’ignorance de quelque débile. Jusqu’où voulons-nous arriver ? La malheureuse politique de bâtir le consensus électoral sur la peur, la détresse et l’angoisse des gens, porte à des déformations desquelles est même difficile prévoir les conséquences et les développements futurs. La politique doit impérativement prendre les distances de ceux qui, aujourd’hui encore, manifestent avec des symbolismes fascistes pour attiser le feu de la aine et du racisme. La politique doit reconquérir la dignité que son rôle demande. Dans notre petit monde, les Unionistes hurlent toujours plus fort qu’il vaut mieux perdre les élections que la dignité, que on doit d’abord défendre notre caractère identitaire, même si cela signifiera rester seuls ou en minorité. La politique a un rôle bien plus haut que la simple administration d’une Région ou d’une Commune.

MERCREDI 25 septembre 2019

12:29 Communiqué de Presse Communiqué de Presse La Vallée d’Aoste possède une loi régionale, datée de plus de vingt ans, qui reste encore un exemple de clarté de vision administrative et de clairvoyance politique, la loi 7 décembre 1998 n. 54. La « loi 54 » est le pilier central du système des autonomies de notre Région, en particulier avec la définition de l’organisation des collectivités locales et en donnant actuation aux formes de participation et de contrôle, prévues par notre Statut Spécial. L’article 60 de la loi citée prévoit la constitution du Conseil Permanent des Collectivités Locales (CPEL), « afin de promouvoir la participation des collectivités locales à la politique régionale ». Le CPEL a formulé une proposition de loi au Conseil de la Vallée, il y a désormais six mois, pour une modification du système électoral des Communes Valdôtaines. Le texte est toujours en discussion, mais le sentiment, parfois, est qu’on joue maladroitement à tourner autour du pot pour exacerber des rapports, plus que pour résoudre les questions. Je crois que le temps est finalement venu de donner la réponse que les Collectivités Locales attendent. Le Conseil de la Vallée fasse le législateur, en totale autonomie bien sûr, à chacun son propre rôle, mais aussi avec la liberté de choisir si la participation des collectivités locales à la politique régionale, prévue par la loi 54/1998, est encore à son gré, ou plutôt une simple participation passive. Une vision réellement fédéraliste de la politique régionale, souvent utilisée plus comme un slogan de campagne électorale qu’une réelle capacité et volonté d’agir des administrateurs, manque dans notre réalité politique régionale. Les hypothèses de centraliser la gestion des structures socio-sanitaires en sont le dernier exemple, des structures que sous la gestion des Collectivités locales sont devenues des excellences et qui permettent, entre autre, d’assurer l’organisation efficace de l’assistance domiciliaire, ne peuvent pas être gérées par un organisme central, surtout si des économies de gestions ne sont pas évidentes, comme, apparemment dans ce cas.

MERCREDI 11 septembre 2019

11:55 Les Leghisti de Rome e de chez nous Les Leghisti de Rome e de chez nous L’attitude surréelle des Leghisti de Rome et de chez nous, semble parfaitement représentée par une célèbre citation tirée du film de John Ford, L’Homme qui tua Liberty Valance: Si la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende. Une attitude habituelle, celle de détourner la réalité pour la rendre plus populaire et plus utile à la perpétuelle campagne électorale du « Capitano » et de ses troupes, une allure qui a définitivement pris des connotations tragicomiques dans cette phase de souffrance de la Lega de Salvini, tourment auto-infligé, d’ailleurs, qui ferait perdre selon toute vraisemblance la lucidité à n’importe qui ! Omettons les sauts périlleux de Salvini du dernier mois (ouverture crise → requête élections → pleins pouvoirs → retour vers M5S → proposition à Di Maio de faire le Président du Conseil, etc. etc), pour rester seulement sur les faits des derniers jours. La Lega Valle d’Aosta a maladroitement repris l’un des nombreux tweets de leur Capitano, qui a ouvertement attaqué le nouveau gouvernement pour la contestation d’une loi régionale du Friuli Venezia Giulia, seulement pour trouver un prétexte pour ouvrir une querelle sur le thème de l’Autonomie, énième tentative de détournement de la réalité. En effet, notamment, c’est l’ancien ministre leghista Erika Stefani qui a commencé la procédure pour l’annulation de la loi en question. Mais ce n’est pas tout ! Les leghisti de « chez nous » partent à l’attaque du nouvel exécutif, et de notre Sénateur, pour le manque d’attention présumé, dans les points programmatiques du Gouvernement, pour les autonomies spéciales. Encore une gaffe ! Contrairement au programme du Gouvernement précédent, où il n’y avait aucune référence aux autonomies spéciales, dans les consultations avec M. Conte notre Sénateur a obtenu que l’attention aux autonomies spéciales et aux minorités linguistiques soit spécifiée dans le programme de législature, et c’est ainsi! Notamment la Lega de Salvini a des priorités précises à l’égard des autonomies, en particulier du Veneto et de la Lombardie, mais sûrement pas sur les autonomies spéciales, comme ils ont eu l’occasion de démontrer, à maintes reprises, quand ils ont été au pouvoir. Il suffit de rappeler, comme il a bien fait le Sénateur Lanièce, les 5 lois régionales contestées à la Vallée d’Aoste, ou encore la votation contraire à l’amendement qui prévoyait la possibilité d’introduire un collège uninominal pour la Vallée d’Aoste pour l’élection du parlement Européen. Quand la légende dépasse la réalité, on publie la légende! Ou peut-être non, l’honnêteté intellectuelle ne peut pas être un aspect optionnel, même pas dans le plus aspre des débats politiques. L’enjeu n’est pas la fiabilité d’un parti, mais plutôt la crédibilité de la Politique, toute.  

VENDREDI 7 juin 2019

12:00 Comuniqué de presse Comuniqué de presse Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine dans la séance de jeudi 6 juin, à l’unanimité des présents, a donné le mandat suivant au Comité Fédéral, au groupe des élus au Conseil de la Vallée et au Président du Mouvement : Continuer le parcours fédératif avec les forces autonomistes, qui a débuté dans l’automne dernier après le Congrès de l’Union Valdôtaine, avec le but de constituer un front solide de forces qui partagent les idéaux du fédéralisme, comme seule possibilité réelle de constituer une base politique forte pour le futur de nos spécialités et de nos spécificités. Néanmoins le Conseil Fédéral estime nécessaire réaffirmer, comme toujours souligné par le Président du Mouvement, que le symbole, le nom et l’histoire de l’Union Valdôtaine ne peuvent pas être mis en cause dans ce processus, mais au contraire doivent être les piliers autour desquels construire un nouveau futur. Tacher de trouver une solution rapide pour la crise ouverte au sein du Conseil de la Vallée, de reconfirmer la confiance envers le Président Fosson, auquel le Conseil Fédéral demande de chercher à conclure ses consultations dans le plus bref délai et de vérifier si existe la possibilité de partager un parcours avec des forces nouvelles à l’intérieur du Conseil de la Vallée sur des thèmes urgents pour la Vallée d’Aoste et les Valdôtains, tel que le domaine des constructions, de la santé, des emprunt pour la résidence principale, avec une majorité solide pour aborder de façon sérieuse et profitable au moins ces points. Dans le cas contraire la seule alternative possible seront les élections anticipées, la Vallée d’Aoste ne peut plus se permettre une perpétuelle instabilité politique. Réaffirmer l’inopportunité de poser des questions préjudicielles pour des nouvelles majorités sur des points qui concernent très faiblement la vie des Valdôtains, tel que une nouvelle modification de la loi électorale. C’est un argument, en particulier l’évaluation de l’élection directe du Président du Gouvernement qu’on pourra évidemment aborder, mais qui n’est pas, en ce moment, une priorité pour les Valdôtains.

MARDI 28 mai 2019

08:43 Comunicato stampa delle Forze Autonomiste Comunicato stampa delle Forze Autonomiste Domenica abbiamo perso. Domenica abbiamo preso atto di un risultato che può essere interpretato solo come un incentivo a proseguire con tenacia e consapevolezza il lungo percorso intrapreso con "Autonomie per l’Europa”. Marco Gheller è stato, con coraggio ed entusiasmo, il simbolo di quello che vorremmo tornare ad essere. Grazie Marco. Il documento federativo della settimana scorsa assume, a maggior ragione, un significato fondante: proseguire insieme partendo dalle comunità locali per affrontare uniti le elezioni comunali del 2020. I movimenti autonomisti federati devono prendere atto che il risultato di domenica li obbliga, da subito e con umiltà, a condividere con il territorio la necessità che la voce dei valdostani torni ad essere una voce sola, autonomista. Per quanto riguarda il progetto amministrativo regionale, siamo sicuri che il percorso iniziato con "Autonomie per l’Europa” servirà da stimolo per affrontare le grandi sfide che attendono la comunità valdostana, con sempre maggiore coesione ed efficacia. I Presidenti e Segretari dei movimenti federati. Cunéaz Roberto Curighetti Marco Lavevaz Erik Marzi Carlo Morelli Giuliano

SAMEDI 18 mai 2019

09:53 Communiqué de Presse Communiqué de Presse En ce 18 mai 2019, au moment même où les forces de l’extrême droite néo fasciste se rencontrent à Milan sur invitation de la Lega, pour saper les fondements de notre civilisation européenne et de notre démocratie, à 75 ans de la mort tragique d’Emile Chanoux, nous, libres citoyens et représentants des Mouvements autonomistes qui s’inspirent de sa pensée, voulons affirmer haut et clair la volonté de défendre les libertés conquises, parfois au prix de la vie, par ceux qui, comme Chanoux, ont lutté contre la dictature fasciste. Cette rencontre de Milan d’aujourd’hui, qui a le soutien de la Lega Vda et de la soi--‐disant «Jeune Vallée d’Aoste», et le retour inquiétant de l’extrême droite, nous imposent une prise de position lucide quant à la possibilité que des idéologies néfastes reprennent du terrain, sous prétexte de répondre aux légitimes préoccupations de la société contemporaine. L’essence du message fédéraliste et pacifiste d’Emile Chanoux est notre repère en ces temps difficiles, pour que nous puissions répondre par la solidité de nos arguments et de nos idéaux à l’avancée des nouveaux fascismes. In questo 18 maggio 2019, nel momento stesso in cui le forze dell’estrema destra neo fascista si incontrano a Milano su invito della Lega, per minare le fondamenta della nostra civiltà europea e della nostra democrazia, a 75 anni dalla tragica morte di Emile Chanoux, noi liberi cittadini e rappresentanti dei Movimenti autonomisti che si ispirano al suo pensiero, vogliamo riaffermare con forza la nostra volontà di difendere le libertà conquistate, talvolta al prezzo della vita, da coloro che, come Emile Chanoux, hanno lottato contro la dittatura fascista. Questo incontro di Milano di oggi, sostenuto anche dalla Lega Vda e dalla cosiddetta «Jeune Vallée d’Aoste», insieme al ritorno inquietante dell’estrema destra, ci impongono una presa di posizione lucida circa la possibilità che queste nefaste ideologie riprendano piede col pretesto di rispondere alle legittime preoccupazioni della società contemporanea. L’essenza del messaggio federalista e pacifista di Emile Chanoux è il punto di riferimento in questi tempi difficili e ci indica una strada grazie alla quale risponderemo con la forza dei nostri argomenti e dei nostri ideali all’avanzata dei nuovi fascismi. Firmato. Alpe, Epav, Stella Alpina, Union Valdôtaine, Union Valdôtaine Progressiste, Autonomie 4.0 e Area Democratica--‐Gauche Autonomiste

LUNDI 6 mai 2019

16:21 Elections européennes Elections européennes Les comices: MARDI 14 MAI 2019, 20h45, La Salle, Sala Consiliare. MERCREDI 15 MAI, 20h45, Saint-Christophe, Biblioteca. JEUDI 16 MAI 2019,20h45, Sarre, Sala Consiliare. LUNDI 20 MAI 2019, 20h45, Gignod, Hôtel Bellevue. MERCREDI 21 MAI 2019, 20h45, Verrès, Sala Bonomi.

MARDI 30 avril 2019

10:49 Communiqué de Presse Communiqué de Presse La visite à l’établissement pénitentiaire de hier du ministre adjoint M. Morrone est l’énième démonstration de l’attitude regrettable de la Lega qui, une fois de plus, a pu démontrer toute son absence totale de respect des rôles et des institutions. Bien que Salvini et ses copains nous ont désormais habitués à n’importe quoi, depuis le moment où ils ont eu des charges de gouvernement, ils ont démontré de n’avoir pas saisi clairement la différence qu’il y a entre la campagne électorale, que pour eux reste un exercice perpétuel et continue, et l’activité politique qu’un ministre, ou un sous-secrétaire, devrait conduire. Le fait que, ni le Président, ni aucun membre du Gouvernement, ait été prévenu de la visite du ministre adjoint reste un fait très grave et un affront peu honorable pour la Vallée d’Aoste, bien que le groupe de la Lega Valle d’Aosta soit bien présent!

VENDREDI 19 avril 2019

16:54 Comuniqué de presse Comuniqué de presse Le Comité Fédéral de l’Union Valdôtaine, suite aux résultats de la votation d’un ordre du jour proposé par l’opposition et approuvé grâce à un vote d’un conseiller de majorité, prend acte avec profonde amertume du manque d’une attitude sérieuse envers ce Gouvernement et cette majorité et constate qu’une réflexion d’ordre politique s’impose. Sur le sujet spécifique, objet de l’ordre du jour, notamment sur le travail accompli pendant les dernières années per les administrateurs de la société Monterosa Ski s.p.a., l’Union Valdôtaine demande au Gouvernement régional et aux commissions compétentes une attentive et objective évaluation des résultats atteints par les administrateurs de la société. En même temps on doit, d’une part reconnaître le travail franc et sérieux du Président du Gouvernement et de l’autre, hélas, aussi reconnaître que l’action politique de certain conseiller devient toujours plus une activité d’initiative personnelle et sans adresses politiques partagées. La personnalisation toujours plus évidente de la politique au sein du Conseil de la Vallée est mise en grande évidence aussi par la croissante pulvérisation des groupes et des mouvements, avec la seule exception des mouvements autonomistes qui sont en train de travailler dans le sens inverse. L’Union Valdôtaine relance la nécessité d’une vérification de majorité à faire dans le plus bref délai, pour évaluer la volonté de tous les acteurs de poursuivre le parcours administratif pour gouverner notre Région, en défaut de conditions favorables, le Comité Fédéral convoquera les organes du Mouvement pour évaluer l’opportunité de poursuivre l’appui à cette majorité, évidemment en accord avec les mouvements autonomistes avec lesquels l’Union Valdôtaine partage un parcours politique de plus grande envergure et bien plus important.
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071

Politique22 Mai 2019 - 10:29

Comizio di chiusura

La lista Autonomie per l'Europa terrà il comizio di chiusura domani

GIOVEDI 23 MAGGIO 2019

ore 21,00

Auditorium Scuola Media del Villair di Quart