Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 18 mai 2022 - 11:25

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Conseil de la Vallée

Conseil de la Vallée

MARDI 24 mai 2016

16:54 L’aliénation d’immeubles de la Région a recueilli différentes manifestations d’intérêt L’aliénation d’immeubles de la Région a recueilli différentes manifestations d’intérêt Le point de la situation sur les modalités d’aliénation et de valorisation d’immeubles propriété de l’Administration régionale a été fait aujourd’hui, au Conseil de la Vallée, par l’assesseur aux finances, budget et patrimoine, Ego Perron, en répondant à une interrogation de l’opposition. "Suite à l’approbation de la liste des biens qui ne sont plus nécessaires à l’exercice des fonctions institutionnelles de la Région, - a-t-il dit - il a été possible d’accomplir différents pas. Avant tout, on a publié sur le site de la Région le plan des aliénations et des valorisations des immeubles. Après ce passage, qui a offert la possibilité aux intéressés de prendre vision du patrimoine faisant l’objet des cessions, différents potentiels intéressés ont contacté les bureaux pour approfondir des requêtes de renseignements”. "On a donc recueilli un bon nombre de manifestations d’intérêt, - a ajouté l’assesseur Perron - qui dépassent les attentes et qui nous ont fait comprendre les immeubles ayant catalysé davantage l’intérêt, tant à Aoste, que dans le reste de la Vallée. Pour ceux qui ont plus de 50 ans, nous avons mis en route les procédures pour la vérification de l’intérêt culturel de la part de la Surintendance, d’après le code des biens culturels et du paysage. Pour les autres, par contre, les bureaux sont au travail pour lancer l’appel d’offres pour la vente d’un premier lot d’immeubles”. "Dès qu’on disposera des expertises nécessaires - a conclu l’assesseur Ego Perron - on procédera à l’avis public. L’hypothèse est que le premier appel d’offres puisse se passer dans deux-trois mois. Les iter pour la vente de terrains à Aoste, Arnad et Quart, par contre, ont déjà débuté et d’autres les suivront. Pour ce qui concerne, enfin, des immeubles que nous considérons stratégiques, car ils présentent un impact remarquable sur le territoire de la ville, nous avons décidé de prendre du temps pour analyser les différentes options d’un nouveau emploi pour ces biens: l’Administration régionale n’a aucune intention de déformer le marché des biens immobiliers”. Info Groupe UV Conseil 15:32 Aucun retard pour les travaux du pôle universitaire d’Aoste Aucun retard pour les travaux du pôle universitaire d’Aoste Les travaux du pôle universitaire ont fait, entre autres, l’objet du débat ce matin, au Conseil de la Vallée. A ce sujet, en répondant à une interrogation de l’opposition, le président de la Région, Augusto Rollandin, a rappelé que "le contrat concernant le premier lot des travaux prévoit leur achèvement d’ici le 21 septembre 2018. La société NUV (qui a été crée pour ces ouvrages) a communiqué qu’il n’y a aucun retard dans la réalisation du parking de l’aire Nord (rue Monte Pasubio) et de l’espace vert, dont la terminaison est prévue pour le 18 juillet prochain”. "A cet égard - a ajouté le président Rollandin - l’administrateur de la société NUV a communiqué que les déclarations qu’il avait rendu étaient en ligne avec l’intention d’accélérer cette partie de l’intervention, afin que la Commune d’Aoste puisse disposer de nouveaux parkings, nécessaires également pour le réaménagement de place Roncas, tout à côté. Peu de jours après, quand-même, l’Administration communale a demandé de modifier l’action prévue sur l’aire nord, le long de rue Pasubio, en prévoyant tout particulièrement un tronçon de piste cyclable, à intégrer dans le réseau que la Commune est en train de programmer et projeter. L’Assessorat régional des travaux publics a donc demandé à NUV d’élaborer une variante à même de satisfaire cette requête, dont les procédures d’approbation sont maintenant en cours”. Le Président de la Région a donc conclu en soulignant que "la société NUV a respecté jusqu’à présent les temps et les prévisions financières. Tous les contradictoires qui ont concerné cet ouvrage se sont conclus par la confirmation de l’exactitude et de l’efficacité de ses actions. A l’occasion de l’Assemblée au programme pour le mois de juin prochain, pour l’approbation du bilan 2015, on prendra les décisions concernant le renouvellement des organes de la société NUV”. Info Groupe UV Conseil 15:21 La santé en évidence, aujourd’hui, au Conseil de la Vallée La santé en évidence, aujourd’hui, au Conseil de la Vallée Différents dossiers ayant trait au domaine de la santé ont caractérisé, dans la matinée d’aujourd’hui, le débat au Conseil de la Vallée. Parmi ceux-ci, sans doute d’actualité demeurait la situation du service des Urgences de l’hôpital d’Aoste. A ce sujet, l’assesseur à la Santé, Antonio Fosson, en répondant à une question à la réponse immédiate, a souligné que « toutes les raisons d’incompatibilité soulevées par les dépendants ont été abordées lors de la rencontre du 13 mai dernier, qui avait été convoquée bien avant de l’arrivée des requêtes de mobilité des 35 infirmiers ». « Nous avons ponctuellement analysé les modifications à l’organisation du Département, qui avaient conduit à l’incompatibilité. – a ajouté l’assesseur Fosson - Les indications du Gouvernement ont été partagées par les Syndicats et par l’USL : les roulements seulement suite à la volonté du dépendant, la réintroduction des roulements à douze heures pour le personnel technique à partir du mois de juin, la vérification des effectifs. En ce qui concerne la gestion de dynamiques au caractère plus personnel, l’USL s’est engagée à procéder dans un bref délai, dans le respect des dispositions du contrat. Cet engagement sera souscrit dans ces jours. Je communique, en plus de cela, que les tables de confrontation entre la direction de l’USL et tous les dépendants concernés ont repris ». L’autre thème abordé dans la matinée était représenté par la situation de la crèche de l’USL de la Vallée d’Aoste. « Cette structure – a dit l’assesseur Antonio Fosson – a ouvert en 2002, pour répondre aux exigences du personnel de l’USL, en raison de la particularité de son travail (à savoir, l’organisation en roulements). On a pu emprunter ce chemin grâce à des financements européens et de l’Etat qu’aujourd’hui n’existent plus ». « Depuis le 1er mars 2006, la crèche est gérée par l’USL, par le biais de dépendants temporaires ; - a continué l’Assesseur à la Santé - la différence entre les coûts et les revenus s’élève à 200mile euro ; la quote-part dont les familles sont appelées à se charger est calculée d’après les paramètres prévus par la délibération du Gouvernement en la matière, même si dans le cas de la crèche USL changent les horaires et la flexibilité, donc les montants sont différents par rapport aux autres crèches, bien qu’ils soient calculés sur la base de l’ISEE ». « A présent – a conclu l’assesseur Antonio Fosson – la crèche accueille 24 enfants et les places sont toujours occupées. Le 28 avril dernier, l’USL a souligné la valeur positive de la structure, en demandant la continuité de cette expérience. Grâce à sa flexibilité, les employés ont renoncé au part-time, en maintenant ainsi la disponibilité aux roulements horaires. En plus de cela, les familles ont manifesté leur disponibilité à augmenter la participation aux frais. L’Administration régionale a donc exprimé son avis favorable au maintien de cette crèche, du moins pendant une année, dans l’attente de résoudre des questions ayant trait à la gestion, telles la révision des coûts et les formes de la gestion même ». Info Groupe UV Conseil

VENDREDI 20 mai 2016

19:52 Suspension des paiements des emprunts agricoles : promesse tenue ! Suspension des paiements des emprunts agricoles : promesse tenue ! La promesse avancée au Conseil de la Vallée a été tenue. Lors de sa séance d’aujourd’hui, vendredi 20 mai, le Gouvernement valdôtain a approuvé le projet de loi pour la suspension automatique du paiement de deux versements des emprunts contractés avec « Finaosta » et octroyés - d’après la loi régionale n° 43 de 1996 - aux agriculteurs ayant demandé aux instituts bancaires, suite à l’attestation remise par « Area VdA », une avance des subventions prévues dans le cadre du Programme de développement rural et pas encore liquidés par « Agea », concernant la campagne 2015. « Cette suspension – explique l’assesseur au Budget, finances et patrimoine, Ego Perron – est afférente aux emprunts contractés jusqu’au 31 mai 2016, pour les versements dont l’échéance est prévue pour la période entre le 1er juillet 2016 et le 30 juin 2017. Le plan d’amortissement sera allongé par conséquent, sans intérêts sur les arriérés ni d’autres frais pour les bénéficiaires ». L'Assessorat à l'Agriculture, à partir de la prochaine semaine, se rendra disponible aux entrepreneurs agricoles qui nécessitent d'informations et d'être adressés quant à cette démarche. Le projet de loi approuvé par le Gouvernement aujourd'hui sera maintenant assigné à la compétente Commission du Conseil et poursuivra son iter pour l’approbation de la part du Conseil de la Vallée. Info Groupe UV Conseil

JEUDI 19 mai 2016

11:26 Jeu et santé à la une de la cinquième Commission du Conseil Jeu et santé à la une de la cinquième Commission du Conseil La cinquième Commission du Conseil de la Vallée "Services sociaux” a exprimé, lors de sa séance de hier, mercredi 18 mai, son avis favorable unanime sur le document pour la lutte, la prévention et la réduction du risque de jeu pathologique, pour les années 2016-2018. "Ce plan – affirme le président de la Commission, Claudio Restano – est prévu par la loi régionale approuvée en 2015 et permettra - par une action d’ensemble qui sera développée entre USL, collectivités locales, institutions scolaires, Universités, associations, organisations qui œuvrent en Vallée d’Aoste et la maison de jeu de Saint-Vincent - de démarrer avec les actions visant à aborder le phénomène du jeu non seulement en termes de prohibition, mais surtout d’un point de vue de éducatif et culturel, pour déboucher enfin dans des véritables actions sanitaires”. L’ordre du jour de la séance prévoyait également la proposition de révision de l’acte d’organisation de l’Unité Sanitaire Locale de la Vallée d’Aoste. A cet égard, la Commission a auditionné l’assesseur à la Santé, Antonio Fosson, et le directeur général de l’USL, Massimo Veglio. "La Commission – ajoute le président Restano – a reconnu le travail déployé par l’USL en collaboration avec l’Assessorat à la Santé, en vue de la révision de l’acte d’organisation de l’Unité Sanitaire Locale même. Ce document vise une majeure intégration de l’organisation, afin de poursuivre une efficacité opérationnelle accrue et un meilleur emploi des ressources, et il sera capital pour la future gestion de notre santé. Par la réunion d’aujourd’hui, nous avons commencé un approfondissement qui passera par l’audition des différentes parties concernées, avant d’exprimer notre avis”. Info Groupe UV Conseil

MERCREDI 18 mai 2016

17:33 Fonds européens : plus de 258 millions d’euros à disposition de la Vallée dans la programmation 2014-2020 Fonds européens : plus de 258 millions d’euros à disposition de la Vallée dans la programmation 2014-2020 Lors de sa dernière réunion, le 12 mai, le Conseil de la Vallée a tenu sa séance européenne et internationale. Un moment fort significatif, car notre région est naturellement projetée à l’extérieur de ses horizons et regarde spontanément, depuis longtemps, à l’Europe, en tant qu’entité politique et administrative, mais également en tant qu’ensemble de peuples. A cette occasion, le président de la Région, Augusto Rollandin, a présenté un rapport rappelant les principales activités développées par l’Administration régional à l’échelon européen et international. « 2015 – a dit le Président – a été sans doute une année particulièrement difficile pour l’Union européenne, qui connaît encore des problèmes tels à mettre en discussion les fondements de l’idée d’Europe elle-même ». « Dans ce cadre globalement complexe, la Vallée d’Aoste a vécu une année importante, – a ajouté le président Rollandin – notamment dans le domaine de la programmation des fonds européens. L’approbation définitive de presque tous les dix programmes concernant la Vallée d’Aoste pour la période 2014-2020 clôture en fait la phase de programmation européenne, en mettant donc en route les premières actions concrètes ». « Le nouveau cycle présente d’importantes nouveautés, – a souligné le président Rollandin – à savoir une grande attention à la concrétisation des buts, en plus qu’au degré d’avancement des réalisations et au développement toujours plus actif des partenariats, dans une logique d’ensemble et de réseau. Grâce à ses dix programmes, dont six de coopération territoriale, notre région pourra disposer de ressources remarquables, qui pourront être allouées à différents domaines : de la recherche à l’emploi, de l’agriculture à la valorisation du patrimoine naturel et culturel, également côté tourisme, du soutien aux couches plus faibles de la population à la lutte à la dispersion scolaire, de la sauvegarde du patrimoine à celle de la montagne ». Quant au montant des fonds à disposition, il suffit de penser qu’en considérant seulement les programmes dont la Région est titulaire, donc au net de la quote-part des programmes de collaboration territoriale – l’allocation financière pour les sept années dépasse les 258 millions d’euros. « Toujours 2015 – a dit le président a marqué des pas en avant significatifs dans la mise en route des orientations pour le XIVème mandat, approuvées par le Conseil de la Vallée en 2014. Au début de cette année, le Gouvernement a approuvé la délibération pour leur application sur la base de laquelle, dans la deuxième moitié de l’année, a démarré une importante activité visant à favoriser la participation de la Région à la formation et à l’application du droit de l’Union européenne. Grace à la constitution du ‘réseau des préposés’, un groupe de travail composé par des fonctionnaires chargés de contrôler les nouvelles initiatives et les projets de la Commission européenne, la Région veux multiplier les efforts pour chercher, par le ‘lobbying’ et la participation à la phase de montée, d’influer le procès de formation du droit européen ». Lors de son rapport, le président Rollandin a également souligné qu’en 2015, «la Région a non seulement poursuivi ses activités de communication et d’information habituelles, mais qu’elle a aussi lancé d’importantes initiatives de formation. Le but de ces initiatives – complémentaires à la constitution du réseau des référents – est de renforcer toujours plus la capacité administrative régionale relativement aux thèmes d’envergure européenne, avec une attention particulière pour la gestion des fonds européens, afin que celle-ci devienne de plus en plus efficace, conformément – entre autres – aux recommandations du Plan de renforcement administratif, adopté par la Région fin 2014 et actuellement en cours d’application ». Enfin, le Président de la Région a rappelé que «pour ce qui est de la politique de la montagne, la Région a organisé, au mois de décembre, la Journée internationale de la montagne et a été confirmée à la tête de la sous-commission "Politique de la montagne" de la Conférence des Régions et des Provinces autonomes. Je souhaite que ce rapport soit en mesure de confirmer l’attention toujours croissante que le Gouvernement régional attache aux défis qui se présentent à l’échelon européen et international ». La séance européenne et internationale du Conseil s’est donc terminée par la prise d’acte du rapport présenté par le Président. Info Groupe UV Conseil 16:04 « De la mine au parc » : un programme d'initiatives pour lancer le Parc minier régional « De la mine au parc » : un programme d'initiatives pour lancer le Parc minier régional « Un atout à même de qualifier ultérieurement l’offre touristique de la Vallée d’Aoste ». La satisfaction était unanime ce matin, lors d’une conférence de presse convoquée pour illustrer les différentes initiatives organisées pour inaugurer le Parc minier régional. Le programme a pour titre « De la mine au parc » et se déroulera samedi 4 et dimanche 5 juin prochains. La valorisation des sites déclassés, en tant qu’éléments saillants de la culture minière de notre région, était un des buts de la loi régionale n. 12 de 1998. D’importants travaux de qualification ont concerné les anciennes mines de Brusson et de Saint-Marcel : ces actions se sont terminées en 2015 et ont été financées dans le cadre du Programme Opérationnel pour la Compétitivité Régionale 2007/2013 (POR-FESR), ainsi que par des fonds de l’État et de la Région. Le réaménagement a permis la valorisation de ces sites également par la mise en place d’expositions. Le montant global des travaux effectués à Brusson et Saint-Marcel se chiffre, respectivement, à 1 million 114mille euros et à 1 million 946mille euros, dont 80% représentés par des financements européens et de l’État. « Pour la présentation du parc minier – a affirmé l’assesseur au Territoire et Environnement, Luca Bianchi – nous avons choisi la commune de Cogne et tout particulièrement le Village des mineurs. Nous ne pouvions pas trouver un milieu plus adéquat : le site minier de Cogne, tout en n’étant pas encore visitable, est rentré dans le Parc minier régional et le village, avec son musée, est sans doute fort représentatif de la réalité de l’extraction en Vallée d’Aoste ». « Avec l’Administration communale de Cogne – ajoute l’assesseur Bianchi – nous avons déposé un projet transfrontalier Alcotra, dénommé ‘Mines de montagne’, visant la réalisation d’actions de valorisation du site et, en ce moment, nous attendons la réponse quant à l’approbation et, par conséquent, à la possibilité de financer le projet ». Dans la journée de samedi 4 juin, différentes allocutions sont au programme, notamment par le président de l’Ordre des géologues, Paolo Castello, qui abordera le thème de la réalité minière de notre région, ainsi que de la coordinatrice de la « Rete nazionale dei parchi e Musei minerari », Agata Patané, de l’Institut Supérieur pour la Protection et la Recherche Environnementale (ISPRA). « L’ISPRA est un interlocuteur important pour nous – souligne l’assesseur Bianchi – et pendant le colloque de samedi 4 juin on présentera le protocole pour l’adhésion de la Région au réseau national des parcs et musées miniers, un instrument fondamental pour la promotion de notre Parc minier ». Dimanche 5 juin se déroulera, par contre, l’inauguration des sites miniers de Brusson et Saint-Marcel. Le premier était consacré à l’extraction d’or, tandis que le deuxième offrait pyrite et chalcopyrite. Le premier site concerné par l’inauguration sera, à 10h, Brusson : la cérémonie aura lieu à l’« Espace Herbet » (au lieu-dit « Diga – Ancienne maison des gardiens de la C.V.A. »). Rendez vous pour Saint-Marcel, par contre, à 15h, à la « Fonderie Trèves ». « Le choix de créer le Parc minier régional – a déclaré le président du Gouvernement, Augusto Rollandin, en clôturant la conférence – a été accompli il y a des années, afin de ne pas laisser tomber dans l’oubli les prérogatives de notre histoire industrielle. Nous croyons que cet atout, tout en constituant un ‘unicum’, puisse faire vraiment la différence du côté de notre offre aux visiteurs ». Info Groupe UV Conseil

DIMANCHE 15 mai 2016

00:07 Les premiers pas vers le service ferroviaire régional ont été accomplis Les premiers pas vers le service ferroviaire régional ont été accomplis Le but que le Gouvernement valdôtain vise dans le domaine ferroviaire est d’offrir à la communauté une performance accrue, en dépassant ainsi les actuelles faiblesses que de nombreux voyageurs ont connu. Pour ce faire, un service de chemin de fer à l’échelon régional est la solution envisagée. Il s’agit d’un point d’arrivée auquel on peut viser suite à la compétence obtenue par notre région, il y a une année environ, en matière de gestion des réseaux ferroviaires. Si celui-là représente le présupposé juridique fondamental, un autre pas également important a été accompli dans les derniers jours. Lors de sa séance de vendredi 13 mai, en effet, le Gouvernement valdôtain a adopté les orientations nécessaires à mettre en marche les procédures de définition et d’attribution du futur service régional de chemin de fer. Les orientations approuvées par la Junte prévoient un contrat d’une durée de 5+5 années, un volume de service annuel dans l’ordre de 1.500.000 trains par kilomètre, la priorité aux exigences des usagers valdôtains et les liaisons avec le pôle ferroviaire de Turin, ainsi que le développement de synergies avec les autres moyens de transportation. En plus de cela, les lignes directrices du futur service régional incluent la présence de la société d’exploitation sur le territoire régional (tant à l’échelon des guichets de vente des tickets, que des bureaux administratifs et des points d’entretien du réseau), l’utilisation et la valorisation des trains bi-modaux en cours d’acquisition et, enfin, la mise en route d’un système efficace de contrôles et pénalisations, afin de stimuler un service de chemin de fer fiable, ponctuel et confortable. A partir de ces orientations, la Région donnera cours à la publication sur le Bulletin officiel de l’Union européenne de l’appel prévu par le règlement communautaire n° 1370 de 2007 et chaque opérateur ferroviaire pourra donc manifester son intérêt. Au cas où différents opérateurs se manifestent, un appel d’offres sera lancé. Par contre, si une seule manifestation sera reçue, on pourra procéder à l’assignation directe du service. "L’acte du Gouvernement - souligne l’assesseur aux Transports, Aurelio Marguerettaz - ouvre la voie à la définition d’un nouveau contrat de service, par lequel on vise à obtenir une amélioration du service ferroviaire, qu’actuellement ne résulte pas satisfaisant. Les orientations prévoient de concerner la compétente Commission du Conseil de la Vallée, les organisations syndicales, ainsi que les associations qui représentent les consommateurs et les navetteurs valdôtains, afin de promouvoir, où possible, la transposition contractuelle des instances et des priorités qui pourraient ressortir”. Info Groupe UV Conseil

VENDREDI 13 mai 2016

12:14 Le soutien du Gouvernement valdôtain à l’agriculture et aux agriculteurs de la Vallée Le soutien du Gouvernement valdôtain à l’agriculture et aux agriculteurs de la Vallée Le Gouvernement valdôtain n’oublie pas l’agriculture et les agriculteurs de notre région, dans la conscience du moment difficile qu’ils sont en train de vivre. Au contraire, il essaye d'offrir des réponses concrètes aux problèmes de liquidité que les entrepreneurs de ce domaine connaissent. Cette volonté ressort évidemment de la dernière séance du Conseil de la Vallée, les 11 et 12 mai derniers. D'un côté, elle est témoignée par les différentes déclarations de membres de la Junte qui se sont exprimés sur la question de l’avance, de la part des banques de notre région, du 90% des aides économiques du domaine agricole pour l’année 2015, établie tout récemment par le Gouvernement même. De l'autre, il faut enregistrer l'approbation à l'unanimité, par l'Assemblée régionale, d'une motion qui engage la Junte à disposer rapidement une « suspension de douze mois (donc, deux versements semestriels) des emprunts octroyés par Finaosta aux entreprises agricoles valdôtaines, au cas de crise de liquidité, vérifiée par des paramètres objectifs ». L'avance de 90% des subventions Le mécanisme a déjà été illustré dans les dernières semaines : l’entrepreneur qui attend le paiement des contributions s’adressera directement à sa banque de confiance et la Région se fera porteuse, par le biais de « Finaosta », des garanties nécessaires à lui faire virer le 90% des aides attendues, dans l’attente que l’AGEA pourvoie aux liquidations. Cette opération vise donc à ne pas faire attendre nos agriculteurs pour des subventions qui sont fondamentales pour ce domaine. Il s’agit d’une réponse que le Gouvernement a voulu donner très rapidement, en savant très bien que l’absence prolongée de ces recettes aurait entraîné des difficultés pas indifférentes pour nos entreprises agricoles. Le cas est de remarquer que cette réponse prévoit des conditions meilleures par rapport à celles de l'accord récemment conclu à l’échelon national. « Le 6 mai – a expliqué l’assesseur aux Finances, Ego Perron – l’ABI, l’association qui regroupe les banques italiennes, a transmis aux instituts associés le texte d’un accord, signé également par le Ministère compétent et par l’Agea, concernant l’avance des contributions. D’après ce document, dans le reste d’Italie l’agriculteur va recevoir non pas le 90% des subventions qu’il attend, comme il va se passer dans notre région, mais le 70%. En plus de cela, aucune garantie n’est prévue, ni on lit dans l’entente aucun engagement à l’égard des taux ». L'action sur les taux de l'avance L’aspect sur lequel l’Administration est intentionnée à se pencher encore est, en effet, représenté par les taux qui seront appliqués aux agriculteurs pour cette opération. Les instituts de crédit valdôtains ont demandé d'éviter un taux fixe, mais de prévoir un décalage (qui devrait s'épanouir de 0.8% à 3%), afin de pouvoir évaluer singulièrement chaque requête d’avance, mais les conditions ne sont pas encore arrêtées officiellement et le Gouvernement régional assure d’insister aussi sur la minimisation des frais accessoires pour les agriculteurs. Tout particulièrement, la volonté de l’Administration est d’arriver à un décalage de 0.5 à 1.5%. « La possibilité qu’on entrevoit - a dit l’assesseur à l’agriculture, Renzo Testolin – est de réduire le plus possible le décalage des taux qui seront appliqués aux agriculteurs, en raison de notre intervention à garantie du 90% des montants à liquider. La priorité est d’offrir une réponse rapide, car la rapidité est capitale dans ce domaine et nous croyons d’avoir conçu cette opportunité dans un délai tout à fait raccourci ». A cet égard, le président du Gouvernement, Augusto Rollandin, a rappelé que « il y a quelques mois, on avait commencé à dialoguer avec les banques à propos de ce dossier et les réponses obtenues étaient de taux entre 1 et 1.2%. Je suis tout à fait douteux par rapport à ce qui se passe avec certains instituts de crédit, notamment ceux qui devraient avoir une logique coopérative. Voilà d’où découle notre intention de travailler pour maintenir les taux au minimum ». La suspension des emprunts L'autre mesure qui s'ajoute à l'avance des subventions est l'engagement, contenu dans une motion approuvée à l'unanimité par le Conseil de la Vallée. Par cet acte, le Gouvernement assume la responsabilité de présenter, dans un bref délai, des dispositions spécifiques pour suspendre, pendant une année, les versements auxquels sont tenus les agriculteurs titulaires d'emprunts de la part de Finaosta. Cette opportunité concernera les entreprises agricoles en état de crise de liquidité. Les paramètres pour « certifier » cette condition seront objectifs, à développer dans les dispositions qui seront proposées à ce sujet par le Gouvernement. « Nous sommes en train d’œuvrer – a souligné l'assesseur à l'agriculture, Renzo Testolin, en intervenant au Conseil – dans la logique d'offrir une solution aux problèmes ayant trait à la liquidité du domaine agricole. La solution envisagée par la motion s'ajoute aux sollicitations avancées à l'égard des banques, afin qu'elles se rendent disponibles, surtout vis-à-vis des producteurs laitiers, à l'adhésion et à la divulgation du moratoire de trente mois objet de la convention entre le Ministère des politiques agricoles et l'ABI. Cette entente est toutefois liée à l'émanation d'un arrête, qui en permettra son application concrète. Nos entreprises, cependant, ne peuvent pas attendre davantage, d'où l'engagement pris par le Gouvernement ». Info Groupe UV Conseil

JEUDI 12 mai 2016

16:02 Le Conseil de la Vallée s’engage contre les stupéfiants Le Conseil de la Vallée s’engage contre les stupéfiants La plus importante institution régionale, le Conseil de la Vallée, réaffirme son engagement à contrecarrer la diffusion des stupéfiants, ainsi qu’à informer et concerner davantage la communauté sur ce thème, qui demeure tout à fait délicat. Lors de sa séance d’aujourd’hui, jeudi 12 mai, l’Assemblée régionale a, en fait, approuvé à l’unanimité une motion visant ces buts.  Lors de la discussion de l’acte, l’assesseur à la santé, Antonio Fosson, a souligné que "les récentes nouvelles de chronique confirment que le problème devient de plus en plus grave. Lors des premiers quatre mois de 2016, quatre-vingt-dix jeunes se sont adressés au Service régional des dépendances, tandis qu’en 2015 ils avaient été quatre-vingt. Nous sommes conscients de cette situation, surtout de la diffusion des nouveaux stupéfiants synthétiques, qui coûtent très peu. Il faut trouver de nouvelles façons d’agir pour la limitation de ce phénomène”.  Quant aux actions mises en route jusqu’à présent, l’assesseur Fosson a rappelé "qu’on a modifié l’organisation du Service des dépendances, en l’orientant davantage vers les jeunes, à l’intention desquels on a crée un service d’accueil, aussi par téléphone. Cette initiative à mis en évidence une réalité qu’on connaissait peu. Nous avons également cherché des partenaires, tels les associations de bénévolat, le CONI et la ‘Cittadella dei giovani’ et le projet du ‘Camper de la santé’ a redémarré, avec l’organisation de soirées dans la région”.  "Je partage – a conclu Antonio Fosson – la nécessité d’être encore plus ‘agressifs’, par exemple en utilisant des images frappantes. Cette motion représente une stimulation afin que tous les acteurs du système s’engagent davantage pour contrecarrer avec décision la question”.  Pour sa part, qui concerne notamment la sensibilisation et la divulgation du thème dans les écoles, l’assesseur Emily Rini a rappelé que "depuis longtemps nous travaillons en synergie avec l’Assessorat à la santé, ainsi qu’avec les opérateurs du territoire afin de mettre en route des initiatives ciblées et bien coordonnées. Celui-ci est le chemin à suivre, en s’adressant non seulement aux étudiants, mais également aux enseignants et aux familles, pour constituer un réseau qui soit à même de contrecarrer ce triste phénomène”.  Info Groupe UV Conseil
2 x mille

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071