Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 28 jui 2021 - 10:54

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Agricolture

Archives: Agricolture

VENDREDI 16 septembre 2016

22:03 Emprunts PSR pour les investissements des entreprises agricoles: voilà les critères Emprunts PSR pour les investissements des entreprises agricoles: voilà les critères L’Assessorat de l’Agriculture et des Ressources naturelles informe que le Gouvernement valdôtain, au cours de sa réunion d’aujourd’hui, vendredi 16 septembre 2016, a approuvé les critères d’application et les dispositions pour la participations à l’avis pour l’attribution d’emprunts à taux facilité pour les investissements de la part des entreprises agricoles, dans les domaines de la production primaire, ainsi que de la transformation et commercialisation des produits agricoles, aux sens de la loi régionale n° 17 du 3 aout 2016. L’avis, qui a pour but d’intégrer le soutien à fond perdu financé par les ressources du Plan de Développement Rural (PSR), s’adresse aux entreprises qui ont présenté une requête pour la sous-mesure 4.1.1. (investissements dans des entreprises agricoles) du PSR 2014-20. Le montant de l’emprunt attribué pourra couvrir jusqu’à 90% de la dépense admissible, au net de l’aide à fond perdu octroyée aux sens de la mesure 4.1.1.. Le taux fixe d’intérêt se chiffrera à 1% et la durée du prêt sera de 10, 15 ou 20 ans. Les emprunts seront assignés d’après une disponibilité de 3 millions 500mille euros, sur le fond de roulement dont à l’article 24 de la loi régionale n° 17 de 2016. Les intéressés pourront présenter leurs requêtes à partir de lundi prochain, 19 septembre, et jusqu’à 14h de vendredi 28 octobre 2016, auprès du Guichet Unique Agriculture (ouvert du lundi au vendredi, téléphone 0165-275259, 0165-275256, 0165-275353), ou par la PEC, en présentant tout simplement le formulaire qu’il est possible de télécharger ICI , ou qui est également disponible chez le Guichet Unique Agriculture. La documentation technique nécessaire, par contre, sera automatiquement tirée par les bureaux de l’assessorat de la demande d’aide à la sous-mesure 4.1.1. du PSR. On rappelle, enfin, qu’il est encore possible de présenter, d’ici vendredi 30 septembre prochain et toujours au Guichet Unique Agriculture, les requêtes d’aide relativement à la typologie d’intervention 4.1.1. (toutes les informations, ICI ). Info Groupe UV Conseil

MERCREDI 27 juillet 2016

16:20 La nouvelle discipline sur les aides régionales à l’agriculture a été approuvée par le Conseil La nouvelle discipline sur les aides régionales à l’agriculture a été approuvée par le Conseil Le Conseil de la Vallée, au terme des travaux de ce matin, a approuvé à la majorité de ses composants, le projet de loi portant nouvelle discipline des aides régionales en matière d’agriculture et de développement rural. Le projet, présenté par le Gouvernement valdôtain le 28 juin dernier, se compose de 35 articles visant à regrouper dans un seul texte de loi toutes les mesures régionales au soutien de l’agriculture et, d’autre côté, à aligner la discipline régionale de ce domaine aux nouvelles dispositions européennes en la matière. Le rapporteur du projet, le conseiller David Follien, a illustré les typologies d’aides prévues: "le soutien aux investissements pour la production primaire, la transformation et la commercialisation des produits agricoles, outre l’aquaculture, sera assuré par des emprunts à taux facilité, en ligne avec les orientations approuvées dans le passé par le Gouvernement régional. Alternativement aux emprunts, il sera possible de conclure des contrats de leasing à frais réduits. Par contre, des subventions sont prévues à nouveau pour la réorganisation foncière, pour la gestion des consortiums d’amélioration foncière, pour la zootechnie, le payement des assurances, la formation et les services de consultation, la promotion, ainsi que pour les dépenses de fonctionnement du domaine de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles”. "Parmi les différentes nouveautés - a ajouté Follien - le cas est de souligner l’institution d’un guichet unique pour l’agriculture, aussi en raison de garantir l’information aux usagers sur les opportunités offertes par les dispositions régionales, la gestion informatique unitaire des requêtes et la coordination entre les aides aux investissements prévues par ce projet de loi et les correspondantes mesures co-financées dans le cadre du Programme de développement rural. A souligner que cette loi et le PSR représentent les instruments d’application de la politique régionale de développement rural”. Au cours du débat, le conseiller Claudio Restano a observé: "cette initiative est obligatoire, en ayant accompli le choix de ne plus procéder par des subventions, mais par des financements. Il faudrait un texte coordonné, comprenant toutes les lois en la matière. Pour l’avenir, je demande de persévérer sur ce chemin, car en travaillant dans un contexte mieux organisé on peut obtenir des résultats meilleurs”. En répliquant aux différents conseillers ayant participé au débat, l’assesseur à l’Agriculture, Renzo Testolin, a affirmé: "ce projet aborde la matière des aides en agriculture, sans entrer dans le fond d’autres initiatives, mais il cherche d’offrir des indications précises et fiables sur les possibilités d’action, en synthétisant dans un seul acte les activités qui faisaient l’objet de plusieurs lois. Dans une logique de continuité, il y avait la nécessité de proposer un projet de loi de ce genre, qui n’a pas l’ambition de révolutionner un système, mais qui veut être utile au monde agricole valdôtain”. "Nous avons essayé de partager les différents passages avec les opérateurs, - a ajouté l’assesseur Testolin - tout comme nous avons essayé de réduire les démarches bureaucratiques, aussi en créant une structure telle le Guichet unique. L’Assessorat travaillera en faveur des agriculteurs, conscient qu’on vivra des moments critiques. Par ailleurs, la théorie est différente de la quotidienneté. La loi donne une réponse immédiate aux nécessités du domaine agricole: d’ici septembre on pourra soutenir des activités de modernisation des entreprises, en symbiose avec les mesures du PSR déjà en route”. "Je tiens enfin a souligner - a conclu l’assesseur à l’Agriculture - l’effort financier non indifférent, inclus dans cet acte pour soutenir le domaine de la laiterie-fromagerie: pour 2016 une augmentation de deux millions d’euros est prévue pour la valorisation des revues et du monde zootechnique en général. Des initiatives de ce genre certifient que la politique menée en faveur des races autochtones soutien l’unicité de notre production. Il nous faut de travailler collégialement pour maximiser les retombées économiques. L’Assessorat ne s’est jamais soustrait à une confrontation constructive et il continuera à être disponible dans ce sens”. Avant de voter, le président de la Région, Augusto Rollandin, a pris la parole pour souligner "qu’il faut être cohérents avec les orientations à l’égard de ce domaine, avec des mesures qui ne sont plus les subventions généralisées. Il est faux dire que nous sommes en train d’abandonner ce secteur: cet acte pose les prémisses pour un travail correct, qui sans doute offrira des résultats positifs”. Info Groupe UV Conseil

MARDI 26 juillet 2016

19:16 Début samedi prochain, 30 juillet, pour la 17e édition d’« Alpages Ouverts » Début samedi prochain, 30 juillet, pour la 17e édition d’« Alpages Ouverts » A partir de samedi prochain, 30 juillet, ce sera à nouveau, et pour la dix-septième fois, « Alpages Ouverts », l’initiative organisée par l’Association Régionale Éleveurs Valdôtains et soutenue par l’Assessorat à l’Agriculture et Ressources naturelles. Cette manifestation se veut une opportunité pour permettre à tous de savourer la vie à l’alpage et comprendre de quelle façon a lieu la production de la « Fontina DOP », mais non seulement. La valorisation de nos produits typiques concerne également, entre autres, d’ultérieurs fromages, le beurre et le lait. Une fenêtre ouverte sur l’agriculture, qui cette année s’enrichit d’ultérieures nouveautés par rapport au passé. « Afin de permettre aux familles et à tous ceux qui participeront aux journées d’ouverture de comprendre encore mieux les rythmes de l’alpage – a expliqué l’assesseur à l’agriculture, Renzo Testolin – nous avons introduit des éléments d’information environnementale et paysagère ». Ces moments seront soignés par le Corps Forestier Valdôtain. « Environnement et zootechnie ne peuvent pas se séparer. – a dit le commandant adjoint Marco Blondin – Nous serons là, à chacun des six rendez-vous, pour expliquer entre autres la faune de notre territoire, ainsi que notre role aux fins de la sauvegarde de l’environnement ». Les stations forestières concernées seront Antey-Saint-André, Nus, Châtillon et Valpelline. Le calendrier des « Alpages ouverts » est donc le suivant : samedi 30 juillet, alpage Zanzevé, Valtournenche ; samedi 6 août, alpage Veplace, Nus ; mercredi 10 août, alpage Champlong, Verrayes ; samedi 20 août, Alpage Tzanta Merlaz, Doues ; jeudi 25 août, Alpage Telinod, Torgnon ; samedi 27 août, Alpage Fountan-a Freide, Saint-Marcel. Le programme prévoit, pour chacune de ces occasions, à partir de 10h, et pendant toute la journée, une série d’itinéraires thématiques sur l’élevage, sur le pâturage, sur la traite du lait, ainsi que sur la transformation et la conservation des produits. Des animations et des laboratoires pour les plus petits sont également au programme. Au cours des trois derniers rendez-vous, à savoir les 20, 25 et 27 août, des dégustations des produits de l’alpage auront lieu. « La valorisation de nos produits – a ajouté l’assesseur Testolin – doit devenir toujours plus naturelle et chorale sur le territoire. Le soutien à la zootechnie peut être assuré également par des initiatives de ce genre ». Pour sa part, le président de l’Arev, Edy Bianquin, a souligné le fait que « cette initiative est le fruit d’un travail qui commence à janvier, chaque année. Ce n’est pas notre association à chercher les éleveurs qui en seront protagonistes, mais eux à se proposer, lorsqu’ils sont conscients de disposer d’un produit de qualité. Nous avons toujours un bon nombre de requêtes et nous croyons que les visiteurs rentrent chez eux avec un bon souvenir tant des produits, que des endroits ». Pour le directeur général de l’Association, Edy Henriet, « ces journées s’adressent surtout aux consommateurs, afin qu’ils reçoivent des informations correctes sur les produits et qu’ils comprennent que nos entreprises agricoles oeuvrent dans le respect de l’environnement. Quant à la vitalité du domaine, représentée par les différentes requêtes de participation que nous recevons chaque année, nous prenons cela en tant qu’une croissance professionnelle d’ensemble ». Info Groupe UV Conseil

MARDI 12 juillet 2016

20:44 Le « Mondial des vins extrêmes » relève le témoin du « Concours des vins de montagne » Le « Mondial des vins extrêmes » relève le témoin du « Concours des vins de montagne » Après vingt-trois éditions, le « Concours des vins de montagne » change son nom, en devenant le « Mondial des vins extrêmes ». Cependant, ce n’est pas la seule nouveauté de cette manifestation, qui a été présentée aujourd’hui aux médias. C’est un changement tant dans le « pool » des organisateurs  (à la Région et au Cervim s’ajoutent l’association des viticulteurs valdôtains Vival, l’Association Italienne des Somelliers et la Chambre valdôtaine), que dans la volonté de réaffirmer toujours plus la centralité de notre région dans la production de vins en conditions « héroïques » (définies par l’altitude, par la pente du terrain, ou par la technique de cultivation). « Cette initiative – a expliqué l’assesseur à l’Agriculture, Renzo Testolin – nous permet de promouvoir notre territoire de façon importante, en nous offrant également l’opportunité de développer des partenariats d’envergure. Cette année, par exemple, grâce à la synergie avec la Région Lombardie, qui représente une réalité intéressante aussi côté commercial pour nos viticulteurs, la remise des prix se déroulera au mois de novembre à Milan. Sur le développement de liaisons, au fil de ces années, avec le Cervim, nous avons fait un travail clairvoyant ». Du 14 au 16 juillet prochains, à l’Hôtel « Etoile du Nord » de Sarre auront donc lieu les dégustations des vins participants, qui sont plus de 700, présentés par 290 producteurs. Les échantillons seront savourés par six différentes commissions chaque jour. Les numéros mettent en évidence le succès de l’initiative, qui – comme l’a souligné le président du Cervim, Roberto Gaudio – « est la seule consacrée aux productions vinicoles de montagne ». En 2010, les vins inscrits à la compétition étaient moins de 450. De 2011 à 2014, la moyenne s’est maintenue entre 550 et 600, jusqu’au « boom » de cette année. Au delà des chiffres, il est également intéressant d’analyser que, pour la première fois, au « Mondial » participeront des productions de la Géorgie, de la Croatie et d’Andorre. D’autres pays intéressants sont le Turkmenistan et l’Armenie, mais dans le passé des vins venant de ces zones avaient déjà été soumis au Jury. Pour ce qui est de l’Italie, toutes les régions seront représentées, sauf Marche, Ombrie, Basilicate et Pouilles, mais il s’agit de zones ou, au moins en partie, les « productions héroïques » sont marginales. A l’égard des réalités géographiques, le président de la Vival, Stefano Celi, a exprimé sa satisfaction : « nous avons toujours été des paladins de la viticulture de montagne et à présent nous découvrons que d’autres lieux dans le monde présentent des conditions telles les nôtres. Voilà que ce concours devient un important moment de confrontation, surtout avec les Pays qui se présentent pour la première fois ». D’autres particularités sont représentées par le fait qu’outre soixante-dix vins venant des îles Canaries seront en compétition et que le numéro des vignobles autochtones desquels on produit les vins du « Mondial » est tout à fait élevé : environ soixante-dix d’Italie et une cinquantaine hors du Pays. « En plus de cela – a ajouté le président Gaudio – il y a des aires de production totalement exemptes de ‘filossera’, ce qui ajoute sans doute à la valeur des échantillons en dégustation ». « Chez nous – a conclu l’assesseur Testolin – la ‘filossera’ n’est pas arrivée aux vignobles de Morgex et La Salle, qui sont les plus hauts d’Europe, et les chiffres présentées aujourd’hui, en parlant encore une fois de centralité de notre région, témoignent que la Vallée d’Aoste contribue pour 10% environ des vignobles en compétition. Plus que jamais, l’on peut dire que nous sommes un point de synthèse entre différentes réalités à l’échelon mondial ». Info Groupe UV Conseil

JEUDI 9 juin 2016

10:34 Suspension des paiements des emprunts agricoles: les informations détaillées sur les procédures Suspension des paiements des emprunts agricoles: les informations détaillées sur les procédures Hier on a examiné la loi – approuvée par le Conseil de la Vallée – portant sur la suspension des payements des emprunts agricoles, en annonçant des informations détaillées sur les procédures. Les voilà. Les intéressés à la suspension doivent: •  s’ils ont déjà obtenu l’attestation par AREA VdA et obtenu l’avance des subventions relatives à la campagne 2015 de la part d’un institut bancaire avec garantie "Confidi”, ou qui sont intentionnés à la demander avec garantie "Finaosta Spa”: se présenter directement à l’Assessorat de l’agriculture et des ressources naturelles (bureau n° 121 – tél. 0165/275263 – et bureau n. 116 – tél. 0165/275352) afin de souscrire la déclaration "de minimis”; •  s’ils n’ont pas encore demandé l’attestation à AREA VdA et ils sont intentionnés à demander l’avance des subventions à un institut bancaire avec garantie "Finaosta Spa”: se présenter avant tout chez "Area VdA”, afin d’obtenir l’attestation des subventions relatives à la campagne 2015, et, ensuite, à l’ l’Assessorat de l’agriculture et des ressources naturelles (bureau n° 121 – tél. 0165/275263 – et bureau n. 116 – tél. 0165 275352), afin de souscrire la déclaration "de minimis”; Les bureaux de l’Assessorat concernés sont ouverts du lundi au vendredi, de 8h30 à 14h. Les bureaux de "AREA VdA” sont ouverts de lundi à vendredi, de 8h à 12h et de 14h à 16h. Il est à souligner que, au moment où l’avance des subventions certifiées par "AREA VdA” ne soit pas demandée d’ici le 31 décembre 2016, les paiements entretemps suspendus seront chargés à nouveau avant le 31 janvier 2017. Enfin, tous les agriculteurs qui ne sont pas titulaires d’emprunts "Finaosta”, mais qui ont contracté des prêts avec des instituts de crédit présents sur le territoire valdôtain, sont invités à s’adresser directement à leur banque, afin d’obtenir des informations relatives aux initiatives auxquelles la banque même puisse avoir adhéré, d’après les accords nationaux ABI-MIPAAF, ou bien pour s’informer à propos d’éventuelles autres opportunités à l’intention du domaine agricole. Info Groupe UV Conseil
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071