Rédaction

Le Peuple Valdôtain

Mise à jour 21 oct 2021 - 11:42

Union Valdôtaine, le mouvement en ligne

Home Nouvelles Archives 2016

Nouvelles12 Avril 2016 - 10:05

Communiqué de Presse

imprimerpartager

Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine, réuni le 11 avril 2016 à Quart :

ayant entendu les rapports du Président du Mouvement et du Président de la Région au sujet de la rencontre demandée par l’uvp, à la Commission politique de l’Union Valdôtaine, qui a eu lieu dans l’après midi de lundi 11 avril ;

considérant que l’actuelle phase généralisée de difficulté a porté la Vallée d’Aoste à vivre un moment assez difficile ;

regardant avec souci aux récentes agressions envers les Autonomies en conséquence d’une grave radicalisation centraliste ;

souhaite que toutes les forces politiques, se disant autonomistes, puissent travailler, dans les années à venir, pour défendre la vie et le futur du Pays d’Aoste.

Estime qu’aujourd’hui, tous les Valdôtains, venant de n’importe quelle souche et fils de n’importe quelle génération, ainsi que toutes les forces politiques, sont appelés, plus que jamais à la défense des prérogatives de la Vallée d’Aoste.

Evalue positivement le bon travail accompli jusqu’à présent par la majorité régionale UV – PD – SA.

Rappelant encore l’invitation faite par l’uvp à rencontrer la Commission politique de l’Union Valdôtaine pour se confronter sur des thèmes importants pour la VDA ;

Estime important, à ce moment de la vie du Val d’Aoste, de pouvoir se confronter de manière franche et positive sur des points programmatiques concrets avec les forces de la majorité et avec les formations politiques disponibles au dialogue ;

Reconfirme le mandat déjà confié au Président du Mouvement, au Comité Fédéral et à la Commission politique, à partir du 19 septembre 2014 à Verrès, le 29 novembre 2014 à Pont – Saint - Martin et le 4 octobre 2015 à Saint –Vincent, à manifester leur disponibilité au dialogue avec les forces politiques voulant dépasser les actuelles difficultés politiques administratives, sociales et institutionnelles.

imprimerpartager

ArchivesNouvelles

JEUDI 19 mai 2016

14:54 « Concours Cerlogne » : le grand jour de la fête de clôture à Charvensod est arrivé ! « Concours Cerlogne » : le grand jour de la fête de clôture à Charvensod est arrivé ! Le grand jour est arrivé. Après les activités dans les classes, qui ont engagé les enfants des écoles de l’enfance et primaires le long de toute l’année scolaire, la fête de clôture du 54ème concours de patois « Abbé J.-B. Cerlogne » a commencé ce matin, à Plan Félinaz de Charvensod. Face à de centaines d’enfants, au dessous d’un des chapiteaux de l’aire sportive, l’assesseur à l’éducation Emily Rini a rappelé que « la seule possibilité qu’on a pour maintenir nos traditions et notre culture est de parler notre langue, la langue du cœur, le patois. Utilisons-le tous ensemble ! ». L’assesseur a ensuite remercié tous les participants et les organisateurs pour le travail déployé afin de garantir la bonne réussite de ce rendez-vous, car « celle d’aujourd’hui est avant tout une journée de fête, mais également une occasion de réflexion autour de nos traditions ». En s’adressant aux enfants après l’assesseur Rini, le président de la Région Augusto Rollandin a évoqué le rôle que notre dialecte a rempli dans le temps. « Aujourd’hui – il a dit – pas tous le monde s’exprime en patois, mais il faut l’aimer quand même. Il faut rappeler qu’il s’agissait de la langue qui permettait aux villages de se comprendre, de travailler ensemble et, par conséquent, d’être une communauté ». De cette considération de caractère « historique », la nécessité, d’après le président Rollandin, de « respecter le patois, l’aimer, chercher de le comprendre et, graduellement, l’envie de le parler vous arrivera. Pensez qu’il y a un tas de personnes qui ne sont pas nées en Vallée d’Aoste, mais qui s’expriment très bien en patois ». Les autorités ont ensuite remis les prix « Amis de Cerlogne » aux enseignants qui ont participé à dix, ou davantage, éditions de la manifestation. Le but du Concours est de concerner les enfants par la recherche de documents en patois, appartenant à la tradition orale sur les thèmes de la civilisation alpestre. Ce matériel est recueilli et analysé pendant l’année scolaire et, au cours de la fête de clôture, il est présenté à la collectivité sous forme d’albums, cd-rom et contributions audio et vidéo. En plus de cela, dans différents points d’accueil, aménagés à Plan Félinaz, à Pont-Suaz et au chef-lieu de Charvensod, les participants ont la possibilité d’apprécier les témoignages regroupés et de découvrir les « savoir-faire » liés aux traditions valdôtaines, notamment dans le domaine de l’agriculture. Cette manifestation se déroule depuis 1963 et elle est organisée par le Bureau pour l’Ethnologie et la Linguistique de l’Assessorat à l’éducation et culture, en collaboration avec le Centre d’Etudes Francoprovençales « René Willien » de Saint-Nicolas. L’Abbé Jean-Baptiste Cerlogne (6 mars 1826 – 7 octobre 1910) a été le plus important poète patoisant de notre région. Il est rappelé également en tant qu’auteur de chansons en patois, qu’il contribua à diffuser sans égal, par la réalisation du premier dictionnaire et de la grammaire. René Willien (1916-1976), auquel est consacré le Centre d’études francoprovençales de Saint-Nicolas, fut un éminent étudiant du patois, de la Vallée d’Aoste et de ses traditions, en plus qu’auteur d’une importante biographie de l’Abbé Cerlogne. Info Groupe UV Conseil

MARDI 17 mai 2016

10:23 Communiqué de Presse Communiqué de Presse 18 mai 1944 – 18 mai 2016. 72 ans se sont désormais écoulés depuis ce tragique 18 mai 1944 lorsque Emile CHANOUX, fils de la Vallée d’Aoste, autonomiste convaincu, fédéraliste de la première heure, mourut, victime des tortures du régime fasciste. Dans ce 18 mai 2016 l’Union Valdôtaine : Rappelle les souffrances et les sacrifices auxquelles lui-même et sa famille furent soumis pour soutenir le bien fondé de la pensée régionaliste dès la première heure. Demande aux femmes, aux hommes, aux jeunes du Pays d’Aoste de se souvenir du sacrifice de tous ceux qui ont suivi l’exemple de Emile Chanoux, en se battant pour sauvegarder le droit des Valdôtains de demeurer libres dans leur histoire. Estime que, dans une société qui a la tendance à oublier son esprit identitaire, la figure de Chanoux puisse encore et toujours représenter un point de repère pour toute la Communauté Valdôtaine. Souhaite que la Vallée d’Aoste se souvienne à tout jamais de son histoire, de sa culture, de ses langues que les personnes éclairées comme Chanoux ont contribué à maintenir vivante dans le cœur et dans l’esprit de tous les Valdôtains. Exprime toute sa considération envers toutes celles et tous ceux, qui, comme Chanoux, partout ailleurs, dans un monde où s’installe souvent la barbarie et la négation de tout droit, se sont sacrifiés et se sacrifient au nom de la liberté. Demande aux Valdôtaines et aux Valdôtains de ne pas oublier la mémoire d’Emile Chanoux, l’importance de sa doctrine fédéraliste et de ses idéaux autonomistes et de lui adresser leurs sentiments de gratitude ce 18 mai 2016 à l’occasion du 72ème anniversaire de sa mort. Aoste le 17 mai 2016

MERCREDI 4 mai 2016

16:42 Commémoration de Corrado Gex à Ceva Commémoration de Corrado Gex à Ceva Le Président de la Région Autonome Vallée d'Aoste Augusto Rollandin, le Président du Conseil régional du Val d'Aoste Marco Vierin, le Sénateur Albert Laniece, le Préfet de Cuneo Giovanni Russo, les Assesseurs régionaux Renzo Testolin et Emily Rini, le Conseiller régional du Piémont Franco Graglia, le Chef de groupe de l’Union Valdôtaine au Conseil de la Vallée Joël Farcoz, le directeur provincial de Cuneo Rocco Pulitano, le Mairie de Arvier Mauro Lucianaz et de Pont-Saint-Martin Marco Sucquet, des maires de la province de Cuneo, le Président de l’Union Valdôtaine Ennio Pastoret et les dirigeants du Mouvement ont participé, samedi 30 Avril, à Castelnuovo di Ceva, à la cérémonie pour commémorer le cinquantième anniversaire de la mort de Corrado Gex, Député Vallée d'Aoste, et sept autres victimes dans le crash de avion sur lequel ils voyageaient le avril 25 1966. La première partie de la cérémonie a eu lieu dans le pays, avec la désignation de la place à Gex et le dévoilement d'une pierre commémorative avec les noms de toutes les victimes. Après les discours officiels de la part des autorités tout le monde s’est déplacé à l’endroit dit Arielle ou l’avion s’écrasa ce 25 avril 1966 et où se trouve un monument dédié aux huit morts. Pour l’occasion l’Union Valdôtaine avait organisé un car sur lequel on trouvé la place nombreux membres de la Section d’Arvier ainsi que d’autres unionistes. Vous trouvez ci-de suite une série de photos qui racontent le déroulement de la journée.  

MARDI 12 avril 2016

09:43 Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine, réuni le 11 avril 2016 à Quart, ayant entendu les rapports du Président du Mouvement au sujet du référendum du prochain 17 avril: Rappelle que cette initiative a été proposée par neuf régions italiennes, qui sont directement touchées par le les recherches marines du pétrole et du gaz, Souligne que cette matière relève plutôt de la sensibilité individuelle de chacun en dehors des militances politiques, Considère que sur les thèmes proposés par le référendum en question chacun puisse exercer librement et en pleine conscience son choix, Estime important que chaque électrice et chaque électeur choisisse, sans contraintes, sur la base de ses convictions, de quelle manière exercer sont droit de vote, Voulant par conséquent respecter la volonté, les opinions et la liberté de chacun dans cette matière, Invite ses associés, à ses militants et à ses sympathisants à faire leurs choix en pleine et totale liberté de conscience et d’opinion. Quart le 11 avril 2016

MARDI 1 mars 2016

14:58 2XMILLE 2XMILLE DAI FORZA ALL'UNION VALDOTAINE IL TUO 2XMILLE ALL'UV Con l'abolizione del finanziamento pubblico ai partiti, lo Stato permette in sede di dichiarazione dei redditi di destinare al proprio Movimento politico il 2XMILLE. E' una scelta gratuita. Chi firma non paga tasse in più. Se non si destina il 2XMILLE ad alcun partito, i soldi vanno comunque allo Stato. Il 2XMILLE non sostituisce le eventuali sottoscrizioni per l' 8XMILLE o per il 5XMILLE. Farlo è semplicissimo: nella prossima dichiarazione dei redditi ti basterà apporre la firma nell'apposita casella scrivendo il codice dell'Union Valdôtaine Y27 . Sostieni anche tu l'Union Valdôtaine destinando il 2XMILLE.
2 x mille

Vie de l'Union7 Juin 2021 - 15:41

MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine MMe Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine Samedi dernier le 5 juin la Conférence des Présidents de Section, qui représentaient les 1000 adhérents au Mouvement, et le Consei Fédéral ont élu Mme Cristina Machet, Président de l'Union Valdôtaine. Elle a désigné Vice-Président Monsieur Piero Prola et Trésorier M. Federico Marco PERRIN Ci-dessus son Programme: L’esprit de l’Union . L’esprit de l’Union Valdôtaine plonge ses racines dans les décombres de l’après-guerre, l’âme de notre Mouvement est son histoire, l’histoire de la Vallée d’Aoste, qui a vu, dans la pensée de ses ancêtres, l’axe de ses principes fondamentaux. L’Union valdôtaine est née comme mouvement s’opposant fortement au fascisme, elle est aujourd’hui un mouvement contre toute forme de fascisme, de néonationalisme, de racisme, de clôture. Peu de temps après la promulgation des décrets du lieutenant, le 13 septembre 1945, naquit l'Union Valdôtaine, ouverte, comme nos Statuts l'affirment, à tous ceux qui donnent assurance d'être fidèles et dévoués à la cause valdôtaine. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de répondre aujourd’hui au sens de la « cause valdôtaine ». Hélas, dans les années nous nous sommes perdus et l’esprit de l’Union parfois est sorti de chemin. Cela ne doit plus arriver. La rivalité personnelle n’est pas fidélité à la cause valdôtaine, l'égocentrisme et les attitudes personnalistes ne sont pas fidélité à la cause valdôtaine. Utiliser l’Union Valdôtaine comme tremplin pour des finalités électorales non plus. L’esprit de l’Union des fondateurs de notre Mouvement était celui de servir les intérêts culturels,politiques, sociaux et économiques de la Vallée d’Aoste. Au cours du temps ces principes ont été parfois oubliés et ceux qui croyaient en l’Union valdôtaine se sont refroidis. Toutefois, la flamme de notre flambeau c’est estompée, mais elle n’est pas éteinte… Aujourd’hui les unionistes sont là, qui nous observent dans l’espoir de pouvoir retourner à parler de politique, dans son sens plus propre, le plus élevé. La rue a été tracée dans la période préélectorale du 2020, après une période sombre pour notre Mouvement, on a réagi, et - petit à petit - on a recommencé à reconquérir la confiance des valdôtains. Ce n’est qu’un premier pas, parce que la confiance on la conquiert à petites gouttes et on la perd en litres. Notre travail sera serré, pour arriver à reconstruire ce que nous avons perdu. Nous avons perdu l’une des plus grandes forces de l’Union Valdôtaine : le dialogue avec les valdôtains, le dialogue qui passait à travers nos sections. Le fédéralisme que souvent nous citons dans nos programmes est bien enraciné dans l’organisation de l’Union Valdôtaine : un mouvement dans lequel chacun membre dispose d’une large autonomie en participant collectivement, et non individuellement, aux décisions. Cette participation collective doit repartir des sections, nous n’avons rien à inventer. Les sections existent déjà il y en a presque une par commune, dans certains pays plus d’une. Les initiatives futures que les organes dirigeants de notre Mouvement auront la nécessité d’analyser seront objet d’un parcours de partage le plus ample possible, parce que l’Union valdôtaine doit avoir portes et fenêtres ouvertes. Le nouvel élan de notre mouvement passera par un ample processus de confrontation. Les sections doivent représenter le vrai lien entre citoyens, mouvement et administrateurs. Pour que cela soit possible on pourrait créer une commission qui formule des propositions - bien sûr partagées avec un Congrès national thématique - pour garantir une effective participation aux adhérents. Participation qui, parfois, au début a du mal à démarrer. Nous avons, par exemple, dans nos petites communes des sympathisants qui ne s’inscrivent pas aux sections pour des raisons les plus disparates, et cela contribue à perdre le lien avec les citoyens. Pourquoi ne pas penser à des sections thématiques auxquelles s’inscrire pour faire face à des arguments spécifiques, tel que l’agriculture, la santé, le travail, etc. ? La technologie aujourd’hui nous aide à faciliter la communication, la confrontation avec les Présidents de section et les délègues au Conseil fédéral, qui sera le pivot de l’action politique du Mouvement, et encore, quand l’émergence sanitaire nous le permettra, on retournera à se rencontrer face à face. La centralisation de l’activité politique du Mouvement envers l’Administration Régionale sera fondamentale, les choix, les lignes politiques doivent être tracées par le Mouvement, et non pas le contraire. Parallèlement le Mouvement devra soutenir nos élus qui sont en première ligne et exposés à toute critique, le rôle du mouvement sera celui d’accompagner les élus dans leurs parcours en défendant et en adressant leur action. Le thème de la réunion est un argument central, on en parle, les opinions ne sont pas encore univoques. Rendre le terrain fertile pour un rapprochement de tous ceux qui partagent nos idées et nos idéaux est un pas important. Pour que cela soit possible, il est d’abord nécessaire procéder à la reconstitution d’une identité politique forte. Le fait qu’aujourd’hui coexistent différentes pensées politiques autonomistes est une donnée, et penser de désigner les personnes qui se sont éloignées de l’Union valdôtaine comme les « cousins méchants » serait une attitude myope, ainsi que probablement injuste. Toutefois, l’Union a vu, aux cours des années, l’éloignement de quelques-uns déçus par le Mouvement, tandis que pour d’autres, on a eu l’impression qu’il s’agissait d’un éloignement tendant à une stratégie électorale. Cela complique la solution. Parallèlement, il faut dire que le processus de réunion est en train de prendre vie de manière naturelle, ce sont les citoyens tout d’abord qui ont recommencé à avoir confiance en l’Union Valdôtaine. Pour que la reconstitution d’une identité politique forte soit réelle, il faudra abandonner de poursuivre des dynamiques purement électorales, l’UV devra recueillir des individus avec des idéaux communs, et non pas des « porteurs de votes », ou « autoproclamés porteurs de votes ». L’Union n’est pas un train sur lequel on monte et on descend selon la convenance. Voici la question : le processus portant à la réunion sera-t-il un débat entre personnes qui se reconnaissent dans les idéaux communs, ou une stratégie pour s’assurer une candidature d’ici à cinq années ? Nous ferons de notre mieux, pour veiller afin que cela ne se produise. Ce qui est incontestable c’est que toute décision sera remise aux adhérents du mouvement, à travers l’organe qui détient le pouvoir constituant du Mouvement : le Congrès national. Compte tenu que le symbole et la dénomination de l’Union Valdôtaine sont intouchables, le travail à faire – si le congrès considérera cette option- sera de trouver les points en communs entre le Mouvement et les autres pensées politiques autonomistes. Parce que, si c’est vrai que plusieurs de nous instinctivement pensent « qui veut adhérer à l’Union n’a qu’à s’inscrire à sa section », c’est aussi vrai que la fragmentation des autonomistes a ouvert les portes aux partis nationaux, et cela n’a pas aidé la cause valdôtaine. Le débat et la confrontation seront au centre de notre façon de travailler. Je souhaite de participer à des Conseils fédéraux où les délégués se disputeront pour prendre la parole, les rencontres caractérisées par les silences ne réfléchissent pas la démocratie ni le fédéralisme. L’Union Valdôtaine devra ainsi s’engager avec le gouvernent central pour faire démarrer l’institution d’une circonscription Vallée d’Aoste pour le Parlement européen. Une proposition de loi dans ce sens a déjà été entamée par le sénateur Lanièce. Une représentativité au sein de l’Europe pour la protection des peuples minoritaires est fondamentale et il serait aussi essentiel se reconnecter avec les mouvements autonomistes européens, pour poursuive le chemin d’une vrai Europe des peuples. L’action politique sera orientée à faire refleurir notre Vallée d’Aoste: la pandémie a augmenté les fractures sociales qui ont suscité l’envie, presque la haine, parmi les classes sociales, même dans une réalité petite comme la nôtre. La perte de places de travail et la crise économique doivent donc être au centre des attentions de l’action administrative. La revitalisation de l’agriculture ainsi que du tourisme nécessitent d’un travail important. L’attention aux catégories fragiles aussi : nos parents et nos grands-parents ont vécu une année terrible, tout comme les jeunes, ceux qui ont des activités économiques, les personnes qui ont des problèmes de santé. La gestion fédéraliste à tout niveau doit se concrétiser par la centralité des Communes qui avec leurs Syndics représentent un exemple de subsidiarité réelle que nous avons appauvri. Les Communes nécessitent aujourd’hui d’avoir des entrées financières sûres et appropriées pour construire un bilan sérieux, ainsi qu’un nombre adéquat d'employés pour mettre en œuvre les décisions de l’administration communale. Les petites communes de la Vallée, qui sont la force de notre territoire, sont parfois abandonnées à elles-mêmes : aux cours des années elles ont perdu des ressources financières ainsi que les personnes qui y travaillaient à cause des lois de secteurs qui empêchent les embauches, dans une période dans laquelle un poste de travail change la vie à une famille. Il est nécessaire un changement de cap. La dignité du travail doit repartir du territoire, une dignité qui doit être égale, tant bien dans les petites communes de montagne que dans la plaine. Nos communes, dans cette période de pandémie, ont représenté un point de repère fondamental pour les citoyens, et l’assemblée du CPEL/CELVA a été perçue par la population comme un organisme efficace et qui, avec ses syndics de différente appartenance politique, a réussi à trouver une synthèse pour résoudre les problèmes quotidiens des familles valdôtaine. Les familles doivent ainsi être au centre de l’action politique, les parents doivent pouvoir travailler, tous les deux, sans devoir se tracasser pour se prendre soin des enfants, les services des garde d’enfants doivent être le pivot d’une action visant à aider les familles, les adolescents doivent pouvoir étudier et s’engager dans le temps libre dans une région qui leur offre des occasions ainsi que l’égalité des chances. Les femmes valdôtaines ont toujours été indépendantes, on toujours travaillé, elles ont été les pilastres des familles pendant la guerre, elles ont été partisanes, créatrices de l’identité politique de notre Union. Et aujourd’hui aussi, les femmes valdôtaines émergent grâce à leur ténacité: dans les études, dans l’écriture, dans la médicine, dans les sports, dans la musique, dans toute sorte d’industrie; mais pas encore trop dans la politique. La pandémie mondiale a encore plus marqué l’écart entre hommes et femmes. Ces dernières souvent sont restées à la maison avec les enfants ou les personnes âgées, elles ont perdu leur travail. Alors aujourd’hui l’Union Valdôtaine doit avoir le courage de se remettre au centre de l’action politique en donnant l’exemple. Ce n’est pas un discours de genre, mais de capacité, et si on parle de capacité, alors, c’est évident que nos sections, nos listes aux élections, nos représentants tous, doivent inclure plus de femmes, qui maintenant, se sont éloignées de la politique, parce qu’ elles savent et sentent que ce serait trop difficile, pour elles, d’émerger. Tous nos représentants dans les sections doivent chercher les femmes, les hommes et les jeunes les plus méritoires, pour les inviter à l’action politique. Les jeunes représentent l’autre grande catégorie oubliée au cours de la pandémie, mais surtout ils représentent la plus grande richesse que l’union valdôtaine avait autrefois et qui, maintenant, est en train de s’éloigner. Heureusement nous avons encore La Jeunesse Valdôtaine qui est un fleuron de notre mouvement, mais nous constatons de plus en plus que les jeunes d’aujourd’hui considèrent la politique comme quelque chose de lointain ou, pire encore, comme quelque chose de sale avec qui ils ne veulent pas se mêler. Malheureusement, des partis nationaux ont su comprendre ce malaise et ils ont réussi à conquérir une partie de jeunes. C’est à nous de prévoir des actions visant à intercepter les souhaits et les problèmes légitimes des jeunes et à les rapprocher à la politique. Et cela ne peut se faire qu’en présentant une Union Valdôtaine ouverte, accueillante, compréhensive, proche aux jeunes citoyens. Nous devons travailler à une campagne d’adhésion importante, non pas pour augmenter le nombre des cartes des membres, mais pour avoir une vision du monde futur inclusive et à l’avant-garde. Nos élus doivent être très proches des sections, et nos sections doivent de plus en plus impliquer la population, partager les propositions et les idéaux pour rendre l’Union Valdôtaine un mouvement inclusif, identitaire et autonomiste. Soyons alors dignes de l’espoir des unionistes, soyons dignes de l’esprit de l’Union valdôtaine ! Torgnon, le 21 mai 2021 Cristina Machet

agenda

twitter

vidéos

Les gens passent, l'Union reste

images

2016 Rencontres sul le territoire

2015 Congrès des 3 et 4 octobre

Union Valdôtaine

29, avenue des Maquisards - 11100 Aoste
TÉL +39 0165 235181
E-MAIL siegecentral@unionvaldotaine.org
PEC unionvaldotaine@legalmail.it
PI 80007410071

Nouvelles12 Avril 2016 - 10:05

Communiqué de Presse

Le Conseil Fédéral de l’Union Valdôtaine, réuni le 11 avril 2016 à Quart :

ayant entendu les rapports du Président du Mouvement et du Président de la Région au sujet de la rencontre demandée par l’uvp, à la Commission politique de l’Union Valdôtaine, qui a eu lieu dans l’après midi de lundi 11 avril ;

considérant que l’actuelle phase généralisée de difficulté a porté la Vallée d’Aoste à vivre un moment assez difficile ;

regardant avec souci aux récentes agressions envers les Autonomies en conséquence d’une grave radicalisation centraliste ;

souhaite que toutes les forces politiques, se disant autonomistes, puissent travailler, dans les années à venir, pour défendre la vie et le futur du Pays d’Aoste.

Estime qu’aujourd’hui, tous les Valdôtains, venant de n’importe quelle souche et fils de n’importe quelle génération, ainsi que toutes les forces politiques, sont appelés, plus que jamais à la défense des prérogatives de la Vallée d’Aoste.

Evalue positivement le bon travail accompli jusqu’à présent par la majorité régionale UV – PD – SA.

Rappelant encore l’invitation faite par l’uvp à rencontrer la Commission politique de l’Union Valdôtaine pour se confronter sur des thèmes importants pour la VDA ;

Estime important, à ce moment de la vie du Val d’Aoste, de pouvoir se confronter de manière franche et positive sur des points programmatiques concrets avec les forces de la majorité et avec les formations politiques disponibles au dialogue ;

Reconfirme le mandat déjà confié au Président du Mouvement, au Comité Fédéral et à la Commission politique, à partir du 19 septembre 2014 à Verrès, le 29 novembre 2014 à Pont – Saint - Martin et le 4 octobre 2015 à Saint –Vincent, à manifester leur disponibilité au dialogue avec les forces politiques voulant dépasser les actuelles difficultés politiques administratives, sociales et institutionnelles.