Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 21 oct 2021 - 11:42

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Conseil de la Vallée

Conseil de la Vallée

JEUDI 14 juillet 2016

11:41 La Région insiste pour l’examen de trois projets de dispositions d’application de la part du Gouvernement national La Région insiste pour l’examen de trois projets de dispositions d’application de la part du Gouvernement national Les projets de dispositions d’application du Statut spécial élaborés par la Commission paritaire et au sujet desquels le Conseil régional a déjà formulé son avis, mais qui n’ont pas encore été approuvés par le Conseil des ministres, sont au nombre de trois. La donnée a émergé aujourd’hui, au Conseil de la Vallée. A relater en la matière a été le président de la Région, Augusto Rollandin. Les trois projets concernent: le transfert des fonctions de l’ancien ISPESL (transmis au Conseil des ministres le 20 décembre 2010), l’organisation linguistique (transmis le 6 octobre 2011) et les archives historiques (5 octobre 2012). Le Président a ensuite rappelé que "l’élaboration du projet de dispositions d’application par la Commission paritaire constitue déjà la synthèse des positions de l’Etat et de la Région. Elle représente donc l’occasion d’aborder tous les aspects éventuellement problématiques avec les ministères compétents”. "Cependant - a ajouté le président Rollandin - au cours de ces dernières années des obstacles, de nature essentiellement bureaucratique, ont vu le jour. Ils sont dus à certains fonctionnaires qui voudraient refaire l’instruction du dossier ou renvoyer les projets desdites dispositions devant la Commission paritaire, mais sans les avoir soumis d’abord au Conseil des ministres”. Cette attitude n’est pas respectueuse du caractère particulier de notre ordre juridique "et nous instituons donc pour que ces dispositions soient d’abord examinées par le Gouvernement”. "Nous avons demandé à plusieurs reprises - et encore récemment, par notre lettre du 5 juillet dernier adressée au sous-secrétaire Bressa - a conclu le Président de la Région - que ce malentendu soit dissipé et que les dispositions en questions soient soumises au Conseil des Ministres sans délai”. Info Groupe UV Conseil 11:14 La large bande est disponible dans les vallées d’Ayas, du Lys et dans le Valtournenche La large bande est disponible dans les vallées d’Ayas, du Lys et dans le Valtournenche La large bande est disponible dans les vallées d’Ayas, du Lys et dans le Valtournenche. La nouvelle a été donnée au Conseil de la Vallée, par le président de la Région, Augusto Rollandin, en démentissent l’affirmation contraire contenue dans la question d’un groupe d’opposition. "La nouvelle infrastructure de fibres optiques - a souligné le Président - était achevée fin 2015 et, comme la déclaré Telecom Italia en novembre 2015, les premiers services à large bande ont été activés dès les premiers mois de 2016". Plus précisément: entre mars et mai 2016, la connectivité des "HotSpot WiFi” est passée sur les réseaux en fibre optique. Cela a permis de fournir gratuitement des connexions par ultra large bande aux résidents comme aux touristes; Telecom Italia a activé les services à large bande sur toutes ses centrales présentes dans ces trois vallées. Lesdits services sont aujourd’hui disponibles au prix de gros pour tous les opérateurs de télécommunications et sont vendus directement aux usagers finaux par Telecom Italia elle-même; toujours sur la base du plan présenté par Telecom, l’opérateur a renforcé ses offres de services de téléphonie mobile dans ces trois vallées, en passant à la technologie 4G, qui permet aux usagers en déplacement de se connecter via l’ultra large bande. "Les services à large bande - a donc expliqué le président Rollandin - sont donc déjà effectivement accessibles, même si des interventions complémentaires liées à la fibre optique sont en cours, en vue de l’achèvement de la mise en place de l’infrastructure du territoire". Il s’agit de l’achat de droits irrévocables d’usage sur la fibre par certains opérateurs, dont certains ont manifesté de façon encore informelle leur intention d’effectuer des investissements afin d’amener les services à ultra large bande sur le territoire, ainsi que la réalisation du réseau reliant les Communes de ces trois vallées, ce qui fera passer la vitesse de la liaison à 100 Mbps, au minimum (fin des travaux prévue pour septembre 2016). Info Groupe UV Conseil 10:55 Le contentieux entre le groupe CVA et l’Agence des douanes a été abordé par le Conseil de la Vallée Le contentieux entre le groupe CVA et l’Agence des douanes a été abordé par le Conseil de la Vallée Le point de la situation sur le contentieux entre deux sociétés du groupe CVA (à savoir Idroenergia et Idroelettrica, avec la deuxième fusionnée par incorporation dans la première en décembre 2015) et l’Agence des douanes a été fait par le président de la Région, Augusto Rollandin, lors de la séance du Conseil de la Vallée commencée ce matin. Le contentieux porte sur le calcul des accises impayées et "géré dans chaque province d’Italie et pour chaque année d’imposition contestée est encore en cours”. Dans le détail: vingt-six des dossiers soumis aux Commissions tributaires provinciales ont donné lieu à une décision négative (Idroenergia a déjà introduit un recours devant les Commissions tributaires régionales pour une partie de ceux-ci); trente-six des dossiers soumis aux Commissions tributaires provinciales ont donné lieu à une décision positive (pour ce qui est de la Vallée d’Aoste, la Commission à réuni les dossiers relatifs aux accises et à l’IVA et a accueilli les recours); six autres dossiers soumis aux Commissions tributaires provinciales ont déjà été traités, mais la décision y afférente n’a pas encore été déposée; deux des dossiers soumis aux Commissions tributaires régionales ont donné lieu à une décision négative (avec un recours devant la Cour de cassation déjà présenté par Idroenergia); un dossier soumis à la Commission tributaire régionale a donné lieu a une décision positive. "A ce jour, les deux sociétés - a souligné le président Rollandin - ont globalement versé, au titre des accises et sous réserve expresse du remboursement des sommes indues, 51,9 millions d’euros. Je peux vous préciser qu’à ce jour, au lendemain des décisions positives en faveur des sociétés du groupe CVA, l’Agence des douanes a déjà remboursé 2,3 millions d’euros sur cette somme et que, dans les jours qui viennent, le Bureau d’Aoste de l’Agence des douanes devrait, par l’intermédiaire d’Equitalia, rembourses encore 896mille euros, au titre des accises”. Quant au futur, "les résultats obtenus jusqu’à présent dans le cadre de ce contentieux laissent bien augurer de l’issue de l’ensemble des dossiers pour le groupe CVA”. En revanche, si certaines décisions devaient être défavorables au Groupe, "à la Région reviendrait le montant des accises sur l’énergie électrique, mais seulement de celles perçues sur le territoire régional et relatives à l’électricité mise en réseau en Vallée d’Aoste”. Info Groupe UV Conseil

MARDI 12 juillet 2016

13:36 L’avenir du Casino ? Perron : « Aucune possibilité n’est exclue » L’avenir du Casino ? Perron : « Aucune possibilité n’est exclue » Le compte-rendu financier de l’Administration régionale pour 2015 et la situation de la Maison de jeu ont été les sujets les plus saillants abordés ce matin par l’assesseur au Budget, Ego Perron, lors de l’émission « La Giostra », en direct sur Top Italia Radio. A l’égard des comptes, la discussion s’est orientée surtout sur le surplus d’administration, se chiffrant à 29 millions d’euros. « Ce chiffre, en plus de témoigner une action rigoureuse de la part de la Région, – a expliqué l’assesseur – est conséquent à une combinaison d’éléments. Avant tout, une sentence nous ayant été favorable. Ensuite, le fait qu’on a moins d’intérêts à payer, suite à la révision de différents projets, et on a pu aussi compter sur des recettes représentées par les dividendes provenant de différentes sociétés contrôlées ». 29 millions représentent un montant important, mais « on est tout à fait loin des surplus connus il y a une dizaine d’années, qui arrivaient jusqu’à 200 millions d’euros. Le contexte financier a changé fortement et cette donnée le démontre de façon évidente. Cependant, nous avons essayé d’assigner les 29 millions à notre disposition au financement des domaines stratégiques du budget régional, en privilégiant l’attention à la personne, qui reste le centre de notre action politico-administrative ». Quant à la Maison de jeu de Saint-Vincent, le thème est fort actuel, car vendredi prochain le Conseil de la Vallée examinera le budget, « qui présente encore un passif remarquable, malgré des signes de reprise ». « Cela – a ajouté l’assesseur Perron – est conséquent tant à la situation de crise, qui continue, qu’aux retombées économiques des investissements effectués à partir de 2011, pour un montant global de quelque 100 million d’euros. Il est évident que cela, côté budget, ait un temps d’amortissement qui ne peut pas se résoudre dans un exercice ». Plus en général, sur la situation du Casino, l’assesseur Perron a rappelé qu’il s’agit « d’une structure aux dimensions importantes, également pour ce qui est du personnel, avec ses 700 dépendants. Il faut quand même penser à sa centralité sur l’échiquier économique régional. 70 millions de recettes signifient que, sur les tables de jeu, ont circulé à peu près 400 millions d’euros. Il y a une amélioration des résultats, qui n’est pas encore définitive, mais qui existe et qui est aussi le résultat de la stratégie du nouveau management de la Maison de jeu ». Quant au futur, aucune possibilité n’est exclue. « Nous regardons autour de nous à 360°, afin de rendre stable la reprise. - a conclu l’Assesseur au Budget – Si l’on trouvait des partenaires disposés à investir également sur le territoire de Saint-Vincent, qui connaît des problèmes de vitalité, l’hypothèse d’une gestion privée, tout en maintenant la propriété publique, pourrait être un raisonnement que la politique devrait faire. Certes, la formule que nous préférons est celle d’une reprise avec la formule actuelle, mais –je le répète- rien n’est à exclure ». Info Groupe UV Conseil

VENDREDI 8 juillet 2016

16:06 Le Gouvernement introduit une révision du ticket sur les médicaments et l’assistance intégrative Le Gouvernement introduit une révision du ticket sur les médicaments et l’assistance intégrative Le Gouvernement valdôtain a examiné aujourd’hui la délibération qui vise à introduire une « révision d’équité sociale » sur le ticket concernant les médicaments et l’assistance intégrative. Le but de l’introduction du « ticket » (qu’il serait plus correct d’appeler « quote-part fixe ») est toujours double, dans le domaine sanitaire : d’un coté engendrer des recettes pour le bilan de l’Unité Sanitaire Locale et, d’autre, de réduire le recours aux prestations sanitaires non nécessaires. A présent, le système de détermination des « quotes-parts fixes » en vigueur prévoit : •une quote-part de 2 euros par confection (jusqu’à un maximum de 4 euros pour chaque prescription) pour les médicaments et de deux euros pour chaque prescription pour l’assistance intégrative, pour la population n’étant pas exemptée ; •une quote-part d’1 euro par confection (jusqu’à un maximum de 2 euros pour chaque prescription) pour les médicaments et d’un euro pour chaque prescription pour l’assistance intégrative, pour la population étant exemptée. La « révision d’équité sociale » introduite par le Gouvernement vise à : •sauvegarder la couche plus faible de la population (dont l’ISEE arrive jusqu’à 10.000 euros), en diminuant le ticket de 2 à 0,50 euros par confection, jusqu’à un maximum d’un (au lieu de quatre) euro pour chaque prescription. Le fait de ne pas prévoir des exclusions totales du ticket est une volonté précise et il a été partagé avec les organisations syndicales des retraités, ainsi qu’avec les associations des consommateurs. On veut sauvegarder l’effet vertueux du ticket, à savoir dissuader des consommations inappropriées ; •définir une deuxième catégorie d’usagers (dont l’ISEE rentre entre 10.001 et 25.000 euros) auxquels assigner le traitement qu’aujourd’hui est consacré seulement à la population exempte (d’après la pathologie, ou la rente) : un euro par confection (au lieu de 2), jusqu’à un maximum de 2 euros (au lieu de 4) par prescription. L’exemption nationale d’après la rente (code E01) est reconnue seulement à la population âgée de moins de 6 ans, ou de plus de 65. La couche de l’âge moyen en est exclue et c’est la récupération que la révision effectuée avec l’ISEE se propose. Cette mesure, dont la délibération sera maintenant soumise à la compétente Commission du Conseil de la Vallée, sera en vigueur dès le 1er octobre prochain, afin de permettre à l’USL le développement de l’interface informatique du database ISEE de l’INPS et pour donner aux citoyens potentiellement bénéficiaires de la révision le temps nécessaire à se faire calculer l’ISEE. Info Groupe UV Conseil 15:32 Info Gouvernement – Les délibérations d’aujourd’hui Info Gouvernement – Les délibérations d’aujourd’hui Parmi les délibérations adoptées ce matin par le Gouvernement valdôtain, lors de sa réunion hebdomadaire, nous signalons les principales, qui concernent : • l’examen de la délibération - qui sera maintenant soumise à la Commission compétente du Conseil de la Vallée – qui détermine la réduction des quotes-parts fixes pour les ticket sur les médicaments et sur l’assistance intégrative ; • l’approbation des critères et des procédures pour l’application en 2016 des dispositions sur le soutien économique aux familles, par la participation aux frais pour le réchauffage (Bon de chauffage). Afin de permettre aux CAF de mieux assister dans le rempliment des déclarations uniques prévues pour l’érogation de cette aide, une convention a été passée entre la Région et les Centres adhérents au tableau d’assistance fiscale ; • l’approbation de l’entente entre la Région et la Commune de Champorcher, ainsi que le projet préliminaire y afférent, pour les travaux d’amélioration de la voirie d’accès au Parc du Mont Avic, sur la route régionale n. 2, à Champorcher. La dépense au programme est de 400mille euros ; • l’approbation de la convention entre la Surintendance de l’Assessorat à la Culture et le Diocèse d’Aoste en vue de l’application du Plan de la culture, par la programmation et la réalisation d’actions visant la valorisation du patrimoine ecclésiastique de la Vallée d’Aoste ; • l’institution du Comité de pilotage destiné à suivre le développement du projet stratégique « Voie de basse montagne de la Vallée d’Aoste » ; • l’avis favorable au programme d’initiatives d’information et de sensibilisation des valeurs naturelles, environnementale, qui se déroulera pendant l’été 2016, auprès des sites du système « Viva Valle d’Aosta unica per natura ». Tout particulièrement, on prévoit trois initiatives d’information en matière de tutelle et sauvegarde du milieu naturel, suivies par une représentation théâtrale thématique ; huit laboratoires didactiques pour enfants auprès du musée régional de sciences naturelles « Efisio Nousasn » à La Salle ; trois randonnées guidées dans la réserve naturelle Lolair et une journée de sensibilisation dans les 27 aires sauvegardées, protégées et les sites « Nature 2000 », par une visite avec un guide naturaliste, au programme pour le 24 juillet 2016 ; • l’organisation de la « Festa de Lo Pan Ner », une initiative qui se déroulera sur l’ensemble du territoire régional les 15 et 16 octobre prochains. Toujours dans le sillon des manifestations, le Gouvernement a décidé de contribuer à la réalisation de « Celtica in Valle d’Aosta » 2016 . Info Groupe UV Conseil

JEUDI 7 juillet 2016

16:00 Les projets de loi sur le logement et sur les routes régionales à l’examen de la IIIe Commission Les projets de loi sur le logement et sur les routes régionales à l’examen de la IIIe Commission La troisième Commission du Conseil de la Vallée, « Aménagement du territoire », s’est réunie ce matin et a exprimé un avis favorable à l’égard de deux projets de loi. Le premier a été proposé par le Gouvernement valdôtain afin de modifier les dispositions en matière de politiques pour le logement (contenues dans la loi régionale n. 3 de 2013). Le texte se compose de 39 articles, qui visent à mettre à jour les aides pour la première maison, en vue de les rendre plus adéquates aux récents changements de la situation économique et financière, publique et privée. Ce projet de loi introduit des emprunts à taux facilité, qui remplacent les contributions, pour les ouvrages dans le domaine du logement subventionné, ainsi que pour la réfection des toits en lauzes. Le but de cet acte est également de soutenir le réaménagement des bâtiments, encouragé par les déductions fiscales prévues par les dispositions d’État. En même temps, une déréglementation est prévue pour les procédés demandant une mise à jour plus fréquente, dans une logique de simplification des procédures. L’initiative est donc axée à soutenir les investissements dans le domaine du bâtiment, ayant été profondément touché par la crise. L’autre loi examinée par la Commission, présentée par le Gouvernement le 18 mai dernier et se composant de 7 articles et deux pièces jointes, modifie les dispositions dont à la loi régionale n° 26 de 2006, portant sur le classement, la gestion, l’entretien, le contrôle et la sauvegarde des routes régionales. Le texte introduit une logique de gestion du service à un échelon de proximité. Il prévoit le transfert aux Communes de la compétence pour remettre les autorisations et concessions routières dans les tronçons des routes régionales à l’intérieur des centres peuplés. Les frais d’occupation et emploi des routes passe d’annuel à forfaitaire, à la mesure réduite, avec une remarquable réduction des temps. La troisième Commission a ensuite nommé le conseiller Giuseppe Isablellon rapporteur du projet de loi qui porte sur les dispositions en matière de praticabilité des maisons (modifications à la loi régionale n. 11 de 1998 en matière d’urbanisme et aménagement du territoire de la Vallée d’Aoste) et le conseiller David Follien rapporteur du projet de loi sur la nouvelle discipline des aides régionales en matière d’agriculture et développement rural. Ce dernier acte a été illustré à la Commission par l’assesseur à l’Agriculture, Renzo Testolin. Info Groupe UV Conseil

VENDREDI 1 juillet 2016

16:07 Gouvernement valdôtain – Les délibérations d’aujourd’hui Gouvernement valdôtain – Les délibérations d’aujourd’hui Parmi les délibérations approuvées aujourd’hui par le Gouvernement valdôtain, nous signalons, en raison de leur importance, celles qui concernent : • l’approbation du projet de loi sur l’harmonisation de la Réforme du système national d’instruction et formation avec l’organisation scolaire de la Vallée d’Aoste. On va approfondir ce sujet dans un article exprès ; • la passation d’une convention, entre la Région Autonome Vallée d’Aoste et l’Université Paris-Ouest pour le déroulement, auprès de l’Administration régionale, de stages curriculaires à l’intention des étudiants ; • l’avis favorable au Projet expérimental, en collaboration avec la « Core informatica S.R.L. », pour l’introduction et la réintroduction professionnelle de personnes défavorisées, exposées au risque de marginalité dans le marché de l’emploi. Le projet aura un résultat positif si, après les douze mois prévus, la « Core S.R.L. » embauchera, par différents types de contrat, au moins 80% des participants qui auront conclu positivement toutes les phases prévues. Les embauches, qui concerneront les sièges de Pont-Saint-Martin ou d’Ivrée de l’entreprise, incluront au moins un contrat de travail à temps déterminé ; • l’analyse du protocole pour l’accès et l’utilisation aux systèmes de vidéo-surveillance de la part des dépendants de la structure « Maison de Jeu ». L’acte sera maintenant soumis à l’avis de la compétente commission du Conseil de la Vallée ; • la détermination, dès le 1er janvier 2016, du transfert aux Communes des ressources financières, pour un montant global de 200mille euros, nécessaires au fonctionnement du service de cantine scolaire pour les enseignants des écoles de l’enfance dépendant de la Région, engagés dans la vigilance et l’assistance aux élèves au cours de la réfection. Cette délibération sera maintenant soumise à l’examen du Conseil permanent des collectivités locales ; • l’assignation à l’institution scolaire d’instruction technique et professionnelle de Verrès d’un financement extraordinaire pour la réalisation du projet didactique-culturel « Nemmeno con un fiore », visant à la sensibilisation contre la violence sur le femmes, pour la prévention et la lutte à la violence de genre ; • l’attribution, à l’association culturelle « Amici della Musica di Gressoney », d’une subvention de 8mille euros, pour l’organisation de la 36ème édition de la manifestation « Estate Musicale di Gressoney », et de 615 euros à l’association « Arsnova Orchestra », pour l’organisation du master class musical « Luglio in musica 2016 », au programme du 18 au 28 juillet prochains, à Aoste ; • l’approbation des modalités pour l’attribution, pendant l’année académique 2015/2016, de bourses d’étude et subventions pour le logement aux universitaires valdotains inscrits à des facultés à l’extérieur de la Région ; • l’autorisation à l’exécution, de la part de la société « Courmayeur Mont-Blanc Funivie » de Courmayeur, des travaux de démantèlement du téléphérique reliant Pra Neyron à Courba Dzeleuna, ainsi que de son remplacement avec une nouvelle ligne, au un numéro inférieur de poteaux de soutien et avec un léger reculement de la station en bas, d’après les appréciations techniques conduites par le département de la programmation, de la défense du sol et des ressources hydriques ; • l’approbation, suite à l’avis favorable du Conseil permanent des collectivités locales, des lignes directrices et des dispositions concernant le débit de boissons sur le territoire de la Vallée d’Aoste. Info Groupe UV Conseil

JEUDI 30 juin 2016

17:43 De la 3ème Commission, avis favorable au projet de loi sur la chasse De la 3ème Commission, avis favorable au projet de loi sur la chasse La troisième Commission du Conseil de la Vallée, "Aménagement du territoire”, présidée par son viceprésident David Follien, a exprimé aujourd'hui, lors d'une réunion s'étant déroulée en début d'après-midi, un avis favorable sur le projet de loi qui modifie les dispositions pour la sauvegarde et la gestion de la faune sauvage et pour la discipline de la chasse (loi régionale n. 64 de 1994), ainsi que les dispositions en matière de parcs animaliers (loi régionale n. 34 de 2006). Le texte du projet a été présenté par le Gouvernement valdôtain le 28 avril dernier et il se compose de 18 articles au total. Deux amendements proposés par l’Assesseur à l’agriculture ont été reçus. Le rapporteur du projet, le conseiller David Follien, souligne que "les modifications à la discipline de la chasse restent cohérentes avec la logique de la loi régionale de 1994, ayant lié davantage le chasseur au territoire, et visent à promouvoir les spécialités du milieu valdôtain, rationaliser les frais et simplifier les procédures”. Par rapport au prélèvement, le projet établit qu’"à partir du 1er janvier 2018, les têtes qu’on pourra prélever dans une circonscription seront assignées aux chasseurs qu’y appartiennent et seront partagées, prioritairement, entre les sections communales des chasseurs situées dans le territoire de référence”. "Jusqu’à cette date – ajoute le conseiller Follien – afin de garantir une quote-part de prélèvement homogène dans toutes les circonscriptions, ainsi qu’une distribution équilibrée des chasseurs sur le territoire régional, il est prévu que les têtes à prélever dans une circonscription soient assignées aux chasseurs appartenant à celle-ci, jusqu’à l’aboutissement à la moyenne de prélèvement individuel régional. Les têtes en excès seront assignées aux chasseurs d’autres circonscriptions”. Info Groupe UV Conseil

DIMANCHE 26 juin 2016

11:24 Gouvernement valdôtain: les principales délibérations Gouvernement valdôtain: les principales délibérations Parmi les délibérations approuvées par le Gouvernement valdôtain pendant sa séance de vendredi dernier, 24 juin, nous signalons, en raison de leur importance, celles concernant: l’adoption du compte-rendu général de la Région pour l’année financière 2015. A cet acte nous consacrons un approfondissement, dans un article spécifique; l’émission d’un avis favorable à la convention entre la Région autonome Vallée d’Aoste et l’ANAS Spa pour la définition, la cession et la discipline des compétences patrimoniales concernant les travaux pour la sécurisation, la modernisation et la qualification de la route nationale n. 26 de la Vallée d’Aoste, dans le tronçon entre la bretelle autoroutière de Quart et la limite est du chef-lieu régional, ainsi que de la voirie locale et commerciale s’y rattachant; l’autorisation à la Commune de Valtournenche à la réalisation du nouveau terminal bus au lieu-dit Breuil Cervinia, d’après les appréciations techniques effectuées par le Département de la programmation, ainsi qu’en reconnaissant l’exigence de sauvegarder d’importants intérêts économiques et sociaux présents sur le territoire; la constitution de la Région Autonome Vallée d’Aoste en tant que Pôle de coordination pour la conservation des archives informatiques, pour les collectivités locales; l’approbation du calendrier de la chasse, pour la saison 2016-2017; l’organisation, en 2016, de différentes rencontres de sensibilisation sur la présence du loup en Vallée d’Aoste, en collaboration avec des experts de ce domaine et avec la réalisation de matériel à remettre au public; l’approbation du texte de la convention-cadre entre la Région autonome Vallée d’Aoste et l’Université de Technologie de Compiègne, pour la coopération dans les domaines de la recherche, innovation, transfert technologique et éducation supérieure; l’approbation du Plan régional opérationnel des travaux publics pour 2016; l’approbation des critères pour le fonctionnement des services de transport sur appel. Info Groupe UV Conseil  
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071