Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 28 jui 2021 - 10:54

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Culture

Archives: Culture

MERCREDI 17 août 2016

15:44 L’artisanat de tradition protagoniste en octobre au Fort de Bard L’artisanat de tradition protagoniste en octobre au Fort de Bard L’artisanat valdôtain de tradition sera le protagoniste d’une initiative de valorisation des savoir-faire de nos artisans. Les ouvrages qui ont été primés lors de la 63ème exposition-concours, s’étant déroulée à Aoste du 23 au 31 juillet derniers, feront l’objet d’une exposition auprès du Fort de Bard, au cours du prochain mois d’octobre. L’exposition, en collaboration entre l’Administration régionale et l’Association Fort de Bard, sera inaugurée dimanche 2 octobre, à 11h, dans les écuries de la forteresse. Il sera possible de la visiter jusqu’au 31 octobre 2016, du mardi au dimanche, de 11h à 18h (fermeture le lundi). Ce rendez-vous, que les organisateurs souhaiteraient consolider dans le temps, prévoit l’exposition de trente-sept oeuvres de l’artisanat valdôtain de tradition, dans les différents domaines: la gravure, la sculpture, le tournage, les objets agricoles, la vannerie, les fleurs en bois, les constructions en miniature, le travail du cuir, du fer forgé et de la pierre, les jouets, les meubles, les coutumes, les chaussures traditionnelles, cuivre, or et argent. Cette initiative, ensemble à la récente ouverture du MAIN de Gignod, confirme la volonté de l’Administration régionale de valoriser les productions de qualité de notre artisanat de tradition, en tant qu’élément fondant de notre culture, qui présente des retombées économiques et de promotion du notre tourisme. Info Groupe UV Conseil

VENDREDI 12 août 2016

16:35 Première semaine d’ouverture du chantier-événement à Quart: déjà 1700 visiteurs Première semaine d’ouverture du chantier-événement à Quart: déjà 1700 visiteurs Lors de la première semaine d’ouverture du chantier-événement au château de Quart, à savoir du 5 à l’11 août derniers, 1700 visiteurs ont pu apprécier les résultats des travaux du premier lot de la récupération de ce bâtiment. Cette initiative, organisée dans le cadre de la revue culturelle "Châteaux Ouverts”, prévoit la visite guidée gratuite aux lieux objet des travaux, à savoir la tour d’accès, la chapelle et le donjon, avec son prestigieux cycle décoratif. Pendant la visite, il est possible de jouir du parcours de valorisation didactique-multimédia, qui se développe à travers le château et en raconte les différentes phases, à l’aide de panneaux, vidéos et des complexes reconstructions digitales. Le château abrite, en plus, des oeuvres de l’artiste valdôtain Roberto Priod. "Nous sommes heureux que le public - déclare l’assesseur Rini - déjà dès les premiers jours d’ouverture ait visité avec intérêt cette ancienne demeure valdôtaine, à l’histoire glorieuse, en appréciant les importantes actions de récupération effectuées lors des dernières années”. Les visites guidées gratuites continuent tous les jours de 14h à 19h, toutes les demi heures. Les 13, 21 et 27 août elles seront animées par le "Groupe historique de Quart”. Il n’est pas nécessaire de réserver. Info Groupe UV Conseil

JEUDI 11 août 2016

16:33 Le festival Paradiso Musicale en est à sa deuxième édition Le festival "Paradiso Musicale" en est à sa deuxième édition De vendredi 19 à dimanche 21 août prochains, se déroulera au lieu-dit Degioz de Valsavarenche la deuxième édition du festival "Paradiso Musicale”, organisé par la Pro Loco du Pays, en synergie avec le Conseil régional de la Vallée d’Aoste et l’Administration communale. La manifestation est jumelée avec le "Festival dell’Ascolto” d’Introd. Cette initiative se préfixe de conjuguer les beautés naturelles de la Valsavarenche, entièrement inclue dans le Parc National du Grand Paradis, avec la musique, une expression artistique que dans les lieux de montagne (dans ce cas au pied de la chaîne du Grand Paradis) semble trouver une dimension encore plus liée au territoire et à la culture locale. Le festival débutera vendredi 19 août, à 21h, dans la salle du Conseil communal, par un concert du bluesman Francesco Piu, un guitariste sarde dont la renommée est internationale. Au cours des dernières années il a joué en Norvège, en Angleterre, en Espagne, aux Etats-Unis, en France, en Suisse; l’artiste offrira un spectacle acoustique. Entrée libre. Samedi 20 août, le premier rendez-vous est pour 15h, au chapiteau de la Pro Loco, au lieu-dit Degioz, où l’association culturelle "Tamtando” proposera un laboratoire musical ouvert à tous (de 0 à 100 ans), qui permettra aux participants de créer des instruments musicaux. Après cette activité, à 17h environ, les mêmes instruments seront utilisés pour un concert/marching band le long des rues du chef-lieu. La participation au laboratoire est gratuite. Le soir, dès 21h, afin de différencier l’offre et d’arriver au public directement "chez lui”, toujours Francesco Piu jouera à l’hotel Parco Nazionale, en offrant ainsi la possibilité, aux touristes, d’y diner et, éventuellement, de passer la nuit à l’auberge, afin de pouvoir admirer la nature de la Valsavarenche également le lendemain. Dimanche 21 août, le festival "Paradiso Musicale” embrassera la Fiha di –s–Artisan, une foire de l’artisanat, des gouts et des saveurs locaux: en plus de Francesco Piu (à cette occasion, en version "busker”, à savoir artiste de rue), qui jouera à côté des exposants, deux autres artistes, les deux des "one man band” actives en Italie depuis longtemps, seront présents: Max Prandi et BB Chris. Les trois artistes, situés dans des points stratégiques, accompagneront les touristes et les résidents à la redécouverte des richesses cachées dans le savoir-faire des artisans. La première courageuse et ambitieuse édition du festival s’est déroulée au mois d’août 2015, organisée sur deux soirées qui ont connu une grande participation de public et qui ont eu en tant que protagonistes les groupes Reverend & the Lady et Vico Dietro Il Coro. Cette année, poussés par les résultats positifs, les organisateurs ont décidé de proposer à nouveau ce projet, avec le but d’approcher toujours plus de gens à une vallée telle la Valsavarenche, qui reste presque un "coin de Paradis”. L’initiative est réalisée avec la collaboration de l’Abro De La Leuna, l’hotel Parco Nazionale, le B&B Vers Le Bois, l’Hostellerie du Paradis, le Bar Lo Fourquin, en plus de la société "AZ Blues” et du Parc National du Grand Paradis. Une expérience à vivre sur place. Info Groupe UV Conseil 15:20 Toutes les expos à Aoste et Châtillon ouvertes au public pendant la mi-août Toutes les expos à Aoste et Châtillon ouvertes au public pendant la mi-août Toutes les expositions organisées par l’Assessorat à l’Education et à la Culture, aménagées à Aoste et au château "Baron Gamba” de Châtillon, resteront ouvertes au public à l’occasion de la mi-août, de samedi 13 à lundi 15. Il sera donc possible de visiter les expositions consacrées à: Enrico Baj, "L’invasione degli ultracorti”, au Musée Archéologique régional de place Ronces à Aoste, ouverte de 9h à 19h (ticket entier 6 euros, réduit 4 euros, entrée libre pour les mineurs de 18 ans); Leonard Freed, "Io amo l’Italia”, au Centre Saint-Bénin de rue Festaz à Aoste, ouverte de 9h à 19h (ticket entier 6 euros, réduit 4 euros, entrée libre pour les mineurs de 18 ans); Jean-Claude Chincheré, "Beirut e i rifugiati siriani in Libano”, à l’Hôtel des États, sur la place Chanoux d’Aoste, ouverte de 10h à13h et de 14h à 18h, avec ouverture extraordinaire également lundi 15 (entrée libre); Etto Margueret, "Antologica, 1960-2016”, dans l’église de Saint-Laurent d’Aoste (rue de Saint-Ours), ouverte de 10h à13h et de 14h à 18h, avec ouverture extraordinaire également lundi 15 (entrée libre). Ensuite, auprès du Château "Gamba” de Châtillon, il sera possible d’aller à la découverte de l’art de Massimo Sacchetti, grâce à l’expo "Latitudine 45,7 / Longitudine 7,6”, ouverte jusqu’au 31 octobre 2016, avec l’horaire qui suit: jusqu’au 30 septembre de 9h à 19h, tous les jours; du 1er octobre 2016 au 24 mars 2017, de 10h à 13h et de 14h à 17h, fermé lundi et mardi (ticket entier 5 euros, réduit pour les mineurs de 6 à 18 ans 2 euros, entrée libre pour les mineurs de 6 ans). Info Groupe UV Conseil  

VENDREDI 5 août 2016

15:21 Le fin de semaine consacré à l’artisanat traditionnel a commencé Le fin de semaine consacré à l’artisanat traditionnel a commencé Après la 63ème exposition-concours, s’étant déroulée du 23 au 31 juillet derniers, l’inauguration, qui s’est déroulée hier, de l’Atelier des métiers a ouvert la porte au long fin de semaine qui plonge la ville d’Aoste dans la magie de l’artisanat valdôtain de tradition, en débouchant dans la "Foire d’été”, considérée la "soeur” de la Saint-Ours. L’Atelier, qui est abrité par le chapiteau situé en place Chanoux, offre aux entreprises valdôtaines l’opportunité de montrer le haut degré de qualité atteint par leurs productions. L’exposition concerne des sculptures, des jouets, des objets pour la maison (gravés ou en ronde-bosse), des meubles, des poêles en pierre, des tissus en laine de Valgrisenche ou chanvre de Champorcher, des chaussures traditionnelles de la Vallée du Lys, des accessoires en cuir, des coutumes traditionnelles, ainsi que des objets en céramique, cuivre, verre, or et argent. Toutes les productions seront également en vente. Afin de permettre aux visiteurs d’apprécier les différentes techniques de travail, et d’en saisir les aspects traditionnels, les artisans seront présents dans leurs stands. L’Atelier restera ouvert jusqu’à dimanche 7 aout, de 10h30 à 22h30. Samedi 6, à l’occasion de la Foire, l’horaire sera de 10h à 21h. La Foire d’été, qui en est à sa 48ème édition, après sa naissance en 1969, représente le rendez-vous qui répète dans la saison estivale l’atmosphère unique de la millénaire Foire de Saint-Ours, le moment le plus haut de la saison pour les artisans valdôtains. De 10h à 21h, plus de 500 exposants se placent donc, avec leurs bancs, le long des rues du centre historique de la ville. Ils représentent les différentes catégories du secteur traditionnel animent le "coeur” d’Aoste, en même temps qu’ils présentent leurs oeuvres. Lors de cette manifestation, il sera aussi possible d’admirer des objets en céramique, en cuivre, en verre ou en or et en argent. Et bien d’autres oeuvres encore, réalisées selon des techniques et dans des matériaux non traditionnels. En plus de la présence des exposants dans les rues, le programme de la journée prévoit, de 10h à 17h30, en place Jean XXIII, des démonstrations du savoir-faire des artisans, des animations pour les enfants, la distribution gratuite de glace aux plus petits et la reconnaissance des différentes essences de bois (avec la collaboration du Département de l’agriculture, des ressources naturelles et du Corps forestier). De 10h à 17h30, sur la place Chanoux, démonstration des métiers d’autrefois, par le groupe ethnographique "Travai d’in co” d’Arnad. De 14h à 18h, dans différents endroits du centre (à savoir l’Arc d’Auguste, la Porte Prétorienne, place Chanoux, place Jean XXIII, place des Franchises et place Ronces), de l’animation musicale sera proposée par les chorales et les groupes folkloriques itinérants, ainsi que par des musiciens valdôtains. De 15h30 à 16h30, de place de la République jusqu’à l’Arc d’Auguste, en retournant vers place Chanoux, défilé des "anciens métiers” présentés par le groupe ethnographique "Travai d’in co” d’Arnad, avec les équipes qui participeront à la course de tonneaux. Cette dernière est au programme à 18h, en avenue Conseil des Commis. Les équipes participantes, représentant certaines des œnothèques de la ville d’Aoste, seront formées de deux personnes l’une. A 19h, enfin, un peu de musique avec le "Bb Brass Ensemble” pour finir dans la bonne humeur et récompenser les vainqueurs de la course de tonneaux. D’autres initiatives, qui sont le fruit de la collaboration entre la Région (qui organise l’Atelier et la Foire) et d’autres organismes, sont au programme pour animer la journée, telles la "Soirée rouge et noire”, qui commencera à 22h. Le détail de ces moments est disponible sur la brochure de la manifestation, qui peut être téléchargée ici . Le rideau sur l’artisanat traditionnel tombera donc dans la ville d’Aoste, mais un ultérieur rendez-vous est à signaler. Il s’agit de la 22ème Foire de Antey-Saint-André, au programme pour le 14 aout dans le centre historique de la commune, de 9h30 à 18h30. Pour ce qui est de cette manifestation, elle est consacrée aux productions des élèves des cours d’apprentissage des techniques de fabrication artisanales, soutenus par la Région. Le temps passé à apprendre ces différents savoir-faire offre non seulement une occasion de passer des moments en agréable compagnie, mais correspond surtout à une façon de partager une passion commune pour conserver et transmettre la tradition. Chaque année, ces quelque 26 cours subventionnés, qui attirent environ 300 participants, sont organisés durant l’hiver sur tout le territoire régional à l’initiative des collectivités locales ou des associations. Leurs fruits sont exposés à Antey. Info Groupe UV Conseil

MERCREDI 27 juillet 2016

12:07 Ce soir, “Superquark” ira à la découverte du parc archéologique de Saint-Martin-de-Corléans Ce soir, “Superquark” ira à la découverte du parc archéologique de Saint-Martin-de-Corléans Aujourd’hui, mercredi 27 juillet, à 21h30, dans le cadre de l’émission "Superquark” - le plus populaire magasin télévisé de sciences, nature et technologie, crée et conduit par Piero Angela - il sera proposé un long reportage réalisé par Alberto Angela sur le parc archéologique de Saint-Martin-de-Corléans, un des lieux préhistoriques les plus importants en Europe, ayant permis d’ouvrir une fenêtre sur les millénaires les plus éloignés. A ce premier rendez-vous suivra, mercredi 24 août, un deuxième reportage axé sur les témoignages d’Aoste romaine et sur la période du Moyen-âge. "Il s’agit sans doute d’une grande satisfaction - commente l’assesseur Emily Rini - de remarquer la façon dont les richesses présentes sur notre territoire suscitent l’intérêt d’experts de la divulgation scientifique, tels Piero Angela et son fils Alberto. Je crois que l’action de l’Assessorat à la Culture et, plus en général, du Gouvernement régional, afin de rendre visibles nos trésors culturels soit en train de rencontrer les justes attentions également de la part des opérateurs spécialisés de ce domaine”. "Une ultérieure considération est à développer en termes de retombées touristiques, et donc économiques, de cette grande attention, que nous recevons toujours plus de la part des médias nationaux, - continue l’assesseur Rini - ce qui confirme les efforts, en termes d’investissements tant économique que de ressources humaines, déployés pendant ces années. Nous sommes certains que le vaste public de ‘Superquark’ pourra trouver dans les images et dans les mots d’Alberto Angela des bonnes raisons pour visiter la Vallée d’Aoste et découvrir le charme de l’histoire écrite dans notre territoire”. Info Groupe UV Conseil

MARDI 26 juillet 2016

15:52 La Vallée d’Aoste au 26e Salon du livre de montagne de Passy La Vallée d’Aoste au 26e Salon du livre de montagne de Passy La Région Autonome Vallée d’Aoste participera au XXVIe Salon du livre de montagne de Passy, en Haute-Savoie, avec un stand de l’Assessorat à l’éducation et culture. La manifestation ouvrira ses portes du vendredi 5 au dimanche 7 août 2016 et se propose d’accueillir de nombreux visiteurs. Comme d’habitude, la Vallée d’Aoste y sera présente avec un stand aménagé par la structure Expositions de l’Assessorat. Le thème de cette édition est l’ Éthique au sommet . Le Salon, qui représente un intéressant rendez-vous de libraires et éditeurs, spécialistes du secteur et provenant de tout l’arc alpin, sera animé par de nombreux événements, conférences, tables rondes et diaporamas. Des prix littéraires – tel que le Prix mondial de l’image et le Prix du Pays du Mont-Blanc – y seront décernés, dans l’auditorium, en présence des autorités. « Je suis particulièrement heureuse – commente l’assesseur Emily Rini – que la Vallée d’Aoste participe encore une fois au Salon du livre de Passy. Cette manifestation culturelle au pied du Mont-Blanc, qui fête ses 26 ans, représente un rendez-vous où la culture et la littérature alpines, ainsi que les gens de montagne, seront au centre des débats ». Sur le stand valdôtain, les visiteurs pourront apprécier les catalogues d’art édités à l’occasion des expositions organisées dans la Région autonome Vallée d’Aoste, voire des expositions ouvertes à Aoste, comme Leonard Freed. Io amo l’Italia au Centre Saint-Bénin et Enrico Baj au Musée Archéologique Régional, mais ils pourront aussi en apprendre davantage sur le patrimoine culturel de la Vallée d’Aoste et sur les initiatives culturelles proposées pour l’été 2016. Info Groupe UV Conseil

LUNDI 25 juillet 2016

17:12 Un chantier-événement au château de Quart, au mois d’août Un chantier-événement au château de Quart, au mois d’août Le programme « Châteaux Ouverts », axé sur la valorisation de notre patrimoine historique et architectural, proposera cette année, du 5 au 28 août prochains, un chantier-événement au château de Quart. Il sera ainsi possible, pour le public, d’apprécier les résultats du premier lot des travaux de réaménagement du bâtiment. Le projet rentre dans un cadre plus vaste d’actions de qualification et de mise en valeur du patrimoine culturel de la Vallée d’Aoste, rentrant dans le « Programme Opérationnel Compétitivité Régionale 2007/13 » financé par des fonds européens. Les travaux de récupération du Château de Quart (dont le montant total du premier lot se chiffre à un million 127mille euros, au net de la TVA) ont rendu visitables, en plus de la chapelle qui avait déjà été réaménagée, le donjon et les aires extérieures de l’enceinte fortifiée, en permettant d’équiper la forteresse de guichets pour les tickets. « Le but – explique l’assesseur à l’éducation et culture, Emily Rini – est de valoriser cette ancienne demeure, en offrant la possibilité d’en visiter des rayons, récemment réaménagés et rendu visitables par des techniques fort novatrices et d’avant-garde ». Le but est également touristique : « Les données nous disent de fluxes qui ont changé dans le temps. Les séjours de longue durée sont en baisse et nous avons, par contre, beaucoup de monde intéressé à notre patrimoine. Dans ce sens, Quart peut devenir un pôle d’attraction ». Pour sa part, le syndic de la commune, Jean Barocco, souligne le fait que « Quart voit dans son château l’âme et l’histoire du Pays et c’est pourquoi, comme il ses passe pour les milieux du cœur, nous lui adressons une attention particulière, ainsi que beaucoup de passion ». L’ouverture extraordinaire marquera, en plus d’une opportunité de jouissance culturelle, une occasion d’agrégation pour le territoire. « Nous avons placé à l’intérieur du château trois sculptures de l’artiste valdôtain Roberto Priod et la pro-loco et l’orchestre symphonique ont été également concernées ». En plus de cela, douze filles et garçons bénévoles de Quart travailleront à l’accueil des visiteurs. En ce qui concerne l’action de réaménagement en elle même, le surintendant aux biens culturels, Roberto Domaine, met en évidence sa satisfaction pour « le partage absolu de cet ouvrage, tant à l’intérieur de l’Administration régionale (entre l’Assessorat à la Culture et la Présidence de la Région), qu’entre institutions (avec la Commune en tant que partenaire principal). Nous sommes arrivés, ensuite, à conjuguer la partie historique et celle contemporaine (avec les sculptures de Priod), dans un milieu qui se situe dans le fond de la Vallée, en offrant donc des suggestions paysagères non indifférentes aux visiteurs ». Les visites guidées gratuites au château se dérouleront donc du 5 au 28 août prochains, de 14h à 19h, chaque demi heure (dernière entrée à 18h30). Le Groupe historique de Quart animera les visites des 13, 21 et 27 aout. Il n’est pas nécessaire de réserver. Pour davantage de renseignements, il est possible de s’adresser au numéro 0165 273431. A l’occasion de la présentation du chantier-événement, l’assesseur Rini a également fourni les données concernant les accès aux sites d’intérêt régional, depuis l’introduction du ticket unique. « Grâce à ces visites, – a expliqué l’assesseur – du 1er au 21 juillet derniers on a eu des recettes pour 116.594 euros, dont 26mille euros venant du domaine archéologique. Un résultat remarquable, plus significatif de ce qu’on s’attendait ». Info Groupe UV Conseil

DIMANCHE 26 juin 2016

11:40 Parc archéologique de Saint-Martin: l’attente est terminée, le site est ouvert Parc archéologique de Saint-Martin: l’attente est terminée, le site est ouvert Le jour longuement attendu est enfin arrivé. Le site mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans, qui offre au visiteur l’incroyable patrimoine historique dont vous pouvez lire ici , a été inauguré vendredi dernier, 24 juin, et il est maintenant ouvert au public. La portée de l’événement a été rappelée par l’assesseur à la Culture, Emily Rini, dès les premiers mots de son allocution: "bienvenus à l’inauguration d’un défi, un défi à la peur de regarder loin, un défi aux conventions rassurantes, un défi à l’étouffement des passions, à la résignation, à la médiocrité”. "Ce site - a ajouté l’Assesseur - pourra, ou bien devra, devenir un nouveau volant dynamique pour le tourisme culturel. D’ici pourront se développer les parcours qui valoriseront les différents monuments de notre région et de la ville d’Aoste, qui depuis toujours est gardienne de témoignages de différentes époques historiques. Il s’agit d’une nouvelle perspective qui s’ouvre pour nous tous, non seulement sur le plan historique, mais également économique et touristique”. "Cette nouvelle aire mégalithique - a continué Emily Rini - représentera l’entrée d’un seul grand pont imaginaire, pour nous accompagner à travers ses périodes historiques. Un pont qui pourra nous aider à donner un sens unitaire aux trésors de notre patrimoine culturel en créant un centre unique d’archéologie ‘diffusée’. L’année dernière nous avons inauguré un autre grand ouvrage: Skyway Mont Blanc, qui permet de monter jusqu’à 3466 mètres d’altitude en 20 minutes. Aujourd’hui, nous inaugurons ce parc, qui - dans moins de deux heures - permet de parcourir 6000 années d’histoire. Une petite région, qui fait cadeau de grandes émotions”. Le président de la Région, Augusto Rollandin, a donc rappelé deux aspects ayant trait à l’ouverture de l’aire. "Lorsque cette aventure a commencé - a-t-il dit - la sensibilité par rapport à l’archéologie et à sa valeur atteignait des niveaux assez bas. Aujourd’hui il y a davantage de conscience, mais je peux vous assurer que, tout au début, bloquer un hectare de terrain à Saint-Martin, où des condominiums étaient prévus, n’a pas été banal. Le résultat d’aujourd’hui prime la constance, la volonté et la conscience de ceux qui ont analysé ces témoignages de rendre cette aire unique et irrépétible. Ce défi a été important et il nous permet aujourd’hui de jeter un regard important sur notre passé”. Un passé dont la lecture attentive conduit à l’autre aspect rappelé par le président Rollandin: les migrations. "Ici, il a été vérifié - a-t-il ajouté - que de l’Anatolie, en remontant les fleuves, les peuples ont migré, en allant vers des terres qu’ils croyaient plus accueillantes, en se déplaçant dans des zones où survivre et l’histoire se répète. Cette considération doit nous faire réfléchir sur un thème fort actuel, qui tracasse bien de monde, qui a porté même à des décisions dont nous avons vu les retombées (le mention est à la ‘Brexit’, nda)”. "Les migrations ne s’arrêteront jamais. - a conclu le président Rollandin - Pour notre région, qui est la terre des cols, qui est devenue la terre des tunnels, où une grande intégration s’est vérifiée, cela doit être une mémoire importante. Les investissements dans le domaine de l’archéologie sont difficiles à comprendre, mais lorsqu’on entre dans la logique de respecter notre histoire et, en la comprenant, on est à même de gérer le présent, je crois que cela prend une autre signification”. Il a donc été au tour du surintendant aux biens culturels Roberto Domaine, d’évoquer comme "dès 1969, centimètre après centimètre, en travaillant de trowel et pinceau, en côtoyant études et recherches, sur une superficie d’outre 10 miles mètres carrés, les archéologues ont dévoilé à nos yeux des millénaires d’histoire”. Et encore: "les analyses effectuées dans le temps sur Saint-Martin-de-Corléans constituent aujourd’hui un point fixe pour le monde scientifique international, qui devra se confronter avec les acquisitions dérivant de ce site à l’importance extraordinaire, dont ont été reconnues la stratification des phases historiques et les fonctions y afférentes, du Néolithique au Moyen-Age”. L’inauguration a vu également la contribution d’autorités de l’Etat. Dans un message envoyé à la Présidence de la Région, le président de la République Sergio Mattarella a souligné que le parc de Saint-Martin représente "une richesse identitaire pour la Région et pour le Pays tout entier”, en formant le voeu qu’il soit "connu par tous en tant qu’un pôle culturel par excellence”. Le sous-secrétaire aux biens culturels et au tourisme, Ilaria Borletti Buitoni, ayant participé à la cérémonie d’Aoste a, pour sa part, souligné que le "tourisme culturel remplit une grande importance. Notre but est de promouvoir un tissu extraordinaire, à même de rendre notre Pays unique au monde. Ce site en est un exemple incroyable”. Info Groupe UV Conseil

JEUDI 23 juin 2016

17:08 -2 jours à l’ouverture de l’aire mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans -2 jours à l’ouverture de l’aire mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans Demain, à 11h30, se déroulera la cérémonie d’inauguration du site mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans, à Aoste. Dès samedi 25, donc, cet incroyable patrimoine historique, dans la zone ouest du chef-lieu régional, sera ouvert au public, par les soins de l’Assessorat régional à la culture. Le Gouvernement valdôtain, lors d’une de ses dernières réunions, a établi un ticket de 7 euros pour la visite à cette aire (5 euros le « réduit » et 2 euros pour les enfants). Un site pluristratifié, c’est-à-dire qu’il présente des traces historiques échelonnées dans le temps, allant de l'église romane construite sur les vestiges de nécropoles romaines et gauloises jusqu’aux signes des rituels de consécration pratiqués à la fin du Néolithique, en passant par des sanctuaires de l’Âge du cuivre. L’ouverture au public concerne le premier lot de l’aménagement de l’aire, incluant les deux zones les plus importantes du site et le musée. En parlant de ce dernier, pour ce qui est du parcours et de l’exposition, il convient de rappeler que la structure qui protège le site archéologique de Saint-Martin-de-Corléans s’étend actuellement sur plus de 1 200 m2 et est conçue de façon à en sauvegarder les monuments et les vestiges, tout en les intégrant dans un parcours didactique. L’itinéraire de visite débute par une descente vers le passé, de nos jours jusqu’à la préhistoire. L’effet recherché est de permettre au visiteur d’appréhender visuellement et émotionnellement le site dans son ensemble et de le percevoir comme un complexe monumental, notamment grâce à un jeu de lumière progressif. Des nuances lumineuses évoquant les différentes heures de la journée colorent l’espace entourant le dolmen, les stèles abattues, les plateformes, les traces des labours et tous les affleurements : teintes roses de l’aube, jaunes du midi, blanches du début de l’après-midi, puis rouges violacés du crépuscule, bleus métalliques de la nuit. Pour ce qui est, par contre, du site archéologique préhistorique voilà quelques nouvelles, tirées de la section aménagée à ce propos sur le site de l’Administration régionale: Les premiers habitants En l'état actuel des recherches, il semblerait que la Vallée d'Aoste ait été habitée dès le VIIIe ou le VIIe millénaire avant notre ère, par des groupes de chasseurs du Mésolithique : ceux-ci avaient progressivement colonisé la région, au fur et à mesure que se retirait le grand glacier qui occupait entièrement la Vallée au début du quaternaire. En revanche peu de traces demeurent de la vie au Néolithique, la période successive qui couvre environ deux millénaires, de 5 000 à 3 000 av. J.-C. Le troisième millénaire av. J.-C. Entre la fin du quatrième et le début du troisième millénaire av. J.-C., de nouveaux éléments culturels venus de l'Est (Asie mineure, Caucase) arrivent en Vallée d'Aoste et sont adoptés par les communautés locales de la fin du Néolithique. Cette période historique particulièrement importante correspond au passage du Néolithique à l'âge du cuivre (Énéolithique) et se caractérise précisément par plusieurs innovations technologiques, aujourd'hui encore fondamentales, dont la métallurgie et l'invention de la charrue, ainsi que de la roue.Sur le plan idéologique, les vestiges mis au jour révèlent des croyances religieuses très complexes, exprimées par plusieurs rites spécifiques, matérialisés par les monuments mégalithiques, ainsi que par les nombreuses gravures rupestres symboliques ornant différents rochers sur tout le territoire régional. La découverte et l’histoire des fouilles La découverte de l’aire mégalithique d'Aoste – située à la périphérie ouest de la ville, près de l'ancienne église Saint-Martin-de-Corléans – remonte à juin 1969 : les excavations entreprises pour construire un immeuble mettent alors au jour un vaste gisement archéologique, dont les vestiges laissent immédiatement pressentir l’importance. Compte tenu de l’intérêt des restes préhistoriques dégagés, l'Administration régionale de la Vallée d'Aoste procède alors à l'acquisition des terrains concernés, dans l'intention de conserver ces précieux monuments in situ. Rapidement, des sondages systématiques commencent et des campagnes de fouilles sont organisées chaque année, pendant plus de vingt ans. Ces fouilles reprennent en vue d’approfondissements ultérieurs en 2001, puis entre 2006 et 2008. Des micro-fouilles ont été menées dernièrement. L’aménagement d’un musée et parc archéologique a été conçu en vue de protéger et de sauvegarder la zone, tout en permettant de l’exploiter et de la valoriser. L’aire mégalithique Le terme « aire mégalithique » a été employé pour définir synthétiquement le site découvert à Aoste, lequel n'est, jusqu'à nouvel ordre, comparable à aucun autre, hormis – et encore les affinités ne sont-elles que partielles – celui de Petit-Chasseur, qui se trouve à Sion, en Suisse. Une aire mégalithique est un terrain, plus ou moins étendu mais bien délimité, présentant plusieurs monuments mégalithiques de différents types. Et de fait, nous ne nous trouvons pas ici en présence d'un simple alignement de menhirs ou de stèles anthropomorphes, ni d'une nécropole ou de plusieurs tombes-dolmens : les éléments découverts indiquent au contraire que nous sommes en présence d'une aire sacrée, destinée d'emblée à accueillir des manifestations réitérées, liées au culte et à l'ensevelissement des morts. Cinq grandes phases structurelles y ont été identifiées : à partir du Néolithique récent, elles se succèdent durant le IIIe millénaire av. J.-C., tout au long de l'âge du cuivre. Ce n'est que pendant les derniers siècles que ce site, initialement conçu comme un sanctuaire en plein air destiné au culte des vivants, devient une nécropole réservée à certaines catégories de la population et qu'y sont construites des tombes monumentales de différents types mégalithiques. Aux premiers siècles de l'Âge du bronze, à peu près 2000 ans av. J.-C., le site est graduellement abandonné pour des raisons qui nous échappent encore et, pendant plus d'un millénaire, l'on y cultivera des céréales. La présence de cette aire mégalithique, dont la fonction était uniquement sacrée, laisse à supposer que dans les environs immédiats – et vraisemblablement au Nord-Ouest de ladite aire – se trouvait une agglomération d’une certaine importance, qu'il n'a pas encore été possible de situer. Du 25 juin au 30 septembre 2016, le public pourra visiter l’aire de 9h à 19h, tandis que du 1er octobre au 31 décembre l’ouverture sera de 10h à 13h et de 14h à 18h. Le site restera fermé le 25 décembre et le 1er janvier. La dernière entrée devra être effectuée 30 minutes avant la fermeture. Pour tout renseignement, prière de s’adresser au 0165 552420, ou au courriel beniculturali@regione.vda.it . Info Groupe UV Conseil
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071