Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 21 oct 2021 - 11:42

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Actualités Société

Société12 Mars 2017 - 10:41

Nos condoléances pour la disparition d’Orfeo Cout

imprimerpartager

Apprise la nouvelle de la mort du conseiller régional Orfeo Cout, survenue soudainement dans la matinée d’aujourd’hui, le Mouvement de l’Union Valdôtaine et le Groupe des élus au Conseil de la Vallée participent au deuil de sa famille et adressent les condoléances émues au Groupe et au Parti Démocratique, en regrettant que la Valleé d’Aoste ait été dépourvue d’un homme ayant relevé, il y a seulement deux jours, les plus hautes fonctions politiques et institutionnelles de notre région. Un homme dont la participation à la vie publique et sociale de notre communauté était connue par tous ceux qui l’avaient approché dans le temps.

imprimerpartager

ActualitésSociété

LUNDI 27 février 2017

11:35 71 ans d’Autonomie et 69 de Statut célébrés hier à Aoste 71 ans d’Autonomie et 69 de Statut célébrés hier à Aoste La Vallée d'Aoste a célébré dans la soirée de hier, dimanche 26 février 2017, le 71e anniversaire de l'Autonomie et le 69e du Statut spécial. La cérémonie, animée par le Chœur La Manda de Hône, a été ouverte par la projection du court-métrage "La Reconstitution. La vèille di gran dzô", réalisé par Alessandro Stevanon, écrit et interprété par la compagnie théâtrale Le Digourdì, et promu par l'Administration communale de Charvensod avec le soutien du Conseil régional et de l'Assessorat régional de l'éducation et de la culture. Un film qui est un exemple concret de la promotion des valeurs sur lesquelles se fonde l’autonomie de la Vallée d’Aoste, qui ont été rappelées l’année dernière, à l’occasion du 70e anniversaire de la Reconstitution des Communes valdôtaines, après le fascisme. C'est le Président du Conseil permanent des collectivités locales, Franco Manes, qui a prononcé la première des allocutions officielles prévues: «Nous sommes une terre extraordinaire et merveilleuse. Cependant, notre Vallée d’Aoste, aussi, risque de se découvrir fragile, si laissée à elle-même. Le paysage s’affaiblit, si personne ne le vit et y consacre du temps et des ressources. De la même façon, les personnes deviennent fragiles si elles sont isolées par la communauté, si elles ne participent pas aux choix qui concernent le bien commun; le risque le plus grand que l’on peut courir est la désertification de notre tissu social, un risque grave au même point d’un territoire endommagé dans ses infrastructures. En tant que fondement de notre moderne autonomie il faut donc avoir la participation active des citoyens, le débat et le vote. Voilà les seuls éléments qui légitiment les Institutions à gouverner. Ne pas respecter les expectatives d’un peuple et ses choix pèse lourdement sur les fondements de l’identité territoriale et sociale de notre peuple». «Nous avons le devoir de sauvegarder notre histoire de communauté - a-t-il conclu le Président Manes -; nous devons ramener au centre du débat les idéaux, les valeurs, l’orgueil d’être uniques, mais aussi l’importance d’appartenir à quelque chose de plus grand, à un idéal plus grand. C’est un engagement que nous ne pouvons jamais oublier, surtout dans des moments de grand débat politique». En prenant la parole après le Président du Conseil de la Vallée, Andrea Rosset, qui a rendu hommage «à ces hommes et à ces femmes qui ont eu le courage de résister à l'oppression, qui ont eu l'audace de lutter pour rendre à la Vallée d'Aoste et aux Valdôtains les libertés civiles fondamentales et pour bâtir une nouvelle ère de coexistence démocratique», le Président de la Région, Augusto Rollandin, a rappelé le parcours de l'Autonomie valdôtaine. «Il y a 71 ans – a-t-il dit – le Conseil des Ministres sanctionnait, par les arrêtés du Lieutenant 545 et 546, l’Autonomie de la Vallée d’Aoste. Une Autonomie qui plonge ses racines dans l’histoire millénaire des populations de notre région alpine. Populations et gens qui ont toujours lutté en défendant leurs traditions, coutumes, particularités, intimement liées à la nature du territoire». Le président Rollandin a donc poursuivi sur l'actualité: «Aujourd’hui plus que jamais, nous devons parvenir à faire coïncider notre programme politique – qui contient les aspirations d’une Vallée d’Aoste autonome, respectueuse de ses origines et consciente de l’importance de son autonomie – avec la possibilité concrète de préserver l'autonomie en entretenant notre système des collectivités locales, grâce à l’adoption de politiques de croissance économique durable et à une assistance sociale bien structurée, qui accompagne le citoyen tout au long de sa vie, le soutient dans les moments difficiles et assure des prestations de qualité dans le cadre du système de santé publique. Et, encore, il faut aider les agriculteurs à accéder aux fonds européens destinés à l’agriculture de montagne, qui leur sont nécessaires pour poursuivre leurs activités et, ce faisant, favoriser l’entretien du territoire et la salubrité des produits alimentaires. C’est également poursuivre les interventions lancées et les projets qui permettront aux jeunes d’étudier en toute sécurité dans des écoles et d’y suivre des cursus d’excellence, en ayant accès à ce système de connexions qui peut ouvrir la Vallée d’Aoste sur le monde». «Je me souhaite - a-t-il conclu le Président Rollandin – que cette fête marque l’occasion pour porter la réflexion aux alentours de l’exigence d’un programme commun pour pouvoir, avant tout, procéder avec une action politique efficace et cohérente avec ce que la communauté nous demande». A l’occasion des célébrations ont également ét remises les distinctions aux Amis de la Vallée d’Aoste et aux Chevaliers de l’Autonomie. La décoration de Chevalier a été remise à Germano Henriet, entrepreneur et éleveur. Voilà les raisons: «"Avoir le courage de vivre ses rêves" est la devise de Germano Henriet. Un homme qui a toujours abordé avec optimisme les différentes phases de sa vie. Il a suivi ses aspirations et n'a pas hésité à revenir à son rêve d'enfant : consacrer ses énergies à la terre, sa terre valdôtaine. Grâce à son engagement, la Vallée d'Aoste peut aujourd'hui apprécier un joyau d'éco-compatibilité comme le refuge Chaligne, dont l'innovation et l’aspect traditionnel charment les visiteurs. Mais sa passion pour son terroir l'a amené, à l'aube de ses cinquante ans, à se dédier à l'élevage, afin d'en perpétuer les valeurs les plus authentiques. Pour Germano Henriet, aimer la Vallée d'Aoste, c’est avant tout travailler pour son avenir». Ami de la Vallée d’Aoste a été ensuite fait Marco Magnifico, vice-président du FAI, le Fondo per l’Ambiente Italiano. La motivation: «Si les lieux du coeur marquent des affections, des souvenirs, des visages, des parfums et des couleurs, la Vallée d’Aoste se fait un point d’honneur de l’être pour Marco Magnifico. La culture du respect pour la nature, pour l’art, pour l’histoire et pour les traditions italiennes, fondement de l’activité du FAI, dont il est Vice-président exécutif, est à la base de sa philosophie de vie, qu’en Vallée d’Aoste, en partant de Courmayeur, a trouvé son épanouissement. Qu’il soit en marchant sur les sentiers des Hautes voies, ou en visitant les sites archéologiques, ou encore en appréciant les innovations dans la tradition, pour Marco Magnifico la Vallée d’Aoste n’est pas seulement un lieu, il s’agit du lieu où il est aussi lui-même». A la cérémonie étaient absents, pour des engagements de travail, le nouveau Chevalier de l’Autonomie, Sergio Pellissier, avant-centre du Chievo Verona, et la nouvelle Amie de la Vallée d’Aoste, Daria Bignardi, directrice de Rai 3. Pellissier a remercié la Vallée d’Aoste par une vidéo-interview projetée dans la salle. La motivation de la distinction: «de la plus petite région d’Italie il est arrivé à être le joueur symbole de l’équipe qui représenté une petite et singulière réalité du football italien, le Chievo, un quartier de Verona désormais protagoniste constant de la Série A italienne. Sergio Pellissier, attaquant et capitaine, a porté dans les plus de 400 matchs qu’il a joué avec le maillot jaune-bleu aussi un peu de cette force et de cette obstination qu’il a héritée de sa terre, la Vallée d’Aoste. A cet enfant du pays, qu’à sa première fois en nationale a fait cadeau d’un but à l’Italie toute entière, la Vallée d’Aoste veut offrir aujourd’hui un assist afin de continuer à être le drapeau de son équipe et de toute la communauté valdotaine, qu’avec lui devient protagoniste chaque dimanche». A retirer la distinction a été un très ému papa Camillo. Daria Bignardi, qui n’a pas pu participer à la cérémonie, a consacré à la communauté valdotaine une pensée qui a été lue par le syndic de Gressoney-Saint-Jean, Luigi Chiavenuto: «La première fois que j’ai été à Gressoney mon fils Ludovico avait deux ans. Aujourd’hui, il est presque en train d’en fêter vingt. Je suis de Ferrara et mes Alpes ont toujours été celles orientales. Même si je vivais à Milan depuis longtemps, je n’avais jamais été en Vallée d’Aoste. A cette époque je tenais un espace sur la lecture à Radio Dee Jay, fort suivi. Un jour, en rédaction, j’ai reçu la visite d’un jeune Assesseur à la Culture de Gressoney-Saint-Jean, qui me proposait d’organiser, pour l’été successif, une série de rencontres avec les écrivains sur la place du pays. "Pourquoi devrais-je passer la mi-aout en Vallée d’Aoste?”, je lui ai demandé. "Si vraiment je dois aller en montagne, je vais sur les Dolomiti”. Il m’a donné une réponse qui m’intrigua: "Les Dolomiti sont des montagnes à couleurs, mais la Vallée d’Aoste présente aussi le charme du blanc et noir”. J’ai donc accepté la proposition, en passant deux merveilleuses semaines à Gressoney, même s’il pleuvait souvent et bien des rencontres se déroulèrent au dessous d’un parapluie. Cependant, le charme évoqué par le jeune assesseur m’avait conquise et, dès cette année, je n’ai jamais laissé la Vallée d’Aoste, où je me sens chez moi dans chaque saison. C’est pour cette raison que je vous remercie: la distinction que vous avez voulu me confier me fait grand plaisir, car je me sens vraiment amie de la Vallée. Et lorsque une mi-aout qu’il pleuvait, j’ai reçu la visite de Roberto Saviano, avec son escorte de Carabinieri de Naples et ils me demandèrent pour quelle raison, avec une météo du genre, je passait l’été en montagne, je lui dit: ‘Parce que la Vallée d’Aoste n’est pas seulement à couleurs, mais a l’élégance éternelle du blanc et noir’».

VENDREDI 24 février 2017

17:51 Dimanche les célébrations de l’Autonomie, du Statut et de la Fête de la Vallée d’Aoste Dimanche les célébrations de l’Autonomie, du Statut et de la Fête de la Vallée d’Aoste Dimanche 26 février, à 17h, dans la salle "Maria Ida Viglino” du Palais régional, se dérouleront les célébrations du 71e anniversaire de l’Autonomie, du 69e anniversaire du Statut spécial et de la Fête de la Vallée d’Aoste, au cours desquelles seront décernées les distinctions aux Amis de la Vallée d’Aoste et aux Chevaliers de l’Autonomie. Deux les valdôtains auxquels sera remis le titre de Chevalier: le footballeur Sergio Pellissier, qui pour des raisons irrépoussables ne pourra pas être présent à la cérémonie, et l’éleveur Germano Henriet. La distinction d’Ami de la Vallée d’Aoste sera par contre attribuée au vice-président du Fai-Fondo per l’Ambiente Italiano-Marco Magnifico et à Daria Bignardi, directrice de Rai 3. Au cours de la cérémonie, prendront la parole le Président du Conseil permanent des collectivités locales Franco Manes, le président du Conseil régional Andrea Rosset et le président de la Région, Augusto Rollandin. La cérémonie sera diffusée en direct sur le site du Conseil de la Vallée ( www.consiglio.vda.it ), sur le compte YouTube du Conseil ( www.youtube.it/user/consvda ), ainsi que sur la chaine numérique terrestre "TV Vallée” (n° 15). On rappelle, ensuite, que dans le cadre du vingtième anniversaire de Portes Ouvertes, le Conseil de la Vallée organise, pour la matinée de dimanche, deux tours de visite ouverts au public. Le premier à 9h45, le deuxième à 10h45, avec réservation obligatoire au numéro 0165.526140, ou à l’adresse mail portes.ouvertes@consiglio.vda.it . On prévoit un maximum de 25 personnes pour tour.

VENDREDI 17 février 2017

16:32 Nommés les «Amis de la Vallée d’Aoste» et les «Chevaliers de l’Autonomie» Nommés les «Amis de la Vallée d’Aoste» et les «Chevaliers de l’Autonomie» À l’occasion des célébrations du 71e anniversaire de l’Autonomie, du 69e anniversaire du Statut spécial et de la Fête de la Vallée d’Aoste, la cérémonie de remise des décorations régionales aux Amis de la Vallée d’Aoste et aux Chevaliers de l’Autonomie se tiendra dimanche 26 février 2017, à 17 heures, dans la salle «Maria Ida Viglino» du Palais régional. La commission réunie à cet effet a décidé de conférer le titre de Chevalier de l’Autonomie à deux Valdôtains: l’attaquant du Chievo Verona, Sergio Pellissier, et l’éleveur Germano Henriet. Elle a également indiqué les noms des deux nouveaux Amis de la Vallée d’Aoste : Le Vice-président du FAI – Fondo per l’Ambiente Italiano – Marco Magnifico, depuis des années hôte assidu de Courmayeur et grand passionné de la Vallée d’Aoste, et Daria Bignardi, Directeur de RAI 3, qui depuis plusieurs années passe ses vacances à Gressoney-Saint-Jean. En plus de la remise de ces décorations, la cérémonie de dimanche prévoit les allocutions de Franco Manes, président du Conseil permanent des collectivités locales, de Andrea Rosset, président du Conseil régional, et d’Augusto Rollandin, président de la Région. Par ailleurs, dans le cadre des vingt ans du projet Portes Ouvertes, le Conseil de la Vallée ouvrira ses portes au public dans la matinée du 26 février. Deux tours de visite guidée seront organisés: le premier à 9h45, le deuxième à 10h45, sur réservation préalable nécessaire au numéro de téléphone 0165.526140 ou à l'adresse mail portes.ouvertes@consiglio.vda.it La Fête de la Vallée d’Aoste est toujours un rendez-vous important pour le système des autonomies et pour les collectivités locales, qui ne se limite pas au 26 février. Un exemple concret de la promotion des valeurs sur lesquels se fonde l’autonomie de la Vallée d’Aoste a été, cette année, l’anniversaire de la Reconstitution des Communes valdôtaines après le fascisme, qui s’est concrétisé par un rendez-vous à Aoste, au mois de septembre, et par d’autres événements dans différentes Communes, comme Sarre, Gressan, Pollein, Charvensod, Saint-Marcel et Hône. Tout au long de l’année, ces initiatives ont contribué à diffuser sur le territoire les valeurs, les thèmes et les réflexions liées à la Fête de la Vallée d’Aoste. À ce propos, vendredi prochain, 24 février, lors d’une conférence de presse sera présentée la collaboration renouvelée entre la Région, le Conseil régional et le CPEL, qui est à l’origine de la grande initiative de citoyenneté active destinée aux jeunes « La Commune à l’école », un projet qui se développe grâce à la collaboration entre les institutions du système des autonomies.

JEUDI 19 janvier 2017

17:18 Séisme en Italie centrale: le compte courant pour effectuer les donations Séisme en Italie centrale: le compte courant pour effectuer les donations Suite aux nouveaux dramatiques événements ayant frappé les régions du Centre de l’Italie, il est à nouveau possible d’effectuer des donations en faveur de la population, sur le compte courant bancaire au titre "R.A.V.A. – Pro Terremotati Italia Centrale”, ouvert par l’Administration régionale auprès de l’Unicredit Banca S.p.a.. Le code IBAN pour les éventuels virements est: IT 56 X 02008 01204 000104429213 Le Président de la Région, au nom du Gouvernement valdôtain, remercie tous ceux qui ont voulu et voudront contribuer à cette initiative, qui vise à aider concrètement la population de l’Italie centrale, si lourdement frappée par le tremblement de terre et par la récente vague de froid, glace et mauvais temps.

VENDREDI 23 décembre 2016

16:27 Solution aux difficultés du Juge de paix en Vallée d’Aoste Solution aux difficultés du Juge de paix en Vallée d’Aoste La Présidence de la Région a appris, par une note du 21 décembre dernier, que le Conseil Judiciaire, lors de sa séance du jour avant, a donné avis favorable à l’application de deux juges au Bureau du Juge de paix d’Aoste. « J’exprime ma plus vive satisfaction pour la décision du Conseil. – déclare le Président de la Région, Augusto Rollandin – Cette décision évite la paralyse de l’administration de paix en Vallée d’Aoste. Je tiens donc à remercier le Président de la Cour d’Appel de Turin et le Président du Tribunal d’Aoste pour l’attention qu’ils ont consacré à la solution du problème, ainsi que le Conseil Judiciaire, pour la rapidité de son action ». La décision du Président de la Cour d’Appel de Turin aura effet à partir du 1er janvier 2017.

LUNDI 12 décembre 2016

09:00 La Vallée d’Aoste première pour sa qualité de la vie dans l’enquête de «Il Sole 24 Ore» La Vallée d’Aoste première pour sa qualité de la vie dans l’enquête de «Il Sole 24 Ore» Huit années après, la Vallée d’Aoste est à nouveau à la tête du classement sur la qualité de la vie lancé, chaque année, par le quotidien « Il Sole 24 Ore ». Cette enquête est effectuée en élaborant et en croisant des données statistiques, ainsi qu’en réalisant des interviews aux préposés à différents domaines. Notre région se distingue, tout particulièrement, pour l’attention au social, pour le niveau de sureté, ainsi que pour la dépense par citoyen que la Région aborde pour les services à la personne. Des résultats fort positifs sont en évidence également pour ce qui concerne l’environnement et l’offre touristique. "L’enquête réalisée par le quotidien économique marque pour nous un point d’orgueil. – affirme le président de la Région, Augusto Rollandin – Je crois que cette première place soit le résultat d’une façon de vivre et de travailler qui est de tous les valdotains: institutions, parties sociales et citoyens, à partir de 2008, année où la crise a débuté, ont oeuvré afin que ce difficile moment économique international aie, sur notre territoire, l’impact le plus réduit possible. Chacun a fait sa partie et, aujourd’hui, je crois nous pouvons dire qu’une reprise est en vue. Une reprise confirmée par les données de l’enquête”. "Le souhait – conclut le président Rollandin – est qu’également dans les prochaines années nous arriverons, tous ensemble, à maintenir haut le niveau de nos services, en continuant à avoir une qualité de la vie à même de témoigner la beauté et la performance de notre Vallée”. Tous ceux qui souhaitent approfondir le dossier sur la qualité de la vie peuvent le faire en suivant ce lien . L’enquête est commentée ici par le journaliste du Sole 24 Ore, Francesco Antonioli.

LUNDI 21 novembre 2016

20:52 A Aoste la troisième rencontre sur le référendum du groupe parlementaire Per le autonomie A Aoste la troisième rencontre sur le référendum du groupe parlementaire "Per le autonomie" Ce sera la Vallée, et plus précisément la ville d’Aoste, à accueillir lundi prochain, 28 novembre, la troisième des rencontres organisées dans l’Arc Alpin par les parlementaires du "Gruppo per le Autonomie - Minoranze linguistiche” à la Chambre et au Sénat, en vue du référendum confirmatif du 4 décembre prochain. Lors de ces rencontres, les membres du groupe (qui inclut les représentants de formations historiques de l’autonomisme italien) illustrent le parcours parlementaire de la proposition de réforme de la Constitution, en plus des raisons du choix de voter "oui” à la consultation référendaire. La soirée à Aoste se déroulera à 18h, dans la salle des conférences de l’Hotel "Milleluci”, à Porossan. Les rapporteurs de la soirée seront les sénateurs Karl Zeller, président du "Gruppo Per le Autonomie" (Sudtiroler Volkspartei), Vittorio Fravezzi (Unione Per il Trentino), Franco Panizza (Partito Autonomo Trentino Tirolese, dont il est le secrétaire politique). Ce seront eux, avec le sénateur Albert Lanièce, le député Rudi Marguerettaz et le Président de la Région Augusto Rollandin à présenter les raisons de l’adhésion au OUI de la part des respectives Autonomies. 

MERCREDI 16 novembre 2016

15:58 Un colloque au palais régional pour promouvoir la légalité Un colloque au palais régional pour promouvoir la légalité L’éducation à la légalité a fait l’objet d’un colloque s’étant déroulé aujourd’hui, mercredi 16 novembre, au Palais régional, organisé par la fondation « La scialuppa onlus » et soutenu par des institutions valdôtaines, à savoir la Chambre des entreprises et l’Administration régionale. Le rendez-vous est consacré aux étudiants des écoles supérieures et aux représentants du monde de l’associationnisme et du bénévolat et il présente le connu prêtre don Luigi Ciotti, historiquement engagé dans la lutte contre le crime organisé, en tant que rapporteur principal. En ouvrant les travaux, le président de la Région, Augusto Rollandin, a rappelé qu’éduquer à la légalité et à la citoyenneté représente « un défi qu’on veut gagner grâce à vous tous, et avec vous tous, afin de marginaliser l’illégalité ». A ce propos, il a rappelé les différentes initiatives auxquelles la Région a donné son adhésion dans le temps (telles le « Parcours de la légalité »), visant à faire développer une conscience civique, et respectueuse des règles, dans les plus jeunes (ce matin, dans le salon du palais régional, les étudiants étaient la plupart du public). « La Présidence du Gouvernement – a ajouté le président Rollandin – a choisi de lancer des stimulations, afin d’agir en tant que agrégeant, parmi les acteurs concernés. Une approche non invasive, mais que nous croyons concrète, en raison de la nature – et c’est le seul cas en Italie – d’une Présidence qui a également fonction de préfecture et peut donc faire converger sur ce thème les sensibilités différentes de la Procure et des forces de l’ordre ». « La légalité – a conclu Augusto Rollandin – est à alimenter sans cesse. Elle n’est pas à percevoir en tant qu’ensemble de règles imposées, seulement parce qu’on craint les sanctions. Elle doit être intériorisée tout comme un geste automatique, comme l’on respire. Voilà, faire respirer légalité est notre but ». Pour sa part, l’assesseur à l’éducation Emily Rini a souligné que « nous vivons dans un monde ayant la tendance à isoler, qui s’éloigne du concept de communauté. Celle-ci, par contre, est complémentaire à la légalité. Être à même de bien vivre ensemble, signifie vivre d’après les règles. Nous sommes un peuple de montagne et il faut considérer les règles en tant que les clous planté sur le paroi, lors d’une grimpée : des aides pour continuer à monter ». La matinée est donc continuée avec l’allocution de don Luigi Ciotti, qui a proposé au public un raisonnement fort articulé, en attrayant l’attention de tous grâce à sa personnalité magnétique, dont les thèmes portant étaient la nécessité de davantage de courage, l’importance de contribuer au changement en partant de soi-même et le fait que la légalité « n’est pas un valeur, elle est un instrument : la valeur est la justice ! ». Le colloque prévoyait enfin une table ronde avec les représentants des institutions, des forces de l’ordre et de la magistrature.

MARDI 8 novembre 2016

12:09 Migrants: le débat sur l’avis d’accueil au Conseil régional Migrants: le débat sur l’avis d’accueil au Conseil régional Le sujet des migrants continue à animer le débat au Conseil de la Vallée. Lors de la séance de ce matin, le président de la Région, Augusto Rollandin, est intervenu suite à une question de l’opposition pour des informations sur l’avis de marché public lancé par l’Administration en vue du repère de structures d’accueil. "Sur la base de l’accord du 10 juillet 2014, - a souligné le Président - le quota de migrants attribué à la Vallée d’Aoste s’élève à 602 unités: c’est pourquoi l’avis de marché publié en octobre dernier concerne l’identification de structures pouvant accueillir ce quota de migrants, quota qui pourrait augmenter si des besoins supplémentaires venaient à se créer”. A signaler qu’à présent, suite à l’arrivée dimanche dernier de six familles d’origines irakienne, les 313 places disponibles sont toutes occupées. En continuant à répondre aux questions de l’opposition, le Président Rollandin a précisé "que le Conseil permanent des collectivités locales n’a pas participé formellement à l’élaboration de l’avis susmentionné, car il s’agit là d’un marché qui s’adresse aux professionnels des services d’accueil et d’assistance aux personnes, lesquels durant cette phase ne peuvent être limités par des clauses ou des obligations territoriales relatives à la localisation des structures. Par ailleurs, il a signalé que, pour pouvoir signer la convention, les adjudicataires du marché devront prouver que le Syndic de la Commune où se situe la structure qu’ils ont indiquée comme étant susceptible d’accueillir des migrants a été préalablement informé par leurs soins de cette destination éventuelle du bâtiment, ainsi que des détails du projet d’accueil qu’ils entendent mettre sur pied”. A cet égard, il convient de rappeler que la Présidence de la Région a mis en place, dès 2014, un organisme de liaison, la "Cellule de coordination régionale pour le dépassement des problèmes liés au séjour temporaire de citoyens étrangers en Vallée d’Aoste", à laquelle participent aussi le CPEL et, si nécessaire, les représentants des Communes concernées. "En outre - a-t-il ajouté le président Rollandin - si la responsabilité de la recherche des structures d’accueil revient aux organismes qui participent au marché, les Syndics sont consultés dès que des solutions potentielles sont trouvées”. Pour le Président de la Région, "ce système d’accueil extraordinaire mis en place, vue l’absence d’infrastructures publiques susceptibles d’accueillir les migrants et tout en considérant les préoccupations des Communes et de leurs habitants, a très bien fonctionné, grâce à la collaboration de la communauté valdôtaine et de toutes les institutions”.
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071

Société12 Mars 2017 - 10:41

Nos condoléances pour la disparition d’Orfeo Cout

Apprise la nouvelle de la mort du conseiller régional Orfeo Cout, survenue soudainement dans la matinée d’aujourd’hui, le Mouvement de l’Union Valdôtaine et le Groupe des élus au Conseil de la Vallée participent au deuil de sa famille et adressent les condoléances émues au Groupe et au Parti Démocratique, en regrettant que la Valleé d’Aoste ait été dépourvue d’un homme ayant relevé, il y a seulement deux jours, les plus hautes fonctions politiques et institutionnelles de notre région. Un homme dont la participation à la vie publique et sociale de notre communauté était connue par tous ceux qui l’avaient approché dans le temps.