Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 15 sep 2021 - 10:37

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Conseil de la Vallée

Conseil de la Vallée

MERCREDI 27 juillet 2016

17:34 Le Conseil a commencé l’examen des actes en matière de bilan Le Conseil a commencé l’examen des actes en matière de bilan Le Conseil de la Vallée a commencé dans l’après-midi d’aujourd’hui, mercredi 27 juillet, l’examen conjoint des trois projets de loi concernant le bilan (le compte-rendu 2015, la première variation au budget 2016-2018 et les dispositions afférentes à la loi régionale de variation du budget), ainsi que du rapport de la section régionale de contrôle de la Cour des Comptes sur la gestion 2014 du service sanitaire valdôtain. Les données du compte-rendu - illustrées à l’Assemblée par le conseiller Leonardo La Torre - mettent en évidence, pour 2015, des recettes pour un milliard 348 millions d’euros. Le montant est plus élevé par rapport à la prévision initiale, mais inférieur en comparaison avec l’exercice précédent. Si l’on exclut la contribution destinée à l’Etat, les prévisions définitives des dépenses se chiffrent à un milliard 239 millions euros. Le pourcentage des engagements est de 86.9% (à savoir un milliard 77 millions). Sur ces chiffres, les payements sont de 820,6 millions et, donc, la capacité de dépense (donnée par le rapport entre les payements et les engagements) est de 76,22%. 66.29% des engagements est consacré à la santé (251,9 millions), aux personnels (244,3 millions) et aux mesures de la finance locale (228,1 millions). Les allocations pour l’éducation primaire et secondaire sont de 16,2 millions, tandis que pour la formation universitaire ils sont de 12 millions. Pour la culture, 14,9 millions et pour les sports 2 millions. Pour l’agriculture, 11 millions, dont 10,4 engagés. Au développement économique régional ont été alloués 76 millions. Aux infrastructures pour la voirie et les réseaux vont 82,3 millions et au gouvernement du terroir, 31,2 millions. Pour ce qui est de la première variation au budget 2016-2018, le résultat positif d’administration du compte-rendu 2015, c’est-à-dire 217 millions 599mille 338 euros, ne sera pas objet de redistribution. En fait, ce résultat devra être déterminé à nouveau, par la vérification extraordinaire des résidus, afin de mettre à jour les soldes des comptes aux nouvelles règles de la comptabilité harmonisée. Cette première variation redistribue 29,4 millions d’euros, dont 21,1 millions découlent de la mineure contribution régionale à la restauration de la finance publique. Les ressources sont allouées: pour 12 millions au financement de la dépense sanitaire courante; pour 10 millions aux providences d’invalidité civile; pour 3,3 millions (dans les trois années) à l’éducation; pour plus de 2,5 millions aux services de transport; pour plus d’un million à assurer la voirie routière; presque 500mille euros pour la culture; 350mille euros pour un bonus ‘una tantum’ aux personnels du Corps valdôtain des sapeurs pompiers et du Corps forestier; 265mille euros pour le développement du domaine agricole; 250mille euros pour la formation professionnelle. Le débat s’est poursuivi avec les interventions de l’assesseur aux finances, Ego Perron, et du président de la Région, Augusto Rollandin. D’autres articles à ce sujet suivront. Info Groupe UV Conseil 13:20 Nommés les représentants du Conseil régional au sein du Comité scientifique de la fondation Sapegno Nommés les représentants du Conseil régional au sein du Comité scientifique de la fondation Sapegno Pendant sa réunion d’aujourd’hui, mercredi 27 juillet 2016, le Conseil de la Vallée a nommé Rosanna Gorris et Emanuela Vassoney en tant que représentants de la Région au sein du Comité scientifique de la Fondation "Centre d'études historico-littéraires Natalino Sapegno”, au titre de la période 2016-2020. La Fondation Sapegno, dont le siège est à Morgex, a été instituée par loi régionale n. 33 de 1991 afin d'honorer et perpétuer la mémoire du professeur Natalino Sapegno, l'un des plus importants critiques littéraires italien, né à Aoste en 1901 et décédé à Rome en 1990. Le Comité scientifique est composé du directeur de la Fondation ainsi que de huit membres, choisis parmi des spécialistes en sciences humaines, dont deux sont désignés par le Conseil régional. Info Groupe UV Conseil 11:32 L’emploi du parking “Parini” d’Aoste a allumé le débat au Conseil de la Vallée L’emploi du parking “Parini” d’Aoste a allumé le débat au Conseil de la Vallée Différentes données concernant le parking "Parini”, sis tout près de l’hôpital dans la ville d’Aoste, ont été offertes par l’assesseur au Patrimoine, Ego Perron, en répondant à une interpellation, lors de la séance du Conseil de la Vallée qui a commencé ce matin. En rappelant que la gestion de la structure a été confiée par la Commune d’Aoste à sa société "in house” A.P.S. SpA, l’Assesseur - en répondant donc à titre de collaboration avec le proposant de l’interpellation - a souligné "que l’emploi moyen du parking, pendant les mois de mars à mai 2016, de 7h à 18h, a fait enregistrer une occupation de places du 50% (de 7h à 8h), qui monte jusqu’à 70% de 9h à 10h. Ce pourcentage se maintien jusqu’à 13h et baisse graduellement dans les heures successives, jusqu’à descendre à 30% à partir de 17%”. Cette observation a été effectuée dans les trois mois successifs à l’introduction du nouveau plan des tarifs (en vigueur du 15 février 2016). "Les recettes totales du parking, du mois d’aout 2013 à décembre 2015, - a ajouté l’assesseur Perron - se chiffrent à 845.944 euros. Le cout global de la gestion, pour 2015, est de 246mille euros, au net de TVA et des coûts communs. Ces derniers comprennent les frais ayant trait à plusieurs services offerts par APS et, donc, ne peuvent pas être isolés pour la seule gestion du parking. L’entretien ordinaire a connu une dépense de 31mille 368 euros et aucun entretien extraordinaire, dans la période objet de l’observation, a été effectuée”. Pour ce qui est, plus en général, des orientations sur les parkings desservant l’hôpital régional, suite aux remparts retrouvés dans le chantier de l’élargissement du "Parini”, l’assesseur Perron a affirmé que "les travaux du Comité scientifique sont presque terminés. Leur conclusion permettra de fournir à la Surintendance aux biens culturels les indications utiles à une appréciation des découvertes. On pourra donc évaluer les solutions de conservation des remparts, en les laissant sur le site, ou dans un autre endroit. Cela rendra possibles également les appréciations en matière de parkings”. Info Groupe UV Conseil 10:33 Accès des opérateurs à la fibre optique. Rollandin: “pas de retard à Châtillon” Accès des opérateurs à la fibre optique. Rollandin: “pas de retard à Châtillon” En répondant au Conseil de la Vallée à une interrogation sur les retards (ou allégués tels) dans la concession, de la part de la Région, des autorisations à l’accès au réseau de fibre optiques aux opérateurs de télécommunications, le président de la Région, Augusto Rollandin, a souligné, à l’égard du point d’accès de Châtillon, "que la requête de la part de la société FastAlp a été déposée seulement le 15 avril dernier et non, comme il était soutenu par le proposant de l’interrogation, le 13 juin 2014”. "Le 3 mai 2016 - a ajouté le président Rollandin - il a donc été communiqué à ladite société le début des activités administratives pour la définition de la convention d’hospitalité à signer pour l’emploi des aires concernées. Les bureaux ont communiqué que, dans les prochains jours, il sera soumis à l’opérateur le schéma de convention et, si celui-ci sera partagé, on pourra conclure l’accord, qui permettra l’accès au point. Cela pourrait se passer d’ici la fin du mois d’aout, ou, le cas échéant, pendant les premiers jours de septembre”. Info Groupe UV Conseil

VENDREDI 22 juillet 2016

17:09 Le Gouvernement approuve l’élargissement du bâtiment scolaire de rue Chavanne Le Gouvernement approuve l’élargissement du bâtiment scolaire de rue Chavanne Le Gouvernement valdôtain a approuvé aujourd’hui le projet préliminaire pour l’élargissement du bâtiment scolaire situé en rue Chavanne, à Aoste, qui est actuellement occupé par l’Institution scolaire "Corrado Gex”. Le projet, dont le coût prévu se chiffre à un montant de 854mille euros, prévoit l’élargissement volumétrique du premier étage, sur la terrasse qui existe côté est, afin de réaliser sept nouvelles salles didactiques, une toilette et un nouveau escalier extérieur de sûreté. L’élargissement sera effectué d’après les mêmes technologies d’architecture et installation ayant été déjà employées pour la réalisation du bâtiment principal, afin de respecter les exigences énergétiques et acoustiques. L’action ayant été délibérée marque le début du parcours de réorganisation et qualification des bâtiments scolaires d’éducation secondaire de deuxième degré (à savoir, les "écoles supérieures”), que le Gouvernement valdotain a approuvé au mois d’avril 2016. A ce sujet, il convient de rappeler que l’institution scolaire "Corrado Gex”, au cours de l’été, retournera dans son siège historique, à savoir le bâtiment complètement réaménagé en avenue XXVI février. Suite aux travaux d’élargissement approuvés aujourd’hui, l’institution scolaire "Maria Adelaide” pourra être transférée temporairement en rue Chavanne. Info Groupe UV Conseil 16:11 Info Gouvernement - Les délibérations d’aujourd’hui Info Gouvernement - Les délibérations d’aujourd’hui Parmi les délibérations approuvées par le Gouvernement, lors de sa séance hebdomadaire, nous signalons, d’après leur importance, celles qui concernent: l’approbation du plan de lutte à la "Processionaria” du sapin. L’engagement de dépense est de 800mille euros. L’acte sera maintenant soumis au Conseil permanent des collectivités locales;•l’approbation de la réalisation d’un système d’authentification et de traçabilité des produits DOP de la Région Vallée d’Aoste; l’approbation d’un accord avec le Pole d’innovation ICT de la Région Piémont pour la collaboration dans le domaine de la recherche et de la novation; l’émission de l’avis favorable au plan annuel et économique-financier 2016 du SUEL, le Guichet unique des collectivités locales; l’émission de l’avis favorable à l’organisation de l’initiative culturelle "Châteaux en musique” 2016, au programme au mois d’aout. Dans le cadre de l’initiative un chantier-événement a été prévu au château de Quart, du 5 au 28 aout: l’approbation de la participation de la Région, par le biais de la structure "Activités d’exposition”, au 26e "Salon international du livre de montagne”, qui se déroulera à Passy (France), du 5 au 7 aout; l’approbation de l’adhésion de l’Administration à l’initiative « Commerçants en fête », organisée par la « Confcommercio – Imprese per l’Italia – Regione Valle d’Aosta », au sein de laquelle des réductions sur le tarif d’entrée pour l’aire mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans ont été prévues ; la participation de la Région à l’organisation de la XXIe édition du festival "Aosta Classica”, soigné par la société "Opere Buffe” d’Aoste, avec une allocation de dépense de 45mille euros. Le programme de cette année, se développant du 27 juillet au 4 aout, situera ses spectacles dans différents milieux du patrimoine culturel d’Aoste, tels le Théatre Romain, l’Aire mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans, le Cryptoportique et le Cloitre de Saint-Ours; l’avis favorable du Gouvernement au document de programmation des achats de services et fournitures aux caractéristiques standard et qu’il est possible d’acquérir par la CUC, par le biais de conventions cadre dans le cadre des rapports disciplinés entre la Région, les collectivités locales et la Centrale Unique de Commission; l’approbation du projet préliminaire relatif à l’élargissement du bâtiment scolaire de rue Chavanne, dans la commune d’Aoste; la réalisation d’un séjour d’été, dans la période du 31 aout à l’11 septembre 2016, à l’intention d’un maximum de 18 personnes avec des handicaps psychophysiques. L’engagement total prévu est de 60mille euros ; l’approbation des caractéristiques idéographiques du label régional « Slot Free », tout comme les critères et les modalités qui le disciplinent ; l’examen de la délibération qui détermine les classements pour l’octroi des subventions visant le développement des télésièges, en donnant mandat à « Finaosta » pour leur financement par le biais du fond de roulement. La délibération sera maintenant illustrée à la Commission du Conseil compétente en la matière. Info Groupe UV Conseil    11:47 Un raisonnement à 360° avec le Chef de groupe, Joël Farcoz Un raisonnement à 360° avec le Chef de groupe, Joël Farcoz L’eau, les transports, la situation internationale et la réforme constitutionnelle ont été les sujets sur lesquels le Chef de groupe de l’Union Valdôtaine au Conseil de la Vallée, Joël Farcoz, a offert son point de vue, lors de l’émission radiophonique « La Giostra », diffusée en direct ce matin par « Top Italia Radio ». Quant à la propriété des eaux, le conseiller Farcoz a rappelé le projet de disposition d’application récemment approuvé par le Conseil de la Vallée, « qui remplit un caractère stratégique, du fait que notre région est ‘fille de ses eaux’, tout comme l’écrivait Emile Chanoux ». Par cette disposition, on passera à la pleine disponibilité des eaux régionales (exception faite pour la Doire, en raison de son caractère interrégional), au lieu de disposer exclusivement d’une concession de l’État. « Les bénéfices – a souligné Joël Farcoz – retomberont donc sur notre communauté, au lieu d’avoir à aborder une négociation avec l’État, ce qui se passait normalement sous un rapport de concession ». A propos de l’avenir de nos eaux, le Chef de groupe a rappelé que « l’hydroélectrique est une source énergétique tout à fait propre et il s’agit de celle sur laquelle la Vallée d’Aoste doit miser pour le futur ». Après avoir rappelé la moratoire promue récemment par la Junte régionale à cet égard, le conseiller unioniste a dit « je vois à l’horizon une région fortement ‘green’. Nous devons attraire des entreprises qui utilisent ce label en tant que ‘brand’ et devenir un exemple à l’échelon international ». Sur le tunnel du Mont Blanc, face à l’hypothèse de son doublement, en plus de rappeler la résolution approuvée par le Conseil lors de sa dernière séance (qui engage le Président de la Région à effectuer les nécessaires approfondissements), le conseiller Farcoz a tenu à souligner que « le volume de trafic dans le nord-ouest d’Italie ne changerait pas en présence de plus d’un tunnel » et que la question « est tout à fait stratégique, car elle a trait à dessiner la Vallée d’Aoste de demain, en vue de ses échanges interrégionaux, suite aussi au doublement du tunnel du Fréjus ». Pour ce qui est du chemin de fer, outre souligner que « le droit à la mobilité est assuré dans toute la région », le Chef de groupe Farcoz a affirmé que « le cas est d’éviter l’approche idéologique au problème. En électrifiant l’actuelle ligne, les temps de parcours ne diminueraient que d’une dizaine de minutes. Il faut du bon sens, en essayant d’arriver à un nouveau contrat de service ». Encore plus complexe est le discours lié à l’autoroute, car il « est axé sur des concessions de l’État, réglées par des dispositions européennes. Les sociétés autoroutières ne sont participées que minoritairement par la Région et elles ne raisonnent que d’après leur business plan ». Sur la réforme Constitutionnelle étudiée par le Gouvernement, les ombres ne manquent pas (la diminution du rôle des collectivités locales et des Régions, la mise à zéro des compétences concurrentes, le remplacement du Sénat par une chambre avec moins de pouvoirs), mais « il faut également donner acte du travail de nos parlementaires, que grâce au dialogue avec les autres autonomies, ont obtenu les principes de l’entente et de la sauvegarde, qui permettront à notre région un dialogue plus serein avec l’État ». Enfin, quant à la situation mondiale « ce climat de chaos est le fruit du concept de la globalisation et cela trouble l’ordre qui avait, de quelque façon, été crée dans l’après-guerre ». Le futur, pour le Chef de groupe unioniste, « est l’Europe, mais le dialogue ne peut pas avoir lieu seulement entre États. Ce sont les Régions, les territoires avec leurs cultures et leurs identités, à devoir devenir les protagonistes de l’avenir. Les différences ne doivent pas être éliminées, elles sont une source de richesse ». Info Groupe UV Conseil

MARDI 19 juillet 2016

08:58 Un établissement à Gignod pour les “Bières du Grand-Saint-Bernard” Un établissement à Gignod pour les “Bières du Grand-Saint-Bernard” L'installation de la société "Chaco Srl” à Gignod, dont à une délibération du Gouvernement régional lors de sa dernière séance, met en évidence la façon dont la capacité de faire entreprise des valdôtains puisse valoriser des établissement étant sous-utilisés depuis des années, grâce également à la collaboration avec "Vallée d'Aoste Structure”. Cette entreprise s'est constituée au mois de novembre 2009 et a commencé la production de bière en juillet 2010. L'activité de brasserie artisanale, au label "Les Bières du Grand-Saint-Bernard”, s'est installée dans une unité située dans la commune d'Etroubles, qu'à présent est encore le siège opérationnel de cette entreprise. La gamme de bières proposées s'adresse à un public en quête d'un produit artisanal, originel, lié au territoire, ce qui en justifie le prix. L'activité s'est adressée, au début, au marché régional, avec un volume d'affaires en hausse constante. Dans le deuxième semestre 2015, le marché a été élargi, avant à l'Italie et, ensuite, à l'étranger (notamment, à la Suisse). A la date du 31 mars 2016, le chiffre d'affaires est supérieur de 33% à la même période de 2015. La bière artisanale, en fait, connait une remarquable croissance, tant dans la production, que dans la qualité et les micro-brasseries deviennent de plus en plus des entreprises solides. Les espaces de développement ont origine d'une efficacité accrue dans la production et de la capacité de placer des quantités plus amples sur le marché. La bière artisanale valdôtaine est toujours plus appréciée à l'étranger et les exportations augmentent bien. Par le transfert de l'activité dans le siège de Gignod, la "Chaco Srl” aura à sa disposition des aires adéquates à une organisation encore meilleure de sa production, à l'installation de machines par lesquelles augmenter le niveau d'automation et à la réalisation d'un laboratoire pour le contrôle de la qualité, en plus d'optimiser le côté logistique. Info Groupe UV Conseil

LUNDI 18 juillet 2016

11:44 Les représentants du Conseil régional au sein de la Commission mixte pour les adaptations scolaires ont été nommés Les représentants du Conseil régional au sein de la Commission mixte pour les adaptations scolaires ont été nommés Lors de sa séance de vendredi 15 juillet 2016, le Conseil de la Vallée a nommé le Surintendant aux études, Fabrizio Gentile, les inspecteurs Gabriella Vernetto et Maurizio Rosina, ainsi que le professeur Marisa Cavalli en tant que ses représentants dans la Commission mixte dont à l'article 40 du Statut spécial, qui devra être auditionnée à l'égard des adaptations des programmes nationaux aux spécialités de l'organisation scolaire valdôtaine, caractérisée par un système bi-plurilingue. L'article 40 prévoit, en fait, qu'en Vallée d'Aoste "l’enseignement des différentes matières est organisé selon les dispositions et les programmes en vigueur dans l’Etat, moyennant des adaptations opportunes aux nécessités locales” et que "ces adaptations, ainsi que la liste des matières pouvant être enseignées en français, sont approuvées et rendues exécutoires, après consultation de Commissions mixtes composées de représentants du Ministère de l’Instruction publique, de représentants du Conseil de la Vallée et de représentants du corps enseignant”. La nomination effectuée par le Conseil est donc nécessaire afin de poursuivre l'iter vers l'approbation des adaptations, suite aux propositions approuvées par le Conseil scolaire régional le 24 juin dernier, qui concernent tous les quatre degrés de l'école valdôtaine et qui prévoient une expérimentation de deux années avant de leur adoption définitive. Après l'avis consultatif de la Commission mixe, il sera nécessaire de conclure une entente avec le Ministère de l'Instruction sur le texte des projets d'adaptation, qui seront enfin rendues exécutoires par une délibération du Gouvernement valdôtain. Le Commission mixte sera donc composée par les quatre représentants du Conseil de la Vallée, outre quatre représentants du Ministère de l'Instruction et quatre enseignants nommées par les quatre organisations syndicales plus représentatives. Info Groupe UV Conseil 11:30 Le Conseil approuve une résolution sur le tunnel du Mont Blanc Le Conseil approuve une résolution sur le tunnel du Mont Blanc Une résolution concernant le tunnel du Mont Blanc, présentée par les forces de la majorité, a été approuvée lors de la dernière séance du Conseil de la Vallée, vendredi 15 juillet. Le texte engage le Président de la Région à "relater à la compétente Commission du Conseil au sujet d'éventuelles hypothèses visant la modernisation des infrastructures aux exigences fonctionnelles et de sureté du trafic, ainsi qu'à affirmer l'opposition, auprès des sièges institutionnels opportuns, à l'égard de toute hypothèse de doublement du tunnel qui comporterait une augmentation du trafic commercial dans la Vallée, au lieu de viser à la réalisation prioritaire d'un tunnel qui améliore la circulation en sureté”. En présentant l'acte de la majorité, le Président de la Région, Augusto Rollandin, a affirmé que: "Une éventuelle fermeture du tunnel serait plus préoccupante que le "doublement" de ce dernier, car nous rappelons l'isolement vécu pendant trois ans après le tragique accident du 24 mars 1999. L'objectif supérieur est celui de garantir le maintien de cet axe de circulation européen. Les travaux programmés sur un tronçon de 500 mètres de soubassement ont déjà fait craindre la possibilité de fermeture du tunnel. Au cours des années qui viennent la voûte du tunnel aura elle aussi besoin d'intervention et cette fois sera plus compliqué de résoudre les problèmes avec quelques journées de fermeture”. "Je ne suis pas un partisan de la seconde galerie, - a ajouté le président Rollandin - mais je ne pense pas qu'il ne faille refuser a priori de réfléchir à cette éventualité, si elle est étudiée avec les communautés locales. La seule chose que j'exclus totalement a priori, c'est le fait qu'une seconde galerie unidirectionnelle au tunnel du Mont-Blanc puisse signifier un doublement du nombre des poids lourds en transit. Sécurité de la circulation et protection de l'environnement restent les deux objectifs qui pour nous ont la même priorité et la même importance, qu'il s'agisse du tunnel ou de ses voies d'accès”. Info Groupe UV Conseil
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071