Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 28 jui 2021 - 10:54

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Sénat

Nouvelles du Sénat

JEUDI 5 avril 2018

15:52 Le Sénateur Lanièce au Quirinale pour les colloques sur la formation du nouveau Gouvernement Le Sénateur Lanièce au Quirinale pour les colloques sur la formation du nouveau Gouvernement « Les élections anticipées représentent une situation qui peut pénaliser notre pays » voici la première déclaration du Sénateur Albert Lanièce à la sortie de la rencontre avec le Chef de l’Etat Italien M. Sergio Mattarella.
Le Sén. Lanièce a rejoint le Palais du Quirinale a Rome avec les autres membres du Groupe parlementaire Per le Autonomie.
«En accord avec les représentants de notre groupe, nous avons souligné au Président Mattarella la nécessité de former un gouvernement. Pour notre part la protection des minorités linguistiques et le thème de l’Europe sont les conditions pour pouvoir dialoguer avec le Président du Conseil chargé de former le nouveau gouvernement.
« Nous avons confiance dans l’expérience du Président Mattarella – a ajouté M.me Juliane Unterberger ( SVP), Présidente du Groupe Per le Autonomie – afin de lui permettre de donner un mandat pour la formation d’un Gouvernement, qui puisse respecter ces valeurs d’Autonomie et de Fédéralisme. »

MERCREDI 28 mars 2018

15:57 Il Senatore Lanièce Firma la legge sul Caregiver Familiare. Il Senatore Lanièce Firma la legge sul Caregiver Familiare. "Questa mattina abbiamo presentato in Senato il disegno di legge, a prima firma Candiani, per dare pieno riconoscimento alla figura del caregiver familiare. È un impegno che ho personalmente assunto in campagna elettorale e su cui già nella scorsa legislatura, con l’approvazione di un emendamento alla Legge di Bilancio anche da me sostenuto, si era ottenuto il primo storico riconoscimento normativo di questa figura, con la messa a disposizione di risorse economiche per 60 milioni di euro.” Così in una nota il senatore del Gruppo per le Autonomie, Albert Lanièce. "Con questa proposta di legge – continua Lanièce – si vuole dare delega al Governo affinché si giunga a una vera e propria legge quadro, capace di garantire la tutela di questo non solo sotto il profilo del riconoscimento dell’attività svolta ma anche sotto quello della formazione del complesso di quei diritti soggettivi da esso derivanti. In questa cornice il ddl prevede l’adeguamento dei LEP e dei LEA, attraverso la definizione dei livelli essenziali delle prestazioni nel campo sociale che devono essere garantite ai caregiver familiari su tutto il territorio nazionale. Le misure di sostegno ed i servizi previsti in favore dei caregiver familiari – prosegue Lanièce - saranno assegnati sulla base graduatorie formate secondo principi di equità e ragionevolezza, che tengano conto della situazione generale socio-economica del nucleo familiare dell’assistito oltre che della valutazione della gravità della patologia e del grado di non autosufficienza. Tra le altre misure, quelle per la valorizzazione e il sostegno della conciliazione tra attività lavorativa e attività di cura e di assistenza, tra cui tra cui, di rilievo, l’adozione di norme utili per il riconoscimento dell’attività ai fini dell'adempimento dell'obbligo di alternanza scuola-lavoro di cui alla legge 107 del 2015. È un provvedimento importante e articolato. Il mio auspicio è che il Parlamento se ne faccia subito carico, per concludere al meglio il lavoro intrapreso su questo tema nella scorsa legislatura, grazie soprattutto all’impegno della ex senatrice Laura Bignami, cui va il mio personale ringraziamento.” Roma, 28 marzo 2018

MARDI 27 mars 2018

16:05 XVIIIème législature: le Sénat reprend les travaux parlementaires XVIIIème législature: le Sénat reprend les travaux parlementaires Le Sénat de la République italienne a ouvert à nouveau ses portes avec la séance de vendredi 23 mars, pour la reprise des travaux parlementaires de la XVIIIème législature après les élections politiques du 4 mars dernier. Le Sénateur Lanièce a participé à cette première séance du Sénat, qui a été présidée par l’AncienPrésident Giorgio Napolitano qui a ouvert la première réunion de la XVIIIlégislature de la République italienne. « Même si ce n’était pas une première pour moi – explique Albert Lanièce- il s’agit toutefois d’un moment solennel et riche d’émotion pour la vie démocratique de notre pays. Je suis honoré de pouvoir représenter encore une fois au Parlement italien notre petite Vallée d’Aoste et faire entendre sa voix pendant les débats et les travaux parlementaires qui nous attendent.
Avec les autres représentants du Groupe Pour les Autonomies il a participé samedi 24 mars à la votation pour l’élection du nouveau Président du Sénat. La Sénatrice M.me Maria Elisabetta Alberti Casellati a été élue Présidente du Sénat, ils’agit de la première fois d’une femme au plus haut siège du Sénat.
15:18 Le Sénateur Lanièce à Rome: reconstitué le groupe parlementaire Pour les Autonomies Le Sénateur Lanièce à Rome: reconstitué le groupe parlementaire Pour les Autonomies Le Sénateur Albert Lanièce a rencontré à Rome les nouveaux collègues représentants des minorités linguistiques élus aux élections politiques 2018. Le Sénat de la République a réouvert ses portes pour faire repartir l’activité. «J’ai eu le plaisir de rencontrer – a dit le sénateur Lanièce – les Sénateurs Meinhard Durnwalder, Julia Unterberger, Dieter Steger e Gianclaudio Bressa. Avant la première réunion du Sénat nous avons reconstitué le Groupe parlementaire du Sénat de la République Pour les Autonomies . Il s’agit du premier pas pour faire démarrer à nouveau le travail conduit au cours de la dernière législature pour la promotion des Autonomies de nos régions alpines, qui représentent une expérience de gouvernement local qui peut servir de modèle et de point de repères à niveau national. Le travail qui nous attend est celui de représenter les exigences spécifiques des territoires de montagne, la collaboration avec les régions transfrontalières et pour apporter au sein du Parlement la sensibilité nécessaire à tenir en haut le drapeau des Autonomies spéciales et des valeurs des principes du Fédéralisme.» Le Sénateur Lanièce a ensuite participé à la première séance du Sénat, vendredi 23 mars, qui a été présidée par l’Ancien Président Giorgio Napolitano qui a ouvert la première réunion de la XVIII législature de la République italienne. « Même si ce n’était pas une première pour moi – explique Albert Lanièce- il s’agit toutefois d’un moment solennel et riche d’émotion pour la vie démocratique de notre pays. Je suis honoré de pouvoir représenter encore une fois au Parlement italien notre petite Vallée d’Aoste et faire entendre sa voix pendant les débats et les travaux parlementaires qui nous attendent. Avec les autres représentants du Groupe Pour les Autonomies il a participé samedi 24 mars à la votation pour l’élection du nouveau Président du Sénat. La Sénatrice M.me Maria Elisabetta Alberti Casellati a été élue Présidente du Sénat, il s’agit de la première fois d’une femme au plus haut siège du Sénat.

VENDREDI 12 janvier 2018

11:52 Compte-rendu de l'activité du Sénateur Lanièce Compte-rendu de l'activité du Sénateur Lanièce Questa mattina i Parlamentari valdostani hanno presentato durante una conferenza stampa il sunto dell’attività parlamentare nella XVII Legislatura. Di seguito l’attività svolta dal Senatore Albert LANIECE riguardante esclusivamente la Regione Autonoma Valle d'Aosta. 1)Rapporti economico-finanziari con lo Stato : -recupero di circa 800 milioni di euro dovuti alla Valle d' Aosta (540 mln di accise su spiriti di birra ed energia elettrica bloccati dal 2011 e 255 mln nell'ultima legge di bilancio a parziale copertura); - ripristino del flusso di accise annuale di 70 mln di euro, a partire dal 2015, interrotto in seguito a nuova normativa; - passaggio della disciplina del patto di stabilità al pareggio di bilancio per la Valle d'Aosta con la finanziaria 2017 (prima tra tutte le Regioni a Statuto Speciale). 2)Salvaguardia, con le sue funzioni, del Corpo Forestale Valdostano nell'ambito della riforma nazionale dei Corpi di Polizia che ha previsto l'abolizione del Corpo Forestale Nazionale. 3)Salvaguardia della Sede della Rai Regionale della VDA, valorizzando il centro di produzione autonomo, nell'ambito della razionalizzazione del servizio televisivo nazionale. 4)Esclusione dall'obbligo di cessione delle quote di partecipazione negli impianti di energie rinnovabili (centraline idroelettriche) da parte dei Comuni, con i vantaggi economici relativi (decreti legge Madia). 5)Sempre su decreti attuativi concessa maggior flessibilità nella gestione di società in crisi finanziarie e nello specifico i Casinò (incontro con sottosegretario Rughetti). 6)Esclusione del pagamento dell'IMU dei terreni agricoli di montagna. 7)Passaggio dallo Stato alla Valle d'Aosta della gestione del trasporto ferroviario pubblico locale (finanziaria 2015). 8)Salvaguardia delle associazioni delle razze bovine di montagna ( per noi ANA.Bo.Ra.Va) nell'ambito della riforma proposta dall'Associazione Italiana Allevatori ( lettera congiunta al ministro Martina con sen. Berger). 9)Nel Testo unico sul vino inserita la valorizzazione della viticultura eroica di montagna e recupero del territorio con possibilità di futuri bandi da finanziare ( decreti attuativi). 10) Esclusione fino al 31 dicembre 2018, della presentazione del certificato antimafia da parte di aziende agricole che ricevono fondi PAC fino a 25.000 euro (emendamento Lanièce/ Panizza ultima finanziaria). 11)Incremento del fondo per la zootecnia (allevamenti) di montagna per gli anni 2019/2020, emendamento governativo che riprendeva emendamento presentato da sottoscritto in Senato ad ultima finanziaria ma accantonato per reperire i fondi. 12) Salvaguardia (legge Concorrenza) delle piccole cooperative elettriche storiche di montagna. 13)Mantenimento agevolazioni per l'acquisto di GPL e gasolio nelle aree montane (finanziaria 2015). 14)Finanziamento nazionale di 150 mila euro per il restauro del monumento dei Caduti di tutte le guerre in piazza Chanoux, intervento diretto in seno alla commissione preposta alle attività per il Centenario della Grande Guerra. 15)Modifica decreto attuativo legge Madia (intervento presso Governo) per mantenere nelle associazione no-profit i Vigili del Fuoco Volontari del Trentino Alto Adige e Valle d'Aosta, con relativi vantaggi fiscali; mantenimento dell'esenzione del canone radio (inizialmente non più previsto). 16)Non onerosità del passaggio previdenziale da INPDAP a INPS per il personale docente dell'Istituto Musicale Pareggiato/ Conservatoire ( interessamento in Direzione Generale INPS). 17)Approvazione emendamento per spostare sedi del Parco Gran Paradiso nei Comuni delle Comunità del Parco, legge purtroppo arenatasi a fine legislatura. 18)Sblocco delle graduatorie per l'assunzione dei Guardaparco del Gran Paradiso, accordo diretto con Governo ( DPCM). 19)Innalzamento uso del contante a 3000 euro (finanziaria 2016). 20)Ridimensionamento del pagamento dell'IMU per gli impianti a fune (finanziaria 2016). 21)Riduzione del taglio di finanziamenti a Patronati e CAF (finanziaria 2016). 22)Ripristino della convenzione tra INPS e SAVT (incontro del segretario generale Corniolo e sottoscritto con il Ministro del Lavoro) in seguito ad imprevista interruzione: ripresa delle riscossioni delle quote associative, conferma di tutte le prerogative applicate alle altre Confederazioni anche ai Sindacati Autonomi e procedura facilitata per via telematica di acquisizione dei dati degli iscritti. 23)Incontro con sottosegretario Esteri Della Vedova per risolvere questione confini nazionali con Francia (Monte Bianco) e Svizzera (Valtournenche e Zermatt): in particolare su questa ultima questione una riunione presso l'Istituto Geografico Militare a Firenze ha permesso di riprendere dialogo con la Svizzera per risolvere la problematica dell'attuale confine che taglia malamente la struttura del rifugio Guide del Cervino e della Scuola di Sci, con possibili relativi ritorni economici negativi nel futuro. 24)Interessamento con ministro Franceschini ed incontro tecnico specifico con Direttore generale dott. Cutaia, insieme al presidente nazionale delle associazioni Corali, per prevedere maggiori finanziamenti al mondo delle Bande e dei Cori, dal prossimo anno. 25)Incontro con sottosegretario alla giustizia Ferri per denunziare la situazione di abbandono della casa circondariale di Brissogne ed auspicare un intervento urgente del Ministero. 26)Nell'ambito della modifica del regolamento del Senato, viene accolto nostro emendamento che prevede il passaggio da 10 e 5 il numero minimo di senatori delle Minoranze Linguistiche per poter costituire un gruppo autonomo. 27)Incontri con precedente direttore AGEA dott. Sernia ed attuale dott. Pagliardini per chiedere spiegazioni sulle difficoltà nell'erogazione dei contributi per il verde agricolo agli allevatori valdostani e per cercare soluzioni le più rapide possibili. 28)Nella proposta della modifica della Costituzione (poi bocciata dal Referendum) venne accolto l'inserimento della Previa Intesa, in modo da garantire le Regioni Autonome nella eventuale modifica dei loro Statuti, così come il riconoscimento delle funzioni di provincia alla Regione Autonoma Valle d'Aosta, non ancora inserito nella Carta Costituzionale. 29)Interrogazioni al Governo (primo firmatario) : -Esenzione del pagamento IMU di terreni agricoli montani. - Salvaguardia del marchio Fontina DOP in Italia e all'estero. - Difficoltà nella ricezione dei canali Rai in diverse località della Regione. - Sblocco del pagamento del verde agricolo. - Ripristino biglietteria alla stazione ferroviaria di Pont-Saint-Martin. - Riduzione degli oneri finanziari per le famiglie che desiderano far rientrare le spoglie dei loro cari sepolti all'estero, caduti durante le ultime due guerre mondiali. 30)Disegni di legge presentati ( primo firmatario ): - Istituzione della circoscrizione "Valle d'Aosta” nell'ambito dell'elezione dei membri del Parlamento Europeo. - Disposizioni in materia di telemedicina. - Disposizioni per l'inserimento dei Corpi Forestali delle Regioni a Statuto Speciale nel Comparto Sicurezza ai fini del trattamento pensionistici. 31)Emendamenti presentati (primo firmatario ) : 129 32)Norme di Attuazione dello Statuto Speciale che hanno incrementato le competenze della Regione Autonoma Valle d'Aosta in questa legislatura: -  Abrogazione di disposizioni concernenti la Commissione di coordinamento e il suo Presidente, chiarendo meglio le funzioni prefettizie del Presidente della Regione. -  In materia di ordinamento scolastico. -  In materia di demanio idrico: la Valle d'Aosta assume la piena competenza dallo Stato delle acque della Regione. -  In materia di coordinamento e di raccordo tra finanza statale e regionale, anche questa norma di importanza rilevante. Questo elenco non comprende le iniziative (interventi in commissione e in Aula, firma di emendamenti, mozioni, ordini del Giorno ecc.) i temi di carattere nazionale sono elencati nella scheda di attività del sen. Albert Lanièce, rintracciabile sul sito del Senato della Repubblica. Il Senatore ha ricoperto le cariche di Vice-Presidente del gruppo parlamentare in Senato "per le Autonomie” e di Vice-Presidente della Commissione Bicamerale degli Affari Regionali.

VENDREDI 7 juillet 2017

10:28 Sauvegarde pour le Corps des Sapeus-pompiers bénévoles lors de la réforme du «Terzo settore» Sauvegarde pour le Corps des Sapeus-pompiers bénévoles lors de la réforme du «Terzo settore» Le sénateur Albert Lanièce, avec les collègues de l’Haut-Adige du groupe « Per le Autonomie » au Sénat, exprime satisfaction pour l’accueil des révisions, de la part du Gouvernement, à l’arrêté approuvé par le Conseil des Ministres portant « Norme di attuazione della legge delega sulla riforma del Terzo settore ». « Les propositions les plus significatives – affirme Lanièce – ayant fait l’objet de négociation avec le Gouvernement, et ensuite accueillies, ont été différentes. Parmi celles-ci, l’exclusion des Corps des Sapeurs-pompiers bénévoles de la Vallée d’Aoste et des Provinces Autonomes de Trento et Bolzano de l’application de l’article 4, alinéa 2, qui aurait exclu du ‘terzo settore’ cette importante catégorie du ‘non profit’ ». Par cette exclusion, les Corps des Sapeurs-pompiers bénévoles continuent à être part du domaine « non profit » en ayant des facilitations fiscales, qui vont de la perception du 5 pour mille, à la déduction de 20% des impots, pour l’achat de véhicules de secours. « La confirmation, à l’article 102 – ajoute le sénateur Lanièce – de l’exemption du payement du frais annuel des relais radio, qu’au début il était intention de modifier pour les fréquences utilisées par des associations onlus telles la ‘Croce bianca’, ou les Sapeurs-pompiers bénévoles, nous a également satisfaits. De plus, la clause de sauvegarde et la tutelle des compétences et prérogatives des minorités linguistiques ont été accueillies ».

MERCREDI 27 juillet 2016

09:46 Le sénateur Lanièce sollicite le Gouvernement sur la définition des frontières avec France et Suisse Le sénateur Lanièce sollicite le Gouvernement sur la définition des frontières avec France et Suisse A l’égard de la dispute sur les confins du Mont Blanc (entre Italie et France) et sur la frontière avec la Suisse (concernant Zermatt et Valtournenche), le sénateur valdôtain Albert Lanièce a rencontré hier le sous-secrétaire aux Affaires étrangères, Benedetto della Vedova, auprès du Ministère. "J’ai sollicité une solution à ce problème, en expliquant au sous-secrétaire qu’une action diplomatique de la part du Gouvernement italien, notamment en ce qui concerne les confins du Mont Blanc, serait souhaitable. - a affirmé le sénateur Lanièce - Della Vedova s’est démontré fort sensible à la question, en assurant que le Gouvernement fera tout ce qui est possible afin de résoudre la question”. Le sénateur Lanièce, a cet égard, avait présenté également une interrogation parlementaire. "Avec le soutien des institutions valdôtaines, il est important d’emprunter tous les chemins possibles afin de mettre fin à ce contentieux, également en raison des retombées politiques, commerciales et sociales que la prise de position française est en train de déterminer”. Tout comme il a été également dénoncé dans une lettre adressée au Gouvernement par le président de la Région, Augusto Rollandin, la dispute cyclique sur l’individuation de la ligne de frontière entre l’Italie et la France présente des conséquences immédiates et importantes en termes de juridiction applicable dans la quotidienneté, tant pour les activités (commerciales aussi) qui ont lieu dans ces lieux, voire le télésiège Skyway et le refuge ‘Torino’, que pour la définition des autorités compétentes et des éventuelles responsabilités conséquentes à faits se passant dans cet endroit. Le sénateur Lanièce tient à rappeler qu’au mois de septembre dernier deux guides de montagne français avaient bloqué par une barrière, des chaines et des cadenas, en exécution d’un ordre du syndic de Chamonix, l’accès au glacier du Géant au refuge "Torino”, qui est situé en Vallée d’Aoste et donc sur le territoire italien, comme l’indique également la cartographie de l’Institut géographique italien. "L’Italie, pour la définition des confins, - souligne Lanièce - fait référence à la cartographie reconnue à l’échelon international par la Nato, qui a trait à la délimitation sanctionnée en 1860 par un traité franco-italien, suite à la cession de Nice et Savoie à la France. D’après ces données, le sommet du Mont Blanc représenterait la délimitation de la ligne de frontière. Les français, qui évidemment fondent leur raisonnement sur des données cadastrales différentes, soutiennent que la frontière passerait juste au-dessous du refuge Torino, donc tant ce dernier (géré par le "Club Alpino Italiano”), que l’arrivée de la funivie italienne à Punta Helbronner, se situeraient sur le territoire français”. L’autre dispute concerne la définition des limites entre Italie et Suisse, notamment entre Zermatt et Valtournenche. "Dans ce cas, - conclut le sénateur Albert Lanièce - une frontière mobile sur les glaciers a été introduite. La conséquence en est que différentes structures étant auparavant sur le territoire italien, notamment le restaurant ‘Rifugio Guide del Cervino’ et la voisinante ‘Scuola di sci del Cervino’, sont à présent pour trois-quarts sur le territoire Suisse. A ce sujet, également, le cas est de faire clarté”.

JEUDI 26 mai 2016

09:49 L’intervention du sénateur Lanièce lors du débat en matière d’environnement L’intervention du sénateur Lanièce lors du débat en matière d’environnement Le sénateur Albert Lanièce a pris la parole mercredi 18 mai dernier, lors du débat parlementaire concernant le projet de loi portant sur l’institution du réseau national pour la protection de l’environnement, ainsi que sur la discipline de l’Institut supérieur pour la protection et la recherche environnementale. Nous publions, dans les lignes qui suivent, sa déclaration de voix, au nom du Groupe pour les autonomies, PSI-MAIE. Signor Presidente, sottosegretario Degani, colleghi, l'istituzione del Sistema nazionale a rete per la protezione dell'ambiente e in tale ambito la nuova disciplina dell'Istituto superiore per la protezione e la ricerca ambientale, sono scelte che devono essere valutate in termini di sistema, perché è in tale contesto che il controllo pubblico ai fini della tutela ambientale assume i requisiti necessari ad adeguate politiche di sostenibilità ambientale. Qualità e salvaguardia dell'ambiente, tutela delle risorse naturali, sviluppo sostenibile, tutela della salute quale ragione attiva nel contrasto ai fattori di inquinamento sono gli obiettivi strutturali che devono essere perseguiti e che richiedono un organico sistema di governance: sistema di governo nel quale ricerca, elaborazione e conoscenza dei dati scientifici siano condizione di sostegno e di coordinamento delle funzioni e delle competenze ai diversi livelli istituzionali e amministrativi interessati. Si persegue, in tal modo, un ulteriore sviluppo dell'integrazione degli interventi, sia che si considerino le politiche di prevenzione attraverso un maggior monitoraggio dei fattori di rischio, sia che si operi per adottare e confrontare accordi di programma e misure congiunte di intervento per la tutela ambientale. Riconoscimento e valorizzazione delle competenze degli organi territoriali, con particolare attenzione per noi al ruolo delle autonomie speciali, e accordi quadro tra i Ministeri della salute e dell'ambiente, dall'altra parte, sono la base per la definizione di scelte operative nazionali e regionali che devono riguardare servizi e prestazioni ai fini della protezione civile, sanitaria e ambientale. Vi è dunque una correlazione funzionale tra l'ISPRA e le Agenzie ambientali regionali e delle Province autonome, quale rete in grado di assicurare e di determinare i livelli essenziali di prestazione in materia di ambiente (i LEPTA, cui già si è accennato). La definizione della personalità giuridica e dell'autonomia dell'ISPRA, seppure sotto la vigilanza del Ministero dell'ambiente, in termini di organizzazione, ricerca e gestione; la semplificazione degli enti componenti attraverso la loro fusione nel nuovo ed unico istituto; l'individuazione di standard minimi e omogenei in ordine al raggiungimento degli obiettivi di tutela ambientale della salute, concorrono alla formazione di modelli sinergici ed efficaci. Imparzialità delle attività di controllo e prevenzione e piena diffusione dei dati e delle conoscenze sono opportunamente considerati come condizioni vincolanti, che si integrano fra loro, della logica di rete cui è ispirata l'istituzione dell'ISPRA a livello nazionale, e la valorizzazione del ruolo delle Agenzie ambientali regionali e provinciali sul territorio alle quali sono riconosciuti pari livelli di autonomia scientifica ed amministrativa. È auspicabile che l'adozione del decreto ministeriale relativo alla determinazione di livelli essenziali delle prestazioni tecniche ambientali, tramite la definizione di un Catalogo nazionale dei servizi, avvenga, come indicato dal provvedimento in esame, entro un anno dall'approvazione di questa legge. Ciò è fondamentale in ordine al previsto programma triennale che sarà riferimento essenziale per l'attività delle diverse Agenzie ambientali territoriali. L'integrazione dei diversi livelli di conoscenza e delle funzioni nazionali e territoriali, che il provvedimento pone quale obiettivo indispensabile e uniforme per le Agenzia ambientali nell'ambito dell'ISPRA, presuppone che occorra ispirarsi a criteri e parametri al tempo stesso strutturali e flessibili, che consentano un'effettiva valutazione e comparazione dei dati e dei risultati raggiunti sul territorio. È una visione dinamica del sistema di governance ambientale che rappresenta la garanzia concreta per un equilibrato e non pregiudiziale confronto in merito a ciò che potrebbe e dovrebbe essere uno sviluppo economico-sociale sostenibile. Per tali ragioni, l'istituzione dell'ISPRA, l'integrazione e la semplificazione delle diverse Agenzie ambientali regionali e provinciali costituiscono una risposta efficace di sistema alla logica opposta, che abbiamo conosciuto, della proliferazione degli enti e dei livelli di controllo. Anche sotto questo profilo si opera in una prospettiva europea di relazione in modo che nei nostri Paesi vi sia più armonizzazione anziché pianificazione, flessibilità anziché rigidità, diffusione delle conoscenze piuttosto che gerarchie e obiettivi astratti, autonomia delle Agenzie ambientali sul territorio entro però un sistema nazionale che esalti sinergie e coordinamento, e si doti di effettivi modelli di valutazione e di adeguati poteri sanzionatori. Tutto ciò prefigura e ricerca un sistema di governance ambientale in cui abbiano pari ruolo partecipazione e responsabilità, perché è questa la condizione necessaria a considerare la dimensione globale dell'ecosistema da tutelare. In questi termini, ed è un modello di riferimento sul piano nazionale ed europeo, come autonomie speciali abbiamo operato per la tutela dell'ecosistema alpino e con tali requisiti la salvaguardia ambientale è fattore di sviluppo e di crescita. Annuncio quindi il voto favorevole del Gruppo per le Autonomie PSI-MAIE.

VENDREDI 29 janvier 2016

14:48 I Senatori Lanièce e Berger scrivono al Ministro Martina I Senatori Lanièce e Berger scrivono al Ministro Martina Sen. Berger e Sen. Lanièce scrivono al Ministro Martina: "garantire l’autonomia di ANA - le revisioni statutarie AIA vanno in direzione opposta rispetto a quanto auspicato dall'Antitrust e dal Parlamento " In un'azione congiunta i senatori del Gruppo per le Autonomie Hans Berger e Alberto Lanièce hanno rivolto una missiva al Ministro delle Politiche agricole alimentari e forestali, Maurizio Martina, sottoscritta anche dai colleghi Panizza e Battista nonché dai senatori Di Biagio, Ruta e Pignedoli, per sensibilizzare il Governo su questioni relative al ruolo dell'Associazione Italiana Allevatori AIA. "Le revisioni statutarie AIA vanno in direzione opposta rispetto a quanto auspicato sia dall'Autorità Antitrust che dal Parlamento”, dichiarano i senatori. "Revisioni che, a quanto sembra, non sono state oggetto di condivisione e discussione con alcuna pubblica amministrazione, a cominciare dalle Regioni che svolgono una funzione importante nella gestione e nella sostenibilità finanziaria dell'intero sistema", sottolineano Berger e Laniece. Il Collegato Agricoltura dello scorso anno, infatti, in seguito anche a una verifica dell'Autorità Antitrust nel 2010 ed a oggettive esigenze di aggiornamento di norme in parte sorpassate dai tempi, ha dato indicazioni a riguardo sottolineando come la riorganizzazione del sistema di consulenza al settore, finalizzata al raggiungimento degli obiettivi stabiliti dalla politica agricola comune e dalle norme nazionali in materia, con l'obiettivo di qualificare e liberalizzare il servizio, tenendo conto della necessità di salvaguardare la biodiversità, la corretta gestione del patrimonio genetico delle razze di interesse zootecnico, come le razze bovine dell'arco alpino, il benessere animale e la valorizzazione delle produzioni di qualità. I senatori ritengono che le modifiche siano state troppo radicali e repentine "in una fase così delicata di ridefinizione degli accordi finanziari ed organizzativi del settore nonché poco compatibili con le norme attualmente in vigore." Nella loro missiva al Ministro i senatori elencano molte delle modifiche che sono state ritenute inopportune anche dall'Associazione Nazionale Allevatori ANA. "Quello che ci preme rimarcare è che da un lato sembra venir meno l'autonomia di ANA, la sua capacità operativa e le possibilità di miglioramento del settore; dall'altro si va in una direzione opposta rispetto a quanto indicato sia dall'Antitrust che dal Parlamento con il Collegato Agricoltura", concludono Berger e Lanièce. Roma, 29.1.2016

MERCREDI 13 janvier 2016

10:54 Interrogazione Sen. Lanièce Interrogazione Sen. Lanièce Interrogazione, Sen. Lanièce: "Il Governo intervenga presso Trenitalia per ripristinare al più presto il servizio di biglietteria della stazione ferroviaria di Pont-Saint-Martin" "Il Governo deve urgentemente intervenire presso Trenitalia per ripristinare al più presto il servizio di biglietteria della stazione ferroviaria di Pont-Saint-Martin, in modo da mettere nuovamente i tanti utenti coinvolti, nelle migliori condizioni per poter usufruire del trasporto ferroviario". Lo richiede il senatore valdostano Albert Lanièce (Gruppo Per le Autonomie) che ha presentato in tal senso una interrogazione parlamentare al Governo. Dal primo gennaio 2016 la biglietteria della stazione ferroviaria di Pont-Saint-Martin, primo comune della Valle d'Aosta e limitrofo al Piemonte, è stata chiusa e questa decisione è stata presa in modo unilaterale da Trenitalia", lamenta il senatore. "Oltre a ciò, il tutto è avvenuto - spiega il senatore - all'insaputa delle amministrazioni locale, regionale e, degli utenti stessi, costretti a subire l'ennesimo sgarbo in un servizio così importante come il trasporto ferroviario della linea Chivasso- Aosta". Lanièce tiene a sottolineare che la stazione di Pont-Saint-Martin, snodo a cavallo di due Regioni, rappresenta, peraltro, un punto di riferimento per studenti, lavoratori e che riveste anche un notevole ruolo nell'ambito turistico e culturale. "La chiusura di questa biglietteria implica l'assenza di un controllo ed il verificarsi, nella stazione, di atti vandalici come già successo recentemente. Inoltre, il danno turistico è rilevante in quanto la suddetta stazione è luogo di partenza e di arrivo anche per il comprensorio turistico della Monterosa Ski. Il Governo è chiamato ad intervenire tempestivamente per risolvere al più presto questa situazione", conclude il senatore. Roma, 12.01.2016
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071