Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 21 oct 2021 - 11:42

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Conseil de la Vallée

Conseil de la Vallée10 Juin 2016 - 17:30

Le Gouvernement lance un projet de loi visant à favoriser la liquidité des entreprises valdôtaines

imprimerpartager

Un projet de loi visant à faciliter la liquidité des activités économiques actives en Vallée d’Aoste. C’est la réponse, l’énième, offerte par le Gouvernement valdôtain aux entreprises de notre région, face à un moment de crise qui accable le tissu économique de notre réalité dès 2008.

Cet acte a été approuvé ce matin et il poursuivra maintenant son iter vers la salle du Conseil régional, afin de devenir définitivement loi. Quant à sa signification, c’est l’assesseur au Budget, Ego Perron, qui a souligné, lors de l’habituelle conférence de presse du Gouvernement, que « nous avons tenu à assurer, conformément à la discipline européenne sur les subventions étatiques, davantage de liquidité aux activités économiques valdôtaines, par la réduction du montant des payements des emprunts contractés par celles-ci d’après différentes lois régionales. Ce projet prévoit la possibilité de prolonger les financements, dont la période de restitution établie initialement ne doit pas être inférieure aux quinze ans, pour un total de cinq années. Pareillement, la proposition inclut la réduction du taux d’intérêt fixe annuel jusqu’à 1 % ».

« Par cet acte – a ajouté l’assesseur Perron – on a voulu achever un iter qui photographe la stratégie politico-financière que le Gouvernement valdôtain est en train de mettre en route pour soutenir concrètement l’économie valdotaine. Un projet ayant connu l’engagement synergique de toutes les structures de la Région qui oeuvrent dans l’octroi de financements publics, afin que l’on puisse arriver à une méthode commune et plus favorable aux citoyens et aux entreprises, dans tous les domaines économiques ».

Les mesures prévues par le projet de loi consistent donc dans la renégociation de la période d’amortissement jusqu’à un maximum de vingt années, ainsi que dans la réduction des taux d’intérêt des financements octroyés aux opérateurs économiques, d’après les fonds de roulement institués aux sens des lois régionales de secteur. Tout particulièrement, pour ce qui est de la réduction des taux, l’article 7 du projet de loi prévoit que le nouveau pourcentage soit appliqué aux payements en échéance dès le 8 avril 2016.

Suite à la pluralité des lois disposant les financements, cette mesure embrasse différents domaines économiques de la région. « Notre espoir – a conclu l’Assesseur au Budget - est que les épargnes auxquelles les entreprises aboutiront grâce aux opportunités offertes par cette intervention législative puissent faire l’objet de nouveaux investissements sur le territoire. Nous regardons à ces mesures en tant qu’ultérieur effort en faveur de l’économie valdotaine ».

Info Groupe UV Conseil

imprimerpartager

ActualitésConseil de la Vallée

JEUDI 23 juin 2016

12:09 Le Conseil de la Vallée analysera l’activité des home restaurants en vue de sa discipline Le Conseil de la Vallée analysera l’activité des "home restaurants" en vue de sa discipline Une résolution sur l’activité de restauration au domicile a été approuvée par le Conseil de la Vallée lors de la séance s'étant achevée hier soir. Ce phénomène est en croissance et il est connu sous l'expression anglaise de "home restaurant”. Le sujet avait déjà été abordé au début de la séance, suite à une interrogation présentée par l’opposition. En répondant, l’assesseur Marguerettaz avait souligné que "la formule de recevoir chez soi des hôtes, en leur fournissant un repas, contre le payement d’un montant, n’a aucune discipline législative, ni à l’échelon européen, ni à celui national. L’invitation à ceux qui souhaitent emprunter ce chemin est donc d’être tout à fait prudents”. Dans l’après-midi, le conseiller unioniste Claudio Restano a présenté une résolution, ayant recueilli l’adhésion de tous les chefs-de-groupe de l’Assemblée. En la présentant, il a rappelé que "de façon très constructive, nous tenons à rappeler que la question, en plus du côté fiscal et commercial, présente également des retombées ayant trait à la qualité des aliments et à la santé publique”. La question est celle de l'absence de règles spécifiques pour le secteur du home restaurant qui, à défaut, doit se soumettre aux dispositions applicables aux restaurants traditionnels. Par conséquent, à l'heure actuelle, faute des autorisations prévues pour les établissementes de restauration, l'activité des home restautant est à considérer comme abusive. La résolution, qui a été approuvée à l’unanimité, en considérant "urgent d’approfondir la discipline existante, afin d’analyser de quelle façon situer cette nouvelle modalité d’offre d’aliments au sein des dispositions régionales”, engage l’Assesseur compétent à présenter à la cinquième Commission du Conseil de la Vallée les éventuelles modifications à la loi régionale n°1/2006, ainsi qu’à son règlement d’application, afin de réglementer ce nouveau type d’activité”. Cela, "afin de sauvegarder la santé publique et garantir loyauté entre les différents opérateurs du domaine”. Info Groupe UV Conseil

MERCREDI 22 juin 2016

17:19 En 2015, la réalisation du programme de législature du Gouvernement a atteint 72% En 2015, la réalisation du programme de législature du Gouvernement a atteint 72% Au 31 décembre dernier, le "degré de réalisation du programme de législature” du Gouvernement valdôtain "atteignait environ 72%, avec 71 objectifs stratégiques sur 98 déjà réalisés ou en cours de réalisation”. Cette donnée a été communiquée au Conseil de la Vallée, réuni aujourd’hui, par le président de la Région, Augusto Rollandin, lors du rapport sur le contrôle stratégique et de gestion de l’Administration régionale. Le Président a ensuite précisé que "les secteurs ayant enregistré les meilleures performances sont ceux qui traitent de l’autonomie, des rapports avec l’État et l’Europe, ainsi que de l’agriculture, de l’environnement, de l’énergie et du territoire”. En plus de cela, "l’action visant la prévention de la corruption et la promotion de la transparence a été intensifiée” et "elle implique transversalement toutes les structures de direction placées sous la supervision du réseau interne des référents”. Pour ce qui est du contexte dans lequel l’Administration a oeuvré en 2015, le président Rollandin a rappelé que "l’année 2015 a été marquée, d’une part, par la réorganisation interne qui a comporté une réduction du nombre des dirigeants et des ressources humaines, mais sans préjudice des fonctions exercées”. D’autre part, la Région a connu "une ultérieure diminution des ressources financières, ce qui nous a imposé de procéder à de nouvelles rationalisations des dépenses”. Malgré ce dernier aspect, "la plupart des objectifs annuels des dirigeants ont été pleinement atteints, ce qui montre bien que notre administration est efficace et capable de respecter les engagements qu’elle a pris avec la collectivité”. En matière de contrôle de gestion, enfin, la vérification des coûts soutenus par l’Administration, aux fins de leur publication définitive dans la section intranet du site régional, est dans sa phase finale”. Info Groupe UV Conseil 11:40 La valorisation de la francophonie au sein des émissions de Rai VdA a été abordée par le Conseil de la Vallée La valorisation de la francophonie au sein des émissions de Rai VdA a été abordée par le Conseil de la Vallée Sur la convention entre la Présidence du Conseil des Ministres et la Rai, pour la diffusion d’émissions en langue française au Val d’Aoste, "en dépit des nombreuses demandes que nous avons envoyées en ce sens, la Région n’est pas interpellée dans le cadre des négociations concernant” cet acte. Le président Rollandin l’a expliqué clairement lors de la séance du Conseil de la Vallée qui a commencé ce matin. "Il n’y a eu aucune implication de la Région pour les prorogations de la convention expirée le 31 décembre dernier, - a-t-il ajouté - aussi parce que, aux termes de la loi n° 220 du 28 décembre 2015 portant « Riforma della RAI e del servizio pubblico radiotelevisivo » le Gouvernement italien devrait approuver avant la fin de l’année un décret législatif pour modifier le texte unique en matière de médias audiovisuels et radiophoniques sur la base de critères directifs qui comprennent entre autres la transmission de programmes radio et télé en français pour la Vallée d’Aoste”. A ce sujet, le président Rollandin a continué: "nous croyons que une rencontre de la Commission du Conseil compétente avec les responsables régionaux de la RAI pourrait certainement s’avérer utile - et nous sommes dès maintenant prêts à y participer – afin de mieux connaître la situation opérationnelle de l’antenne régionale et, en fonction de celle-ci, de définir les initiatives que pourraient prendre les institutions régionales et les Parlementaires valdôtains en vue de l’approbation du décret législatif dont on vient de parler et, éventuellement, d’un plus vaste projet de valorisation du service de radiotélévision en Vallée d’Aoste”. A côté de ce dossier, le Président de la Région a rappelé les efforts effectués par la Région afin de rediffuser des chaînes francophones dans notre région. A ce propos, il a regretté de devoir souligner que "seulement TV5 a donné son accord. Pour les autres chaînes, la France n’a pas manifesté la possibilité d’une rediffusion gratuite. A vrai dire, sur les questions culturelles, pour l’unique région italienne où la francophonie existe, nous ne recevons pas beaucoup d’aide”. Info Groupe UV Conseil

VENDREDI 17 juin 2016

16:40 La Commission paritaire a approuvé une disposition d’application sur le domaine hydrique La Commission paritaire a approuvé une disposition d’application sur le domaine hydrique A l’occasion de la rencontre hebdomadaire de la Junte avec les journalistes, et de la première des deux journées de débat sur l’ « eau publique » à Saint-Vincent, le président de la Région, Augusto Rollandin, a annoncé l’approbation, de la part de la Commission paritaire, d’une ébauche de disposition d’application concernant le domaine hydrique. « Il sera ainsi possible de dépasser définitivement – a dit le Président – une organisation qui, pour la Vallée d’Aoste, distinguait la compétence sur les eaux publiques d’après leurs emploi. Celles destinées à la consommation humaine et à l’irrigation revenaient à la Région, tandis que les eaux pour la production hydroélectrique étaient réservées à l’État et faisaient l’objet d’une concession gratuite seulement pour 99 ans ». Dans l’ébauche approuvée par la Commission, le transfert à la Région concerne toutes les eaux publiques fluviales, les lits de rivière, les pertinences, les œuvres de protection, les structures accessoires de défense du sol, les glaciers, les lacs, les eaux souterraines et celles de superficie, à l’exception de la Doire, qui présente un caractère interrégional. « Il s’agit d’un pas en avant fort important – a conclu le président Rollandin – surtout en ce qui concerne le domaine hydroélectrique, qui restait un problème ». Info Groupe UV Conseil 15:20 Gouvernement valdôtain : les principales délibérations d’aujourd’hui Gouvernement valdôtain : les principales délibérations d’aujourd’hui Parmi les délibérations adoptées aujourd’hui, vendredi 17 juin, par le Gouvernement valdôtain, nous signalons, en raison de leur importance, celles relatives: à la participation de l’Assessorat à l’éducation et culture à l’organisation de l’édition 2016 de l’"Aosta Sound Fest & Sport”, en collaboration avec la Commune d’Aoste, pour une allocation globale de 55mille euros; à l’approbation de l’avis pour l’attribution de bourses d’étude, afin de soutenir les familles dans leurs dépenses pour l’éducation. Le montant du financement assuré est de 177mille euros; à l’octroi, à la fondation "Clément Fillietroz” de Nus, de la subvention annuelle pour la gestion de l’Observatoire astronomique, se chiffrant à 150mille euros; à l’adoption des ébauches de convention avec la commune d’Aoste, pour le projet dénommé "Aoste en vélo”, et avec l’administration municipale de Sarre, pour la "Piste cyclable” du pays, en tant qu’application du Plan national de la sécurité routière; à l’approbation, de la part de l’Exécutif, de la proposition de renouveau des oasis de protection de la faune de La Thuile, du Grand Tournalin (Ayas), de Tirol (Torgnon et Antey-Saint-André), de Gaby (Gaby et Gressoney-Saint-Jean), du Mont Ploure (Brusson et Ayas) et, enfin, de Chéarfière (Courmayeur); à l’approbation du standard de formation et professionnel pour l’activité de mise en route et d’entretien extraordinaire des installations alimentées par des sources énergétiques renouvelables; à la nomination du dirigeant de l’Assessorat au budget, Roberto Nuvolari, en tant que représentant de la Région au sein du Conseil d’administration de "Valfidi”. Info Groupe UV Conseil  

JEUDI 16 juin 2016

14:55 Le président Rollandin sollicite le Comité des Régions sur l’attention aux aires rurales Le président Rollandin sollicite le Comité des Régions sur l’attention aux aires rurales Le Président de la Région, Augusto Rollandin, a participé au débat au sein de la 118ème séance plénière du Comité européen des régions, s’étant déroulée dans la matinée d’aujourd’hui, jeudi 16 juin, auprès du siège du Parlement européen, à Bruxelles. Tout particulièrement, le président Rollandin a pris la parole lors de la discussion portant sur « Les défis actuels et futurs pour les régions et les villes européennes », à laquelle a participé Mari Kiviniemi, secrétaire général adjoint de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCSE). « L’OCSE conduit un travail fort important pour le Comité des Régions et pour les administrations locales et régionales – a déclaré le président Rollandin – et il a produit, au fil des années, un ensemble de données tout à fait utile à propos des aires urbaines et rurales, des réalités qui, parfois, sont improprement considérées en tant qu’entités séparées ». « La conséquence – a ajouté Rollandin – est que les aires rurales et de montagne, qui remplissent une importance extraordinaire du point de vue environnemental, ont une tendance au dépeuplement en faveur des aires urbaines, vers lesquelles ne se déplacent pas seulement les fluxes migratoires internes, mais également les priorités politiques et économiques de l’Union européenne ». « L’absence de ressources économiques adéquates – a ensuite précisé le Président de la Région – rend plus difficile de fournir les services de base aux populations locales, qui sont ainsi obligées à se déplacer vers des pôles économiques plus solides. La diffusion du réseau à connectivité rapide dans les zones isolées, rurales et de montagne est à aborder par des investissements structurels. Sous-évaluer ces problèmes origine non seulement des conséquences sociales et économiques, mais aussi environnementales, en affaiblissant la fondamentale fonction de maintien du terroir, en réduisant l’action de protection de la plaine et en augmentant l’hémorragie démographique, qui désertifie la moyenne montagne ». « Il est important de comprendre – a conclu le président Augusto Rollandin – les orientations et les recommandations de l’OCSE, en vue des politiques futures de développement régional et de cohésion post 2020, à même de remettre en équilibre le rapport entre villes et zones rurales, dans le cadre d’un renouvelé et efficace travail de coordination constructive des stratégies en faveur des jeunes et des chômeurs, telles à garantir la reprise économique ». Info Groupe UV Conseil

LUNDI 13 juin 2016

17:41 Le président Rollandin intervient sur l’attaque en Floride Le président Rollandin intervient sur l’attaque en Floride Suite à l’acte de terreur ayant frappé Orlando, en Floride, le président de la Région, Augusto Rollandin, condamne l’énième épisode de violence et exprime la proximité aux familles des victimes, au peuple des Etats-Unis et à la communauté gay. « J’exprime, – a déclaré le président Rollandin – en mon nom personnel et au nom également du Gouvernement valdôtain, la condamnation la plus forte pour l’acte de terreur ayant concerné, la nuit dernière, les Etats-Unis. Un acte terrible, s’étant vérifié dans un lieu symbole de la communauté gay américaine, en ajoutant une signification encore plus insupportable à l’attaque, car elle a frappé de manière odieuse les droits humains ». « Notre société plonge ses racines dans la tolérance et la solidarité – ajoute le président de la Région, Augusto Rollandin – et nos voix de condamnation doivent se lever haut et fortes pour affirmer que cette vision du monde ne nous appartient pas ». Info Groupe UV Conseil

VENDREDI 10 juin 2016

13:38 Gouvernement valdôtain : les principales délibérations d’aujourd’hui Gouvernement valdôtain : les principales délibérations d’aujourd’hui Parmi les différentes délibérations adoptées par le Gouvernement valdôtain lors de sa séance d’aujourd’hui, vendredi 10 juin, nous signalons, d’après leur importance, celles concernant : l’approbation d’un projet de loi, qui sera soumis au Conseil de la Vallée, portant « mesures urgentes d’aide à la liquidité des activités économiques, en fonction anti-crise ». Le texte prévoit la possibilité, pour les titulaires d’emprunts contractés dans le passé, d’améliorer les conditions, en prolongeant la durée de la période d’amortissement du prêt et en renégociant son taux d’intérêt. On reviendra sur cet acte avec un approfondissement spécifique ; l’approbation de la mise en route de la gestion de l’aire mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans et son ouverture au public, prévue pour le 24 juin prochain. L’acte établit les horaires d’ouverture, diversifiés d’après les saisons, les services de gestion et l’application des différents tarifs d’entrée ; l’octroi de subventions pour différentes activités économiques : 14mille 423 euros pour l’ouverture d’un centre esthétique à Villeneuve ; 5mille 475 euros pour une entreprise artisanale à Arnad et 11mille 650 euros pour une entreprise industrielle à Quart ; l’approbation du rapport annuel sur la performance du Gouvernement régional pour l’année 2016 . Info Groupe UV Conseil

MERCREDI 8 juin 2016

15:41 La suspension, pour douze mois, des paiements des emprunts agricoles est loi La suspension, pour douze mois, des paiements des emprunts agricoles est loi Vingt-six jours. Voilà le temps qui s’est écoulé de l’approbation de la motion, de la part du Conseil de la Vallée, concernant la suspension des paiements des emprunts agricoles, à l’adoption, aujourd’hui, à l’unanimité, de la loi qui concrétise cet engagement. Cette donnée a été rappelée par le conseiller Claudio Restano, rapporteur du projet de loi, qu’en présentant son rapport a souligné que cet acte se veut "un soutien concret aux agriculteurs valdôtains, en raison de l’importance qui, directement et indirectement, leur activité remplit pour la Vallée d’Aoste”. Coté juridique, la loi est assez simple, se composant de deux articles. Le premier dispose la suspension automatique du paiement de deux payements (donc douze mois au total) des emprunts conclus avec "Finaosta” d’après les dispositions de la loi régionale n° 43 de 1996, à l’intention des agriculteurs ayant demandé, ou qui demanderont, aux instituts bancaires - face à la certification décernée par l’"Agence régionale pour les dérogations en agriculture” (Area VdA) - une avance des subventions de la campagne 2015 du Programme de développement rural, n’ayant pas encore été liquidées par l’"Agenzia per le erogazioni in agricoltura” (Agea). La suspension est effective pour les emprunts ayant été conclus jusqu’au 31 mai 2016, pour les paiements en échéance du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017, avec une prolongation conséquente du plan d’amortissement, sans aucun intérêt supplémentaire pour le titulaire. Les facilitations sont octroyées dans le respect de la règle "de minimis”, suite à la présentation de la déclaration prévue à cet égard. Au cas où les entreprises qui avancent la requête ne puissent plus accéder à des mesures "de minimis” la suspension pourra quand-même être accordée, à la condition que des frais de l’opération se charge l’agriculteur qui la demande. En intervenant lors du débat au Conseil de la Vallée, l’assesseur à l’Agriculture, Renzo Testolin, a souligné qu’il s’agit "d’une loi simple, mais efficace, qui vise à offrir une réponse à une situation de retards qui ne découle pas de l’Administration régionale, de laquelle nous prenons acte en cherchant de travailler pour la résoudre. Le cadre améliorera lorsqu’on aura la possibilité d’accéder aux subventions européennes régulièrement”. L’assesseur Testolin a donc tenu a souligner que "les 26 jours de la motion à aujourd’hui sont des temps tout à fait différents par rapport à certaines initiatives nationales, vis-à-vis desquelles nous nous trouvons encore dans l’impasse après 6-7 mois, suite à l’absence d’actes indiquant les procédures à mettre en route”. A ce sujet, l’assesseur Testolin a annoncé la diffusion - dans les prochaines heures - d’un communiqué indiquant les démarches précises pour accéder à la suspension. Ces indications seront présentées dans le détail sur ce site. Info Groupe UV Conseil
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071

Conseil de la Vallée10 Juin 2016 - 17:30

Le Gouvernement lance un projet de loi visant à favoriser la liquidité des entreprises valdôtaines

Un projet de loi visant à faciliter la liquidité des activités économiques actives en Vallée d’Aoste. C’est la réponse, l’énième, offerte par le Gouvernement valdôtain aux entreprises de notre région, face à un moment de crise qui accable le tissu économique de notre réalité dès 2008.

Cet acte a été approuvé ce matin et il poursuivra maintenant son iter vers la salle du Conseil régional, afin de devenir définitivement loi. Quant à sa signification, c’est l’assesseur au Budget, Ego Perron, qui a souligné, lors de l’habituelle conférence de presse du Gouvernement, que « nous avons tenu à assurer, conformément à la discipline européenne sur les subventions étatiques, davantage de liquidité aux activités économiques valdôtaines, par la réduction du montant des payements des emprunts contractés par celles-ci d’après différentes lois régionales. Ce projet prévoit la possibilité de prolonger les financements, dont la période de restitution établie initialement ne doit pas être inférieure aux quinze ans, pour un total de cinq années. Pareillement, la proposition inclut la réduction du taux d’intérêt fixe annuel jusqu’à 1 % ».

« Par cet acte – a ajouté l’assesseur Perron – on a voulu achever un iter qui photographe la stratégie politico-financière que le Gouvernement valdôtain est en train de mettre en route pour soutenir concrètement l’économie valdotaine. Un projet ayant connu l’engagement synergique de toutes les structures de la Région qui oeuvrent dans l’octroi de financements publics, afin que l’on puisse arriver à une méthode commune et plus favorable aux citoyens et aux entreprises, dans tous les domaines économiques ».

Les mesures prévues par le projet de loi consistent donc dans la renégociation de la période d’amortissement jusqu’à un maximum de vingt années, ainsi que dans la réduction des taux d’intérêt des financements octroyés aux opérateurs économiques, d’après les fonds de roulement institués aux sens des lois régionales de secteur. Tout particulièrement, pour ce qui est de la réduction des taux, l’article 7 du projet de loi prévoit que le nouveau pourcentage soit appliqué aux payements en échéance dès le 8 avril 2016.

Suite à la pluralité des lois disposant les financements, cette mesure embrasse différents domaines économiques de la région. « Notre espoir – a conclu l’Assesseur au Budget - est que les épargnes auxquelles les entreprises aboutiront grâce aux opportunités offertes par cette intervention législative puissent faire l’objet de nouveaux investissements sur le territoire. Nous regardons à ces mesures en tant qu’ultérieur effort en faveur de l’économie valdotaine ».

Info Groupe UV Conseil