Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 21 oct 2021 - 11:42

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Politique

Archives: Politique

MARDI 3 juillet 2018

14:53 Comunicato Stampa Comunicato Stampa L’Union Valdôtaine ha preso atto, con vivo stupore, delle scomposte ed irrituali dichiarazioni della neo presidente della regione, Spelgatti pronunciate in quel di Pontida domenica 1 luglio. Madame Spelgatti non ha ancora deposto le argomentazioni forti di una campagna elettorale che è ormai conclusa, lanciandosi in una sequela di affermazioni che, oltre ad esser offensive, sono inappropriate e false. Non si può pretendere troppo da chi ha scelto di fare la sua prima uscita pubblica in un raduno di partito, in Lombardia, dimostrando la sua scarsa considerazione per la Regione che dovrebbe amministrare. In tale occasione Spelgatti ha fatto dichiarazioni che sono irricevibili, non solo per l’Union Valdôtaine e per i suoi Amministratori passati e presenti, ma anche per tutti i Sindaci ed gli eletti Unionisti delle Collettività locali, che hanno operato e operano con attenzione, lungimiranza e fedeltà al mandato loro affidato. La neo presidente non si è neppure resa conto di offendere, con il suo comportamento, tutto il popolo Valdostano oltre a tutte quelle elettrici e quegli elettori che il 20 maggio hanno fatto, ancora una volta, dell’Union Valdôtaine, il partito di maggioranza relativa della valle d’Aosta. La signora Spelgatti , probabilmente è frastornata per l’inaspettata fama raggiunta e non è ancora riuscita a comprendere che le funzioni presidenziali richiedono un contegno e degli atteggiamenti che non facciano scadere nel grottesco l’istituzione che si dovrebbe rappresentare. Purtroppo il bon ton non ha guidato la neo Presidente della Regione che con le sue parole a ruota libera ha dato una dimostrazione di acrimonia che ha messo in ridicolo, insieme a lei, l’intera Valle d’Aosta. Si spera che, per il futuro, la signora Spelgatti impari velocemente ad avere atteggiamenti più consoni al ruolo che ricopre, poiché, già dalle sue prime apparizioni, i suoi concittadini non hanno potuto che provare profondo imbarazzo per la superficialità dei suoi comportamenti.

MERCREDI 27 juin 2018

12:19 Et maintenant... Et maintenant... Mardi 26 juin, a eu lieu la première séance du nouveau Conseil de la Vallée pour la législature 2018 – 2023. Elle sera certainement rappelée et mentionnée pour différentes raisons. La première concerne l’état de fragmentation politique, ressortie du vote, qui voit la présence de 9 forces politiques au Conseil de la Vallée. Cela a obligé à chercher des solutions numériquement faibles en essayant de faire cohabiter des pensées variées. La conséquence ne pourra qu’être celle d’une instabilité comme celle qui s’était produite dans la XIVème législature, qui avait démarré, en 2013, avec la même faiblesse numérique d’une majorité à 18. En 2013 ce résultat était le fruit de la coalition SA – UV. Cette fois pour arriver à 18 ont du s’allier 5 forces politiques (Lega, Alpe, Mouv, SA, PNV), mais cela ne suffisant pas elles ont dû faire recours au vote d’un(e) rescapé(e) de l’Union Valdôtaine. Il est évident qu’un pot pourri de ce genre aura du mal à coordonner des visions qui sont nettement différentes et contrastantes sur différents thèmes, puisque le mandat que certaines forces politiques avaient demandé aux électrices et aux électeurs, n’était pas celui de se mêler à la tout va, avec n’importe qui. Mais dans peu de temps on a assisté à des rapides et époustouflantes trahisons du mandat des électeurs. Les promesses et les assurances, largement distribuées, lors de la campagne électorale, n’ont pas empêché de reprendre, sans hésiter, les mauvaises habitudes avec des opérations de transformisme. Une autre raisons qui portera à rappeler ce début de législature fait part des déclarations ambitieuses de la candidate à la Présidence de la Région avec son appel au changement. Les faits et les actions futures nous en diront de plus. Cependant il y lieu de signaler que ce changement annoncé est reparti exactement des contradictions du passé, à savoir la composition d’une majorité faible assemblée numériquement, mais largement hétérogène sous l’aspect politique. Cela a permis, aujourd’hui, à une force politique telle que la Lega de prendre la Bastille valdôtaine. Mais cela ne devrait pas faire oublier les thèmes sur lesquels ce parti a bâti ses chances électorales. Ce serait coupable, de la part de la politique et de l’opinion publique d’ignorer les idées et les aptitudes que la Lega décline chaque jour en Italie et en Europe. Il y de quoi être préoccupés des positions et des décisions que son chef, M. Salvini, décline à chaque moment. Cela ne devrait laisser tranquille personne. Quelque cri d’alerte est en train de surgir par ci et par la. Mais, pour le moment, tout reste encore dans un calme apparent, qui cache cependant le risque d’une dérive autoritaire qui a déjà démontré vouloir se prendre aux aspects de la tolérance, des libertés individuelles, des cultures et des Peuples. Le Val d’Aoste ne peut certainement pas imaginer d’être immunisé de ce virus. Ce qui préoccupe davantage est l’adhésion, un peu naïve, de ceux qui, tout en se professant autonomistes ont adhéré à ce projet. On leur souhaite de s’y soustraire pour ne pas reprendre les traces de ces Valdôtains qui, dans les années 30 du XXème siècle, furent enfin recrutés par le parti du Duce et en devinrent peu à des supporteurs. Avant que les épidémies éclatent il est bien de les prévenir, il s’agit d’une recommandation médicale qui serait bien d’appliquer à la politique, tout en étant conscient du fait, qu’une fois que les désastres se produisent à rien ne vaut de les justifier à postériori. Avant que ce soit trop tard on souhaite donc que quelqu’un ait la lucidité de caler une chaloupe de sauvetage, pour reprendre les rives du bon sens en vue du naufrage de cette législature.

MARDI 19 juin 2018

11:20 Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le Comité fédéral et le groupe des élus de l’Union Valdôtaine, réunis conjointement à Aoste le 18 juin 2018, après avoir analysé la situation politique actuelle, réaffirment la nécessité d’agir pour aboutir à la formation d’un gouvernement régional fondé sur un programme sérieux et concret, partagé par les forces réellement autonomistes, en évitant les formules purement arithmétiques se basant sur les vétos et les exclusions préjudicielles. Les nouvelles récentes, que les media reportent, font par contre état de la tentative de créer une majorité faible, formée par des forces politiques extrêmement hétérogènes. L’Union Valdôtaine voit dans cette opération la volonté de bâtir un ramassis majoritaire, cherchant à faire cohabiter par force à son intérieur des positions politiques tout à fait antithétique, dans une optique visant la pure répartition du pouvoir. Le Comité fédéral et le groupe des élus prennent acte du fait que cette opération ne pourrait se tenir debout qu’en se fondant sur la décision, que les organes de presse du Mouvement ont apprise par la presse, d’Emily Rini d’abandonner l’union Valdôtaine, malgré les engagements qu’elle avait souscrits au moment de sa candidature. L’Union Valdôtaine estime que, dans cette phase de grave fragmentation politique, il est nécessaire d’assumer des responsabilités visant à assurer un projet politique sérieux, vaste et partagé, à même de garantir une stabilité effective à la Vallée d’Aoste.

VENDREDI 15 juin 2018

15:32 Comunicato Stampa Comunicato Stampa E’ trascorso quasi un mese delle elezioni regionali del 20 maggio e una serie di veti incrociati e di distinguo non hanno ancora consentito la composizione di una maggioranza di governo per la Valle d’Aosta. Di fronte all’attuale fase di stallo, l’Union Valdôtaine auspica che la nuova legislatura possa iniziare regolarmente per consentire di operare, in tempi rapidi, su temi e dossier urgenti, le cui scadenze non sono rinviabili. E’ necessaria un’assunzione di responsabilità chiara da parte delle forze politiche, alle quali spetta il compito di confrontarsi per dare vita a una governabilità che possa dare risposte concrete a tutta la Comunità Valdostana. L’approssimarsi del 26 giugno, data di convocazione del primo Consiglio regionale della nuova legislatura, impone di trovare rapidamente delle intese che consentano di evitare dei rinvii che porterebbero ad una pericolosa fase di ingovernabilità. L’Union Valdôtaine ritiene indispensabile lavorare per cercare di superare i limiti dell’attuale frammentazione politica, andando al di là dell’attuale fase di impasse per scongiurare il pericolo di un ritorno alle urne. Allo stato delle cose l’Union Valdôtaine considera irrealistico e rischioso cercare di costruire maggioranze che si basino unicamente su calcoli aritmetici. Ritiene che sia invece indispensabile lavorare a delle intese che consentano di costituire una maggioranza sulla base di un’ampia condivisione programmatica. I principi dello Statuto Speciale di Autonomia sono i temi dai quali partire e attorno ai quali possono riunirsi le forze politiche che si riconoscono nei principi Autonomisti, Federalisti e dell’Autogoverno. In questo senso l’Union Valdôtaine ritiene che diverse sensibilità politiche possano lavorare, congiuntamente, alla costruzione di un progetto programmatico di legislatura per la Valle d’Aosta e propone quindi, alle forze politiche che vogliono condividere questo percorso, di operare in questo senso, in tempi rapidi, per dare una governabilità alla Valle d’Aosta e una solida prospettiva a medio e lungo termine all’intera Comunità valdostana. Aosta, lì 15 giugno 2018

JEUDI 7 juin 2018

16:31 Communiqué de Presse des Elus de l'UV Communiqué de Presse des Elus de l'UV Le Groupe des élus de l'Union Valdôtaine, Estimant nécessaire procéder à faire de la clarté dans cette première phase de rencontres; Soulignant avec totale humilité mais avec du sain réalisme, que même si l' UV a eu une baisse de consensus représente encore le premier Mouvement en Vallée d' Aoste; Considérant cela un clair message de la part de la citoyenneté qui veut l’UV dans un rôle central dans la formation d'un nouveau Gouvernement pour la Vallée d'Aoste; Remarquant tout de même la forte volonté de composer un cadre politique qui puisse commencer au plus vite se borner sur les différentes priorités programmatiques; Estimant fondamental parler avec toutes les forces politiques qui veulent poursuivre ces finalités sans que de notre part existent des vétos, étant donné que les élus au Conseil de la Vallée représentent l'expression d'une consultation populaire; Jugeant donc prioritaire partager les règles et le parcours à poursuivre avec les autres forces politiques; Réputant plus qu'intéressante une Union des forces autonomistes, Unionistes progressistes qui puissent se fédérer dans un parcours à moyen terme; Estimant fondamental travailler pour aboutir à un parcours sérieux qui puisse se concrétiser avec la formation d’un Gouvernement stable pour la Vallée d’Aoste. Propose au Comité Fédéral, en tant que représentants des élus dans la Commission politique les noms de Renzo Testolin et Joël Farcoz. Aoste, le 7 juin 2018

JEUDI 24 mai 2018

16:56 Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le Comité Fédéral de l’Union Valdôtaine a établi la composition de la Commission Politique chargée de conduire les consultations. Elle sera composée par : Le Président Ennio PASTORET et le Vice-Président Marco SUCQUET, par le Sénateur Albert LANIECE et les Elus Emily RINI et Renzo TESTOLIN. Auguste Rollandin a communiqué au Groupe des Elus et au Président de l’Union Valdôtaine, de ne pas vouloir faire part des organisme députés à conduire les négociations, avec la note qui suit : « Monsieur le Président Pastoret, au moment où on va commencer les rencontres avec les autres forces politiques pour essayer de « bâtir » une majorité pour gouverner notre région « autonome », j’estime important qu’il n’y ait pas des malentendus, et, pour ce faire, j’estime utile et préférable de ne pas participer aux rencontres. Merci pour l’attention et Bon Travail. » A partir d’aujourd’hui, jeudi 24 mai 2018, la Commission sera opérationnelle à tout effet. Aoste, le 24 mai 2018

MARDI 27 mars 2018

09:34 Communiqué de presse sur l'arrestation de l'ancien Président de la Generalitat de Catalunya Puidgemont Communiqué de presse sur l'arrestation de l'ancien Président de la Generalitat de Catalunya Puidgemont COMMUNIQUE DE PRESSE

Suite à l’arrestation de l’ancien Président de le Generalitat de Catalunya, Carles Puigdemont, de l’actuel candidat à la Présidence, Jordi Turull et de nombre d’ autres dirigeants et militants indépendantistes Catalan,

Le Comité Fédéral de l’Union Valdôtaine,
souligne que ces mesures judiciaires se superposent au droit d’exercice de la démocratie du Peuple Catalan, dont la majorité a pacifiquement exprimé, à plusieurs reprises, sa volonté d’autonomie et d’indépendance,
rappelle, à cet effet, que ces arrestations empêchent aux élus des récentes élections du 21 décembre 2017, d’accéder au mandat que leur avait été confié par les électeurs,
regrette le silence et l’indifférence d’une large partie de l’opinion publique internationale par rapport aux violations des principes de liberté et de souveraineté de la Catalogne,
censure la dérive des principes fondateurs de l’Union Européenne laquelle assiste, dans un silence coupable, sur son territoire à la violation de la volonté exprimée démocratiquement par le Peuple Catalan,
rappelle que déjà à plusieurs reprises l’Europe a consciemment ignoré le bien fondé des requêtes d’autodétermination de la Catalogne et de l’Ecosse,
signale qu’ainsi faisant l’UE se place du côté de l’affirmation progressive de politiques centralisatrices et antidémocratiques,
met en évidence le danger d’affirmation de politiques de marginalisation progressive des minorités dans les états membres de l’UE,
invite les Valdôtains et les Valdôtains à réfléchir sur le danger des répressions centralisatrices telles que celles en acte en Catalogne.
Le Comité Fédéral de l’Union Valdôtaine rappelant les rapports historiques d’amitiés et de collaboration entre la Vallée d’Aoste et la Catalogne, à cet effet,
transmet au Peuple Catalan à son Parlement à ses forces politiques ses sentiments de solidarité et de soutien pour leur combat sous le signe de l’affirmation du droit précieux et irrévocable de la liberté.

Aoste, le 26 mars 2018

MARDI 13 mars 2018

11:53 Comunicato Stampa Comunicato Stampa Il Comité Fédéral dell’Union Valdôtaine, a seguito delle vicende legate alla Casa da Gioco di Saint Vincent ed alle notizie di cronaca relative, alle richieste di rinvio a giudizio da parte della Procura regionale della Corte dei Conti, a fronte di possibili letture, considerazioni e deduzioni fuorvianti, pregiudizievoli e quindi ingiuste nei confronti degli interessati: fa presente che non si è ancora aperta la fase processuale e che, pertanto, ogni soggetto coinvolto non è sottoposto ad alcuna condanna. sottolinea che i provvedimenti contestati riguardano delibere, cioè atti pubblici, assunti e votati in modo chiaro e palese, a seguito di mandati attribuiti dal Consiglio stesso, sulla base di programmi e di piani di sviluppo rivolti esclusivamente a finanziare la casa da gioco, precisa che le somme investite sono andate a finanziare lavori di messa a norma obbligatoria e di ristrutturazione di beni immobili di proprietà della Regione, dati in uso al Casinò e che la Regione stessa, in quanto proprietaria, aveva l’obbligo di mantenerli funzionali, rammenta che gli interventi eseguiti sugli immobili hanno contribuito a rivalutarli ed incrementarne notevolmente il valore e che durante tutta la durata dei lavori la Casa da gioco ha continuato ad operare normalmente, senza pregiudizio per le sue entrate, evidenzia che tutti gli interventi sono stati documentati con fatturazioni e contabilità verificate da tutti gli organi competenti ai quali erano state affidate le responsabilità degli interventi riguardo ai quali non vi sono contestazioni, e che si sono svolti secondo i piani proposti dagli Amministratori del Casinò della Vallée che aveva la responsabilità dell’esecuzione degli stessi, fa presente che gli Amministratori regionali hanno operato per mantenere operativa e aperta la casa da gioco che ancora oggi è un’azienda di ragguardevoli dimensioni ed occupa oltre 600 persone, che insieme all’indotto derivato contribuiscono ad incrementare significativamente il riparto fiscale della Valle d’Aosta, considera che le successive azioni, riguardanti il sequestro preventivo dei beni, messo in atto prima ancora dell’apertura del processo, siano intempestive e lesive nei confronti delle persone coinvolte, ipotizzando, a priori, elementi di colpevolezza del tutto inesistenti in assenza di qualsivoglia sentenza, valuta negativamente la diffusione continua di notizie e di opinioni fuorvianti che fanno venir meno la possibilità di un equo confronto tra le parti il quale non può che avvenire nelle sedi deputate ad ospitare il dibattimento giudiziale, auspica che gli atti e le informazioni riguardanti la questione in essere siano trattati in futuro nel rispetto delle persone eventualmente coinvolte, alle quali va assicurato il diritto di potersi difendere nelle sedi a ciò opportunamente deputate, evitando la diffusione di notizie, di opinioni o di supposizioni che nulla hanno a che vedere con l’iter dei procedimenti in corso.

MARDI 16 janvier 2018

12:16 Comunicato Stampa Comunicato Stampa E’ del tutto destituita di fondamento la notizia secondo la quale l’Union Valdôtaine avrebbe posto dei veti su delle ipotesi di candidatura alla Camera dei Deputati in vista delle prossime elezioni politiche. Negli ultimi mesi l’Union Valdôtaine ha lavorato per costruire, con le forze alleate, una proposta responsabile e durevole, cercando di superare ogni ostacolo, per consentire al progetto politico e all’alleanza che ne è scaturita, di potersi realizzare. In tutto questo percorso l’Union Valdôtaine non ha mai posto né intende porre veti di alcun genere su alcunché. Non è questo il modo di agire dell’Union Valdôtaine a cui sono state recentemente imposte scelte difficili e a rinunce importanti. Malgrado ciò il Mouvement le ha accettate per consentire all’alleanza UV, PD, PSI, UVP, EPAV di realizzarsi. L’Union Valdôtaine ha dimostrato così un grande senso di responsabilità e la serietà di un impegno profondo, mettendosi a disposizione per affermare un progetto politico, a sostegno dello sviluppo, della governabilità e della stabilità. L’Union Valdôtaine, non intende pertanto vanificare tutto il lavoro sin qui realizzato e continuerà ad assicurare il suo immutato impegno, all’interno dell’attuale alleanza autonomista, federalista, progressista di centro sinistra e auspica che vi sia, in tempi rapidi, una convergenza di tutte le forze politiche che compongono l’attuale alleanza, su una candidatura e una proposta programmatica condivise per la Camera dei Deputati. Aosta, li 16 gennaio 2018

VENDREDI 9 juin 2017

11:19 Communiqué de Presse - Alcune risposte che aspettiamo sulle parole dell'Ass. Certan Communiqué de Presse - Alcune risposte che aspettiamo sulle parole dell'Ass. Certan " Le sconcertanti e irresponsabili dichiarazioni dell’Assessore all’istruzione Certan sui vaccini hanno veicolato, in ogni dove, una pessima immagine della Valle” - ha detto il Presidente dell’Union Valdôtaine Ennio Pastoret. "Se la cittadina Certan ha tutto il diritto di esprimere, a livello personale, le sue stravaganti opinioni, l’Assessore all’istruzione e cultura della Valle d’Aosta ha il dovere di evitare affermazioni e prese di posizione lesive dell’immagine della Regione che dovrebbe rappresentare”. "Non è la prima volta che Certan ricorre ai social per far conoscere al mondo le sue farneticazioni, però, questa volta, con la sua improvvida dichiarazione ha varcato ogni limite” – ha aggiunto Pastoret. "L’opinione pubblica attende ora di sapere se quella di Certan sia una opinione condivisa dalla Giunta di cui ella fa parte e dallo stesso Assessore alla sanità che siede con lei nei banchi del Governo regionale.” – ha concluso Pastoret.
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071